donde vamos

11 juin 2018

De la propagande en matière de protection de l'enfance: le cas de l'affaire d'Outreau

2018-06-11 19_58_34-L'un des acquittés d'Outreau soupçonné du viol de sa fille

On n’avait pas reparlé de l’affaire d’Outreau depuis longtemps, parce que le procès de Legrand était passé et qu’on n’allait pas remuer le couteau des faits dans la plaie d’une justice inique. Mais comme, depuis le temps, les médias, certains juges et avocats, ne se privent pas de revenir sur cette affaire, il faut aujourd’hui remettre l’église au milieu du village.

 

Cette version médiatique de l'affaire Outreau est devenue une catastrophe pour les mineurs victimes d'abus sexuels. Depuis cette affaire, les enfants sont présumés menteurs quand ils disent avoir été victimes d'abus sexuels.

Depuis Outreau, on entend des magistrats en appeler à ce dossier pour demander aux jurés de ne pas trop tenir compte des accusations des enfants.

Alors quoi? La parole de l'accusé a davantage de poids que celle de la -présumée- victime, haute comme trois pommes?

Eh bien oui mesdames et messieurs, c'est ce qu'il se passe dans ce pays. Et l'élection du dernier mégalomane en costard n'arrange rien: la dernière loi du fan-club micron sur la protection des mineurs (appelée aussi "loi pédophile" par certains esprits critiques)  a fait du viol de mineur un simple délit. Et j'en passe. 

Bref, quelles stupidités peut-on lire sur l'affaire d'Outreau depuis la fin du procès Legrand, alors que la paix des meours voudrait que les vainqueurs arrêtent leur propagande?

 

Depuis fin 2016 (liste non exhaustive mais représentative), les articles de médias commerciaux ayant mentionné l'affaire d'Outreau: 

2018-06-11 19_59_08-Franck Lavier, relaxé d’Outreau, visé par une enquête pour agressions sexuelles

D’ailleurs on n’a aucune nouvelle de cette histoire. L’adolescente avait été placée. Après la procédure, en 2006, elle avait fui le domicile familial avec son petit frère pour se réfugier chez l’assistante maternelle qui les avait hébergés pendant que ses parents étaient en prison. En 2011 les enfants Lavier accusaient leurs parents de maltraitances, des vidéos relevant de la corruption de mineurs avaient été retrouvées, ils ont pris du sursis. En 2016 elle avait accusé son père de viols et d’attouchements sexuels (même si les médias n’ont généralement parlé que d’attouchements sexuels). Lavier avait donc fait 48 de garde-à-vue et avait été mis en examen, puis laissé libre. C’était donc il y a 2 ans.

 

Duponpon sort un bouquin et en fait donc la promo. Ce coup là, il tape encore sur les experts, qui pourtant sont tous allés dans le même sens lors des deux procès d’Outreau.

 

On nous retrace l’affaire version Dupont Moretti, Berton & Co, de manière à ce qu’on considère que les victimes de l’affaire, ce sont les acquittés. Rappelons encore une fois que 12 enfants ont été reconnus victimes, et certains de proxénétisme. On parle vite fait de ses aveux répétés (en oubliant par exemple les aveux aux psy), qui concordaient avec ceux de Badaoui et de deux enfants témoins de la scène, et on répète la version qui semble avoir satisfait la justice, à savoir qu’il a « inventé ».

Nous on veut bien, mais ils étaient quand-même vachement circonstanciés et concordants, ces aveux, alors cette explication est un peu tirée par les cheveux.

En 2017, Legrand était sous cachetons et vivait de l’allocation adulte handicapé. Au motif, nous dit-on, qu’il a beaucoup souffert d’avoir été injustement accusé.

 

4784019_44a7277_1000x625

Evidemment, il revient une fois plus sur l’affaire d’Outreau, pour s’offusquer du fait qu’une promotion de l’école de magistrature ait choisi le nom de Fabrice Burgaud pour la promo. Selon duponpon, « C'est comme si des militaires souhaitaient baptiser leur caserne Waterloo. (…) Se propage aujourd'hui dans les couloirs du palais de justice l'idée que certains protagonistes de l'affaire d'Outreau seraient coupables. Que la justice n'aurait pas si mal fonctionné. Que tout ce chaos judiciaire serait à imputer aux avocats. (…) Voilà ce que génère le corporatisme des juges. Mais ce qu’il y a de plus intéressant encore dans ce dossier, c’est que seul le juge Burgaud a été légèrement sanctionné.Tous les autres intervenants ont été promus. Tous ! Sans aucune sanction. »

Alors il faut répondre à cela : même le juge Burgaud a été promu puisqu’il est rapidement devenu juge anti terroriste. Et puis si "personne" n’a été sanctionné, c’est parceque la procédure a été menée dans les règles, et que les charges étaient importantes contre les personnes envoyées en prison. Quant à sa phrase sur la culpabilité des acquittés, là nous ne pouvons pas répondre, c’est la loi. Enfin, ce n’est pas le corporatisme des juges qui rappelle les faits ayant mené à la reconnaissance par la justice de 12 enfants victimes, mais un dossier épais, connu intégralement par de nombreuses personnes, et la parole des victimes.

 

L’affaire, c’est celle du chef de cœur pédophile, défendu notamment par l’avocate Catherine Lison-Croze, qui donne interview dans le journal. En gros, elle explique que lors du premier procès du type, il s’en était bien tiré parce que « L’ombre de l’affaire Outreau et des dysfonctionnements de la justice hantent alors les salles d’audience. « La parole de l’enfant, sacralisée, a été décrédibilisée avec Outreau. On était à la retombée de cette affaire », se souvient l’avocate. Pas d’obligation de soins, pas de mise à l’épreuve, décidera le tribunal. Or, c’est souvent le cas dans ce type de dossier « quand il est pris au sérieux ». Jamais la parole des enfants n’a été sacralisée, bien au contraire. Mais il est clair que c’est encore pire depuis que l’affaire d’Outreau est utilisée dans les prétoires pour nier la parole des enfants au premier effet de manche. Lison Croze a réussi à le faire acquitter en appel. Et il a recommencé.

 

2018-06-11 20_04_18-Relaxe pour une agression sexuelle _ l'affaire d'Outreau dans tous les esprits -

Tribunal correctionnel : une gamine de 10 ans accuse un ami de la famille d’attouchements commis des dizaines de fois et d’une pénétration digitale au moins. Le type avoue puis se rétracte, son avocat dit que « on ne peut pas déclarer quelqu'un coupable juste sur la base de ses propres aveux ». D’ailleurs, le type utilise la même défense que Daniel Legrand pour justifier d’avoir avoué : « Le prévenu à «la personnalité fruste et limitée» [comme Legrand paraît-il] prétendra aussi qu'il a subi des pressions et qu'on lui aurait dit d'avouer pour être libéré. ».

C’est le procureur qui revient sur l’affaire Outreau. Le journaliste de La Dépêche écrit : « évidemment on nous ressasse les problèmes d'Outreau (NDRL : dans les années 2000, à la cour d'assises de Saint-Omer, des adultes, accusés par des enfants, avouent des abus sexuels. Ils seront condamnés puis acquittés après rétraction des enfants). Mais dans cette affaire il n'y a pas que la parole de l'enfant victime, il y a aussi celle de sa sœur qui dénonce les faits. Seraient-elles complices d'un complot fomenté par elles deux ?», s'interroge sans y croire le procureur Frédéric Cousin ». Rappelons qu’à Outreau, une trentaine d’enfants ont été auditionnés et ont confirmé les faits devant les policiers. Et que leur parole recoupait celle des adultes qui ont avoué, y compris sur les histoires de meurtres.

