donde vamos

29 septembre 2014

Lutte contre le terrorisme et manipulation des masses

03syria_cnd-articleLargeJ'ai du mal à croire que les citoyens français sont -encore- en train de tomber dans le panneau de la propagande. Comme si la guerre en Irak, la guerre en Afghanistan, la guerre en Syrie, les "révolutions" bidons dans les pays du maghreb, la "révolution" bidon en Ukraine, la "révolution" bidon en Azerbaïdjan, n'avaient pas encore permis de comprendre qu'on se fiche complètement de nous, et surtout de notre intelligence. Que se passe-t-il? Eh bien on est tout simplement en train de faire monter la pression vers une guerre mondiale contre le "terrorisme". Et devinez à qui ça va -encore- profiter?

 

Je ne parle plus de guerres ou de géopolitique depuis un bon moment, tout simplement parce que je suis lassée de voir toujours les mêmes opérations sous faux drapeau, avec toujours les mêmes grosses ficelles, qui nous amènent toujours plus vers la dictature. Mais il est temps de faire le point car les choses semblent s'accélérer.

Les opérations bidons, "sous faux drapeau", ne datent pas d'hier. De l'incendie du Reichstag aux "années de plomb" en Italie, en Belgique, en France ou en Allemagne, on a eu notre lot d'opérations terroristes menées par les services de nos pays respectifs et attribuées en général à des groupuscules d'extrême gauche.

 

Les décapitations

6918746-10577326Après une quatrième décapitation, d'un français cette fois,  voilà que flamby et ses copains veulent nous enfoncer dans une guerre contre un groupe "terroriste" qu'ils ont eux-mêmes contribué à mettre en place.

Prenons le premier décapité: James Foley. Figurez-vous que lors de son enlèvement, la gazette Libération a osé titrer en mai 2013: "Un journaliste américain aux mains de Bachar El Assad" (l'article a aujourd'hui mystérieusement disparu, mais j'ai vérifié et il était encore en ligne il y a un mois). Les Belges tenaient de toute façon le même discours.

On comprend donc que le vilain Bachar est vraiment t§rès méchant et enlève des journalistes qui se battent pour la liberté. Puis, quand Foley a été décapité, nouvel article en août 2014: "Le journaliste américain enlevé en Syrie tué par les jihadistes". Diantre! Doit-on alors en déduire que le vilain Bachar a refilé l'otage à ses ennemis, les islamistes, que l'Europe a elle-même armés pour le virer du pouvoir? Ou doit-on comprendre que Libé nous a encore enfumés? On notera au passage que le titre de l'article a été modifié, mais il reste visible dans le lien de ce papier.

Quant à la décapitation en elle-même, on n'est vraiment pas obligés d'y croire. En effet, même des spécialistes officiels ont vu pas mal de choses anormales dans cette vidéo. Et les mauvaises langues se demandent comment il est possible de décapiter quelqu'un  avec un canif, et sans que le sang ne gicle. Comme par hasard, il manque le passage le plus sanguinolent de la vidéo, celui qui, si j'étais terroriste, aurait absolument du être diffusé pour bien faire peur à tout le monde. Enfin bref, il n'est pas très intéressant de lister les anomalies de cette décapitation, elles sont très nombreuses et on a les mêmes dans toutes les opérations du genre.

Et comme dans toutes les opérations false flag (sous faux drapeau), on a pu voir la famille de Foley, le jour où on apprenait sa mort, dire devant toutes les caméras de télé du monde que leur fils était courageux et s'est battu pour la liberté. Pas une larme, non, juste un discours bien patriotique, et un appel à continuer la guerre au Moyen-Orient.

fstbjphb-1408592711La France a donc aussi eu son décapité, en la personne d'Hervé Gourdel dont l'attentatt est, nous dit-on, revendiqué par le groupe Djound Al-Khilafa, totalement inconnu au bataillon [2] mais qui aurait avoué être lié à l'Etat islamique. Là aussi, évidemment, quelques zones d'ombre existent. En tout cas, flamby n'a pas perdu le nord, si sarkoléon, et toute la classe politique française appelle à "lutterconterleterrorisme". TF1 nous parle même d' "unité nationale face au terrorisme".

Précisons au passage que le "terrorisme" n'est toujours pas défini en droit international, ce qui laisse la porte ouverte à toutes les dérives.

En tout cas, certains militaires algériens dénoncent une opération montée de toutes pièces par les services français afin d'obliger l'Algérie à "luttercontreleterrorisme". Ce qui, hélas, ne serait pas étonnant du tout.

Et il est assez bizarre de noter que Hervé Gourdel aurait été tué le lendemain de son arrivée dans le pays. "Et puis, dans son dernier tweet, on pouvait lire "Quand je rentre d’Algérie après le premier octobre, si je rentre". Cela indique qu’il était certainement destiné à mener une mission précise en Algérie. Les deux premiers ressortissants français enlevés en Algérie ont déjà été identifiés comme étant des agents d’espionnage français. Pour moi, il n’y a pas de doute. Gourdel serait un agent français bien rusé.", explique Ali Zaoui, ancien militaire algérien.

Quoi qu'il en soit, flamby est parvenu à ses fins et la "luttecontreleterrorisme" reprend de plus belle. On verra la suite lors des prochaines décapitations, mais flamby a déjà des airs de Bush après le 11 septembre. Et ça ira crescendo car il parait que les vilains terroristes que nous armons et finançons voudraient s'en prendre au métro parisien. Alors bing, on monte encore en état d'alerte. Sarkoléon avait inventé le niveau "alerte écarlate" après l'affaire Merah, là je me demande bien à quel niveau on est... Et si malgré tous ces efforts la psychose ne prend pas, flamby va finir par se demander ce qu'il faut faire. Ses copains US pourront lui expliquer. 

 

L'affaire Merah

Mohamed-MerahD'ici là, j'aimerais revenir sur l'affaire Merah, qui été une tentative d'enfumage supplémentaire. Il fallait faire peur, conditionner les français à la notion de terrorisme islamiste sur le sol français pour qu'ils soient bien flippés et qu'ils acceptent tous les délires guerriers du pouvoir, eh bien on a organisé l'affaire Merah.

Et les "complotistes" dans mon genre en rigolent encore tellement c'était mal géré. Certains se sont même amusés à relever 72 incohérences dans la version officielle de l'affaire. A la fin, il n'y a plus que des journalistes mainstream pour gober une affaire pareille!

On se souvient que l’affaire dite "Merah", c’était 7 morts (des militaires et trois enfants juifs ainsi que le père de deux d'entre eux) tués par un jeune délinquant à mobylette, qui a pu fuir les services de sécurité français pendant deux jours avant de se faire tuer dans sa souricière après 32 heures de siège par le RAID, la crème de la crème des services d’intervention français. Le tout, en pleine campagne électorale, comme l’affaire Kelkal en 1995 et bien d’autres.

La version officielle n’a jamais tenu la route, pas plus que l’affaire de l’Anthrax qui aurait justifié la guerre en Irak.  Pourtant, les autorités ont fait comme si tout le monde avait gobé les délires véhiculés par la propagande officielle. 

Voici quelques-unes des remarques que l’on peut faire, même si cette liste est loin d’être exhaustive.

  • Pourquoi le portrait-robot des tueurs (ils étaient bien deux selon les premiers témoignages) ne correspond-il pas à celui de Merah ? En effet, des témoins [3] ont décrit un type aux yeux bleus et à la peau blanche, or Merah est de type arabe.
  • On peut aussi s’étonner du fait que Merah, qui était donc coincé dans un appartement pendant près de deux jours, ait pu sortir pour voir une amie et téléphoner depuis une cabine à France 24, avant de retourner dans l’appartement où il a été tué par les as du RAID. Cela, sans que les as en question ne le voient partir ou rentrer, et sans qu’ils ne le descendent. Qui est assez débile pour croire à une version pareille ?
  • Pourquoi Claude Guéant a-t-il dit que Merah n’avait aucun moyen de communication, alors que deux de ses téléphones ont été mis sur écoute durant le siège de son appartement ?Screenshot_4
  • Doit-on croire que les services français pistaient Merah depuis longtemps, mais étaient assez bêtes pour ne pas le pister réellement et le laisser faire son attentat, sans que lesdits services n’y soient pour quelque chose ?
  • Pourquoi a-t-on retrouvé la carte de visite d’un flic chargé de la sécurité de sarkoléon dans le box de Merah, pourquoi avait-il un gilet pare balles de la police et un flingue modifié comme le font les forces d’élite françaises ?
  • Pourquoi les services français ont-ils laissé Merah partir en Syrie [4], en Turquie, en Israël en 2010, en Egypte, au Pakistan en août 2011 et en Afghanistan, alors qu’il était en contact régulier avec un agent de la DCRI, inscrit au fichier des personnes recherchées et interdit de vol aux Etats-Unis? Pourquoi avait-il plusieurs passeports alors qu'il était fiché depuis 2011?
  • Pourquoi a-t-il fallu trois jours aux as des renseignements pour trouver Merah après l'avoir identifié comme étant le tueur de la caserne et de l'école juive?
  • Comment Merah, âgé de 23 ans, a-t-il pu toucher le RSA (qu'on ne peut toucher qu'à 25 ans), comme l'a affirmé Guéant?
  • Comment, donc, en touchant le RSA soit 460 euros par mois, Merah a-t-il pu s'armer, prendre des voitures en location, acheter un mac book, voyager en avion etc?
  • Pourquoi nous a-t-on dit que Merah était un informateur des services français [5], ce qu'ont nié les autorités françaises?
  • Pourquoi n'a-t-il pas été autopsié, et pourquoi l'enterrement a-t-il eu lieu hors de la présence de la famille, et hors des heures d'ouverture normales?
  • Comment s’explique le ciblage prétendument hasardeux du premier militaire abattu à Toulouse le 11 mars ? Une semaine plus tôt, le 4 mars, Merah aurait consulté, depuis le domicile de sa mère, une annonce, mise en ligne le 24 février par Imad Ibn Ziaten pour vendre sa moto. Le 6 mars, Merah aurait également volé le scooter T-Max avec lequel les tueries seront commises.  Curieuse coincidence : le djihadiste infiltré dans la mouvance salafiste internationale aurait exécuté son premier assassinat sur un parachutiste qui se destinait, selon Jean-Marie Pontaut et Eric Pelletier, à rejoindre le "service Action" de la DGSE -une unité chargée d’accomplir les opérations clandestines, et parfois meurtrières, des services secrets français.
  • Pourquoi une telle opacité dans l'enquête menée au sujet de cette affaire, pourquoi le sénat n'a-t-il pas pu interroger Squarcini, le patron de la DCRI?

Screenshot_1L'avocate du père de Merah a déclaré qu'elle avait les preuves que Merah avait été liquidé par le RAID. Elle a dit avoir des vidéos qu'onn n'a jamais vues, mais on n'en saura pas plus parce qu'elle a été dessaisie du dossier par son client.

Beaucoup d'autres questions se posent quant à la propagande diffusée dans les médias, et les mensonges ou erreurs disséminés dans l'opinion publique. Je conseille à tous ceux qui doutent de l'enfumage sur l'affaire Merah de lire ce magnifique article du Monde, en réponse aux "conspirationnistes", et dans lequel le quotidien ne répond strictement à aucune des questions soulevées.

D'ailleurs, sans vouloir être pessimiste, je pense que ce n'est pas demain la veille que nous aurons des réponses satisfaisantes.

Comme avec l'affaire du petit Gregory et tant d'autres, nous sommes face à un véritable enfumage. On a vraiment l'impression que des feux et contre feux ont été allumés en permanence dans ce dossier. Et si c'est le cas, c'est le signe d'un travail mené par les services français et ordonnés en haut lieu.

Dernier élément au sujet de cette affaire, et qui nous plonge une fois de plus dans le grotesque: parmi les trois islamistes qui ont atterri à Marseille il y a quelques jours et ont pu rentrer chez eux tranquillement suite à une nouvelle erreur des services de sécurité français, il y avait le mari de la soeur de Merah, soeur de Merah que nos médias affirment se trouver en Syrie. Dans le camp du vilain Bachar? Ah ah ah... En tout cas, Squarcini assure que le couple est "plus dangereux" que Merah, nous dit Le Figaro. No comment.

 

Les guerres injustifiées

dailynews_axediap_jpg_7540_north_1024x_whitePourquoi tout ce bordel? C'est très simple: si on vous dit, alors que tout va bien et que vous n'avez jamais entendu parler d'islamisme qu'il faut faire la guerre, investir des milliards et tout casser au Moyen-Orient, vous n'allez pas être très chauds.

Par contre, si on a fait monter la pression au sujet des "terroristesislamistes", et que tous les médias se transforment en cellule communication de l'Elysée depuis des années, et si en plus on vous colle un ou deux attentats bidons dans votre pays en appelant au patriotisme contre l'Ennemi, alors là beaucoup suivront.

Il a toujours fallu trouver des prétextes pour faire la guerre et enrichir les industriels et les banques. Dans les années récentes, les US ont mené une bonne dizaine de guerres, toutes justififées par "laluttecontreleterrorisme", contre l' "Axe du mal", etc. Mais TOUS les prétextes qu'on nous a donnés étaient complètement bidons.

> 11 septembre:

Le premier false flag du siècle est celui qui justifie encore et toujours les agressions au Moyen-Orient, c'est le fameux 11 septembre 2001. Là aussi, le nombre d'incohérences dans le discours officiel est impressionnant, et aucune répone n'a été donnée depuis 13 ans. Le pire est que l'on fait comme si leur version était acquise et crue par tout le monde, alors que c'est très loin d'être le cas. Mais en fait, notre avis ils s'en fichent, seules les apparences comptent.

De fait, qui peut encore croire à la version officielle? De moins en moins de gens, c'est clair... Je ne vais pas m'étaler, voici un  bon résumé de ladite version officielle, qui demande, pour y croire, une gymnastique intellectuelle très désagréable.

Un mois après que les trois tours se soient effondrées avec deux avions, Bush junior a dit que ce sont des gens d'Al Qaida, qu'ils avaient eux-même mis au pouvoir en Afghanistan [6] pour dégager les Russes quelques années plus tôt, qui avaient organisé les attentats, alors ils ont été envahir l'Afghanistan pour "libérer" le pays. Où les talibans qui ont finalement pris la moitié du pays sont sur le point de se faire dégager par encore pire qu'eux. Par contre, le prix du gramme d'héroïne a été divisé par deux en Europe peu après l'invasion du pays par les troupes US.

Pour bien nous faire flipper, on a aussi eu des attentats à Londres et en Espagne, tous aussi bidons que le 11 septembre.

>Irak:

Les US ont ensuite envahi libéré l'Irak, et on se rappelle de Colin Powell à l'ONU avec son flacon d'Anthrax. On nous a dit que Saddam Hussein avait des armes chimiques et qu'il aidait Al Quaïda alors il fallait amener la démocratie en Irak. A cette époque on savait déjà tous que c'était complètement bidon, mais l'ONU a tout gobé et a accepté l'invasion de l'Irak. Où seuls les alliés des US ont obtenu des contrats suite à la "libération" du pays.

Toutefois, il est intéressant de noter que ce sont bien les US qui ont vendu des armes chimiques à Saddam dans les années 80 et 90, du genre virus de la fièvre du Nil [7]. Aujourd'hui, officiellement, ils admettent à peine lui avoir filé des renseignements contre l'Iran, mais c'était bien plus que cela. On a mené des inspections de l'ONU à la recherche de ces armes mais on n'a rien trouvé. Tant pis, on avait le flacon d'Anthrax dans la poche et ça a fait l'affaire. Et accessoirement, on sait que les US ont bien utilisé des armes chimiques à Falloujah, contre les chiites, pendant la guerre de 2004.

652763-irak_l_offensive_djihadiste_30392_hdAujourd'hui, l' "Etat Islamique" dont on nous parle est justement au pouvoir dans ce pays libéré qu'est l'Irak. Comme en Afghanistan, le bilan démocratique est déplorable. Par contre, les ventes et achats d'armes n'ont jamais été aussi importants, et on est de nouveau en train de mener des frappes aériennes sur l'Irak et sa population.

Là où les choses deviennent intéressantes, c'est quand on apprend qu'un ministre allemand a accusé le Qatar d'avoir financé le dit Etat Islamique, ce que le Qatar, partenaire commercial des US, de la France et d'ailleurs, a nié dans tous les médias du monde.

L'Arabie Saoudite aussi est derrière le financement de ce groupe, et comme par hasard ces deux pays ont aussi financé les islamistes rebelles en Syrie, frères jumeaux de l'Etat Islamique en Irak et au Levant (EIIL). Tout le monde le sait déjà, mais on va encore faire mine d'être surpris quand les médias n'auront plus d'autre choix que d'en parler, même si on commence déjà à nous dire que finalement l'Arabie Saoudite a vu que l'Etat Islamique c'est mal, et qu'elle va arrêter de les financer.

"Les terroristes de Daech se retournent désormais contre les Saoudiens. L’Arabie Saoudite et la Jordanie, en particulier, se sentent menacées, par les terroristes qu’elles ont aidé à évoluer et à obtenir une capacité de nuisance", explique Eric Denécé du think tank qu'est le Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). ET on sait tous que l'Arabie Saoudite est un allié des Etats-Unis, et cela depuis bien avant le 11 septembre.

De son côté, le secrétaire général du parti communiste irakien expliquait à l'Humanité que: "Les puissances étrangères portent une grande responsabilité, elles ont financé, formé, armé ce groupe qui recrute de nombreux combattants en Europe, au Maghreb et dans la région. Elles font montrent d’une incroyable complaisance sur le front de la guerre médiatique que mène l’EIIL parallèlement à son offensive. L’Arabie saoudite, le Qatar mais aussi la Turquie sont ici en première ligne". 