Cet article est assez ignoble : « Oui l'histoire est malsaine, oui l'homme a entrepris une relation amoureuse avec une petite fille de 10 ans, oui c'est une relation toxique, oui de nombreux textos l'attestent, oui il y a des «je t'aime» à répétition ». L’avocat de la petite parle d’emprise, tente de recadrer le débat, mais au final le type est quand-même relaxé. Là aussi, on a préféré ne pas prendre en compte la parole de l’enfant, et croire l’adulte dans la version où il nie les faits. En gros, le tribunal a considéré, au nom d’Outreau, qu’on ne pouvait pas la croire. Alors qu’à Outreau deux collèges d’experts ont estimés crédibles les propos des enfants et que 12 d’entre eux ont été reconnus comme victimes et indemnisés à ce titre.

 

-----------------------------

A cause de toute cette propagande, les gens se croient autorisés à citer l’affaire d’Outreau comme l’exemple même du « fiasco judiciaire », des « fragilités des procédures judiciaires », voir même de l’inutilité des juges d’instruction, que sarkoléon voulait faire sauter, et on comprend mieux pourquoi aujourd’hui. On constate en tout cas que depuis 2016, AUCUN article de média commercial n'évoque l'affaire dite d'Outreau pour rappeler l'existence de ces 12 victimes. Et bien-sûr aucun ne se demande comment on obtient dans cette affaire 12 victimes, dont certaines reconnues victimes de proxénétisme, avec seulement deux couples dépendants des allocations au rang des "coupables".

Bref, la réécriture de l'histoire est manifeste, et le duponpon est en première ligne pour répandre sa version de l'affaire. Vision qui n'est autre, rappelons-le, que celle d'un avocat de la défense.

Posté par Ceri à 20:05 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

07 juin 2018

USA: un camp étrange soupçonné d'héberger des abus sexuels de mineurs

Entrée du bunker souterrain

Un groupe de vétérans US déclare avoir trouvé en Arizona un "camp de trafic sexuel d'enfants". Des films circulent sur le web, montrant ce qui est décrit comme le camp où des enfants seraient en transit et même abusés. En effet ledit "campement" semble très étrange, et on se demande vraiment si cette affaire "est du lard ou du cochon".

 

Une première vidéo a été mise en ligne il y a une semaine par le groupe "Veterans on Patrol" (vétérans en patrouille, qui viennent en aide aux sans-abri), dans laquelle on voit l'équipe de vétérans, de nuit, dans ce qui ressemble à un tunnel, puis montrer une sorte de cabane avec des jouets d'enfants à l'intérieur, et des objets appartenant à des enfants, trainant à terre au milieu des bois.

 

Du sceptiscisme à l'interrogation

Ils situent le lieu près d'une ancienne usine de ciment à Tucson, en Arizona. Une autre vidéo, prise de jour, montre ce camp qui à première vue ressemble à un camp de migrants qui ont pu rester là quelques jours et seraient partis précipitemment, laissant les jouets des enfants derrière eux. 

Il y a aussi un campement de personnes sans abri pas très loin, donc a priori on se dit qu'il est possible qu'une famille ait pu rester là quelque temps. Mais on voit dans les reportages sur le site qu'il y a bien des sortes de caches, un peu comme celle de dutroux mais pas en béton ou en pierre, de toute petite dimension, avec dedeans des objets qui ont forcément appartenu à des enfants. 

Plus loin, il y a une zone plus sordide avec des arbes qui, à la première impression, ont du servir à attacher des gens. Bref, si l'on est forcément sceptique en voyant cela, on est obligé de constater que l'endroit est des plus étranges. 

Depuis une semaine, plusieurs chaines de télé locales se sont rendues sur les lieux, et ont pu montrer le caractère particulièrement glauque de l'endroit. Les vétérans ont lancé leur page facebook le 29 mai pour dénoncer l'affaire. On y trouve quelques photos du site.

 

Child Trafficking Camp Found in Arizona by Veterans on Patrol

Des flics de Tucson se sont rendus sur place et ont conclu qu'il n'y a pas de preuve que le "bunker" souterrain ait, comme l'affirment les vétérans, été un lieu où on retenait des enfants ni qu'il y ait eu un quelconque trafic dans ce camp. Pourtant, selon les vétérans il y avait des vêtements et des jouets d'enfants dedans, et il est clair que l'entrée ne laisse passer que des enfants ou des adultes assez fins. Selon les forces de l'ordre, ce campement est juste un campement de SDF. 

Des revues pornos et du lubrifiant, ainsi que quelques douilles, ont été retrouvés sur place également par les vétérans. Il y a aussi un poteau servant à la toiture d'une cabane, sur lequel le prénom "Maddie" est gravé en gros.

Les types des Veterans on Patrol disent qu'ils ont l'habitude des campements de gens sans-abris, mais que celui-là n'a rien à voir et que des enfants y sont bien restés : "Il y avait une prison improvisée et, à cause des objets qui s'y trouvaient, cela ressemblait à une prison improvisée pour les enfants. De tout ce que j'ai vu, je ne pouvais pas imaginer que ce site soit autre chose que ce que nous pensons être - c'est un camp de trafic sexuel d'enfants."

D'après le Daily Mail, l'équipe des vétérans a demande à un documentariste de venir sur place, et il a dit en être revenu choqué, qualifiant ce qu'il a vu d' "inhumain".

 

De la mesure dans l'appréciation des faits

4CF089E700000578-5808359-image-a-29_1528210952559

Ce qui est encore plus inquiétant, ce sont ces arbres sur lesquels sont installés des liens, des objets métalliques dont je ne vois pas bien l'utilité mais qui ne sont pas rassurants, bref, des "arbres de la torture", comme disent ceux qui ont filmé ce camp.

Bon, là on commence à s'éloigner du camp de transit de migrants mexicains, ou même du simple campement d'une famille à la rue. 

Là, on nous explique que les flics "ont collecté des preuves", donc on se dit qu'on finira par trouver de l'ADN, restera à savoir à qui il appartient. Mais les autorités pourront aussi nous dire qu'il n'y avait aucune trace de rien (les paris sont ouverts, je penche pour la 2e).

En tout cas on ne peut que l'espérer, parce que le camp a été démantelé le 2 juin, apparemment. Donc il ne reste quasiment plus de preuve. Alors qu'en fait, le temps de vérifier les choses, il aurait été plus logique d'installer un périmètre de sécurité sur la zone le temps de mener toutes les analyses. 

Déjà, un porte parole des flics explique aux médias que "Sur la base de l'enquête du département à ce stade, il n'y a aucune indication que ce camp est utilisé pour tout type d'activité criminelle, y compris la traite des êtres humains".

Les vétérans disent qu'ils ont retrouvé des brosses à cheveux avec des cheveux blonds dessus.

Le jeudi 7 juin, un travailleur de ranch a appelé la police après avoir retrouvé un crâne et un corps d'enfants dans la zone. Toutefois, beaucoup de migrants décèdent de la chaleur et de la soif dans ce désert, surtout en été, et les enfants n'y échappent pas. Ce crâne n'est donc pas forcément lié à un trafic sexuel d'enfants.

Le site en question se trouve à moins de 3 km de l'aéroport international de Tucson, à 500 mètres d'un cimetière et 1 km d'une église catholique. Il semble que le coin serait assez chaud, avec pas mal de trafic de drogue notamment. 

 

2018-06-06 22_38_44-Google Maps - Copie

 

Selon eux, la zone précise du campement est là:

4CF0714500000578-5808333-The_camp_is_located_near_an_abandoned_cement_factory_around_seve-a-3_1528214230870

Je prends beaucoup de pincettes avec cette affaire, parce que venant des US, on a une quantité impressionnante d'infos complètement bidons, dont des sites comme New youswire ou quelque chose comme ça sont devenus des spécialistes, en premier lieu sur les questions de réseaux pédophiles. 

Donc, je me méfie a priori. En l'occurrence, le site semble bien réel, les éléments retrouvés sur place auraient pu être déposés par les vétérans, mais cela m'étonnerait. Il y en a trop, le truc est trop bizarre, une mise en scène pareillle est possible et il faut l'envisager, mais cela serait assez énorme.

En tout cas, la fille Clinton et un certain nombre de médias crient déjà au "Pizzagate", ce qui signifie pour eux que c'est déjà une affaire bidon, et qu'on ne devrait pas en parler. La chasse aux pseudo "fake news" est donc réouverte accompagnée de ses traditionnels recadrages "pédagogiques" des masses, mais c'est à mon avis bien trop tôt pour être honnête.

Selon moi, il faudrait quand-même attendre au minimum deux ou trois semaines, histoire de faire mine qu'il y a eu une forme d'enquête, qu'on a fait deux ou trois relevés sur les lieux et interrogé quelques riverains, au cas où...

Mais de tout cela, il n'est apparemment pas question.

 

 -----------------------------

 

Encore une fois l'affaire est  à suivre. Vu la position a priori des autorités, il y a peu de chances qu'une enquête sérieuse sera menée, et je ne pense pas à des suites judiciaires non plus.

Certains relient cette histoire à d'autres, cela reste à voir. On entend du "pizzagate" à toutes les sauces et pour moi il est clair qu'on cherche à nous envoyer sur de mauvaises pistes, en réalité pas de pistes du tout.

 

D'autres vidéos du site:

AGAIN !!!!KOLD 13 News Report U S VETERANS ON PATROL NEWS FIND TUNNELS CH-LD TR-FF-CK-NG

 

 

03 juin 2018

La vengeance du Jaguar, un roman de Gérald Brassine sur les réseaux pédophiles d'élite

2018-06-03 15_05_03-

Aujourd’hui, place à un compte-rendu de lecture du livre de Gérald Brassine, La Vengeance du Jaguar. C’est une intrigue sous forme de roman, mais l’histoire racontée ici pourrait être vraie. C’est pour cela que je vais revenir sur ce livre, qui permet de comprendre comment fonctionne l'omerta au sujet des réseaux pédophiles d'élite, et pourquoi la justice n'est pas près de passer sur ces dossiers.

 

Le héros de cette histoire qui commence en Belgique (mais cela pourait être un peu partout en occident) est un étudiant qui bosse chez un restaurateur pour se faire un peu d’argent.

Un soir, c’est dans un château que la prestation se déroule. L’ambiance est assez étonnante : des gardes du corps armés autour des sous-sols, une maîtresse des lieux qui dit attendre sa « marchandise », bref, le décor ressemble à celui de certaines affaires, en Belgique comme en France.

 

Face au réseau pédophile belge

Plus tard dans la soirée, Xavier voit des enfants débarqués d’une camionnette vers les sous-sols du château.

L’auteur raconte aussi les choses du point de vue d’autres personnages. Les deux gardes-du-corps ? C’étaient des flics de tendance facho, qui faisaient un extra pour un banquier. L’ami chez qui le héros va se réfugier ? Il connaissait déjà ce système de partouzes d’élite, dont les enfants sont les victimes.

L’un de ces flics, Jack, a grandi dans les foyers, où il « s’était fait mater et violer aussi bien par les pensionnaires que par les éducateurs ».

Les enfants, on l’apprend assez vite, étaient fournis par un foyer du coin. Au château, Xavier repère un présentateur télé devenu ministre, et d’autres personnalités. Après la « fête », viennent les « nettoyeurs », avec un accent des pays de l’est…

Je ne vais pas raconter tout le livre, évidemment, car il mérite vraiment d’être lu et diffusé. Il sera fort utile à certains pour comprendre comment les choses se passent, comment s’organisent ces réseaux capables de massacrer des enfants, dans des cercles restreints de « privilégiés ».

Gérald Brassine parle de snuff movies, des tortures et des meurtres lors de soirées, de trafic international d’enfants, et il décrit comment un humain lambda peut être amené à comprendre l’existence de ce type de réseau, quand « le puzzle de l’horreur » se met en place. On est tous passés par là : d’abord, l’incrédulité. Puis face à la succession de récits, et finalement face à l’évidence, on doit admettre ce qui semblait a priori impensable, ce qui était même inconcevable.

Le héros va se trouver forcé à mener son enquête, à comprendre qui est à ses trousses pour s’en sortir, et le tout vire en affrontement avec les criminels puis en fuite jusqu’en Amazonie.

 

Une méthode pour venir en aide aux victimes

Par ailleurs, le livre de Gérald Brassine, psychothérapeute Belge habitué à recevoir des victimes des pires sévices, les mêmes que ceux qui sont dénoncés sur ce blog depuis des années, même ceux qui sont officiellement de la théorie du complot, ce livre décrit le psychisme des victimes : le fait d’avoir l’impression de sortir de son corps, cette sorte d’ « anesthésie corporelle et émotionnelle », l’amnésie suite au trauma, les souvenirs qui reviennent par flashs des années après…

Le travail de thérapie sur les victimes de ce genre d’actes barbares est évoqué, à travers un personnage qui tente de faire revenir à elle une gamine sortie d’un foyer lié au réseau. Une forme de thérapie fortement teintée de chamanisme.

A lire ces pages où les rebondissements sont nombreux, et où on retrouve tous les ingrédients qui apparaissent lorsqu’on commence à creuser sur le sujet des réseaux pédophiles d’élite, on comprend vite que l’auteur sait de quoi il parle.

Ce livre est à faire circuler, surtout auprès des incrédules. Il permet d'aborder la question de manière à la fois réaliste et supportable pour les non initiés. Pour les autres, il apporte un éclairage intéressant sur les thérapies qui permettent d'aider les victimes, et par certains côtés l'intrigue rappelle l'affaire Dutroux. Ou l'affaire Alègre, ou d'autres encore...

 

==> Pour le commander sur Amazon (format Kindle) : https://www.amazon.fr/Vengeance-du-Jaguar-G%C3%A9rald-Brassine-ebook/dp/B01HOSYV7I

 

28 mai 2018

Loi pédophile : il est urgent de réclamer une réelle protection des mineurs

2018-05-27 12_01_11-Loi Schiappa_ _Une protection de plus pour les mineurs_ - L'ExpressComme prévu, le gouvernement nous a baladés avec son histoire d'âge de "présomption de non consentement". Il était évident dès le départ que l'objectif n'était pas renforcer la protection des mineurs, mais d'avancer vers la décriminalisation de la pédophilie. Pourquoi était-ce si évident? Parce qu'en france, depuis plus de 30 ans, toutes les lois en la matière visent à étendre la possibilité pour les majeurs d'avoir des "relations sexuelles" avec des mineurs.

 

Bien que la propagande gouvernementale ose affirmer que cette loi, passée de justesse grâce à la moutonnerie des députés A Reculons !, constitue "Une protection de plus pour les mineurs", il n'en est rien. Le gouvernement, et Schiappa en premier lieu, ne font que répandre une fake news.

Car avec cette loi:

  • Il n'y a pas d'âge en-dessous duquel on considère qu'un mineur ne peut pas être consentant.
  • Le viol de mineur devient une "atteinte sexuelle avec pénétration".

Voyons ce que cela implique, c'est très simple, d'ailleurs cela montre la mauvaise-foi absolue de la propagande officielle.

 

Pas d'âge de non consentement

viol-code-penal-756x278Cela veut dire qu'un mineur de 11, 10, pourquoi pas 8 ou 5 ans, on ne sait jamais avec nos juges, devra prouver qu'il n'était pas consentant à un "rapport sexuel".

Rappelons que cette loi a été passée au prétexte qu'en septembre et octobre 2017, deux juges de deux juridictions différentes, ont considéré que deux mineures de 11 ans (dont l'une est même tombée enceinte), avaient consenti à un "rapport sexuel" avec deux majeurs de 28 et je ne sais plus quel âge, qu'elles ne connaissaient ni d'Eve ni d'Adam, croisés dans la rue alors qu'elles étaient avec des copines, et cela alors qu'elles n'avaient jamais eu de "rapport sexuel" de leur vie.