Les puissances étrangères portent une grande responsabilité, elles ont financé, formé, armé ce groupe qui recrute de nombreux combattants en Europe, au Maghreb et dans la région. Elles font montrent d’une incroyable complaisance sur le front de la guerre médiatique que mène l’EIIL parallèlement à son offensive. L’Arabie saoudite, le Qatar mais aussi la Turquie sont ici en première ligne.  - See more at: http://www.humanite.fr/des-puissances-etrangeres-ont-finance-forme-arme-letat-islamique-en-irak-et-au-levant-545661#sthash.kefcrsIm.dpuf
Les puissances étrangères portent une grande responsabilité, elles ont financé, formé, armé ce groupe qui recrute de nombreux combattants en Europe, au Maghreb et dans la région. Elles font montrent d’une incroyable complaisance sur le front de la guerre médiatique que mène l’EIIL parallèlement à son offensive. L’Arabie saoudite, le Qatar mais aussi la Turquie sont ici en première ligne.  - See more at: http://www.humanite.fr/des-puissances-etrangeres-ont-finance-forme-arme-letat-islamique-en-irak-et-au-levant-545661#sthash.kefcrsIm.dpuf
Les puissances étrangères portent une grande responsabilité, elles ont financé, formé, armé ce groupe qui recrute de nombreux combattants en Europe, au Maghreb et dans la région. Elles font montrent d’une incroyable complaisance sur le front de la guerre médiatique que mène l’EIIL parallèlement à son offensive. L’Arabie saoudite, le Qatar mais aussi la Turquie sont ici en première ligne.  - See more at: http://www.humanite.fr/des-puissances-etrangeres-ont-finance-forme-arme-letat-islamique-en-irak-et-au-levant-545661#sthash.kefcrsIm.dpuf
Les puissances étrangères portent une grande responsabilité, elles ont financé, formé, armé ce groupe qui recrute de nombreux combattants en Europe, au Maghreb et dans la région. Elles font montrent d’une incroyable complaisance sur le front de la guerre médiatique que mène l’EIIL parallèlement à son offensive. L’Arabie saoudite, le Qatar mais aussi la Turquie sont ici en première ligne.  - See more at: http://www.humanite.fr/des-puissances-etrangeres-ont-finance-forme-arme-letat-islamique-en-irak-et-au-levant-545661#sthash.kefcrsIm.dpuf
Les puissances étrangères portent une grande responsabilité, elles ont financé, formé, armé ce groupe qui recrute de nombreux combattants en Europe, au Maghreb et dans la région. Elles font montrent d’une incroyable complaisance sur le front de la guerre médiatique que mène l’EIIL parallèlement à son offensive. L’Arabie saoudite, le Qatar mais aussi la Turquie sont ici en première ligne.  - See more at: http://www.humanite.fr/des-puissances-etrangeres-ont-finance-forme-arme-letat-islamique-en-irak-et-au-levant-545661#sthash.kefcrsIm.dpuf
Les puissances étrangères portent une grande responsabilité, elles ont financé, formé, armé ce groupe qui recrute de nombreux combattants en Europe, au Maghreb et dans la région. Elles font montrent d’une incroyable complaisance sur le front de la guerre médiatique que mène l’EIIL parallèlement à son offensive. L’Arabie saoudite, le Qatar mais aussi la Turquie sont ici en première ligne.  - See more at: http://www.humanite.fr/des-puissances-etrangeres-ont-finance-forme-arme-letat-islamique-en-irak-et-au-levant-545661#sthash.kefcrsIm.dpuf

Certains commencent aussi à dire que les US eux-mêmes ont largement financé l'EIIL, dénonçant un "ennemi complètement fabriqué". Quelle surprise.

Officiellement, on nous dit qu'ils se financent grâce à des "donations privées" et avec le gaz et le pétrole qu'ils prennent dans les puits en Irak (plus d'un milliard de dollars en liquide en quelques mois), mais on oublie de dire qu'une partie de ce pétrole est importé dans des pays européens. Pour l'armement de pointe détenu en quantité impressionannte par ces djihadistes, on nous explique qu'il a été volé à l'armée régulière. Là où c'est drôle, c'est qu'on continue à envoyer de l'armement à l'armée régulière...

47be7601> Syrie:

En Syrie, on a dit que le vilain Bachar, reçu par sarkoléon à l'Elysée quelques années plus tôt, était un sale dictateur qui utilisait des armes chimiques.

Alors on a financé et armé une rébellion, et pas de bol: ce sont des islamistes qui ont pris nos armes, y compris chimiques, pour détruire le pays et virer Assad. Alors on a dit que ouh là là, les armes chimiques c'est pas nous c'est lui, et c'est très mal. Donc on a fait des frappes aériennes sur les populations civiles (villes et infrastructures, ce qui est désormais quaslifié de "dommages collatéraux" alors que ce sont les cibles réelles).

Et aujourd'hui c'est le ponpon: on (BHL notamment [8]) nous dit que le vilain Bachar finance les islamistes alors il faut vraiment le dégager. Des gugusses comme BHL véhiculent ce genre de délire partout, nos politiciens enchaînent, et on est repartis pour un tour. Sachant, par exemple, que le groupe de l'Etat Islamique d'Irak a créé une antenne chez les rebelles Syriens, on ne peut pas concevoir qu'Assad leur file un coup de main alors que les rebelles islamistes cherchent à le renverser. On notera d'ailleurs que de la Libye à la Syrie, et aujourd'hui à l'Ukraine, partout où BHL passe, la paix trépasse.

8711344517639La "coalition" occidentale menée par les US est donc occupée à bombarder les installations pétrolières d'un Etat souverain, la Syrie, au motif qu'on veut couper les financements de l'Etat Islamique... On marche sur la tête.

Et côté civils, on en est à 150.000 morts environ en trois ans de massacre, sans compter tous les expatriés et les destructions totales de nombreuses villes.

On ne peut pas vraiment dire que ce pays a été "libéré", bien qu'on ait armé ce qu'on a osé appeler la "résistance". Et je tiens à rappeler qu'en droit international, il est absolument interdit de financer un groupe rebelle dans un Etat souverain, mais encore une fois, le droit international n'est appliqué que contre les "ennemis de la démocratie", pas contre les démocraties comme nous...

C'est peut-être pour cela que le Congrès US a voté en secret le financement des groupes liés à Al Qaida en Syrie, et qu'aujourd'hui on évoque la formation de 12 à 15.000 "rebelles modérés" en Syrie [9] pour virer les islamistes qu'on avait armés et entraînés il y a quelques mois? Dans sa grande générosité, l'Arabie Saoudite vient d'annoncer qu'elle allait organiser des camps d'entrainement pour lesdits rebelles modérés...

Cette "résistance" n'est pas sans rappeler les groupes de blogueurs révolutionnaires financés par les Etats-Unis en Egypte, en Tunisie, en Libye et ailleurs au niveau du soutien logistique apporté par les US.

> Ukraine:

Je n'en reviens pas que ce genre de mensonge passe, comme l'attaque du vol de Malaisia Airlines en Ukraine [10], et les attaques de la population du Donbass que BHL encore lui attribue aux Russes, alors que c'est exactement l'inverse. 

Screenshot_5Le Donbass est une région à l'est de l'Ukraine où la population est pro russe. Pourquoi la Russie irait-elle tirer sur ses soutiens, comme nous le dit la version BHL [11]?

Au tout début du coup d'Etat en Ukraine, juste avant que n'arrivent des troupes complètes de néo nazis sur les barricades, BHL était passé faire son show pour appeler à libérer l'Ukraine du joug de leur président pro Russe, qui a eu l'indécence de suspendre les discussions sur l'entrée dans l'Europe. Comme par hasard, juste après avoir renversé le pouvoir pro russe, les néo nazis ont signé un accord (négocié depuis 2007) pour avancer vers l'intégration à l'Europe.

Si les néo Nazis ont pu prendre le pouvoir, c'est parce qu'on les a laissés s'infiltrer dans des mouvements citoyens anti corruption et démocratiques qui existaient déjà et qui avaient commencé la mobilisation contre le gouvernement pro russe qui était, il est vrai, particulèrement corrompu.

Les USA ont beau nier la réalité, ce sont bien des néo nazis qui sont au gouvernement depuis le début. Le parti national socialiste ukrainien Svoboda a changé de logo pour faire plus démocrate, et a repris la main qui est le symbole d'Otpor. Mais dans le fond rien n'a changé.

On doit aussi rappeler qu'il y avait déjà eu une tentative de putsch menée par l'occident en Urkraine en 2004, avec la "révolution orange" qui a raté. Les mouvements démocratiques étaient déjà liés à Otpor et à la Freedom Foundation, des machins financés par Soros et la CIA.

 

Les terroristes islamistes

_75638941_516bafd2-41d5-4c1a-a006-1a183886d612Une fois qu'on a posé cela, il faut regarder de plus près qui sont ces dingues d'islamistes. On connait le tout premier, Ben Laden, dont la mort rocambolesque a été digne de la propagande médiatique qui a toujours régné à son sujet. Lui aussi mis en place par la CIA dès 1979 [12], Ben Laden, accusé d'être responsable des attentats du 11 septembre, avait encore rencontré des gens de la CIA en juillet 2001, deux mois avant les attentats.

Quant à l'EIIL, il se trouve quelques anciens chefs d'Al Qaida pour dire que l'organisation terroriste est contrôlée par des pions de la CIA et financée par l'Arabie Saoudite.

Par exemple, le chef de l'EIIL en Syrie, Abu Omar al-Shishani, est l'un des lieutenants du grand chef Abu Bakr El Baghdadi, et serait à l'origine un militaire Géorgien passé par la Tchétchénie. Son vrai nom serait Tarkhan Batirashvili, et il aurait été condamné en 2010 à trois ans de prison pour avoir aidé des islamistes à s'armer en Russie mais il a été libéré au bout de 18 mois et a fui la Géorgie. Il dit que c'est en prison qu'il est devenu jihadiste.

El Baghdadi est le chef de l'Etat Islamique, et aurait aussi commandité l'assassinat des trois adolescents juifs tués au début de l'été, et qui a entraîuné des semaines de bombardements de la Cisjordanie. Edward Snowden, cet employé de la NSA qui a balancé tout un tas d'infos sur les méthodes d'espionnage US, avait dit que l'Etat Islamique était une émanation de la CIA et du Mossad. Mais, tout cela ne serait que de la rumeur, nous disent les médias.

L'EIIL est la suite d'un mouvement islamiste créé en Irak par un palestinien dénommé Abu Musab al-Zarqawi, qui a quant à lui été recruté par la CIA au début des années 2000, pour se battre en Afghanistan. En 2004, il a été détenu en Irak par les américains, qui l'ont libéré au bout de quelques mois ou années, selon les sources [13].

En juillet, on a appris que l'armée US avait entraîné des islamistes de l'EIIL en Jordanie en 2010, dans le cadre de l'entraînement des "rebelles" contre Assad en Syrie.

Screenshot_7Au début de l'année, l'un des principaux soutiens de l'EIIL était le prince saoudien Abdul Rahman al-Faiçal, fils du roi Faysal et diplomé de l'école militaire de Sandhurst en Angleterre. Il est aussi le frère du ministre des affaires étrangères saoudien, et de l'ambassadeur d’Arabie saoudite aux États-Unis et au Royaume-Uni.

On sait aussi désormais que Guantanamo est utilisée pour manipuler les prisonniers, et beaucoup en sont sortis complètement perturbés. Pour certains, Guantanamo sert à créer des terroristes islamistes. Les photos de tortures qui circulent depuis des années, même si on nous dit qu'il s'agit d'actes isolés, montrent quel types de sévices sont infligés à ces types, arrêtés et détenus de manière plus ou moins arbitraire. Des sévices qui s'apparentent aux traumatismes infligés lors d'opérations de programmation et de contrôle mental.

On peut être étonné, par exemple, d'apprendre qu'un groupe de metal canadien a porté plainte contre les USA car leurs musiques ont été utilisées à Guantanamo pour torturer les prisonniers.

On verra la suite des événements, mais je pense qu'on aura la confirmation des liens entre les USA et les islamistes, et que le scénario avec l'Etat Islamique est le même qu'avec Al Qaida.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                

La dictature

hc-bombing-syria-isis-20140825Pourquoi autant d'efforts destinés à mettre le Moyen-Orient à sac? Déjà, il y a l'intérêt économique: pomper les ressources pétrolières et gazières, implanter les multinationales US dans ces pays et piller la population comme cela a été fait avec l'Europe depuis la deuxième guerre mondiale.

L'autre aspect, comme on l'a vu avec la Tunisie, la Libye et l'Egypte, comme on le voit avec la Syrie, c'est de mettre en place des gouvernements fantoches, qui font allégeance aux Etats-Unis. Et cela, d'autant plus que la Russie et la Chine sont perçues comme des menaces par les US.

D'un autre côté, l'épouvantail du terrorisme est très efficace pour faire passer tout un tas de lois sécuritaires et liberticides, mais aussi pour entretenir un climat de peur qui pousse les gens à voter à droite. Il est clair que désigner un ennemi commun tout en appelant au patriotisme est une ficelle utilisée par nos gouvernements.

On nous désigne en plus l'ennemi Russe, qui menacerait l'Europe et contre lequel nous devons nous défendre, évidemment.

Comme en plus de cela, la situation économique de la France, mais aussi de l'Europe en général est catastrophique et dans ces cas-là, la coutume est de mener des guerres. Petit à petit, nous perdons des libertés, nous nous appauvrissons au point de revenir vers des conditions de vie dignes du XIXe siècle, nous menons des guerres injustes contre des peuples qui ne nous ont rien fait, sous des prétextes fallacieux, et nous n'avons comme seul choix que d'aller voter (ou pas) à des élections qui ne servent à rien.

 

 


 

ay519dd6e2[1] On a déjà abordé cette affaire ici. En gros, rien ne colle dans la version officielle. On a même repris des acteurs de l'histoire Sandy Hook dans l'affaire des attentats de Boston: la directrice de l'école Sandy Hook qui a eu le temps d'appeler les médias avant de se faire tuer, est ensuite un témoin des attentats à la bombe de Boston. Je sais, c'est gros, très gros même, mais on nous prend vraiment pour des cons.

[2] Même si le nom ressemble à celui d'un groupe pakistanais présent en 2011 au Kazakhstan, Jund al-Khilafa.

[3] Ces témoins sont aussi bien des élèves du collège juif où ont été tuées plusieurs victimes, qu’une habitante du quartier. 

[4] "Le 17 juillet 2010, moins d’un an après sa sortie de prison, il décolle de Roissy pour Damas. Son meilleur ami, Sabri Essid, sort juste de prison ; il y a purgé une peine pour association de malfaiteurs en vue d’une entreprise terroriste. Arrêté les armes à la main à la frontière irako-syrienne le 12 décembre 2006, il faisait partie d’un réseau d’endoctrinement et d’acheminement de jeunes islamistes toulousains vers l’Irak. Démantelée entre 2007 et 2008, cette filière avait pour base de repli un village de l’Ariège, Artigat. Le réseau était animé par un imam autoproclamé, un Syrien naturalisé français surnommé l’"émir blanc"", nous disait Paris Match du 26 mars 2010.

[5] C'est le magazine Slate qui en parle, reprenant un journaliste italien, "Selon Daniele Raineri du quotidien italien Il Foglio, qui cite donc des «sources du renseignement» anonymes, c’est la DGSE qui aurait fait rentrer Mohamed Merah en Israël en tant qu’informateur. Il serait ensuite revenu en Jordanie d’où il se serait envolé pour l’Afghanistan. But de l’opération: «Prouver au réseau djihadiste sa capacité à passer à travers la frontière avec un passeport européen», selon Raineri".

[6] On a appris dans les médias officiels que la CIA avait filé 3 milliards de dollars à Ben Laden pendant leur guerre contre les russes en Afghanistan. Ils ont été armés et financés, et même entraînés par les US, qui font mine de s'étonner ensuite.

[7] Je ne retrouve pas de source là-dessus, mais c'était un cours d'histoire du Moyen-Orient que j'ai eu à la fac. ons 'est retrouvés avec toute une liste de produits chimiques vendues par les US à Saddam. Il ne faut pas oublier non plus que la France lui avait vendu des centrales nucléaires comme celle d'Ozirak. Tout cela aurait été détruit pendant les guerres du Golfe, mais j'ai un gros doute.

[8] En réalité, c'est exactement l'inverse: pour éviter l'instabilité dans son pays (où plusieurs religions cohabitent), Assad est obligé de tenir les silamistes à distance.

Screenshot_8[9] Washington parle d'armer les rebelles de l'Armée syrienne libre qui avait commencé le coup d'Etat contre Assad, mais on ne sait pas bien de qui il s'agit pour l'instant. Les US comptent aussi donner de l'argent à un certain Front des révolutionnaires de Syrie créé en 2013, et à un autre groupe appelé  Hazem formé début 2014 et qui compterait autour de 15.000 hommes. Ils sont jugés modérés car, selon John Kerry, "Aucun de ces groupes n'a l'intention de créer un émirat ou un État islamique". Rendez-vous dans quelques mois.

[10] Des familles de victimes allemandes ont porté plainte récemment contre Kiev, c'est-à-dire contre les autorités ukrainiennes officielles, pour homicide involontaire. Alors que tous les médias de chez nous ou presque accusent les dissidents pro Russes du Donbass d'avoir descendu l'avion. Pour quelle raison? Mystère. De l'autre côté, nombreux sont ceux qui accusent l'armée régulière ukrainienne d'avoir descendu ce vol commercial.

[11 BHL a déclaré il y a quelques semaines à la télé ukrainienne que ce sont les russes qui ont bombardé les populations civiles du Donbass!

ben-laden-1[12] "A cette époque, le jeune Oussama a 23 ans. Ingénieur, il représente en Turquie l'entreprise familiale Bin Laden Group – l’une des plus grosse entreprise de BTP du Moyen-Orient. Et c'est depuis Istanbul, avec l'aide de la CIA, qu'il commence à organiser des collectes de fonds pour la "guerre sainte " d'Afghanistan contre l'armée soviétique (1979-1989). Avec l'aide opportune et efficace de la CIA, il monte une filière de recrutement de volontaires qui drainera quelques 12 000 hommes en provenance d'Algérie, d'Égypte, du Yémen de Somalie ou des Philippines. C'est ce qu'on appelle aujourd'hui les "Afghans arabes". Ce sont eux qui constituent aujourd'hui les kataëb (phalanges), les groupes armés de l'organisation de Ben Laden, al-Qaïda", lisait-on dans Entrevue du 3 mai 2011.

[13] Le département de la Défense US a dit qu'il a été détenu de février à décembre 2004, mais le colonel Kenneth King, qui a dirigé le camp Bucca où était détenu El Baghdadi, a déclaré qu'il y est resté jusqu'en 2009, quand il a été confié aux autorités irakiennes.

27 septembre 2014

Australie: le père de Nicole Kidman, membre du réseau pédophile d'élite?

video-undefined-214D842A00000578-325_636x358Il y a quelques jours, une info assez interpellante est sortie, discrètement, sur le web. Une australienne a accusé le père de Nicole Kidman d'avoir été membre d'un réseau pédophile et satanique puissant, mais aussi d'être un "programmeur", c'est-à-dire de conditionner les victimes de ce réseau afin qu'elles ne parlent jamais. Selon ce témoin, le père Kidman aurait été éliminé parce qu'il n'a, justement, pas réussi à la faire taire. En tout cas, on constate que les autorités australiennes font tout ce qui est en leur pouvoir pour étouffer cette affaire.

 

Le Docteur Antony Kidman serait décédé d'un accident de la route (méthode très appréciée de divers services secrets pour éliminer les opposants ou les personnes gênantes), d'une chute dans sa chambre ou d'un arrêt cardiaque à Singapour, où il était venu rendre visite à sa fille, soeur de Nicole Kidman. Les circonstances du décès restent assez obscures, et la police envisageait une cause "non naturelle".

Il était psychologue à l'hôpital Royal North shore à Sidney, mais était un people en Australie. Il a fait une partie de ses études à 'luniversité d'Hawaï, à la fin des années 60, tout comme les parents d'Obama d'ailleurs. Certains estiment que cette université formait surtout des espions à la solde de la CIA, notamment via le lavage de cerveau. Obama serait l'une des créations issues des programmes de contrôle mental menés dans cette université.

marksNicole Kidman est née en 1967, quand son père se trouvait dans cette université d'Hawaï. Kidman a aussi été à ce moment à Washington, où il a rejoint le National Institute of Mental Health au St Elizabeth Psychiatric Hospital. La famille est ensuite retournée en Australie au début des années 70.

Kidman s'est spécialisé dans le traitement psychiatrique des jeunes, et a étudié les thérapies comportementales.

 

Hasard du calendrier

Il se trouve qu'un mois plus tôt à peine, une certaine Fiona Barnett avait déposé une plainte à la police des galles du Sud, et à la commission royale des abus sexuels, au sujet d'abus sexuels commis par Kidman.

Elle aurait aussi signalé les faits à la bande de Kevin Annett, qui dit travailler sur un groupe pédo satanique puissant appelé le "Neuvième Cercle" (Ninth Circle Satanic Cult), créé par les Nazis et la CIA après la guerre. Le groupe d'Annette dit avaoir une soixantaine de témoignages au sujet de ce groupuscule présent dans les pays du Commonwealth. Mais, Barnett dit que la bande d'Annett ne l'a pas interviewée, et que le compte rendu n'est pas exact.

Certains rituels comprenant des sacrifices d'enfants et des "parties de chasse" auraient eu lieu en Australie sur la base de Holsworthy, jusqu'en 2010.

Fiona Barnett dit qu'on a commencé à la violer quand elle avait 3 ans. Elle implique comme abuseurs ledit Kidman, mais aussi deux anciens premiers ministres australiens. Elle a accusé Kidman de meurtre lors d'une partie de chasse aux enfants en 1975, et c'est juste après que le "docteur" a quitté le pays. Barnett explique: "en tant que victime de contrôle mental, je pense  qu'il a été sacrifié pour n'avoir pas réussi à me programmer convenablement".

barnettApparemment, le boulot de Kidman était de créer des personnalités multiples chez les enfants victimes de ce réseau, et de s'assurer qu'ils ne parlent jamais du réseau. Et pas de bol, des enquêtes venaient d'être lancées à son sujet si bien que le réseau 'laurait tout simplement éliminé.

Fiona Barnett a aussi dénoncé la Bond University où elle a étudié la psychologie, auprès de la commission royale des abus sexuels, pour avoir étouffé des affaires. Plusieurs profs de cette université seraient des pédophiles liés à un réseau et l'université a tout fait pour les couvrir. La Bond University propage aussi des idées ultra libérales en matière de pédophilie, notamment via le livre Sexual Experiences between Men and Boys dans lequel on nous explique que les enfants sont à la recherche de relations sexuelles avec des adultes, ce qui est une projection classique des pervers sexuels pédocriminels. Evidemment, la Bond university propage aussi des théories pédophiles comme le "syndrome des faux souvenirs", qui n'existe pas plus que l'aliénation parentale.

Barnett explique qu'elle a commencé à dénoncer Kidman dès 1986, à ses thérapeutes. Evidemment, aucun n'a fait les signalements qui auraient du découler de ces accusations. En 2008, elle en parle enfin à la police de manière succincte car on refuse de prendre officiellement sa déposition, et en 2013 c'est la commission royale qui est mise au courant. Le 7 août 2014, elle dénonce Kidman aux autorités médicales (Australian Health Practitioners Regulation Agency) qui lancent seulement une enquête. Kidman est mort le 12 septembre.

 

Réseau néo nazi

paperclipContrairement à ce que l'on fait croire au bon peuple, les Nazis n'ont pas du tout perdu la guerre. Au contraire, ils se sont réinsérés dans des domaines aussi stratégiques que l'armée, la recherche militaire, la "médecine", la finance, les services secrets... Je n'y reviens pas, on a déjà longuement abordé cette question.

Ce qu'il faut retenir, c'est que l'OTAN assure aujourd'hui la domination de cette bande de Nazis qui désormais s'appellent les ultra libéraux, les néo conservateurs, ou même les socialistes (combien de fils ne Nazis ou collabos sont aujourd'hui des membres éminents du Parti Socialiste français, comme Rebsamen, Hollande, Royal...).

Et les réseaux de corruption de nos élites aiment bien utiliser la pédophilie et les meurtres d'enfants, comme on l'a vu dans le cas de l'affaire Dutroux, car c'est un moyen de tenir nos élites.

Barnett décrit elle aussi un réseau pédophile et nazi. Elle explique que des milliers de nazis sont arrivés en Australie juste après la guerre. Sa propre grand-mère était une hongroise qui a collaboré avec la Gestapo avant de fuir en Australie quand le sens du vent a tourné. Elle a fait croire qu'elle était mariée à un autre nazi, Poitre ‘Peter’ Holowczak, qui a aussi émigré en Australie.

Quand elle était petite, Barnett allait souvent chez Holowczak, qui passait donc pour être son grand-père. Il a commencé à la violer très tôt. Puis, ses grands-parents l'ont amenée à se faire violer aussi par leurs amis "européens", dont beaucoup étaient des Nazis basés autour de Sidney.

Elle a donc assisté à leurs rituels, emprunts de magie noire, à diverses orgies pédophiles, et a été exploitée dès la maternelle par un réseau national de trafic d'enfants. parmi les abuseurs, il y avait des politiciens, des magistrats, des flics, des médecins, des acteurs. Dans le réseau, il y avait aussi, selon Barnett, un certain John W Gittinger, psychologue proche de la CIA qui a déclaré que le Dr Gottlieb, le taré en chef qui a mené les recherches sur MK ultra et le contrôle mental aux Etats-unis et avec lequel il travaillé durant 22 ans, était "un des hommes les plus brillants" qu'il ait connus. Gottlieb était à la fois juif et nazi, il faut le faire.

r0_0_4896_3264_w1200_h678_fmaxD'après Barnett, le réseau faisait aussi dans le trafic de drogues et le trafic d'armes. Tiens, comme le réseau Gladio belge, le réseau Gladio français, le réseau Gladio italien, la CIA, l'OTAN etc.? Quel hasard...

Elle a aussi constaté un trafic sexuel d'enfants entre plusieurs villes du pays. Des crimes auraient été commis à la chapelle de la Engadine Boys Town (où le prêtre Paul Evans a été condamné en 2008 pour des actes pédophiles commis durant 20 ans en toute impunité), à l'hôpital Holsworthy juste à côté, à la Regina Coeli Memorial Catholic Church, au St John college de Sidney, dans une raffinerie de Kurnell, au cimetière Garrawarra, dans des parcs nationaux et ailleurs. Bernett dit avoir assisté à des enlèvements d'enfants, qu'on a ensuite drogués, torturés et violés avant de les tuer.

A 15 ans, elle dit avoir vu la femme d'un flic embarquer un garçon d'une quinzaine d'années, qui a été tué ensuite. "En 1985 j'ai été témoin du viol et du meurtre d'environ dix enfants à Bathurst, pendant le week-end de la fameuse course automobile. Certains de ces enfants étaient victimes de kidnappings. D'autres étaient nés sans être enregistrés afin d'être utilisés comme esclaves", explique-t-elle, "les abus étaient organisés par un ancien ministre de l'éducation, Kim Edward Beazley, par un commissaire de police, une ancienne star du sport, un prof de l'unversité de Sidney et un acteur de cinéma connu".

Une autre victime, Tor Nielsen, a déclaré avoir assisté au viol d'une soixantaine d'enfants à Bathurst, au même endroit que celui décrit par Barnett. Nielsen avait décrit un réseau pédophile qui opérait à partir d'une école catholique, le St Stanislaus College à Bathurst. Plusieurs curés et membres du staff ont été condamnés pour pédophilie, mais, comme en Angleterre, toujours de manière isolée.

Evidemment, la police dit que Barnett n'a dénoncé personne, et elle subit depuis diverses pressions.

 

 

20 septembre 2014

BREVE: Des fraudes au référendum sur l'indépendance de l'Ecosse

cnnUn vote historique a eu lieu en Ecosse la semaine dernière : alors que tout le monde s’attendait à ce que les écossais votent oui à l’indépendance, c’est l’inverse qui s’est produit. L’Angleterre ne voulait pas lâcher sa colonie, et tout a été fait, jusqu’aux pires fraudes électorales, pour parvenir à ce résultat lamentable pour la démocratie.

 

L’Angleterre ne veut pas perdre l’Ecosse, qui représente près de 10% du PIB national, pas plus que la France ne veut perdre la Bretagne ou le Pays Basque.

Alors, pour augmenter les chances de succès, les autorités anglaises n’ont pas hésité à mentir, par exemple en faisant croire aux retraités qu’ils perdraient leur pension en cas d’indépendance, ce qui est faux évidemment.  

Quelques jours avant le scrutin, la Royal Bank of Scotland a dit qu’elle déménagerait son siège, on adit qu’il faudrait changer de monnaie, etc. Comme pour le référendum sur l’Europe auquel les quelques peuples à qui on a demandé leur avis ont a voté non, on a promis l’apocalypse à  ceux qui ne suivraient pas la doxa. Le premier ministre espagnol (qui craint une séparation de la Catalogne) avait notamment déclaré qu'une Ecosse indépendante devrait quitter l'Europe. Et en parallèle, on a aussi promis quelques largesses à venir pour l’Ecosse, si le vote était finalement contre l’indépendance.

7CD54E3B-67BF-4830-A7F4-55DA98ACA8F7_cx0_cy5_cw0_mw1024_s_n_r1Mais la propagande n’a pas suffi, alors on a aussi interdit aux Ecossais travaillant à l’étranger et même en Angleterre (1 million de personnes environ) de prendre part vote. En revanche, des enfants âgés de 3 ans ont reçu des cartes d’électeur pour le référendum sur l’indépendance, ce qui posait quelques questions quant à la tenue du registre des électeurs. Lors d’un référendum précédent sur la création du parlement écossais, en 1979, des morts ont eu leur carte d’électeur également.

Et puis, on a fait comme dans n’importe quelle dictature africaine : on a bourré les urnes. Il y a de nombreux endroits où on était certains que le "oui" allait gagner, mais c’est le "non" qui l’a mystérieusement emporté.

A Glasgow, les flics enquêtent sur 10 électeurs venus voter dans des bureaux différents, et qui se sont entendus dire qu’ils avaient déjà voté. A Dundee, des bulletins oui ont été repérés parmi les votes "non". Et des alarmes inopinées ont retenti à plusieurs reprises, de manière à interrompre le vote.

Même la Russie dénonce des irrégularités dignes de la Corée du Nord.

Par ailleurs, le taux de participation, autour de 85%, a été officiellement plus bas dans certains bastions pro indépendance. Il est assez logique de se demander si une partie des bulletins n'est pas passée à la trappe.

Il y a aussi cette vidéo, dans laquelle on voit une femme bourrer les urnes avec des dizaines de bulletins de vote, pendant qu’une autre la cache.

Et cette autre, avec une autre fraude évidente: les bulletins « oui » sont mis dans la pile des bulletins " non". Cette fraude est toujours dans le même sens : réduire frauduleusement le nombre de bulletins favorables à l’indépendance de l’Ecosse.

Ce lundi, plus de 80.000 personnes avaient déjà réclamé une enquête indépendante sur ce scrutin qui fait de plus en plus polémique. Une bonne partie des écossais pense que les résultats du vote ont été bidonnés par l’establishment. Ils demandent donc un nouveau scrutin.

Il faudra suivre avec attention la suite des événements. Je serais étonnée que les Ecossais en restent là, et même si les anglais ne risqueront pas d'organiser un second scrutin, il faudra bien répondre à quelques questions quant à la régularité du référendum. Mais n'oublions qu'en France non plus, nos élections ne ressemblent à rien: les lois sont bafouées, le scrutin universel direct est un mythe, et on est incapable de prouver les résultats.

 

 

 

Posté par Ceri à 18:19 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

19 septembre 2014

Revue de presse du mois d'août 2014

utonaVoici la revue de presse du mois d'août. Malgré les vacances, quelques pédophiles ont fait scandale un peu partout dans le monde. En France, on revient encore sur l'affaire Outreau, pendant qu'en Angleterre, on s'enfonce dans l'obstruction de l'enquête sur le réseau pédophile VIP. Mais tout de même, le chanteur Cliff Richards est désormais dans la ligne de mire, lui qui était l'ami de la journiste assassinée Jill Dando, et qui trainait à Elm Guest House. Sinon, la liste des dérives des services sociaux continue à s'allonger, et on ressort aussi une vieille interview édifiante de Françoise Dolto, qui passait pour "la" référence en matière d'éducation.

 

> 1er août :

  • Damien batleyAngleterre : Le New York Times ironise sur le gouvernement anglais, empêtré dans ses scandales de réseaux pédophiles VIP, et qui justifie une loi liberticide destinée à intercepter tous les téléphones du pays en disant que ça aidera à attraper les pédophiles.
  • Angleterre : Tiens donc, une école d'élite aurait laissé un tas de pédophiles agir sans problème dans ses murs, sur les gamins du gratin? Cela expliquerait-il l'importance incroyable des pédophiles dans l'establishment anglais? On n'ose imaginer que cette école soit en fait un centre de dressage, y compris dans ce domaine. Le prof pédophile (au cursus impressionnant) William Vahey y est passé, notamment. Il est aussi passé sur une soixantaine de gamins, d'après les investigations récentes, cela après les avoir drogués avec des somnifères (il les prenait en photo et les flics les ont trouvées). Les autorités de l'école ont été prévenues dès l'année où il est arrivé, mais n'ont rien fait.
  • International : Un pilote de ligne pédophile, une grande compagnie, des dons à des assos… "Un pilote du transporteur aérien britannique British Airways est soupçonné d'avoir agressé sexuellement plus d'une quinzaine de jeunes Africaines lors d'escales sur ce continent. Le pilote de 54 ans, Simon Wood, s'est suicidé l'an dernier en se lançant devant un train. Il y a pour l'instant au moins 16 victimes. Wood fréquentait fréquemment des écoles et des orphelinats, à qui il remettait des dons au nom de British Airways". Pour moi cette affaire est très louche. On sait bien que des enfants sont transportés de l'Afrique vers l'Europe, pour divers trafics. Il est évident que des compagnies aériennes y participent.
  • France : Outreau: en 2011, Ségolène Royal disait qu'une partie des acquittés d'Outreau sont bien coupables : "On vient de découvrir dans l'affaire d'Outreau", dit Ségolène Royal à France-Soir, "qu'une partie au moins des parents dont on a dit qu'ils avaient été injustement accusés se sont bien prêtés à des actes sexuels avec des enfants : on a retrouvé des cassettes chez un des couples !". " "La condamnation de la pédophilie a régressé depuis l'affaire d'Outreau" : telle est l'opinion -alarmiste- de Ségolène Royal. Elle l'a exprimée avec force dans l'interview qu'elle a accordée mercredi matin à France-Soir. "975519_663756960306985_1808734745_n
  • Angleterre : Les droits des pédophiles passent avant la protection de leurs victimes. Un juge a refusé d'interdire à quatre pédophiles condamnés pour pédopornographie de revoir leurs enfants sans sécurité. Cela, au nom de leur "droit à une vie de famille"! En effet, les pédophiles avaient argumenter que leur interdire de voir leurs enfants et victimes potentielles aurait entravé leur "droit à une vie de famille"... Résultat: ils ont gagné des droits de visite sans médiatisation.
  • France : Avec la """justice""" de l'Etat français, c'est toujours aux victimes d'apporter les preuves qu'elles ont été violées. Sinon, eh bien on classe sans suite, ou l'affaire se résume à la parole d'un adulte contre celle d'un enfant. "Un père de famille originaire de Florensac (Hérault) a été mis en examen pour agression sexuelle par ascendant sur mineur de 15 ans, selon une information du Midi Libre. Sa plus jeune fille l'avait filmé à l'aide de la webcam de son ordinateur : un élément de preuve déterminant pour les enquêteurs. Une porte-parole du parquet a indiqué que le père reconnaissait les faits en les minimisant, expliquant qu'il n'avait pris aucun plaisir à agresser sa propre fille mais le faisait «juste pour s'amuser». Des faits de violence sont mentionnés dans le casier judiciaire du père, mais pas d'agression sexuelle."
  • France : Encore une affaire où les enfants victimes sont maltraités par la protection de l'enfance. Trois enfants sont placés dans un foyer illégal (qui n'a pas les autorisations adéquates) à Sucy en Brie, dans lequel, par exemple, des gens armés rentrent la nuit, d'après les enfants. Les anomalies juridiques se succèdent dans cette affaire, où diverses maltraitances sont avérées. Pourtant, les enfants n'ont toujours pas le droit de retourner chez leur mère.