Le traquenard était tendu avec la pétition publiée dans Marianne le 5 octobre 2017, par des gens comme Jean-Pierre Rosenczveig, Roselyne Bachelot ou Elisabeth Badinter (qui est pour la "Gestation Pour Autrui" c'est-à-dire les mères porteuses), réclamant un "seuil d'âge fixé par la loi" pour présumer le non consentement d'un mineur.

Cette demande était déjà étrange car il existe déjà deux notions :

  • La notion de mineur: si un mineur ne vote pas c'est parce qu'on considère qu'il n'a pas un consentement libre et éclairé. Il ne peut pas non plus posséder d'arme ou s'inscrire dans l'armée, ni même acheter des cigarettes ou de l'alcool fort.
  • La notion de majorité sexuelle: fixée, étrangement, à 15 ans. A partir de cet âge on présume que le mineur consent à un "rapport sexuel", y compris avec un ou même plusieurs adultes.

Pourquoi alors demander un nouveau "seuil d'âge fixé par la loi"? Pour abaisser cet âge en-dessous de 15 ans?

Car en réalité les juges qui ont considéré que les gamines de 11 ans étaient consentantes auraient très bien pu considérer qu'elles n'avaient pas la capacité de discernement, et écarter d'office tout débat sur un éventuel consentement.

Mais s'il font cela, je ne vous dis pas le taux de remplissage des prisons.

Selon la logique de notre gouvernement, donc, un mineur de moins de 18 ans n'est pas assez grand pour décider d'acheter des cigarettes, mais il est assez grand pour avoir une relation sexuelle dans une ruelle avec un parfait inconnu.

L'autre point essentiel de cette loi hallucinante c'est cette affaire d' "atteinte sexuelle avec pénétration".

 

L' "atteinte sexuelle avec pénétration"

5341062-3x2-940x627Là aussi, nous tombons dans les tréfonds de l'hypocrisie. Et sur ce sujet là également, nous avons eu droit à moult tentatives de "débunkage" du genre (France Info) "Non, l'article 2 de la loi Schiappa ne considérera pas le viol sur mineur comme un délit".

D'ailleurs, dans cet article le journaliste dit exactement la même chose que les associations, à savoir que "le délit d'atteinte sexuelle renvoie plus globalement à toute relation sexuelle avec un mineur de moins de 15 ans, que ce dernier soit ou non consentant. Ce délit est aujourd'hui puni de 5 ans de prison et de 75 000 euros d'amende. En tout cas jusqu'à présent. Le texte du gouvernement prévoit de distinguer "l'atteinte sexuelle avec pénétration". La peine encourue grimperait à 10 ans". J'ai mis en gras la peine encourue, 10 ans, qui correspond à celle qui vaut pour des délits. Les crimes sont théoriquement passibles de 20 ans de prison au moins.

On se demande pourquoi un tel titre de France Info si c'est pour dire le contraire dans l'article. Même si au final pour l'auteur, cette loi est super car "il s'agit donc d'un durcissement du délit d'atteinte sexuelle"...

MDR (je ris jaune car l'heure est grave): en réalité, on parle bien de viols (c'est-à-dire des actes de pénétration sans consentement). Mais qui deviennent des "atteintes sexuelles avec pénétration".

 

De la mauvaise foi en propagande politique

2018-05-27 14_12_11-Projet de loi sur les violences sexuelles _ Schiappa confrontée à une oppositionAutre preuve de mauvaise foi: on nous explique que cette notion est créée pour "Eviter les acquittements lors de viols difficiles à prouver". Sans blague. C'est justement pour cela qu'il faut fixer un âge (on propose 16 ans, voir 15) en-dessous duquel dès qu'il y a pénétration, l'affaire sera jugée en tant que viol, c'est-à-dire en tant qu'acte non consenti, passible de 20 ans de prison.

Solution alternative, au cas où il y a un doute sur l'acte de pénétration qui reste difficile à prouver dans certains cas: rien n'empêche le juge de considérer qu'il s'agit d'une "agression sexuelle", donc un délit jugé en correctionnelle et passible de 10 ans.

On nous dit aussi que la loi introduit la notion de viol étendue à la contrainte ou la surprise, qui peuvent être dorénavant "caractérisées par l'abus de vulnérabilité de la victime ne disposant pas du discernement nécessaire pour consentir à ces actes". Certes, mais justement: à partir de quand un juge estimera-t-il qu'un mineur n'a pas le "discernement nécessaire"?

118150526 schiappaAu départ, Schiappa et ses amis ont tenté de faire passer l'âge du consentement à 13 ans, mais malgré la propagande médiatique, cela n'est pas passé dans l'opinion, et encore moins auprès des associations et citoyens défendant les mineurs.

Du coup, hop, on enlève carrément le seuil d'âge de la loi. Magie: le consentement est présumé, à moins que le mineur prouve qu'il n'avait pas le discernement, qu'il a été contraint, menacé, surpris etc.

Notons enfin que la loi qui nous a été pondue a été conçue sans concertation aucune avec les associations et sans tenir compte d'aucune des remarques émises depuis six mois. Des association qui ont été fort surprises de voir le monstre dont ont accouché le sénat et les députés du fan club présidentiel.

 

 

 

Mobilisons-nous

Cette loi, en réalité, consiste à faire un pas de plus dans la légitimation de la pédocriminalité. Elle constitue un grave recul dans la protection des mineurs, et on peut parier qu'il n'y aura pas davantage de condamnations. D'après mes calculs, un mineur qui porte plainte pour viol a 4,7% de chances seulement de voir son agresseur condamné pour viol (chiffres de 2016).

111563565_oIl est temps de réagir, car nous sommes face à une forme de banalisation des actes de pédophilie. Alors que plusieurs pays comme le Canada viennent de relever l'âge de non consentement, la france fait le chemin inverse.

Quelle sera l'étape suivante? La fixation d'un âge de consentement à 10 ans? On peut s'y attendre car l'usine à gaz que consitue cette loi ne pourra produire que des injustices supplémentaires. Il y aura encore des Unes dans les journaux, et très probablement une nouvelle pétition pour réclamer un âge de non consentement. Les paris sont ouverts.

Il est temps de parler de cette loi autour de nous, à l'école, dans la rue, avec les amis. Beaucoup de gens vont croire à la propagande officielle parce que ça les rassure de penser que l'Etat cherche à protéger les mineurs. La réalité est toute autre, comme le dénoncent l'ensemble des associations et citoyens impliqués dans la lutte pour les mineurs victimes de violences en général et de violences sexuelles en particulier.

Cette loi permet aussi clairement d'introduire la notion de "consentement" pour les mineurs, dans le cadre d'une relation sexuelle avec pénétration avec un adulte, alors que jusqu'à présent personne, même pas les juges, ne se posaient cette question.

En région lyonnaise, j'envisage d'organiser assez vite un petit rassemblement, afin d'expliquer la loi à nos concitoyens, par exemple à l'heure de sortie des écoles... (Si idées ou envie de participer, vous pouvez me contacter).

 

Quelques réactions à la "loi Schiappa"

 

Il n'y a jamais eu une telle unanimité du milieu associatif et "militant". Cette loi qui décriminalise de fait le viol sur mineur est décriée par tous les spécialistes et professionnels de l'enfance, par les associations de victimes, et par les associations et citoyens actifs pour la protection des mineurs. La dérive ne s'arrêtera cependant pas là, c'est une évidence. En tout cas, cela n'enraiera pas l'augmentation constante des abus sexuels sur mineurs commis dans ce pays.

Les pédophiles ne sont pas encore en extase devant cette loi, mais ils peuvent se dire qu'ils ont évité le pire et qu'un boulevard leur est ouvert.

 

27 mai 2018

Une secte sexuelle luciférienne tentait de s'implanter à Hollywood : quid du volet exploitation sexuelle de mineurs ?