 

> 3 août :

  • France : Deux gamines qui se prostituent à Lille, depuis leurs 12 et leurs 13 ans. La mère est désemparée. Les clients n'ont manifestement pas beaucoup de problèmes et continuent à venir voir ces gamines, qui se prostituent depuis 3 ans. "Pour cette femme digne, seuls l’association Le Nid et le collège de ses filles l’ont aidée : "Le principal nous alerte, l’infirmière leur parle. Le travail de la brigade de répression du proxénétisme n’a pas abouti, les services sociaux ne font que prendre des notes… J’ai même écrit au juge des enfants, avec toutes les fautes que je fais. "
  • International : L'institut Kinsey, financé grâce à la fondation Rockefeller, et qui pousse à la sexualisation des enfants, est accrédité au conseil économique et social de l'ONU. Il pourra ainsi donner son avis en matière d'éducation, de santé etc. Heureusement, certains dénoncent le lobbying dépravé de cet institut.

 

> 5 août :

  • moorsAngleterre : Jimmy Saville, copain de meurtriers satanistes. Jimmy Savile serait relié à un couple de tueurs en série, Mira Hindley et Ian Brady, les "tueurs de la Lande" qui ont tué 5 mineurs (au moins) dans les années 60. A l'époque, Savile avait défendu Brady, disant que trainer avec des mineurs n'a rien de grave. Certaines personnalités ont aussi défendu Hindley pendant des années. Nombreux sont ceux qui disent que les meurtres de Hindley et Brady étaient sataniques. Hindley serait morte de cause naturelle en 2002 à 60 ans, mais certains n'y croient pas. Peu après sa mort, une infirmière l'a vue en ville et l'a dit aux flics, qui l'ont menacée si elle ne se taisait pas. Depuis, la presse inonde le public d'articles sur la mort d'Hindley. Apparemment, elle a été libérée avec une nouvelle identité après de la chirurgie plastique.
  • Angleterre : Les couvertures des réseaux pédophiles de l’Etablishment anglais  brûlent petit à petit. Il y a un an, un flic, Peter Spindler, a dit à la presse que la police était sur le point d'arrêter un ex ministre conservateur dans le cadre d'une enquête sur un réseau pédophile. Pas de chance: Spindler a été viré juste après. Depuis, aucun ancien ministre n'a été arrêté, pas même un seul politicien, puisque les seuls qui sont mentionnés dans les médias sont ceux qui sont morts. En 1992, le fondateur du Paedophile Information Exchange (lobby pédophile), Peter Righton, a été condamné pour importation de pédopornographie. C’était surtout lui qui dirigeait le service public de protection de l'enfance et passait pour une référence en la matière. On ne sera pas surpris qu'il niait l'existence des abus rituel. Eh bien un de ceux qui a permis de faire tomber Righton explique que dans le dossier, il y avait toutes les preuves pour démonter un réseau pédophile très puissant, connecté directement au parlement. Ca tombe bien: on parle aujourd'hui du réseau pédophile de Westminster. On apprend aussi que Cyril Smith, député et ami de Savile, qu'on retrouve dans les orphelinats du Pays de Galles, à Elm Guest House et ailleurs, était franc maçon (Liberty Lodge 5573 à Rochdale). Ceci explique peut-être en partie pourquoi il n'a jamais été poursuivi malgré plus de 40 plaintes pour pédophilie à son encontre. La New Welcome Lodge, No. 5139 est aussi intéressante: c'est celle qui est ouverte à tous les parlementaires. Elle est justement basée à Westminster (le Parlement).10593033_718842281522235_8365023786059217656_n
  • Australie : GPA, marchandisation de l’enfant sans garantie de sécurité ? Un couple a payé une mère porteuse thaïlandaise pour avoir un enfant. Mais, il y en a eu deux, dont un est trisomique, alors le couple australien a refusé le 2e enfant et n'a pris que la petite fille. La mère est indignée, et là on apprend que l'homme du couple est pédophile et a déjà été condamné pour avoir agressé sexuellement trois fillettes. Il a pris deux ans pour l'agression de deux gamines de moins de 10 ans. En 97, il a pris 18 mois pour d'autres faits. Accessoirement, les mères porteuses sont interdites en Thaïlande.
  • France : Récidive…encore…et encore ! Il ne faisait que télécharger des images de viols d'enfants, et, déjà condamné, se fait encore avoir avec plus de 5.000 images crades. Il faudrait arrêter de coller du sursis à ces pervers. "L’antenne bayonnaise de police judiciaire interpelle l'homme âgé de 52 ans, célibataire, et saisit à son domicile son matériel informatique. L'homme a déjà été condamné en 2007 pour des faits similaires. 5 309 fichiers à caractère pédo-pornographiques sont retrouvés. Le Saint-Paulois jure qu'il ne les a pas visionnés depuis longtemps. Toutefois l'enquête des techniciens en informatique démontre le contraire."InaEdu04630
  • France : Rappel : Dolto, interviewée par la revue Choisir, en novembre 1979. " -Choisir : Mais enfin il y a bien des cas de viol ? -Dolto : Il n’y a pas de viol du tout. Elles sont consentantes. -Choisir : Quand une fille vient vous voir et qu’elle vous raconte que, dans son enfance, son père a coïté avec elle et qu’elle a ressenti cela comme un viol, que lui répondez-vous ? -Dolto : Elle ne l’a pas ressenti comme un viol. Elle a simplement compris que son père l’aimait et qu’il se consolait avec elle, parce que sa femme ne voulait pas faire l’amour avec lui. [Plus loin…] -Choisir : D’après vous, il n’y a pas de père vicieux et pervers ? -Dolto : Il suffit que la fille refuse de coucher avec lui, en disant que cela ne se fait pas, pour qu’il la laisse tranquille. -Choisir : Il peut insister ? -Dolto : Pas du tout, parce qu’il sait que l’enfant sait que c’est défendu. Et puis le père incestueux a tout de même peur que sa fille en parle. En général la fille ne dit rien, enfin pas tout de suite."
  • France : On connait les dérives de la "protection de l'enfance", de la mort de Marina jusqu'aux enfants violés confiés au violeur pendant que des rapports assassins sont faits par des personnels des sévices sociaux pas toujours habilités à faire ces rapports. On connait le business du placement des enfants. Apparemment, la profession éprouve un malaise à fliquer toutes les familles, pas toujours dans leur intérêt. "L’ingérence dans la vie familiale et la dimension de contrôle social sont au cœur de l’action publique de protection de l’enfance, administrative et naturellement judiciaire".

 

> 7 août :

  • Screenshot_1Angleterre : Un copain de Saville, Chris Denning, ancien de la BBC et pédo multirécidiviste, vient de plaider coupable pour 29 charges d'abus sexuels sur mineurs. Il trainait au Walton Hope, une boite où des pervers comme Savile allaient chercher des ados. "Membre dans les années 1970 d'un collectif de prédateurs sexuels gravitant autour d'une boîte de jeunes, le Walton Hop, Chris Denning avait été épinglé pour la première fois en 1974. Multirécidiviste, celui qui dit avoir été prostitué de ses 13 à ses 18 ans avait par la suite été condamné à maintes reprises : 18 mois de prison en 1985 (comportement indécent avec un enfant), trois ans en 1988 (attentat à la pudeur sur un garçon de 13 ans et possession de photographies indécentes), 10 semaines en 1996, plusieurs années à Prague pour des abus sexuels sur sept mineurs de moins de 15 ans, quatre ans en Grande-Bretagne en février 2006 pour des agressions sur mineurs de moins de 16 ans dans les années 1970 et 1980, extradé et emprisonné pour 5 ans à Bratislava en 2008 pour des faits de pédopornographie remontant à 2002-2003.."
  • Suisse : Stop masculinisme. Cet article montre bien la mentalité suisse, ce pays hautement patriarcal: pleurer sur les agresseurs de femmes et d'enfants et minimiser leurs crimes. La photo de l'article montre un homme derrière les barreaux, avec le texte "le quadra dit souffrir derrière les barreaux". Cette photo et ce texte révèlent une intention très nette de créer de l'empathie pour l'agresseur. Dans l'article, pour qualifier le premier viol de la fillette par son père, le journaliste écrit "le premier accoc" (révoltant pour un viol). Puis le journaliste utilise l'expression "a commis l'irréparable" au lieu de "a commis ce crime". L'article finit par "Aujourd’hui, il dit souffrir de sa détention et a même tenté de se suicider. La séparation avec son fils depuis son arrestation, il y a près de 500 jours, lui est insupportable " La photo et la fin de l'article sont des éléments qui impactent fortement. Les journalistes le savent parfaitement. Donc cet article est de façon perverse destiné à créer l'empathie pour l'agresseur chez les lecteur-trice-s.

 

> 8 août

  • Paires-en-colèreFrance : La ‘’ ‘’ justice’’ ‘’ française… L’'appel d'une grand mère dont la fille se fait harceler par son ex mari magistrat, pédophile et père de ses enfants. Une belle liste d'abus de pouvoirs par ce magistrat impuni, qui utilise tous les moyens y compris illégaux pour parvenir à ses fins et éliminer la mère des enfants du paysage. L'enquête est à charge contre la mère, afin de démontrer qu'elle manipule ses enfants et qu'il ne s'est rien passé. Bien-sûr, ce magistrat est protégé par sa hiérarchie.
  • Suisse : ‘’Le psychologue Philip Jaffé est le chantre suisse du Syndrome d'Aliénation Parentale (SAP/AP). Il est donc "le Paul Bensoussan suisse". Voici un article de 2006 du sociologue Léo Thiers-Vidal dans lequel il parle de Philip Jaffé’’ et autres infos pour mieux cerner le personnage.

 

> 10 août:

  • Angleterre : Un pédophile relâché en avance après le viol d'un bébé vient d'être rattrapé pour possession de plus de 5000 'images et 400 films de pédopornographie. Il avait fait seulement 5 ans de prison pour le viol du bébé de 13 mois, et a été libéré parce qu'un psychologue n'a pas vu de risque de récidive (encore un qui croit que la pédophilie se soigne). C'est son fils qui l’a balancé car le pédo n'avait pas le droit d'avoir internet, et pourtant il y allait quand même.
  • France : Un père de famille de 40 ans a été placé en détention provisoire vendredi à Rochefort par un juge des libertés et de la détention. Il était en garde à vue depuis jeudi après la plainte déposée par la tante d'une fillette de huit ans. La petite fille venait de lui confier les faits pendant son séjour chez elle. Après avoir nié dans un premier temps, le père a reconnu devant les policiers avoir violé sa fille depuis qu'elle avait cinq ans.

 

> 12 août:

  • France : Deux gamines ont échappé a un taré. Un délinquant sexuel a tenté d'embarquer deux petites de 8 et 12 ans, qui heureusement se sont défendues: "Il demande à l’aînée s’il se trouve bien sur la bonne route pour aller à Bessines-sur-Gartempe. L’enfant n’a pas le temps de répondre que l’homme sort de son véhicule, ouvre son coffre et saisit tout à coup la plus petite des filles, qu’il tente de mettre dans le coffre."
  • International : Les snuff movies, une réalité ‘’impensable’’. On a déjà parlé de snuff movies à plusieurs reprises, aujourd’hui on va faire le point sur la question car nombreux sont ceux qui qualifient encore ces horreurs de "légendes urbaines". Du coup, on perd beaucoup de temps dans la mise en évidence des réseaux de production, et pendant ce temps-là on continue à massacrer des enfants. Si les réseaux de production sont protégés à ce point, c’est parce que leur business semble arranger tout le monde.

 

> 14 août:

  • article-2724386-2081938600000578-550_634x424Angleterre : Une femme déclare avoir été violée dès l'âge de 4 ans par l'ancien avocat général d'Ecosse, député pendant 20 ans et bras droit de Thatcher, Sir Nicholas Fairbairn. La première fois en présence de son père, avocat, qui se marrait. Justement, la semaine dernière on apprenait que Fairbairn a été cité comme étant l'un des visiteurs d'Elm Guest House, le bordel pédophile prisé des politiciens de droite tels que Cyril Smith, mais aussi de Jimmy Savile ou Cliff Richards. Fairbairn y aurait "utilisé des garçons dans le sauna", et des photos ont été prises. Ce témoin explique avoir aussi été violée par son père Robert Henderson, avocat réputé et conseil de la reine, durant des années. Il a laissé sa fille se faire violer par ses amis, en parfaite connaissance de cause. La nuit, il venait la chercher pour des viols. Son père et Fairbairn ont aussi violé d'autres enfants impunément, dit-elle, et elle veut désormais que cela se sache. Elle a porté plainte en 2000 contre les 2 (son père est mort en 2012, l'autre en 95), mais la police a déclaré qu'il n'y avait pas assez de preuves. En +, Fairbarn est sorti un temps avec Esther Rantzen, accusée d'avoir organisé partouzes ou des mineurs étaient présents. Elle a aussi créé la "Childline", le numéro d'urgence pour els enfants en danger (qui, bien sur, ne sert à rien). Elle a aussi gravité dans l'entourage de sa collègue Jill Dando, tuée par un tueur à gages alors qu'elle voulait parler du réseau pédophile de la BBC.

 

> 15 août:

  • 408365_511010412247085_1118726617_nAngleterre : Rock, showbiz, Angleterre, une combinaison malheureusement classique. Depuis qu'il a eu une perquisition il y a 2 jours (pour agressions sexuelle d'un mineur), Cliff Richards qui se dit innocent a fait arriver pas mal de gens au commissariat, pour dénoncer des abus sexuels commis par la star. Bizarrement, la BBC (qui doit redorer son image de réseau pédophile) était là pendant la perquisition. Il serait bien de perquisitionner aussi sa villa au Portugal, pas loin de là où a disparu Maddie McCann. Cliff Richards était le meilleur ami de la journaliste de la BBC Jill Dando, tuée de deux balles dans la tête alors qu'elle voulait exposer le réseau pédophile VIP. Il a été entendu à de nombreuses reprises dans cette affaire, car il connaissait l'emploi du temps de son amie.
  • Angleterre-France: Les réseaux d’Angleterre et désinformation française. France Inter se décrédibilise encore un peu plus (si c'était encore possible): selon les propagandistes payés grâce aux impôts, il n'y a pas de réseau pédophile à la BBC. Jimmy Savile, Chris Deenning, Rolf Harris, Esther Rantzen, Gary Glitter et les autres, ce sont tous des pédophiles isolés, jamais protégés par la BBC ni par personne d'ailleurs, puisqu’ils n'ont rien fait selon France Inter, et ont été condamnés injustement, si on suit le raisonnement. " Les Britanniques voient des pédophiles et des complots partout. Aidés par une presse tabloïde qui alimente la rumeur en multipliant unes et articles racoleurs. Elle capable de tout cette presse :" Ce que France Inter appelle "rumeur", ce sont une dizaine d'enquêtes de police, des dizaines de témoins, des dossiers disparus mystérieusement, des protections inexplicables. Bref, on savait que nos médias commerciaux étaient nuls et dignes de la propagande d'URSS, cela le confirme encore.f987-1-7
  • France : France Inter, la radio des pédos? Emission "qui sont les pédophiles?" ==>D'après Serge Hefez ce psy hélas trop connu :"les enfants ne sont pas des anges, les enfants ne sont pas aussi innocents qu'on veut bien le dire". Ca, c'est typique de la projection que les pédophiles font sur leurs victimes, des enfants qui NE SAVENT PAS ce qu'est la sexualité. "On le sait bien ils ont envie de jouer au docteur pourquoi pas avec des adultes". Oui, mais entre enfants, le rôle d'un adulte est de dire non. Mais c'est quoi ce psy? J'espère qu'il ne fait pas des expertises pour les tribunaux. ==> "il faut distinguer la pédophilie douce avec consentement de l'enfant de la pédophilie dure comme celle dutroux" et " les enfants sont des allumeurs, il suffit de regarder ces excités " ... On commence par nous décrire un pédophile humain, "incapable de se projeter dans une relation sexuelle adulte". ==>Ne les condamnons pas avec notre vision morale des choses, etc. Il parle de Michel ALBENQUE, qui cherchait des gamins dans des quartiers pauvres et les exploitait dans le cadre d'un réseau pédophile (il a reconnu entre 40 et 50 victimes de 1972 à 1996 quand il a été arrêté en Roumanie avec un gamin de 12 ans dans son lit). ==>On revient sur "le regard de notre époque" sur la pédophilie, et il y a 200 ans ce n'était pas un crime". D'abord c'est faux la pédophilie n'a jamais été admise dans la société. Ensuite le Moyen Age n'est pas une référence en matière de protection de l'enfance. ==>Un avocat OSE dire qu'aujourd'hui on croit systématiquement l'enfant. En réalité on a moins de 700 condamnations pour plus de 4000 plaintes par an. ==>On nous refait le coup d'Outreau, l'erreur judiciaire parce qu'on a trop cru les enfants. ==>Par contre, merci au pédophile interrogé de rappeler qu'il est abstinent parce qu'il fait tout pour bloquer ses fantasme et la représentation des enfants comme objets sexuels, car "je sais que cela ferait du mal à l'enfant". Autrement dit: ceux qui passent à l'acte choisissent de faire passer leur pulsion avant l'intérêt de l'enfant. Je sens que la propagande commence au cas où des affaires similaires à l'Angleterre devaient sortir.

 

> 19 août:

  • Screenshot_6Malte : Des mineurs auraient été exploités par un réseau pédophile à Malte et dans l'ile d'à coté (Gozo). Malte est une destination phare des pédophiles anglais depuis des dizaines d'années. Les faits remonteraient aux années 70 à 90, et les services sociaux avaient alerté les autorités en 1993, sans résultat: le rapport a vite été enterré par lesdites autorités. Il faut dire que dans ce rapport, les services sociaux avaient pointé du doigt le pédophile qui passait pour la référence nationale anglaise en matière de protection de l'enfance, Peter Righton, fondateur du Paedophile Information Exchange, un lobby pédophile où on se refilait aussi les bonnes adresses, voir les victimes. Il y aurait des preuves que Righton et son compagnon étaient mêlés au réseau pédophile qui exploitait les enfants de Malte et Gozo. Une partie des preuves serait dans les 7 cartons de correspondances saisis chez Righton. En 2012, un travailleur social tente de secouer la police qui entame une enquête, vite close. Aujourd'hui, il dénonce un "réseau pédophile d'élite" qui étouffe tous les dossiers chauds.
  • Afghanistan : Une gamine de 10 ans violée par un "religieux" risque de se faire en plus tuer par sa famille afin de "laver l'honneur" du clan. Résultat: il faut aussi la protéger de a famille. C'est con, mais ce genre de mode de pensée existe aussi en France. Combien d'enfants violés ne se sont pas pris une claque dans la figure (au propre comme au figuré) en parlant des abus sexuels subis?
  • Canada : L'info est à prendre avec des pincettes. Kevins Annett, qui a pris en main le combat des natifs indiens du canada pour faire reconnaitre les crimes commis dans les écoles religieuses dignes des camps de concentration, annonce avoir stoppé un sacrifice d'enfants quelques jours avant la date fatidique, le 15 aout semble-t-il. Ledit sacrifice devait avoir lieu à l'université McGill de Montral au Canada. Deux enfants devaient y être assassinés lors d'un rituel, dans une annexe de l'univ. C'est son tribunal coutumier (ITCCS), qui aurait alerté les flics canadiens qui seraient donc intervenus. Des cadres de Sinclair Oil (dont Stephen Holding) et de Cargill Corporation (dont un certain Kerry Brick) seraient impliqués, dans le cadre d'un groupuscule appelé Ninth Circle (9e cercle). "Il y a plusieurs mois, un survivant a témoigné que des enfants étaient amenés au siège de Cargill à Wayzata Minn où ils ont été forcés de regarder un sacrifice d'enfant". Le 9e cercle organiserait aussi des parties de chasse aux Pays Bas. Mc Gill est l'université dans laquelle a exercé Ewen Cameron, qui a mené de nombreuses expériences de contrôle et de programmation mentale dans les années 50 et 60 (les archives sont en partie sorties).

 

> 21 août:

  • pedophilie-marocFrance - Djibouti : Même combat "Ces dernières années à Djibouti nous assistons à la multiplication des actes de pédophilies sur des mineurs (garçons), ces agressions sur des jeunes garçons sont rarement sanctionnées par le système judiciaire et même étouffées grâce à des compensations financières données aux familles des victimes. En effet rares sont les plaintes qui aboutissent et qui donnent lieu à des peines de prison sévères. "En général sont arrêtés ceux qui n’ont pas des privilèges à savoir une situation financière aisée ou qui exercent des fonctions élevées dans l’administration djiboutienne. Ainsi ceux-là utilisent leurs privilèges et leurs connexions pour échapper aux rouages système judiciaire et dédommagent les familles des victimes qui sont généralement démunies et ont un besoin pressant d’argent en échange de leur retrait des plaintes et de leur silence."
  • Belgique-Vatican : L'Eglise, plus grand réseau pédophile au monde : "Selon l'ancien président de la commission chargée du traitement des plaintes pour abus sexuels au sein de l'Eglise en Belgique, le pape aurait dû quitter ses fonctions" La question est: comment trouver un pape intègre et non pédophile?

 

> 22 août:

  • 540630-9eeb17a4-292d-11e4-aaf4-d11cdeb5504dVatican : Pour la transparence au Vatican, on repassera : le Vatican vient de refuser de transmettre des dossiers concernant un curé pédophile australien. Il a été répondu que ces documents appartiennent au "saint siège", un "état souverain" (hélas). De fait, la toute première "réforme" de Bergolio a été d'interdire qu'on parle des crimes commis au Vatican en dehors du Vatican.
  • USA : Utiliser l’avortement comme recours après un viol, les pédophiles sont au clair avec la technique.  Alors que les hôpitaux doivent signaler les blessés par balles, ils ne le font que rarement quand ils se trouvent face à une mineure enceinte, bien qu'il y ait de gros risques qu'il s'agisse d'un abus sexuel. Un rapport d'association anti avortement (Life Dynamics) va plus loin et dit que le lobby de l'avortement va jusqu'à protéger les pédophiles. Ils auraient recensé 60 cas passés au tribunal où des pédophiles ont utilisé l'avortement pour dissimuler les viols. Jamais il n'y a eu de rapport des cliniques d'avortement.
  • France :La castration chimique est inutile : un pédophile qui l’avait demandée (surement pour apitoyer le tribunal et réduire sa peine) a agressé une gamine. Lui dit qu'il se sent "fragile". "En Gâtine, une petite fille de 7 ans a fait les frais de ses irrésistibles pulsions sexuelles. L’homme, âgé de 33 ans, ne s’est pas contenté de s’exhiber devant l’enfant. Il l’a aussi agressée sexuellement. Malgré la castration chimique, traitement qu'il réclamait, ce trentenaire socialement inséré se sent "encore fragile"."
  • France : Le bracelet électronique est inutile: il y a tellement de bugs qu'on devient incapables de vérifier où sont les criminels dotés de ces bracelets, parmi lesquels de très nombreux pédophiles. "Passer du bug informatique au drame: telle est la crainte du personnel de l'Administration pénitentiaire chargé de surveiller à distance les personnes placées sous bracelet électronique. Car, depuis janvier, c'est la cacophonie dans les centres de contrôle, où les alarmes intempestives se multiplient. " "Ces anomalies en chaîne, survenues depuis le début de l'année, viennent d'être révélées par le personnel des Bouches-du-Rhône. Selon Frédéric Belhabib, surveillant de prison en milieu ouvert au SPIP (service pénitentiaire d'insertion et de probation) d'Aix-en-Provence, et syndicaliste CFDT, cette dégradation est liée à l'arrivée d'un nouveau fournisseur. "Depuis que Thales a remporté le marché en faisant une offre moins élevée, les dysfonctionnements se multiplient. On gère 170 bracelets et depuis mars, on a dénombré 115 pannes", déplore-t-il. "

 

> 23 août:

  • 1408741898914_wps_11_SIR_NICHOLAS_FAIRBAIRN_ANAngleterre : Jimmy Saville and Co…et voici Sir Nicholas Fairbairn. Cyril Smith, député pédophile aux 40 plaintes non investiguées, était ami avec Jimmy Savile mais aussi avec Sir Nicholas Fairbairn, qui lui aussi a violé des enfants à Elm Guest House, le bordel pour pédophiles VIP à Londres, fréquentée aussi par Cliff Richards, Anthony Blunt et quelques autres pédophiles. Sa carrière d'avocat général d'Ecosse qu'il a eue grâce à son amie Thatcher a été finie après qu'il ait refusé de poursuivre des types qui avaient violé une prostituée en bande. Publiquement, il était furieusement anti homos, mais il se tapait des garçons comme ses copains. A la fin de sa vie il a soudain commencé à défendre les gays. Son ami Robert Henderson, qui dirigeait la justice écossaise, l'amenait même auprès de sa fille pour qu'il la viole.
  • France : Affaire Outreau, par Caprouille: DUPONT MORETTI, qui va défendre Daniel LEGRAND, fait ses petits arrangements avec le parquet pour garantir l'impunité à ses clients. En plus, il s'agace publiquement que le parquet ne respecte pas son engagement avec le nouveau procès de LEGRAND!!! "Dans cette affaire d'Outreau il y aurait donc eu des irrégularités volontaires, des tricheries ? Pouvons-nous comprendre, Cher Maître, que vous n'auriez pas hésité à user de toutes formes de malhonnêtetés pour arriver aux acquittements, au prix fort du sacrifice des enfants victimes ? Un accord, un pacte entre des défenseurs et un procureur ne relève-t-il pas d'une association de malveillants, voire malfaiteurs ? N'est-il nulle part prévu de sanction pour une telle infamie ? Ce ne serait pas la 1ère fois que vous vous permettez impunément des écarts relevant de la corruption. A Saint Omer déjà, lors du procès, vous avez été surpris par 2 témoins dont je garantis la fiabilité, ripaillant avec le procureur Lesigne (qui a démenti) à une table d'un hôtel-Restaurant au nom très évocateur « Les Frangins ». Dans l'affaire Dutroux, pour 3 spaghettis partagés avec les parents des victimes, le juge Connerote s'était vu retirer l'affaire qu'il menait pourtant très bien."

    

 > 25 août:     

  • article-2732703-20BE683D00000578-927_634x498Angleterre : Le comte Sandwich était un violeur d'enfants, d'après l'une de sa vingtaine de victimes: son fils. Son père, 10e comte de Sandwich, a été éduqué à Eton et au Trinity Collège (bourrés de pédophiles depuis des lustres), puis a été un député conservateur. Il a violé son fils tous les matins pendant des années. L'enfant l'a dit à sa famille, qui l'a envoyé dans une école éloignée et n'a rien fait. Il aurait fait au moins 20 victimes dans entourage, et n'a jamais été inquiété.
  • Ecosse : Il y a 30 ans, le manager d'un groupe de rock, les Bay City Rollers, se faisait attraper pour avoir agressé un mineur. En fait, il était au centre d'un vaste réseau pédophile local. Puis c'est un ancien batteur du groupe qui se fait avoir pour pédopornographie, en 2000. Le manager, Tom Paton, était le pilier d'un gros réseau pédophile dans lequel on trouvait des présentateurs TV célèbres, des flics gradés, des avocats... Au moins une victime a été liquidée. Ce réseau, qui violait presque uniquement des garçons, n'a jamais été exposé. Paton est mort en 2009 et un médecin qui a rencontré de nombreuses victimes de Paton a réclamé une enquête qui n'a jamais eu lieu. On sait que Paton avait fait un dossier de 200 pages sur les clients du réseau (avec photos), qui n'avaient certes pas envie que leur cas soit exposé en public ou même auprès de la justice. En 1990, Paton a été concerné par une enquête sur un réseau de prostitution de mineurs après qu'un jeune de 16 ans ayant fugué de son foyer ait été violé et drogué pendant 10 jours. Finalement personne n'a été condamné. Les flics soupçonnaient Paton d'être le maquereau. Il a aussi violé des musiciens des Bay City Rollers.
  • Bangladesh : Dans ce pays parmi les plus pauvres, les ambassades étrangères poussent comme des champignons, aussi vite que les usines textiles où les enfants sont payés 20 dollars par mois. Alors évidemment, la destination est prisée des pédophiles occidentaux. Une véritable industrie de la pédopornographie est déjà en place, et les films sont accessibles dans le monde entier.

 

> 26 août:

  • Ecosse : Le Magic Circle, en Ecosse, c'est un groupe de magistrats, avocats, politiciens écossais pédophiles, qui négociaient des peines légères contre des rapports sexuels avec des jeunes. Parmi eux, Sir Angus Grossart, patron de la Royal bank of Scotland. Ou le révérend Andrew Herron, qui a dirigé l'assemblée générale de l'église d'Ecosse. Certaines de leurs victimes les ont fait chanter, certains ont du démissionner rapidement, mais les maitres chanteurs ont été traqués.
  • USA : Un institut pour "soigner" les prêtres pédophiles. Si on en faisait autant pour les victimes, à la rigueur ça passerait. Même si aucun traitement n'est efficace. Au lieu de les envoyer en taule, " une cure moyenne dure entre deux et quatre mois : travail psychologique, équilibre physique et développement de la vie spirituelle." Leur définition de la pédophilie? Au dessus de 14 ans ce n'est pas vraiment de la pédophilie dont les curés ne sont "pas dans la case pédophiles". Si cela doit les rassurer, ce n'est probablement pas le cas de leurs victimes. Du déni validé "scientifiquement".
  • France : Désinformation médiatique : le Figaro critique la lutte citoyenne contre la pédophilie et retombe dans le cliché de la "théorie du complot". On n'en attendait pas moins de ce torchon subventionné.
  • Angleterre : Plus de 1.400 mineures ont été exploitées par un réseau en 16 ans dans les sévices sociaux d'une seule ville, Rotherham, selon un rapport publié aujourd'hui. Exceptionnellement pour l'Angleterre, la grande majorité des victimes sont des filles certaines n'ayant que 11 ans, et les coupables sont des hommes de main d'origine étrangère. Quant aux clients, mystère. Les maquereaux visaient des adolescentes paumées qu'ils choisissaient dans les foyers. Malgré moult alertes, les autorités, et les politiques, n'ont rien fait. On nous parle de "manquements systématiques", mais il faut traduire: réseau organisé. Bien sur, cela ne peut pas arriver en France.

 

> 28 août:

  • France : Encore de la récidive, cette fois, un papy pédophile multirécidiviste en territoire de Belfort. Il risque au maximum 7 ans de prison pour diffusion de pédopornographie. "A la fin du mois de décembre 2013, les autorités grecques ont signalé le comportement suspect d’un individu, habitant à Essert. L’homme est soupçonné de faits pédopornographiques à travers un site de partage de fichiers de photos et de vidéos appelé GigaTribe. Il est donc poursuivi pour détention et diffusion d’images pédopornographiques par moyen audiovisuel. Il encourt la peine de sept ans de prison. L’homme est en récidive puisqu’il a déjà été condamné en 2001 pour des faits similaires à 6 mois de prison et en janvier 2003, à deux ans, assortis en partie du sursis pour agression sexuelle".
  • France : Les faits s’étendent sur plusieurs années, de 2005 à 2012. Le père de famille est soupçonné d’avoir procédé à des attouchements à plusieurs reprises sur ses deux filles, âgées aujourd’hui de 8 et 12 ans. Sa femme, elle, a été mise en examen pour n’avoir rien dit. Par le passé, le couple a déjà été condamné à un an de prison avec sursis, pour ne pas avoir pris soin correctement de ses quatre enfants. L’aîné est placé en 2005, les trois autres en 2006. Pendant leurs visites au domicile conjugal, les deux jeunes filles sont victimes d’attouchements. En 2012, la fillette de 10 ans, met tout d’abord en cause son oncle. Puis mise en confiance par une enquêtrice, elle accuse ensuite son père.Screenshot_8
  • USA : Ca devient courant, ceux chargés de la sécurité sur internet en profite pour s’adonner à la pédocriminalité… L'ancien responsable de la cybersécurité du ministère américain de la Santé a été reconnu coupable mardi d'avoir fréquenté des sites internet de pédopornographie, a annoncé le ministère de la Justice. Timothy DeFoggi, 56 ans, était notamment inscrit entre mars et décembre 2012 sur un site internet proposant à ses membres d'échanger entre eux des photos à caractère pédopornographique. Selon le ministère de la Justice, il a même proposé à un autre membre de violer puis tuer des enfants. DeFoggi a dirigé pendant un temps le service de sécurité sur internet du ministère américain de la Santé.
  • France : Enfin, beaucoup commencent à prendre conscience des complicités de la justice et de l'ensemble de la protection de l'enfance pour protéger les pédocriminels et notamment, les pères violeurs. Témoignage d'une maman: "Et comment les gens qui les protègent au sein du système judiciaire y arrivent-ils ? Ils sont pire encore que les pères incestueux – qui, quelque part, sont malades - car ils font en sorte que les pères puissent continuer à détruire leurs enfants en toute impunité. Aux mamans qui se battent, ne lâchez rien et essayez d'avoir le plus de témoignages possibles de psychologues et psychiatres. (je dis ça mais ceux que j'ai fournis ne sont pas vraiment pris en compte pour l'instant, pas grave, je publierai tout pour que la justice assume au grand jour). Je n'incrimine pas, évidemment, ceux qui essaient d'agir au sein de ce système : il y a eu une brigade de gendarmerie attentive qui a cru mon fils, il y a eu un gendarme honnête qui m'auditionnait pour les non représentations et comprenait pourquoi je ne donnais pas mon fils à son père mais ils ont été écartés et ceux qui restent sont, il faut bien le dire, incompétents ou pro-pédophiles. Il y a un an et 20 jours que j'ai envie de hurler pour ce que mon fils a subi et si la justice ne le prend pas en compte, je hurlerai à faire éclater les vitres de ces tribunaux où ils condamnent les victimes innocentes à subir encore l'impensable. Battons-nous ensemble pour défendre nos enfants. Pères violeurs, Justice complice, CA SUFFIT ! Une mère en colère."

 

> 29 août:

  • 487300139_B973439280ZFrance : "L'homme, âgé de 52 ans, est accusé de nombreux viols commis sur des enfants, dont ses deux filles. Il présente le profil d’un dangereux pédophile agissant en prédateur. La traumatisante histoire de Virginie (le prénom a été changé, NDLR) n’aurait peut-être jamais refait surface si la police allemande ne s’était pas intéressée à un suspect d’outre-Rhin, en janvier 2012. Dans son ordinateur, ils ont retrouvé des photos et vidéos de Roger O. en train de violer une fillette, accompagné d’un autre homme. Ces faits sont commis alors que la victime est âgée de 9 ans au début des faits, jusqu’à ses 15 ans. La jeune femme est identifiée, tout comme le deuxième homme qui s’avère être son père. Au total, 292 vidéos et 309 photos ont été versées au dossier. Durant l’instruction, les enquêteurs ont découvert l’horreur. Roger O. ne se contentait pas d’abuser de sa première, puis de sa deuxième fille. Il faisait profiter de la seconde à d’autres hommes Trois autres petites filles, âgées à l’époque de 3, 6 et 10 ans, ont subi ses déviances sexuelles. Ce sont les enfants d’une femme avec laquelle il s’était mis en ménage. Avec cette concubine, il n’a jamais eu de rapport sexuel, prétextant un problème de prostate…".
  • USA : Comme c'est étonnant... La plainte contre le réalisateur de X Men est retirée. "Michael Egan avait accusé en avril dernier le réalisateur de la saga «X-Men» de l'avoir violé lors de fêtes organisées à la fin des années 1990. Il vient d'abandonner les poursuites. Les faits relatés par Egan étaient ceux-là. A la fin des années 90, alors qu'il n'était âgé que de 17 ans et aspirait à une carrière dans le cinéma, Michael aurait été poussé à consommer de l'alcool avant que le cinéaste lui fasse une fellation et lui en demande une en retour. Une autre affaire pourrait encore nuire au réalisateur. En mai dernier, soit un mois après l'affaire Egan, un autre jeune homme avait affirmé avoir été violé par Singer lors d'une fête londonienne à l'occasion de la sortie du film «Superman Returns» en 2006..Screenshot_6
  • Angleterre : Qu'est-ce qu'on s'amuse... A Rotherham, plus de 1400 gamines, souvent issues des services sociaux, ont été prostituées, torturées, menacées par des gangs de pédophiles pakistanais. Quand certains ont eu le courage d'aller porter plainte, les flics se sont retournés contre elles. Résultat: on nous dit que ce réseau a opéré pendant 16 ans en TOTALE impunité. Aujourd'hui, on apprend que des membres du conseil municipal, responsable des sévices sociaux locaux et parfaitement au courant de la situation suite à des alertes d'éducateurs et autres travailleurs sociaux, ont demandé en 2002 qu'on aille chercher tous les dossiers et toutes les preuves concernant les filles victimes pour les détruire. On va nous dire que c'était pour sauvegarder l'image de la ville que tout a été étouffé, mais il est plus que probable qu'en réalité on cherche à protéger la clique pédophile qui gouverne les anglais. Ces membres du conseil municipal si prompts à enfoncer les victimes faisaient-ils partie des clients, tous impunis à ce jour, prêts à payer pour se taper des gamines droguées de 11 ou 12 ans?