2018-05-11 15_47_34-On entend dans les médias US qu'une actrice américaine, Allison Mack, a admis publiquement avoir été membre d'une secte, bien implantée à Hollywood. Cela fait déjà un moment que le gourou de cette secte fait parler de lui, et certains témoignages d'anciens "adeptes" laissent penser que des mineurs sont aussi des cibles. Si les médias ne parlent pas encore d'enfants, il est bien question de trafic sexuel et de trafic d'êtres humains dans cette sexte à l'influence clairement luciférienne.


Allison Mack, fille d'un chanteur d'opéra, est une enfant de la balle qui a commencé à tourner dans des pubs dès l'âge de 4 ans. Elle passée dans sa jeunesse par l'incontournable Disney et est surtout connue pour avoir joué dans la série Smallville. 

Il y a quelques jours, on a appris qu'elle était un ponte de la secte NXIVM (prononcer "nexioume"), voir même la numéro 2, après le gourou, un dénommé Keith Ranière.

Celui-ci a été arrêté en mars 2018, au Mexique où il s'était enfui, accusé d'avoir organisé un réseau d'esclaves sexuelles sous influence. Depuis une dizaine d'années, les attaques fusent contre ce groupe et surtout contre les pratiques du gourou, et les procédures vont dans tous les sens.

 

Une secte pyramidale

forbes

La vitrine de cette secte, un peu comme la scientologie et d'autres, c'est le bien-être, l'épanouissement personnel, avoir une vie saine, mais surtout avoir du succès sur le plan financier. La secte organise des formations qui coûtent un bras un peu partout dans le monde, et le QG de NXIVM se trouve à Albany, juste à côte de l'aéroport international.

Selon France Info, "Keith Raniere, 57 ans, a fondé en 1998 une organisation baptisée Executive Success Program (ESP), qui tenait des séries d'ateliers dont le but officiel était de "réaliser le potentiel humain" des participants. En 2003, il a créé une deuxième entité, baptisée NXIVM, qui chapeautait ESP. Basée à Albany, capitale de l'Etat de New York, l'organisation a ouvert des centres dans plusieurs villes des Etats-Unis, du Canada, du Mexique et d'autres pays d'Amérique centrale".

En 2015, Ranière a créé une sorte de succursale, DOS, avec un fonctionnement pyramidal, et composée de "maîtresses" et d' "esclaves", dont tous les membres sauf Ranière, tout en haut de la pyramide, étaient des femmes, chargées d'en ramener d'autres pour "le plaisir sexuel" de Ranière.

On retrouve dans les pratiques de sa secte des sortes de rituels intiatiques comme le marquage au crayon cautériseur - par une femme médecin - avec les initiales du gourou ou bien d'Allison Mack, le tout filmé systématiquement. Selon une des anciennes "adeptes", une femme qui était "master", nommée Lauren Salzman, dirigeait cette pseudo cérémonie. Un ancien communicant de la secte, Frank Parlato qui a recueilli une dizaine de témoignages, confirme ce genre de cérémonie.

Par ailleurs, "Avant d'être acceptées comme esclaves, les femmes devaient fournir de la "garantie", c'est-à-dire divers éléments compromettants pour elles-mêmes, photos, lettres, ou documents, que l'organisation se réservait le droit de rendre publics si elles quittaient l'organisation", lit-on encore.

2018-05-09 21_50_59-Inside a Secretive Group Where Women Are Branded - The New York Times

En mars de cette année encore, plusieurs femmes ont dénoncé les pratiques de la secteSarah Edmondson s'est exprimée dans le New York Times, suite à des plaintes déposées contre plusieurs personnes, dont la femme médecin, Danielle Roberts.

Mais en face Raniere et la secte multiplient aussi les poursuites contre les "opposants", c'est-à-dire ceux qui ont quitté la secte ou qui la dénoncent. Une ancienne membre, Barbara Bouchey, explique avoir perdu des millions de dollars dans les nombreuses procédures intentées contre elle par Ranière et ses fans. Ce serait aussi elle qui a vraimentmis le grappin sur Mack, pour qu'elle reste et s'implique dans la secte.

Plusieurs plaintes ont été déposées par plusieurs anciennes adeptes, mais les forces de l'ordre ont dit qu'elles n'enquêteront pas parce que tout cela était normal, et les autorités médicales de l'Etat ont dit dans un premier temps qu'elles n'investigeront pas sur les expériences menées par un autre membre de la secte, un médecin appelé Brandon Porter, et qui consistaient à faire regarder des films ultra violents à des femmes alors que des appareils enregistraient et analysaient leurs réactions [1]. Toutefois, depuis l'emprisonnement de Raniere, Porter a été accusé d'avoir mené des expériences illégales. Comme quoi, le droit n'est qu'une question de point de vue...

Et puis il y a aussi un ou deux suicides d'adeptes, ou de personnes mises sous emprise par la secte, qui posent question, comme celui de Kristine Snyder [2].

Les choses ont commencé à remuer en 2018, avec l'arrestation de Raniere fin mars, puis de Mack fin avril. Les poursuites, pour "child sex trafficking", c'est-à-dire trafic sexuel d'enfants, évoquent les mauvais traitement contre les femmes embrigadées dans le harem, les privations de sommeil ou de nourriture, décrivent le système de la secte, avec son "maître" et ses "esclaves"...

 

Relations publiques

Les "esclaves", comme Allison Mack qui serait entrée dans la secte en 2010 à Vancouver (ou en 2006 selon les sources), étaient poussées à recruter d'autres esclaves et à récolter leurs confessions, déposées chaque semaine sur Dropbox. Mack est ainsi accusée d'avoir jeté des recrues dans les bras de Raniere, et a été arrêtée par le FBI pour cette raison fin avril. Idem pour Kristin Kreuk, autre actrice de la série Smallville tombée dans la secte juste avant Allison Mack, et qui l'y aurait entraînée. Les deux auraient d'abord assisté à une réunion du mouvement de femmes lancé par la secte, Jness, à la suite de laquelle Mack a été invitée à rencontrer Raniere.

Mack, qui a vite été placée en haut de la hiérarchie, était aussi chargée d'attirer des milliardaires, comme Richard Branson, le tycoon jet setteur et partouzeur anglais sur l'île privée duquel elle aurait participé à des soirées de débauche. Sara Bronfman ou Nancy Salzman aussi ont été présentes à ces "soirées". Des sessions de "formation" de la secte étaient organisées par la même occasion sur l'île de Bronson.

nintchdbpict000396226038

Mack recrutait aussi via le mouvement de femmes, Jness, créé pour servir de vivier à la secte: la crème des membres de Jness pouvait entrer dans DOS, son harem de premier choix.

Mack a également recuté des proches dans la secte, notamment ses parents. Elle aurait aussi tenté de ramener une actrice de la série "7 à la maison", la chanteuse Kelly Clarkson, l'actrice Emma Watson ou la réalisatrice Rachel Goldberg.

Au chapitre du réseau existant autour de la secte, on doit aussi mentionner les liens étroits entre les familles Bronfman et Rothschild, dont des membres ont créé et dirigent par exemple "Bronfman & Rothschild", une boite de placements financiers.

Sara Bronfmann est arrivée dans la secte dès 2002, d'abord en assistant aux sessions de "formation" à 5 ou 8.000 $ sur le développement personnel. C'est un ami de la famille qui l'a mise en lien avec ce groupuscule. Sa soeur l'aurait vite rejointe, et elles seraient ainsi passées de la coupe de leur père, décrit comme assez despotique, à celle de Raniere.

Elle a eu parmi ses petits amis, le n°1 du Dalï Lama aux Etats-Unis, et un autre avec qui elle s'est mariée, un émigré libyien qui s'est présenté, poussé par Raniere, au poste de Premier Ministre de la Libye en 2014, avant de mener une campagne sur les réseaux sociaux pour renverser le gouvernement. Celui-ci, un dénommé Basit Igtet domicilié en Suisse, bénéficie du soutien de certains islamistes locaux, notamment l'imam Sadek Al-Ghariani qui avait soutenu les jihadistes lors de la guerre en Libye [3], ou encore des Frères musulmans de Libye et de Tunisie. 