 

> 31 août:

  • Screenshot_13France : Outreau: Le couple LAVIER "protégé depuis Outreau", selon la mère de l'acquitté. Franck et Sandrine LAVIER avaient été condamnés puis acquittés pour les viols d'Outreau. En 2012, deux de leurs enfants ont fui la maison en plein hiver suite à des maltraitances. Une enquete démarre, on trouve des vidéos plus qu'équivoques (des adultes ivres et à poil mimant des gestes sexuels devant des enfants), mais on laisse tomber le volet corruption de mineurs. Finalement, le couple n'aura que quelques mois de sursis pour les violences sur mineurs. A l'énoncé du verdict, la mère de LAVIER était en colère: "Ils ont respectivement écopé de huit et de dix mois de prison avec sursis, pour les faits de violences sur leurs enfants, commente la mère de famille. Je trouve la peine bien légère au regard des preuves et du résultat des examens médicaux (...) Depuis l'affaire d'Outreau, Sandrine et Franck sont de toutes façons protégés. Ce ne sont plus des citoyens lambda".
  • Colombie : Les citoyens colombiens se bougent. Une marche de 900 jeunes venus de zones touristiques a été organisée contre l'exploitation sexuelle des enfants. A Cartagena (1 million d'habitants), plus de 260 cas ont été rapportés en 2013, surtout sur des fillettes, dont certaines avaient 6 ans.

 

14 septembre 2014

Quelques affaires connexes à l'affaire Outreau

Screenshot_31Si l’affaire Outreau a fini par sortir, c’est parce que, comme une cocotte minute sur le feu, le couvercle devait sauter dans ce quartier où plusieurs réseaux pédophiles s’entrecroisaient. Il n'a jamais été possible d’établir l’existence de ces réseaux devant la justice, même si tous les protagonistes qui ont parlé, coupables et victimes, ont aussi parlé de réseau. On va aborder aujourd'hui quelques-uns des "dossiers connexes", tombés dans l'oubli, et pourtant reliés de près à l'affaire Outreau qu'on connait.

 

On connait plus ou moins bien le procès Outreau : sept condamnations en première instance, quatre en appel. 17 enfants reconnus victimes en première instance, 12 en appel. Mais, l’affaire a été saucissonnée, comme on dit, et plusieurs volets de l’affaire Outreau ont été disjoints. Il est vrai que si tous ces dossiers connexes avaient été jugés dans le cadre de l’affaire Outreau que nous connaissons tous, l’instruction aurait été interminable[1].

En voici quelques-unes dont nous pouvons parler.

Le 26 juin 2001, deux couples sont arrêtés dans le cadre d’un dossier parallèle à l’affaire Delay/Badaoui, pour des faits de pédophilie. A ce moment, un avocat explique dans la presse qu’il y avait 6 ou 7 dossiers similaires dans ce quartier de la Tour du Renard, à Outreau. Cependant, on n’a jamais réentendu parler de ces couples arrêtés.

Le journaliste Frédéric Lavachery, auteur d’un livre sur l’affaire Dutroux, qui a éclaté en 1995 en Belgique, explique que, dès 1999 les renseignements généraux français se sont intéressés au mouvement de citoyens belges contre les réseaux pédophiles, les Comités Blancs, qui ont fait si peur au pouvoir belge. Il écrit :

outreau doc"En 1999, la profileuse belge Carine Hustebaut avec laquelle je travaillais sur plusieurs dossiers, notamment les cd-rom dits de Zandvoort, m'a demandé si j'étais d'accord de rencontrer une cellule des Renseignements Généraux français qui souhaitaient comprendre ce qui se passait en Belgique. J'ai accepté et nous nous sommes vus à Lille. Nous étions quatre, deux agents des RG, Carine Hutsebaut et moi. Les RG m'ont expliqué que leur cellule avait été mise sur pied pour enquêter sur l'action des Belges face aux réseaux de pédocriminalité dans le but de débusquer d'éventuels réseaux de même nature en France. Pour ma part, je leur ai fait part des raisons de la mobilisation sans précédent de la population belge en solidarité avec les familles victimes de Dutroux et consorts.

Nous nous sommes vus une deuxième fois à Lille. Je leur ai dit que l'objectif de leur cellule n'était nullement de démanteler de tels réseaux mais d'éviter qu'en France une affaire de type Dutroux ne vienne déstabiliser le régime. Penauds, ils m'ont dit que j'avais raison.

Cette mise au point faite, j'ai accepté de les éclairer sur la mobilisation populaire belge, celle-ci étant de toute manière pénétrée par les services de la Sûreté de l'Etat belge et notre action n'ayant rien de clandestin. Ils m'ont demandé s'ils pouvaient assister à l'une des réunions de notre association, le " collectif des victimes passées en résistance ", lequel était composé d'une quinzaine de personnes victimes de diverses formes de criminalité institutionnelle, dont une diplomate de haut rang et deux gendarmes.

Ayant reçu l'accord des membres du collectif, j'ai donc invité les deux agents des RG à l'une de nos réunions, à proximité de Bruxelles. Ils sont arrivés avec une dame qu'ils ont présenté comme leur chef et ils ont assisté à nos travaux, qui n'avaient rien de confidentiel. Je n'ai plus entendu parler de cette cellule par la suite.

En 2001, la presse a commencé à rendre compte de l'affaire d'Outreau et, très rapidement, il est apparu qu'elle prenait l'exact contre-pied de l'attitude adoptée par la presse belge entre 1996 et 1998."

 

Screenshot_18Le procès Danger/Vandevelde

Le 12 novembre 2001, alors que l’affaire Outreau fait la Une des médias depuis près d’un an, trois couples sont arrêtés. Il s’agit de trois frères, les Danger, mariés à trois sœurs Vandevelde, avec quelques échanges d’un couple à l’autre, et 16 enfants au total (ils ont été placés le même jour). Ils vivaient dans un immeuble en face de chez les Delay. Ce sont les deux aînés de la famille, placés depuis 1999, qui ont parlé à leurs assistantes maternelles.

Un autre couple a également été arrêté dans le cadre de l’affaire Delay/Badaoui, mais on n’en a pas entendu parler davantage.

Les trois couples Danger/Vandevelde ont été arrêtés pour des actes pédophiles répétés sur leurs enfants, ainsi que la grand-mère maternelle, chez qui se seraient déroulés une partie des faits.  C’est le procureur Lesigne qui suit l’affaire, comme pour Outreau. Il n’a  donc été question que d’une "affaire d’inceste familial".

Dans le dossier Outreau, on apprend que certains de leurs enfants sont cités comme victimes par les témoins du dossier Delay/Badaoui. L’un des acquittés est cité par une victime comme agresseur d’un des enfants Danger. Une autre victime cite plusieurs enfants Danger comme victimes des Delay. Badaoui, quant à elle, a déclaré qu’une des femmes Vandevelde faisait partie du réseau.

Mais quand certains enfants sont entendus par la police et les psychologues dans le cadre de l’affaire Outreau de base, ils nient avoir subi quoi que ce soit, et se montrent même totalement bloqués au départ. L’un d’eux finit par dénoncer un acquittés, mais jamais ses parents. Il se rétractera lors du procès en appel, permettant d’acquitter ce suspect, qui avait été condamné en première instance.

Damien batley

La presse dépeint les trois couples, défendus par les ténors de l’affaire Outreau tels que Moretti, Berton et Delarue fils, comme des débiles qu’on attaque injustement, à cause du délire de l’affaire Outreau.

En mai 2002, alors que les trois couples sont toujours en préventive, une codétenue d’une des sœurs Vandevelde, ulcérée, est entendue par la police. Elle explique que cette femme est "très intelligente" mais "joue les naïves" (comme tous les accusés dans cette affaire, d’ailleurs). La codétenue déclare qu’elle a dit avoir commis des attouchements sur les enfants, et même qu’elle faisait partie d’un réseau pédophile. En gros, on prostituait les enfants contre de l’argent ou des provisions. Là aussi, il est question de cassettes vidéos, qui auraient "été dégagées avant l’arrivée de la police".

Finalement, les trois couples sont relâchés discrètement en septembre 2004. Leur procès est reporté à juillet 2005, juste après le procès en appel de l’affaire Outreau.

C’est seulement en mars 2006 que le procès commence, à Saint-Omer, en plein pendant la commission d’enquête parlementaire sur Outreau. Au cours des trois semaines d’audience, les adultes nient les accusations de pédophilie. On apprend qu’en 1997, Christian, l’oncle d’une des victimes, Jessica, a été condamné à 18 mois  fermes pour des attouchements commis en 1996. Tout le procès repose sur le seul témoignage de Jessica, qui est évidemment attaquée par les avocats de la défense. Son frère qui accusait un acquitté d’Outreau s’est rétracté, ce qui fragilise encore plus l’accusation. Et les médias s’en donnent à cœur joie, en ne donnant la parole qu’aux avocats de la défense et en rappelant lourdement "le fiasco de l’affaire Outreau". "Devant la juge, [X] a évoqué la violence de [son compagnon] la forçant à avoir des rapports avec ses frères, à regarder des films pornos en présence des enfants, elle a parlé de ses manières suggestives avec eux? "Depuis, elle dément, affirme Me Hubert Delarue. Elle a subi beaucoup de pressions, été frappée en prison? Elle a fini par broder, dans le climat de psychose pédophile de l'époque." ", nous dit l’Express du 23 mars 2006.

van danLeurs enfants ainés se sont plaints en 2001, à l’âge de 15 et 10 ans, de violences sexuelles commises par les adultes, auprès des assistantes maternelles chez qui ils étaient placés. Là aussi, les scènes étaient parfois filmées. Interpellés, les parents nient, de même que certains enfants. Finalement, tous les enfants sont placés en famille d’accueil. Au moins l’un d’eux ne veut plus retourner chez ses parents. C’est lui qui, après avoir dit qu’il n’avait rien vu, rien entendu, a dit avoir vu le viol de sa cousine par son père et ses deux oncles. Pourtant, on a tout fait pour l’intimider : "J’ai bien posé les risques qu’encouraient ses parents quant aux accusations qu’il tenait. Il a maintenu", a déclaré l’avocat général. Pourtant, un an avant le procès, on a permis aux accusés de revoir leurs enfants.

L’oncle déjà condamné a été cité par les victimes également dans ce dossier, mais il n’est pas renvoyé au tribunal. Contrairement à ce que dit la presse, ce n’est pas parce qu’il était en prison au moment des faits : il n’a fait que 18 mois de taule au maximum, alors que la période infractionnelle va de 1994 à 2001 !

Là aussi, l’aînée dit qu’elle a été violée par ses oncles, son frère et ses cousins, mais une expertise médicale conclut qu’elle est vierge. Echaudés par Outreau, des experts nommés pour de nouvelles expertises des enfants concluent que les témoignages de 9 enfants sur 10 ne sont pas consistants.

Les six sont condamnés à 2 ans de prison (couverts par la préventive) et font appel. En appel, en novembre 2007, cinq sont jugés coupables : deux hommes prennent 6 ans de prison, une femme et un homme ont pris 4 ans et la dernière a pris 2 ans, mais ils ne comparaissaient que pour agressions sexuelles et corruption de mineurs.


L'affaire Outreau bis par Ptite_Mule

A l’issue du procès en appel, l’avocat général a demandé au maximum 8 ans de prison, car selon lui il s’agissait d’une "banale affaire d’inceste" qui n’a "rien à voir avec la première affaire Outreau". Il a aussi demandé aux jurés de ne pas retenir les viols, "au bénéfice du doute". "La défense a calculé que l’avocat général avait abandonné dans son réquisitoire 35 viols et 42 agressions sexuelles sur dix victimes" et avait seulement gardé "des délits de violences, de corruption de mineurs et une agression sexuelle de trois accusés sur une seule victime"

 

Le 2e procès des Lavier

Screenshot_19Le couple Lavier figure parmi les acquittés de l’affaire Outreau. Franck avait été condamné en première instance. Au moment où toute la presse française encensait lesdits acquittés à l’occasion des dix ans de l’affaire Outreau, le procès des Lavier pour corruption de mineurs démarre, en février 2012.

Un an plus tôt, le couple avait été placé en garde-à-vue suite à la fugue de deux de leurs enfants de 10 et 11 ans en plein mois de février. Deux frères de Lavier étaient également arrêtés et poursuivis. Les deux gamins avaient parcouru plusieurs kilomètres en pleine nuit et en hiver pour regagner le domicile de leur assistante maternelle, où ils avaient été placés durant l’incarcération de leurs parents.

Ils ont dénoncé diverses maltraitances, et une enquête est lancée, qui aboutit à la perquisition chez les Lavier, au cours de laquelle plusieurs vidéos de soirée arrosées montrent des gestes sexuellement explicites en présence de mineurs. Dans les extraits des vidéos projetés lors de l'audience, on y voit les LAVIER, en compagnie d'amis et de membres de la famille, adopter des positions obscènes auxquels assistent des enfants, parfois pris à partie. "C'est venu dans l'amusement", souligne Sandrine LAVIER. "Et vous trouvez normal d'embrasser votre fille mineure à pleine bouche ?", tonne la juge. Des photos des maltraitances ont été diffusées aussi, montrant la fille des LAVIER couverte de bleus.

Evidemment, cela rappelle certains éléments du dossier Outreau : les partouzes avec les mineurs filmées, les propos équivoques de Lavier à sa belle-fille ("A. suce-moi la bite") ou à sa sœur ("vivement qu’elle a du poil que je l’encule"), l’ambiance salace qui régnait dans cet immeuble…

Finalement, au tribunal, on laisse tomber la corruption de mineurs et on ne retient que les maltraitances. Déjà extrêmement graves en elles-mêmes, mais largement minimisées : "Il pourrait s'agir de "punition désagréable", selon le parquet, bien loin des très graves accusations de maltraitance et encore moins de maltraitance sexuelle, portées lors de l'affaire d'Outreau. L'enquête de police a écarté les accusations de maltraitance, comme celles de violences sexuelles".

Screenshot_23"Quelques jours après l'énoncé du verdict, Bernadette Lavier, mère de Franck, se dit extrêmement "déçue"» de la sanction prononcée par le tribunal de Boulogne-sur-Mer, à l'encontre de son fils et de sa belle-fille Sandrine. "Ils ont respectivement écopé de huit et de dix mois de prison avec sursis, pour les faits de violences sur leurs enfants, commente la mère de famille. Je trouve la peine bien légère au regard des preuves et du résultat des examens médicaux. Depuis l'affaire d'Outreau, Sandrine et Franck sont de toutes façons protégés. Ce ne sont plus des citoyens lambda", écrivait la quotidien local La Semaine dans le Boulonnais.

En dehors de cela, les enfants vivaient dans des chambres sales et sans jouets, qualifiées de "mouroirs" durant le procès, mais équipées de caméras de vidéo surveillance. Il parait, selon les Lavier, que c'était pour vérifier depuis le salon si les enfants faisaient bien leurs punitions, puisque eux ne montaient plus jamais voir leurs enfants, au dernier étage. Accessoirement, à cette époque la grande maison achetée 255000 € avec l'argent des indemnités n'était pas chauffée, car la chaudière était tombée en panne et que le couple n'avait plus d'argent pour la faire réparer. Certes, les avocats ont du couter cher, mais les Lavier ont perçu 500.000 euros à eux deux.

Screenshot_20Des photos montrant l’ampleur des maltraitances ont été montrées durant le procès, avec les genoux tuméfiés des enfants suite au supplice du balai (rester des heures avec un balai sous les genoux), les bleus sur les enfants, les expertises médicales étaient à charge, de même que les témoignages de nombreux voisins et copains d'école des enfants, mais en sortant, Lavier trouve quand-même que sa condamnation à 18 mois de sursis, c’est "un peu excessif".

De fait, on a seulement reconnu qu’ils n’avaient " pas protégé leurs enfants" (mais contre qui? Eux-mêmes!). Lui aussi était défendu par Me Franck Berton, l’ex avocat de Marécaux et même des Danger, qui intervient aujourd’hui pour Daniel Legrand.

Mais c’est étrange, rien de tout cela dans le documentaire panégyrique de Karine Duchochois devenue journaliste, sur les acquittés. Elle y interviewe les Lavier, qui montrent alors deux chambres très coquettes, avec des cadeaux même pas ouverts, et un couple Lavier qui dit ne pas comprendre la réaction de ces enfants ingrats. Leurs avocats ont encore dénoncé un "harcèlement judiciaire"et fait abusivement référence au procès d’Outreau.

Dans 7 à 8, pareil : on leur laisse largement la parole pour nier en bloc les accusations contre eux, avec l’air innocent et dégagé qu’on leur connait.

Ils ont été condamnés à 8 et 10 mois de sursis. "Ca va, je pensais que ce serait pire", a commenté Lavier à la sortie du tribunal le jour de l’énoncé du verdict.

 

Screenshot_29L’affaire Rudy L.

Deux autres acquittés, les Legrand père et fils, sont cités par un enfant de la famille comme l’ayant agressé sexuellement. Expulsée de sa maison, la famille Legrand (les parents et les fils G. et Daniel) a résidé durant 5 mois chez une tante, la belle-sœur de Legrand père. Les six enfants de cette tante étaient placés depuis mars 2001, comme Rudy, mais revenaient le week-end.

Entendu en janvier 2002, Rudy L. explique : "Les trois cousins m’ont déshabillé, ils ont baissé mon pantalon et mon slip en bas des jambes, et eux ont fait la même chose", puis "ils ont mis leur fifi chacun dans mon derrière. Mes cousins m’ont demandé de me mettre à quatre pattes la tête dans le fauteuil, et chacun leur tour ils ont rentré leur fifi dans mon derrière, je ne voulais pas, mes cousins me tenaient". Ce qu’il déclare est confirmé par sa sœur qui a vu Daniel commettre des attouchements sur des enfants.

Les assistantes maternelles ont aussi entendu leur mère dire à ses enfants : "tu as intérêt à fermer ta gueule et ne plus parler de tes cousins à ta tata" (son assistante maternelle chez qui il a été placé).

Ce qui serait presque amusant si l’affaire n’était aussi terrible, c’est que Legrand père, entendu par la police, déclare ne pas connaitre Rudy L. D’ailleurs, il a dit ne connaitre aucun des enfants victimes. Puis quand le juge lui rappelle qu’il s’agit de son neveu, Legrand déclare : "Ah c’est ça. Disons que le nom me dit quelque chose" et il se rattrape en disant "je sais que ma belle-sœur a un fils qui s’appelle Rudy mais je ne sais pas s’il avait gardé le nom de sa mère et de son père".

legrand1Bizarrement aussi, les deux Legrand ont évité jusqu’au bout de parler au juge et à la police de leur passage chez la mère de Rudy L., durant cinq mois. S'ils ont parlé de ce séjour, c'est parce que les enquêteurs leur ont clairement posé la question. Daniel Legrand n'est peut-être pas très malin, mais il sait mentir par omission.

Au moment de ces révélations, Daniel Legrand fils avait avoué à plusieurs reprises avoir violé les enfants, et il avait même avoué un meurtre. Pourtant il semble bien que cette affaire du possible viol d'un cousin soit tombée aux oubliettes.

Pourtant, Daniel Legrand n’est pas une oie blanche : il a été arrêté pour des chèques volés en Belgique en 1999, et le 30 janvier 2007, il est arrêté par la douane au retour d’Ostende. Il se balade avec 130 g d’héroïne qu’il avait avalée et cachée dans son slip[2]. "Il s’agirait de son quatrième voyage d’approvisionnement en Belgique depuis octobre 2006. M. Legrand devait être remis en liberté sous contrôle judiciaire en attendant de comparaître devant le tribunal correctionnel". Il a pris un an de prison dont 9 mois avec sursis pour "transport et importation" (pas la vente ni l’achat, donc), ce qui n’est pas cher payé du tout pour ce type de trafic.

 

Screenshot_24Le procès Legrand bis

Daniel Legrand fils a été acquitté pour les faits qu’on lui reprochait alors qu’il était majeur. Né en 1981, il devait encore répondre des faits reprochés entre 1997 et 1999.

Or, ce procès n’est jamais venu et il a fallu que l’association Innocence en Danger et une victime rappellent à la justice de fixer enfin une date pour ce procès pour qu’enfin cette partie des faits soit examinée. Car en octobre 2013, les faits auraient été prescrits si cette procédure n’avait pas été relancée in extremis.

Ce procès est programmé pour mai 2015 à Rennes, et plusieurs avocats d’Outreau I rempilent, comme Mes Dupont Moretti ou Delarue. Ils seraient une dizaine, prêts à s’attaquer à une seule partie civile, un ado de 20 ans.

Il serait intéressant, par exemple, de vérifier les propos de Daniel Legrand selon lesquels il était payé pour participer aux partouzes[3], auquel cas il était victime de prostitution. Ou de vérifier si, comme il le dit aussi, il n’a jamais mis les pieds à Outreau.

En tout cas encore une fois, les médias en font des tonnes sur "le fiasco du procès Outreau", sous-entendant que tout a été dit même s’ils font comme si aucun enfant n’avait été reconnu victime, ce qui est bien réel mais jamais dit.

Et il semble qu’une chose grave se soit produite au sujet de ce procès. Quand il apprend qu’il comparaîtra finalement pour cette période d’infraction, il explique : "Ça m'a surpris quand même. Normalement c'était fini tout cela. Le procureur de Paris avait dit qu'on ne passerait pas par là ! Je n'ai rien à me reprocher alors j'irai la tête haute."  Tiens donc : le procureur avait dit que ce procès n’aurait pas lieu, alors que légalement il devait avoir lieu.

PHOd98a8e7c-dfdb-11e2-bf56-22d2e2e8741f-805x453Le copain de Dupont Moretti, chroniqueur judiciaire au Figaro, à savoir Durant-Soufflant[4], nous apprend en juillet 2013 que "L'avocat Éric Dupond-Moretti accuse, dans un courrier, le procureur général de Douai d'avoir "renié la parole du parquet général"".

Utilisant une bonne vieille rhétorique déjà utilisée dans tous les scandales de pédophilie, il qualifie Innocence en Danger que "militants jusqu'au boutistes de la cause des enfants" qui ont fait rouvrir le procès rien que pour embêter tout le monde. Car, ce journaliste fait partie de ceux pour qui rappeler l'existence d'enfants reconnus victimes dans cette affaire revient à faire du "révisionnisme", selon son expression.

Enfin, bref, on comprend donc que le parquet général a fait la promesse à un avocat de la défense de ne pas faire ce procès, ce qui est assez incroyable il faut le dire. "Dans un courrier cinglant, Me Dupond-Moretti rappelle à Olivier de Baynast que l'un de ses prédécesseurs avait assuré à la défense de Daniel Legrand que "cette affaire ne viendrait jamais devant une juridiction": il reproche au procureur général de «renier la parole du parquet général", lit-on ainsi dans ce journal.

 

fouilles_1Le meurtre de la petite fille

Une autre affaire qui a été disjointe car le dossier d’instruction d’Outreau était déjà chargé, est cette histoire du meurtre d’une petite fille belge, auquel Legrand fils a dit à plusieurs reprises avoir assisté. "Il a tué la fillette avec ses mains parce qu’elle hurlait et il a pas supporté, j’étais présent au moment où il l’a fait", a déclaré Legrand à l’expert qui faisait l’examen de sa personnalité.

En janvier 2002 il écrit au juge Burgaud et à la chaine France 3 pour raconter dans le détail la scène du meurtre[5]. Entendu par le juge, il confirme ses propos et il réclame une protection policière pour lui et sa famille.

Quand ce meurtre est connu par la presse, on assiste à un revirement total. Jusque-là, la plupart des médias suivaient l’affaire en accordant un minimum de crédibilité aux dires des enfants, mais dès le moment où ce meurtre a été connu, il n’a été question que de décrédibiliser tout ce qu’ils avaient pu dire.

Myriam Badaoui et un de ses fils ont également décrit comment s’est déroulé le meurtre. Ils ont fait la même description de la fillette et du monsieur qui l’accompagnait, mais aussi du déroulement des faits. L’enfant a dit que le corps avait été enterré dans les jardins ouvriers et ont désigné un endroit, qui a été fouillé au tractopelle. Mais cela n’a rien donné, et la presse a dit qu’on gaspillait l’argent public dans une affaire qui n’avait ni queue ni tête, comme ce fut le cas dans l’affaire Dutroux avec les fouilles à Jumet.

Screenshot_28Un autre des accusés d’Outreau, décédé en prison, était, selon Legrand et Badaoui, présent lors du meurtre. Etrangement, sa fille a déclaré en 2004 : "Cette petite fille a été violée puis tuée, c'est mon père qui me l'a dit il y a longtemps, quand il remontait dans le camion, alors que moi, j'y étais restée. Il m'a dit : “il y a une fille qui est morte ! [...] quand il remontait dans le camion, il sortait juste de la tour du renard."

Des recherches ont été faites du côté belge afin de savoir si une petite fille correspondant à la description avait été portée disparue dans les mois précédents, mais ce fut négatif.

Une des filles d’un couple acquitté mais qui a été reconnue victime en appel, parle aussi, dans un PV versé au dossier, du meurtre d’une petite fille belge de 5 ou 6 ans : "je sais que c’est une petite fille belge car ma mère m’a dit qu’une petite fille belge allait être violée ce soir". En réalité, cette enfant a écrit plusieurs lettres parlant de ce meurtre, mais l’avocat de son beau-père qui les détenait pourtant n'a pas demandé qu’elles soient versées au dossier: "Me Franck Berton, avocat de la défense[6], a produit à l'audience la semaine dernière une de ces pièces litigieuses, une lettre rédigée par la fille de l'accusée Sandrine Lavier.
Me Berton a déclaré à Reuters avoir en fait retrouvé cinq lettres de ce type, écrites par cette fillette et par une autre enfant, entre janvier et mars 2002
", nous apprend Le Nouvel Observateur en novembre 2005, lors du procès en appel.

Une démarche qui laisse perplexe pour un avocat qui n’a eu de cesse, comme ses confrères, de traiter les enfants de menteurs. Ces lettres, en tout cas, ne figurent pas au dossier. Et on sait que dès le début de l'affaire, des documents ont disparu du bureau du juge d'instruction.

Legrand est revenu sur ses aveux trois ou quatre mois plus tard, expliquant, lui qui est à la limite de la débilité selon un expert, qu’il a tout inventé pour confondre Badaoui et que ses mensonges sautent aux yeux de tous, prouvant ainsi qu’il était innocent.

L’enquête sur ce meurtre se termine par un non-lieu le 11 juin 2003.

 

------------------------------

On constate, et ce n'est là qu'une partie des affaires connexes, que le véritable dossier Outreau était encore plus tentaculaire qu'on ne nous le laissait penser. Si toutes ces affaires sont passées largement aux pertes et profits de la couverture médiatique générale, c'est essentiellement parce qu'elles mettaient à mal la version orthodoxe de l'affaire selon laquelle les futurs acquittés étaient forcément innocents. 



[1] Comme les suspects étaient en détention préventive, les juges d’instruction ont du aller le plus rapidement possible.

[2]

[3] « J'ai fais ça pour l'argent, et moi j'ai accepté.... C'est Thierry Delay … Je touchais 300, 400, parfois jusqu'à 600 francs, parfois j'avais du shit avec... »

[4] Il a écrit la biographie de Dupont Moretti, Bête Noire. Il est intéressant de souligner que moult magistrats de l’affaire Outreau avaient dénoncé une connivence hors norme entre certains journalistes et les avocats de la défense.

[5] D1.092 : Il écrit « je vais vous faire ces révélations car je ne supporte plus de garder cela au fond de moi. Mais je ne voudrais pas endosser la mort d’une fillette alors que je n’ai été que simple témoin. En effet fin 1999 je me trouvais chez les XXXXX, quand XXXXX et un vieux monsieur sont arrivés accompagnés d’une petite fille de 5 à 6 ans, et soi disant Belge d’après XXXXX. Je crois que le vieil homme aussi Belge connaissait l’enfant, car elle lui tenait toujours la main. Le vieil homme a abusé de la petite mais la petite hurlait et c’est là que XXXXX l’a battue à mort à la tête. Il avait même filmé mais après ce drame il a débobiné la bande de la cassette et l’a détruite ».

[6] Lors du procès Outreau 1, puis lors du 2e procès des Lavier pour les « maltraitances » .

11 septembre 2014

Affaire Eliane Kabile: trafic de cadavre et actes de décès falsifiés

86833102_pjpfd80-31e43-bcca0On va voir aujourd'hui un mystère qu'une famille entière aimerait élucider. Il s'agit de la famille d'Eliane Kabile, une femme décédée de manière aussi brutale que suspecte, dans un hôpital, et dont les diverses autopsies ont seulement prouvé que derrière ce décès, il y avait une vaste magouille. Mais voilà que la famille d'Eliane Kabile a du aller chercher la copie de l'acte de décès de Mme Kabile. Une opération banale a priori, mais pas dans l'affaire d'Eliane Kabile. En effet, ce sont trois actes différents qui leur ont été remis pour la même Eliane Kabile. Mais, ce n’est que la suite de 14 ans de pérégrinations judiciaires et administratives.

 

Pour résumer très rapidement cette affaire qu'on a déjà abordée ici, Eliane Kabile, âgée de 64 ans, est allée se faire soigner en décembre 2000 à l'hôpital de G[1]. pour un problème à un mollet. Elle y reste une semaine, puis ressort en ayant toujours ses douleurs, mais après avoir subi une dizaine de prises de sang quotidiennes, qui ont fait chuter son taux d'hémoglobine, ainsi qu'une ponction de moëlle, sans anésthésie.

Le 27 janvier 2001 elle retourne à l'hôpital qui l'aurait rappelée, et  elle y est enregistrée sous deux numéros différents. Son état s'aggrave, sa famille tente de la faire changer d'hôpital, mais rien n'y fait. Elle y décède le 9 février [2], mais sa date de décès officielle est le 13 février [3]. Et le 10 février, quand sa soeur vient la voir à l'hôpital, elle voit qu'elle ne bouge plus, est branchée sur un respirateur artificiel, et connectée à un encéphalogramme plat. La soeur regarde alors la couverture, pour constater qu'Eliane a une grande cicatrice sur le thorax. Quand elle quitte la chambre, elle croise des infirmières qui entrent en parlant de "déboucher" Eliane.

82013056_oLe site Copwatch, qui explique très bien l'affaire, et reprend les propos tenus par le fils de la victime, précise que "Selon l’hôpital, son décès serait consécutif à une anémie, donc à un manque de globules rouges, doublée d’une neutropénie, autrement dit également d’un manque de globules blancs".

La famille se pose très vite la question de savoir s'il y a eu une erreur médicale, et elle demande une autopsie.

De fait, il y avait plusieurs questions qui ne manquaient pas de se poser au sujet des soins apportés à Eliane Kabile, et au niveau du suivi du corps. 

Un des fils d'Eliane Kabile explique par exemple: "le Dr X1 m’appelle le 13 février pour me dire que ma mère va mourir et de venir vite à l’hôpital si je voulais lui parler. Ma mère se trouvait dans un coma soit disant provoqué. Le respirateur artificiel faisait gonfler et dégonfler son ventre et un moniteur affichait deux lignes droites, sans vie".

Il s'interroge encore sur certaines pratiques qui ont eu lieu le jour du décès officiel, le 13 février: "Pourquoi " Z" (un employé de l'hôpital)  se rend-il le 13 février à 15h à l’hôtel de police pour y déposer une main courante, concernant des menaces qu’il aurait reçu de la part de mon frère au cas où notre mère viendrait à décéder, sachant que son décès nous a été annoncé le 13 février à 15h15"

 

Screenshot_4Plongeon dans un monde kafkaïen

> Le 20 février 2000 a lieu une première autopsie du corps d'Eliane Kabile, mais ce sont deux corps qui arrivent sous cette référence à la morgue. En effet, un corps est parti0 de Gonesse, sous le nom de Kabile Éliane, à destination de l'ILM de Garches. Le deuxième cadavre porte la même identité et part le 19 février de Villetaneuse vers l'ILM de Garches.

Lorsque la famille obtient le rapport, elle constate avec stupéfaction que la personne autopsiée n'était pas Eliane Kabile. Et cela, pour une raison très simple: Mme Kabile était noire alors que la personne autopsiée était blanche et pesait 12 kilos de plus qu'elle.

> Suite à cela, la justice finit par demander d'exhumer le corps du cimetière, le 30 juin 2003. La famille, méfiante, se poste dès 5h du matin devant le cimetière. On lui interdit l'entrée, puis à 8h 30 elle se rend compte qu'il y a pas mal de monde dans le cimetière et que l'exhumation était déjà réalisée.

"Il a fallu 12 personnes pour mettre le cercueil à l’intérieur du corbillard ; aucune présence de la police funéraire qui aurait dû contrôler l’identité du cadavre ainsi que l’OPJ pour la prise de photos. Au moment de partir, juste aux portes du cimetière, se trouve un couple extrêmement fâché qui se présente à nous comme étant de la police judiciaire. Leur colère vient du fait qu’ils n’ont pas pu prendre les photos", explique le fils d'Eliane Kabile.

Lui est allé faire une photo de la sépulture, et a pu constater que le cerceuil de son frère, qui s'y trouvait aussi, avait disparu.

201301245100b92f4f4af-0-719537> Le jour de l'autopsie, le 1er jullet 2003, le fils et la soeur d'Eliane Kabile décident d'être présents. Ils étaient derrière une vitre, et l'autopsie a été faite dans le cercueil, donc ils voyaient mal. La porte de la salle où se trouvait le cercueil était fermée, la sœur d’Eliane l’a ouverte et elle est entrée avec son neveu. Ils ont vu différents morceaux de corps, dont une cage thoracique d'enfant, deux petits foies "une tête, une veste renfermant un buste avec un soutien-gorge sur lequel reposait une petite cage thoracique d’enfant et une jupe ne renfermant que des morceaux de chair fraîche avec du sang. Il n’y avait pas de bras, pas de jambes, pas de bassin. Au bas du cercueil, se trouvait une paire de chaussures", raconte le fils d'Eliane Kabile, "On se demande pourquoi vu qu’il n’y avait pas de jambe ; un des assistants en prend une en disant que le pied est resté dedans. Il le place sous le robinet d’eau qui coule abondamment. Tout le contenu de la chaussure est dissous, il ne reste même pas un morceau d’os ; le même assistant prend dans le cercueil un bracelet en plastic et dit qu’il n’est pas de l’ILM ". Et les chaussures présentes dans le cercueil (sans les pieds) n'appartenaient pas à Mme Kabile.

En outre, les scellés du cercueil avaient été rompus et le cercueil n'était pas celui avec lequel Mme Kabile avait été enterrée en février 2001.

Bref, la famille s'est alors demandé où était passé le corps d'Eliane Kabile.

> Une troisième exhumation est ordonnée en juin 2007. Pour l'occasion, le cimetière de Sarcelles a été bouclé par un arrêté municipal. Dans le cercueil, on retrouve une bâche qui n'y était pas quand le cerceuil a été refermé après l'autopsie précédente. Et miracle: le cerceuil du fils d4eliane Kabile avait réapparu, mais le corps ne correspondait pas à celui du jeune, mort d'une balle dans la tête dont on ne retrouvait pas la trace sur le cadavre.