Selon certains observateurs, en 2014 Igtet était le futur président libyen, et en tout cas il tentait -et tentait toujours en 2015- de se positionner comme tel. Le couple, qui a eu une fille, est notamment propriétaire d'une chaîne d'hôtels de luxe Athal Hospitality (créé en décembre 2016), qui a racheté en mai 2017 le domaine des Andéols dans le Lubéron comme tout premier établissement. Un second devrait suivre près de Megève à Saint-Gervais.

2018-05-12 02_59_41-Le Suisso-libyen qui veut conquérir Tripoli et rapatrier 70 milliards - Économie

Et cette chaîne d'hôtels, c'est tout un programme, qui ressemble pas mal à celui de Raniere : "Vegan à ses heures, celui qui a fait une partie de ses études à Saint-Gall cherche à bâtir une communauté mondiale autour du lifestyle, de la responsabilité et de la bienveillance. «Nous souhaitons créer des lieux uniques axés sur l’expérience client, le bien-être, l’art et la beauté de l’environnement», explique cet ancien pilote d’avion qui dégage à la fois une certaine sérénité et une force tranquille", nous apprend un canard économique suisse.

Bref, il sera intéressant de voir si ce genre de lieu devait aussi accueillir les session de formation de la secte de Raniere, ce qui est assez probable. Mais avec la pub liée à l'arrestation du gourou et d'Allison Mack, ce ne sera jamais le cas, ou pas avant un moment.

Continuons avec ce chapitre sur les relations publiques connues de NXIVM.

Un ancien conseiller et proche de Trump, Roger Stone, a confirmé au journal US Newsweek avoir travaillé comme lobbyiste pour la secte, durant deux mois en 2007. C'est le sénateur newyorkais Joe Bruno qui lui a présenté la secte. 

Par ailleurs, NXIVM a filé 30.000 $ à Hillary pour sa campagne ratée aux présidentielles de 2008, alors que la somme maximale que peut donner une personne est 2.300$. L'info vient des documents tombés entre les mains de la justice à la suite de l'arrestation de Norman Hsu, qui avait levé 1,5 millions de dollars lors de cette campagne et a pris 24 ans de prison pour avoir créé une pyramide de Ponzi afin de financer la campagne électorale démocrate.

Si Sara Bronfman s'est plus ou moins écartée de la secte suite à son mariage, on peut se demander pourquoi l'autre soeur n'a pas été arrêtée elle aussi, puisqu'elle et sa soeur sont les premières contributrices financières de la secte, au coeur des décisions depuis des années.

 

Un programe international pour former les bambins

2018-05-10 14_36_08-Rainbow Cultural Garden UK _ Growing a Joyful World One Child at a Time

Ranière a aussi lancé un programme destiné à éduquer la jeunesse, "un programme de développement des enfants révolutionnaire, prouvant le potentiel culturel, linguistique, émotionnel, physique, et la capacité à résoudre des problèmes des enfants", explique le gourou.

Ce programme s'appelle le Rainbow Cultural Garden, et est financé par Sara Bronfman mais les parents payent tout de même 120.000$ par an et par enfant. Il y a des implantations un peu partout dans le monde, notamment en Angleterre où l'entreprise revendique le satut d'école.

Le gamin est pris en charge quasiment toute la semaine, à partir de l'âge de la crèche, et des nounous lui enseignent à tour de rôle diverses choses comme les langues et quelques autres matières qui sont dans la "philosophie" officielle de la secte.

Il est même demandé aux parents de ne pas trop parler à leurs enfants pour ne pas trop "intefrérer" avec les enseignements du "Rainbow Cultural Garden". Toutefois, des parents se sont plaints que leur progéniture, après quelques années de ce régime, avait même du mal à parler sa propre langue. Le fils de Raniere, quant à lui, aurait subi cette éducation depuis son enfance et ne serait pas des plus brillants.

Plusieurs des nounous de ces jardins d'enfants seraient aussi impliquées dans les délires sexuels de Rainiere, qui était très impliqué dans chaque ouverture d'antenne et dans le suivi des "crèches" et "écoles" de l'association. Apparemment, presque toutes les personnes impliquées dans la Rainbow Cultural Foundation sont aussi des membres de NXIUM.

On notera aussi que l'église de satan elle aussi a lancé il y a 2 ou 3 ans son propre programme à destination des bambins, un machin appelé "After School Satan Clubs", destiné aux enfants à partir de 5 ans. C'est le catéchisme version sataniste afin "de contrer l'évangélisme à l'école", comme quoi les enfants sont des cibles jamais négligées par les illuminés de tous poils.

Raniere a aussi sélectionné un gamin, qui est encore à l'âge du primaire, pour créer une nouvelle génération.

 

Magouilles financières à répétition

Avant de créer sa secte, Raniere a créé une boite, Consumers’ Buyline Inc., soupçonnée d'être une pyramide de Ponzi, c'est-à-dire une escroquerie du genre de Madoff qui consiste à promettre un super rendement pour des placements, les derniers pigeons servant à rémunérer les premiers, boîte qui a été fermée soudainement par le futur gourou et son associé. En 1996, il a signé un accord pour mettre fin à des poursuites pour escroquerie, et a eu plusieurs fois les autorités aux fesses pour cette raison. Depuis 1996, il n'a plus de problèmes, du moins officiellement, avec ses entreprises.

2018-05-10 21_14_40-NXIVM_ What We Know About Alleged Sex Trafficking, Forced Labor - Rolling StoneEn 1998, Raniere créé une boite au Delaware, Executive Success Programs, pour dispenser ses formations. C'est Nancy Salzman qui dirige officiellement l'entreprise.

En 2014, le journal Times Union, après un an d'enquête, l'accuse d'avoir manipulé à des fins sexuelles des femmes et des mineures, et menacé ceux qui cherchaient à le calmer.

La secte est devenue très riche, notamment grâce à l'héritage complet des soeurs Clare et Sara Bronfman, des adeptes qui sont elles-mêmes les héritières d'une riche famille.

A Mexico, l'antenne de la secte est cofondée par le fils de l'ancien président Carlos Salinas, qui vient juste de démissionner suite au scandale, dès le lendemain de l'arrestation de Raniere. Au Mexique, la secte avait la forme d'une filiale, Executive Success Programs (ESP), qui visait spécifiquement le gratin de Mexico.

Allison Marck faisait donc partie du harem de Raniere, tout comme les actrices Kristen Kreuk et Nicky Clyne. Nancy Salzman, une infirmière hypnotiseuse, serait le bras droit de Raniere, qui choisissait spécifiquement des femmes ayant de bons jobs, très bien payés (femme d'affaire, psychiatre, analyste financière, actrice, écrivain...) ou des héritières. La fille de Salzman et une certaine Pam Cafritz, étaient aussi dans le cercle le plus proche. Apparemment, Cafriz, fille de VIP locaux, était très introduite dans la bonne société et servait elle aussi de recruteuse.

Les soeurs Bronfman [4], ont mené divers business avec Ranière, ont aussi entamé des poursuites contre lui pour récupérer plusieurs dizaines de millions d'euros. Apparemment, une centaine de millions de dollars ont été engloutis dans les placements confiés à Raniere. Mais, l'équipe s'adonnait à l'évasion et à la fraude fiscales, à la corruption de juges mexicains, et à divers délits financiers, selon certains. 

2018-05-09 22_10_17-NXIVMLe père des soeurs Bronfman, un ami d'Hillary Clinton, voyant défiler les millions, a pris position pour dire que ses filles étaient inaptes à gérer leur argent et qu'elles étaient influencées.

NXIVM fonctionnait comme une nébuleuse de sociétés qui ressemblent à des coquilles vides, qui ne paient pas ou peu d'impôts, et dont le seul objectif semble être de faire sortir quelques millions du pays à la barbe des services fiscaux Une partie de ces sociétés sont même hébergées dans des paradis fiscaux comme le Delaware. Et le nom de Ranière, évidemment, n'apparait jamais dans ces montages financiers.

Il y a aussi un certain nombre de fondations, comme la Ethical Humanitarian Foundation, créée en 2007 avec les soeurs Bronfman. En 2009, le Dalaï Lama en personne est venu faire un speech à l'inauguration d'une autre invention Raniere, le World Ethical Foundations Consortium, créé en 2008 [5].  Pour ce déplacement, et l'attribution d'une écharpe blanche à Raniere et aux soeurs Bronfman, le Dalaï Lama aurait reçu la modique somme de 1 million de dollars, ce qui avait quand-même fait jaser à l'époque.

Le ministère de la justice, le "Department of Justice", a listé environ 90 entreprises liées à NXIVM, à Raniere ou à Mack, dont certaines appartiennent en tout ou en partie aux soeurs Bronfman, d'autres sont des entreprises créées par d'autres illuminés, des cabinets d'avocats, des agences immobilières de luxe... Certaines sont carrément des filiales, comme la Ethical Humanitarian Foundation, The Raniere Initiative ou Rainbow Cultural Garden LLC., qui est certainement hébergée au Delaware, et une bonne partie semblent être des coquilles vides.

 

Viols d'adultes et de mineures

Et puis, il y a plusieurs femmes qui disent que Ranière leur a pris leur virginité quand elles avaient 15 ans, et même 12 ans pour au moins une d'entre elle, 13 ans pour une autre. Le gourou s'était arrangé avec sa mère pour avoir accès à la gamine, qu'il aurait ainsi pu violer une soixantaine de fois avant qu'elle ne fugue.

Un blogueur US qui a enquêté sur cette secte a recueilli le témoignage d'une femme qui faisait partie du harem de Raniere, et qui était encore dedans, mais se sentait lésée.

Adepte du viol, Raniere considère qu'il s'agit d'enseignements, et ritualise les déflorations des ados ou préaodos qui tombent dans ses filets. Les victimes ne se doutent pas du tout de ce qui les attend. Certaines adeptes lui ont ainsi offert leur propre fille, d'après certains témoignages.

Dans la liste des traitements étranges, il y a aussi des emprisonnements de migrantes mineures en situation illégale, comme une certaine Daniella Fernandez qui aurait passé deux ans enfermée dans une propriété de la secte proche de chez Rainiere, jusqu'à ce qu'elle s'évade. Mariana, la soeur de cette femme, serait une des plus proches de Raniere, intégrée à son harem particulier.

Mack child abuseAllison Mack n'est pas seulement accusée de "trafic sexuel" et de "travail forcé" dans le cadre de la secte, apparemment elle est aussi poursuivie pour "trafic sexuel d'enfants". Tout comme Ranière, d'ailleurs (dont deux des avocats sont issus de la firme Brafman & Associates).

Bizarrement, les médias ne parlent que de "culte sexuel", mais on se demande en quoi ce serait répréhensible entre adultes "consentants".

D'après Frank Parlato, l'ancien communicant de la secte aujourd'hui repenti, NXIVM ramène illégalement aux Etats-Unis des mineures mexicaines, notamment de l'état de Chihuahua, âgées de 11 à 17 ans.

L'objectif était de les ramener pour être "formées" par Raniere, et elles étaient hébergées par des membres de la secte, à savoir une certaine Rosa Laura Junco (fille d'un magnat des médias mexicain), et le fameux Dr. Porter. Parlato mentionne un voyage de 11 adolescentes en 2017.

Parlato pense que, si on ne parle pas encore publiquement de trafic d'enfants dans cette affaire, cela ne devrait pas tarder.

Selon le document du procureur réclamant l'emprisonnement de Raniere sans caution -où cette fois on parle de trafic sexuel sans préciser qu'il s'agit d'enfants, il est connu pour avoir depuis plusieurs dizaines d'années abusé de femmes et de filles (woman and girls). Il est précisé que "selon des sources confidentielles, l'accusé a eu des relations sexuelles répétées avec de nombreuses adolescentes ("teenage girls"), entre le milieu à la fin des années 80 et le début des années 90".

On peut s'interroger sur le fait que les mineurs sont systématiquement "oubliés" dans de nombreux documents et donc dans les médias, alors qu'ils figurents bien dans l'acte d'accusation du 19 avril 2018 mentionnant les charges contre Raniere et Mack. 

Pour l'instant, le seul agresseur en termes de rapports sexuels semble être Raniere, mais il n'est pas exclu qu'il en ait utilisé pour attirer de gros poissons, par exemple.

 

Influences satanistes

Raniere, apparemment, prônait que les enfants et les adultes doivent avoir des "relations sexuelles" entre eux, ce qui n'est pas franchement quand on connait son attrait pour les théories d'Ayn Rand, une "théoricienne" "objectiviste" qui a insipiré nombre de satanistes depuis plus d'un demi siècle. Elle prone des théories reprises par exemple par Anton La Vey le fondateur de l'église de satan, et inspirée du satanisme de Crowley, c'est-à-dire la bonne vieille théorie ultra libérale "fais ce que voudras", l'individualisme crasse et sans morale porté en revendication [6].

leadnximRaniere s'est inspiré d'une organisation créée par Ayn Rand pour sa secte. Elle avait fondé "The Collective", un groupuscule "objectiviste" New Age, on pourrait aussi dire dans la veine sataniste, même si elle restait en arrière et qu'officiellement il s'agissait d'un groupe de fans créé et dirigé par Nathaniel Branden, un de ses fans/disciples. NXIVM ressemblerait en de nombreux points au "Collective", depuis la structure pyramidale jusqu'au merchandising.

Les "thérapies" de Ranière, selon Frank Parlato, sont également calquées sur le modèle des "enseignements" donnés par Rand à ses fans/ disciples. Rand, par exemple, a développé avec son fan n°1 la "psychothérapie objectiviste", qui cherche à mettre de côté les émotions. Il a développé un programme qui s'appelle "l'enquête rationnelle", qui veut valoriser des personnalités sociopathes. 

Selon les documents judiciaires, "Il décrit ces sociopathes comme des ‘Lucifériens’, écrivant qu’’un Luciférien satisfait ses désirs par tous les moyens, sans considération pour les autres et sans remords. [...] Un Luciférien ressent du plaisir ou de la gratification dans des situations que les gens ‘normaux’ trouveraient répugnantes ou dérangeantes".

Autre élément qui ressemble beaucoup à des délires satanistes, comme le "sex magik" de Crowley, ou les rituels sexuels de La Vey, vient de la manière qu'a Raniere de ritualiser les relations sexuelles qu'il impose plus ou moins à ses victimes. En gros chaque acte trouve une explication ésotérique qui n'a évidemment rien à voir avec le plaisir personnel du gourou. 

Dans son délire sataniste ou plutôt luciférien, Raniere intègre la symbolique du 666: les femmes de DOS doivent être six au centre du groupe, qui recrutent 6 autres femmes, celles-ci recrutant à leur tour six femmes.

 

 

Notons aussi que depuis quelques semaines, les médias anglo saxons sont de nouveau focalisés sur leur délire de "satanic panic", la "panique satanique", probablement histoire de détourner l'attention. La "satanic panic" est une invention des années 80, du même style que la "théorie du complot", qui a servi à décrédibiliser les centaines d'accusations d'abus sexuels de type rituels qui ont été faites par des enfants de 2 à 7 ou 8 ans à travers tout le pays, le Canada et aussi, dans une moindre mesure, en Angleterre. 

Le procès de Mack et Raniere commencera le 1er octobre, mais il serait étonnant que l'ensemble des volets de l'affaire soit abordé puisque les sours Bronfman, par exemple, ne sont pas inculpées.

 


[1] Selon la plainte d'une ancienne adepte qui a subi ces "expériences", une certaine Jennifer Kobelt, ces films de démembrements et de viols ont été diffusés à une centaine de personnes par Porter.