Un fils d'Eliane a même dit qu'il savait "de source sûre" qu'on avait prélevé le coeur de sa mère: "Des infirmiers en larmes nous ont dit à l'époque de ne pas lâcher le morceau...C 'est un meurtre pour voler un coeur! Ils nous ont pris pour des musulmans. Ma mère s'appelle KABILE et elle est née au Maroc. Un agent du cimetière a témoigné qu'il voyait souvent arriver des corps de musulmans auxquels il manquait un organe".

Il n'y a eu de procès verbal de cette exhumation, pas plus que les précédentes d'ailleurs.



Affaire Eliane Kabile par hopto


Aberration

Ce n'est pas Me Collard, l'avocat de la famille qui n’est jamais venu plaider dans ce dossier bien qu'il ait demandé la rémunération correspondante, qui a aidé la famille a y voir plus clair dans cette histoire.

Au contraire, l'obstruction a été totale et chaque autopsie n'a fait qu'amener de nouvelles questions.

En mai 2014, le fils d’Eliane Kabile a besoin d’une copie d’acte de décès de sa mère. Il se rend donc à la mairie du lieu de résidence de la défunte, Sarcelles, en compagnie de sa tante. Mais finalement, c’est trois actes différents qu’il a dans les mains à la fin de la journée.

  1. Il demande l’acte de décès correspondant à Eliane Kabile, et on lui donne n’acte et la transcription du décès d’Eliane Kabile, dressé le 14 février 2000 pour un décès le 13 février à 15h15 et portant le n°81 (chaque personne qui meurt se voit octroyer un numéro, qui ne change plus après le décès puisqu’il est interdit de retoucher à ce type de document). Mais cela ne colle pas, car sur le livret de famille d’Eliane Kabile et dans la toute première transcription d‘acte de décès[4] demandée en 2001, le numéro du décès est le n°90.

Livret de famille:

acte naissance - Copie

 

2.  Il retourne donc à la mairie, voit un autre employé à qui il demande l’acte de décès n°90 de l’année 2000, année du décès de sa mère. Mais, là ce n’est pas le nom de sa mère qui figure sur l’acte de décès. Il s’agit d’une femme décédée le même jour, à l’âge de 100 ans. Et l’acte de décès a été dressé le 21 février, soit plus d’une semaine après le décès (alors qu’un décès doit être acté dans les 24 heures). Et deux personnes ne peuvent pas avoir le même numéro.

Screenshot_1

3.  L’acte de décès qu’ils ont obtenu en 2001 mentionne le n°90 pour Eliane Kabile, là aussi dressé en date du 21 février 2001. Ce qui est donc illégal vu le délai. Et celui-ci correspond à ce qui est écrit sur le livret de famille où il est fait référence au décès n°90, survenu le 13 février 2001 à 15h15 minutes. Cet acte porte la mention « délivré conforme au registre », la date de la mention est le 22 février 2001. Mais si l’acte de décès valable est celui portant le n°90, celui-ci a été établi le 21 février 2001 a 16h27 minutes et nous sommes très loin du délai légal de 24h pour une déclaration de décès !

Ci-dessous, les actes de décès n°90 et n°81 au nom de Mme Kabile. Le n°90 est dressé le 21 février, bien plus de 24 h après le décès.

Screenshot_5

Screenshot_2

4. Autre étrangeté : l’acte de décès est TOUJOURS rédigé AVANT la transcription, or dans ce cas précis, l’acte de décès a été établi le sous le n°90 en date du 21 février 2001 à 16h27 par la Mairie de Gonesse (lieu du décès), et la transcription sur le registre d’état civil de Sarcelles (domicile de la défunte) est elle en date du 14 février 2001 à 17h23 minutes.

Screenshot_3

5. Encore une chose inhabituelle : les deux actes de décès (n°90 et n°81) ont été dressés par un capitaine de police, alors qu’Eliane Kabile est décédée dans un hôpital.

Bref, avec tous ces documents dans les mains, la famille se demande si on ne cherche pas à cacher quelque chose au sujet du décès d’Eliane Kabile. Car, il est évident que certains de ces actes ont été falsifiés, et cela autant par la ville du décès que par la ville de résidence de la défunte. Et l’infraction semble gravissime : en effet, si vous vous amusez à appeler différentes mairies pour leur demander comment il se fait que vous ayez deux numéros de décès différents, avec des dates de rédaction différentes, pour la même personne, on vous répondra juste que « c’est impossible : on ne peut pas modifier un acte de décès ».  C’est en effet une infraction pénale passible de peines de prison.

On est là face à un bidouillage sans précédent. Il faudra expliquer pourquoi Mme Kabile peut avoir plusieurs actes de décès différents. Quelle est la raison de cette aberration administrative ? On voudrait dissimuler un trafic de corps qu’on ne s’y prendrait pas autrement.

La famille a de nouveau déposé plainte en août contre l’hôpital de G. mais aussi contre la mairie de la ville où est situé l’hôpital, et la ville de résidence d’Eliane Kabile, elle aussi concernée par ces étrangetés administratives. La plainte vise aussi l’institut médico légal et les experts qui ont procédé aux autopsies.

D’autant qu’un certain acharnement contre la famille continue, avec des plaintes en diffamation par l’hôpital concerné (dont une a été gagnée par la famille).



[1] Je ne mets pas le nom de la ville de cet hôpital de banlieue parisienne, car celui-ci a la plainte en diffamation facile.

[2] C'est le médecin traitant d'Eliane Kabile qui mentionne cette date dans un courrier annoncant le décès d'Eliane Kabile. Il a lui-même reçu un avis selon lequel Eliane Kabile est morte le 9 février 2000.

[3] D'après les enfants d'Eliane Kabile, un employé de l'hôpital où elle est décédée les a appelés le 12 en disant qu'elle avait des chances de vivre.

[4] L’acte de décès est la version originale, dressé dans la commune du décès. Il faut ensuite une transcription pour que le décès soit acté dans la commune de résidence, et les deux documents doivent être identiques.

Posté par Ceri à 20:47 - - Commentaires [33] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

09 septembre 2014

Angleterre: comment Cameron va-t-il étouffer le scandale du réseau pédophile VIP?

Steve-Bell-10En juin et juillet, plus de 130 députés anglais demandaient une enquête indépendante sur la disparition de dizaines de dossiers concernant des pédophiles VIP. Cameron a vite réagi, en lançant une grande enquête sur ces mystérieuses disparitions des bureaux du Home Office et de divers commissariats. Pas de bol, la juge Butler Sloss qu’il avait nommée a du démissionner une semaine après sa nomination, parce que tout de même, ses connexions avec des membres de réseaux VIP étaient un peu trop flagrantes. Une nouvelle juge a été nommée, le cirque continue.

 

L’Angleterre est un drôle de pays. C’est un pays où un député pédophile comme Cyril Smith, ou son copain Jimmy Savile, pouvaient violer impunément des dizaines ou des centaines d’enfants, tout en étant protégés par le MI5. Ils pouvaient être en relation avec un prédateur assassin pédophile isolé mais en bande, Sidney Cooke, sans que cela ne dérange personne. Où ledit Jimmy Savile avait même les faveurs de la famille royale.

C’est un pays dont le premier ministre Ted Heath, ami de Savile, pouvait embarquer des gamins des orphelinats de Jersey sur son yacht le Morning Cloud, sans que personne ne le dégage. On pourrait aussi parler du rôle des services de renseignement anglais dans l’établissement de bordels pédophiles au sein des orphelinats du pays, du rôle de la Franc maçonnerie dans l’étouffement de plusieurs de ces scandales, du réseau pédophile niché au cœur de la BBC, elle-même contrôlée par les renseignements.

On pourrait parler de la toute première ministre des Enfants, nommée par Blair, la dénommée Margaret Hodge, qui après avoir couvert le réseau pédophile d’Islington[1], n’a rien trouvé de mieux à faire une fois arrivée ce poste que de renforcer l’industrie du placement abusif. D’ailleurs, John Rea Price avec qui elle a préparé cette loi était le chef des services sociaux durant le mandat de Hodge à Islington, l’arrondissement de Londres dont elle était le maire. Price a aussi travaillé pour le Home Office, où nombre de dossiers de réseaux pédophiles VIP ont disparu[2]. Certains disent que Léon a aussi fréquenté Elm Guest House, ce bordel pédophile actif au début des années 80 à Londres, fréquenté par des stars du show biz et des politiques.

proxy-1Un député, Geoffrey Dickens, lui a remis en mains propres trois dossiers concernant le réseau de Westminster dans les années 80, et Brittan a d’abord dit qu’il ne se rappelait pas les avoir reçus, avant de se rappeler qu’il a demandé à son équipe de travailler dessus. Mais personne ne lui en aurait reparlé, évidemment.

D’ailleurs, quand Léon dirigeait le Home Office, plusieurs membres d’un lobby pédophile, le Paedophile Information Exchange, travaillaient dans le ministère, tout en y menant leurs activités de propagande pédophile.

D’ailleurs, les orphelinats anglais servent de réservoir à chair fraîche pour les pédophiles, comme l’ont montré les affaires de Jersey, d’Elm Guest House, du Pays de Galles, du Kincora Boys Home et j’en passe.

Enfin bref, revenons sur cette grande enquête lancée par Cameron (eh oui dans an il y a des élections législatives, mais il lui a quand-même fallu deux ans avant de se décider). On a déjà parlé de la première juge, la baronne Butler Sloss, sœur d’un pédophile ayant fréquenté le bordel pédophile Elm Guest House et qui a couvert des copains car il était juge aussi, qui a du démissionner rapidement.

La nouvelle juge est une dénommée après deux mois de réflexion intense, afin de trouver quelqu’un qui ne soit pas plongé dans le bourbier pédophile jusqu’au cou. Il s’agit de Fiona Woolf, une avocate fiscaliste qui a été maire de Londres, mais qui, surtout, a collaboré dans le  International Financial Services forum avec Leon Brittan, ministre du Home Office au moment où quelques dizaines de dossiers ont disparu de ce service[3]. Aujourd’hui, la patronne du Home Office, qui a aussi organisé la nomination de Butler Sloss et Fiona Woolf, n’est autre que Theresa May, qui déclarait il y a 2 ou 3 ans que les pédophiles devraient pouvoir adopter des enfants. 

LordMayor1Quand il était ministre de l’Intérieur (à ce titre chef de la police et du MI5), Léon Brittan a reçu des mains du député Geoffrey Dickens des rapports sur une affaire de réseau pédophile, dont des politiciens étaient membres, un réseau qui utilisait des enfants placés dans des orphelinats. Qu’a-t-il fait ? Rien. Les dossiers, eux, ont disparu. Enfin, pendant des années il a "oublié" cette affaire, et le 1er juillet il s'est rappelé d'un coup qu'il avait ordonné une enquête à ce sujet.

Apparemment, Leon Brittan a eu l’honneur d’une visite de la police après qu’un jeune garçon ait été trouvé en train de courir nu dans sa rue.  Juste après, on l’a envoyé en 1989 en tant que commissaire européen à la concurrence, en lui expliquant qu’il n’était pas près de refaire de la politique en Angleterre et en le récompensant d'un titre de noblesse la même année. Lui et Fiona Woolf seraient même amis, d’après le Daily Mail, et ils habitent à quelques mètres l’un de l’autre.

 

Contre feu

L’affaire Rotherham[4], qui ressort maintenant comme par hasard, est une tentative de détourner l’attention : à Rotherham, un réseau de pakistanais qui mettaient le grappin sur des mineures vulnérables pour les prostituer, a pu opérer tranquillement pendant 16 ans faisant autour de 1.400 victimes, et tout le monde fait mine d’être surpris.

1409177891823_Image_galleryImage_Mohsln_Khan_Rag_Out_jpgEnfin, si on creuse sur cette affaire, on se rend compte que la police et la justice ont systématiquement fait taire les rares victimes qui ont osé porter plainte. Les services sociaux n’ont rien fait non plus, et on nous raconte que toute cette obstruction n’avait pour but que d’éviter d’augmenter le racisme dans le pays.   

On sent bien les tentatives désespérées du gouvernement et de la classe politique dans sa majorité, pour éviter qu’on ne remonte la piste de ces étouffements systématiques des grosses affaires de réseaux pédophiles.

Depuis que l’affaire Savile a explosé, qu’on a compris qu’il a pu violer au moins 800 victimes en 50 ans de carrière, parce qu’il était l’ami de tous dans l’establishment, plusieurs enquêtes ont été menées, et toutes ont abouti à des étouffements en règle : des charges a minima, de rares condamnés, toujours comme prédateurs isolés, des victimes écœurées.

Et pourquoi s’acharnent-ils à cacher l’existence de ces réseaux dont sont membres diverses personnalités politiques et du show biz ? On a déjà moult détails là-dessus, et on sait bien que la justice ne fera rien à part étouffer ces affaires. Ou alors, il y a plus gros que cela à nous cacher.

Peut-être que les histoires de rituels sataniques commis par Jimmy Savile, ou bien les accusations selon lesquelles plusieurs membres de l’establishment seraient des satanistes adeptes du sacrifice rituel ont bien un fondement, après tout ?

Et pourquoi n’a-t-on pas du tout intérêt à faire éclater la vérité ? Parce que tout cela relève d’un système de chantage, qui profite bien à quelqu’un. Et tout le mystère est là : à qui profite ce système, dans quel but ?

Screenshot_9Et même sur l’affaire de Rotherham, on risque d‘avoir quelques surprises, et la diversion pourrait finir par leur retomber sur la figure. Car il n’y a pas qu’à Rotherham que des gangs de proxénètes exploitent des gamines vulnérables. A Oxford,  par exemple, un gang similaire a été en partie démantelé l’année dernière. 

Ces pratiques sont connues depuis bien longtemps de la police, qui ne fait jamais rien et considère que même des gamines de 11 ans étaient consentantes pour se faire droguer et violer à la chaîne par des clients et leurs proxos. Ces pratiques sont aussi connues des organismes de protection de l’enfance et des conseils municipaux, qui préfèrent engranger le fric de l’aide à l’intégration plutôt que de secouer le bananier. 

Chaque gamine pouvait rapporter 200.000£ par an au gang, c’est donc bien plus rentable que le trafic de drogue.

Le point commun à tous ces gangs est qu’aucun client n’a jamais été inquiété : seuls les pakistanais tombent. Personne non plus dans les autorités n’a perdu son job hyper bien rémunéré (jusqu’à 100.000£ par an).

Les communautés musulmanes des villes où opéraient ces gangs menaçaient de manifestations et de plaintes pour racisme si les enquêtes avançaient. Enfin bref, la diversion n’est probablement pas très stratégique.

Pendant ce temps-là, Scotland Yard a éliminé une bonne partie des chefs d’accusation dans le dossier du réseau pédophile du Parlement, Westminster[5]. On a appris la semaine dernière que 200 chefs d’accusation dans le cadre de l’ "enquête" si on peut appeler ça comme ça, sur le réseau pédophile de VIP députés, impuni, et donc la quasi totalité des dossiers ont disparu du Home office, avaient été jetées à la benne. Ces chefs d’accusations concernaient 80 victimes. Dans cette enquête, quatre suspects cumulent 52 chefs d’accusation. Enfin, ce n’est pas la première fois qu’on couvre ce réseau : en juillet, un ancien de Scotland Yard a déclaré que son unité était prête à investiguer sur le réseau de Westminster dès les années 80, mais aucun ordre n’est venu. Pourtant, tout le commissariat était au courant que ce réseau existait.

Jimmy SavileLe journal Exaro explique : "des sources bien informées disent que maintenir ces chefs d’accusations aurait inévitablement causé une bien plus grosse tempête médiatique". On se demande bien ce qui aurait pu être pire que les révélations qu’on connaît déjà : des dizaines de députés se faisaient des partouzes avec des mineurs et de la drogue, tout en disant publiquement qu’ils défendent les valeurs familiales, et le tout étant connu à la fois du MI5 et de Thatcher, grande amie de Jimmy Savile par ailleurs [6].

Et c’est justement pendant la "tempête médiatique", quand les députés ont demandé une grande enquête, que Scotland Yard a éliminé ces 200 chefs d’accusation du dossier le plus brûlant du moment.

 

------------------------

On peut clairement se poser quelques questions sur l’efficacité future de cette enquête sur les réseaux VIP. On se demande aussi ce qu’il y a encore à cacher qui soit plus horrible que ce que l’on sait déjà (même si la « justice » n’a pas encore mis le nez dedans).

 



[1] A Islington, l’arrondissement de Londres dont elle était leader dans les années 80, et où vivait Blair, les 12 orphelinats publics ont abrité des réseaux pédophiles qui ont été couvert par le conseil municipal, qu’elle dirigeait. Quelques éducateurs ont été jugés par-ci par-là, tous en tant que prédateurs isolés.

[2] Il semblerait que ces dossiers, 114 au moins, aient carrément disparu. Les dossiers concernaient des affaires de réseaux survenues entre 1979 et 1999. Comme toujours, on s’arrête avant l’an 2000.

[3] Anobli en 1989, il a été envoyé la même année à la commission européenne, à la compétitivité. En 1995 il est devenu commissaire au commerce et aux affaires extérieures, tout en étant vice président de la commission européenne. Le 5 juillet, on apprenait que Léon Brittan était questionné par la police au sujet d’accusations de viol sur une ado de 19 ans dans son appartement, en 1967. Léon Brittan est un ancien ministre de l’Intérieur conservateur (le parti du 1er ministre Cameron), envoyé ensuite à la commission européenne.

[4] Une ville de 250.000 habitants au nord ouest de l’Angleterre.

[5] Au moins 20 personnalités politiques seraient impliquées dans ce réseau. Un témoin, jeune loup du parti conservateur dans les années 70 et 80, a expliqué comment il fournissait des garçons mineurs pour les partouzes de ces messieurs. Un ex agent du MI5 a expliqué comment il avait pisté ce même réseau.

[6] Ils ont passé ensemble pas moins de 11 réveillons du 1er de l'an consécutifs. Et elle a réussi à le faire anoblir au bout de 5 tentatives, tellement il était carbonisé dans le gratin.

Fin »