[2] Elle se serait suicidée en février 2003, après des sessions de formation intensives avec la secte, et après avoir déclaré à des proches que Ranière l'avait mise enceinte (alors qu'elle vivait avec une femme). Elle aurait pris un vieux kayak (incapable de flotter selon certains) et se serait noyée mais on n'a retrouvé ni le kayak ni son corps, et l'enquête a été très parcellaire puisque la secte n'a pas été interrogée et ordre avait été donné de ne pas répondre à la police. Ranière et les autres de la secte disent qu'elle ne s'est pas suicidée et qu'elle a juste quitté la région.

[3] Sadek Al-Ghariani serait lié, selon plusieurs pays arabes, au financement du terrorisme par le Qatar où il a un permis de résidence. Il serait aussi occupé depuis des années à lancer des fatwas incitant à la violence

[4] Leur père, le milliardaire Edgar Bronfman, a dirigé Seagram et a aussi dirigé le Congrès Juif Mondial. 

[5] Selon Frank Parlato, Sara Bronfman a eu une relation avec le représentant du Dalaï Lama aux Etats-Unis, un certain Tenzin Dhonden, lama de son état.

[6] Raniere considère aussi qu'il y a des "parasites" qui selon lui sont ceux qui "prennent plus qu'ils ne donnent" et sont "dependants des autres pour leur survie". Trump, lui aussi, est un fan des théories d'Ayn Rand. 

26 avril 2018

Espagne : Un photographe accusé de viols par 13 ex-modèles, l'instruction traîne en longueur

maxresdefault

On se rappelle de l’affaire David Hamilton, ce photographe qui aimait mettre des adolescentes prépubères dans des poses suggestives, et en agressait une partie. Les anglais ont eu le leur, Graham Ovenden, et il semble que les espagnols en aient un aussi, qui serait même selon plusieurs victimes, au cœur d’un réseau de production de pédopornographie. Dans lequel on retrouverait aussi des politiques, des entrepreneurs et autres membres du gratin local.

 

Une instruction a démarré il y a 5 ans, mais elle semble au point mort.

Ledit Kote Cabezudo, spécialisé dans les photos « érotiques », est accusé par plusieurs de ses anciens modèles de les avoir violées. Il est sous le coup d’une investigation depuis 2012, suite aux dénonciations de neuf femmes qui l’accusent notamment d’abus sexuels, de pédophilie et de production de pédopornographie. C’est grâce à une enquête menée durant 18 mois par une équipe de journalistes que l’affaire a pu enfin être prise au sérieux par la justice.

Il aurait donc commis ces viols en Espagne et au Sénégal, où plusieurs autres victimes évoquent les mêmes faits. Des vidéos de lui en train de violer des filles, dont des mineures, seraient accessibles sur le net pour la modique somme de 14, 95 €. Etrangement, la justice refuse de faire retirer ces vidéos.

Aujourd’hui, le type serait accusé par 13 femmes, dont huit ont pris le même avocat, Mario Diez, qui a diffusé le 8 mars une vidéo expliquant l’affaire et les cinq longues années d’instruction. 11 fois de suite, la justice a refusé de le mettre en prison le temps d’instruire. D’ailleurs, plusieurs plaintes ont été déposées contre la magistrate chargée de l’affaire.

Une des victimes, surnommée Nahia, déclare que Kote Cabezudo l’a violée de ses 15 à ses 18 ans. Il l’a menacée de diffuser les photos de nu qu’il avait faites d’elle si elle refusait de céder. Il a filmé les viols et certaines vidéos circulent sur le web.

Une autre serait tombée entre les mains de Kote Cabezudo à l’âge de 12 ans, et les viols auraient duré des années, souvent filmés et diffusés.

2018-04-22 22_52_26-Caso Kote Cabezudo_ Mario Díez le acusa de abusar de 13 jóvenes en San Sebastián

Certains, dont l’avocat Mario Diez et des journalistes qui ont travaillé sur cette affaire, pensent que l’impunité de fait dont bénéficie Kote Cabezudo est liée à l’existence d’un réseau d’abus de mineurs à San Sebastian, la capitale du Pays Basque, où vit le photographe. Melchor Miralles, un journaliste, a même déclaré que des politiques, des entrepreneurs, des banquiers, des juges, des journalistes et des avocats étaient impliqués dans ce réseau, citant même parmi les coupables l’ex maire de San Sebastian de 1991 à 2011, le socialiste Odon Elorza. Il a publiquement nié en bloc et réclame 100.000 € de dommages et intérêts.

Kote Cabezudo serait donc un membre du réseau, probablement spécialisé dans la production et la diffusion de pédopornographie. Un réseau actif dans toute la province du Guipúzcoa au Pays Basque, resté impuni à ce jour. On ne parle pas que des 40 types attrapés en février pour avoir téléchargé de la porno infantile, mais bien d’un réseau avec des gens de pouvoir.

Miralles cite également les noms du patron de l’antenne locale de l’agence de mannequins First Models, Iñigo O. (qui a démenti), et du journaliste basque Ignacio M.. Selon le journaliste, c’était Kote Cabezudo qui était à la tête du réseau, l’organisateur du système qui visait à capter des proies, filles ou garçons, dans les mailles du réseau. L’agence de mannequins servait de vivier dans lequel Kote Cabezudo pouvait puiser.

Des dirigeants des deux grands partis locaux, l’incontournable Parti Populaire (très à droite, ultralibéral) et le Parti National Basque, un magistrat et plusieurs grands patrons d’entreprises de la région de San Sebastian sont impliqués.

Sur Twitter, on entend parler d’un notaire de la ville, Eduardo C.

La liste des membres de ce réseau est entre les mains de la justice depuis un moment, selon Mario Diez.

Caso Kote Cabezudo: Mario Díez le acusa de abusar de 13 jóvenes en San Sebastián

 

Par ailleurs…

2018-04-22 22_51_45-Caso Kote Cabezudo_ Mario Díez le acusa de abusar de 13 jóvenes en San Sebastián

Indépendemment de cette histoire, le juge anticorruption de San Sabstien José Grinda Gonzalez est accusé par un autre juge, Ignacio Pelaez, d’actes pédophiles. Il aurait ainsi envoyé un contenu porno sur Twitter à une mineure, la mère a porté plainte, la plainte a été classée sans suite. Et ce juge était aussi l’un des types impliqués dans les échanges de contenus pédopornos, dont 40 ont été interpellés en février 2018.

En ce qui concerne l’Espagne, on a déjà parlé de l’affaire Alcacer (quatre adolescentes massacrées, soi-disant par deux petits délinquants toxicos, l’enquête a été totalement bidonnée, et moult pistes remontent vers du gratin local), de l’affaire du Bar Espana dans laquelle des pontes de la politique Catalans sont impliqués dans un réseau de pédopornographie, de pédophilie et même de snuff movies, et dans lequel les témoignages de victimes et de repentis du réseau se recoupent.

Récemment, une jeune femme a publié une vidéo dans laquelle elle dit avoir vu l’actuel 1er ministre, du parti ultra corrompu de droite (Parti Populaire) violer devant elle une fillette de 11 ans, alors qu'elle même était mineure. Cette jeune femme a été placée dans une famille où l’on a abusé d’elle. Elle dit à Rajoy qu’il n’a qu’à porter plainte contre elle et les autres filles qui étaient présentes ce jour-là s’il veut nier les faits. 

 --------------------------

Il est assez clair qu’il se passe la même chose en Espagne qu’en Belgique, en Angleterre, au Pays-Bas, en France et ailleurs, c’est-à-dire qu’il y a bien des groupes de pédophiles qui s’organisent, et constituent donc des « réseaux », et que parmi ces groupes, certains sont composés de personnages en vue, au moins au niveau local. Il se passe également, comme toujours, que les victimes n’ont d’autre moyen de se faire entendre que de passer par la voie médiatique ou désormais par le web.

La justice traîne lourdement du pied, en tout cas, et il est normal de se demander pourquoi cette instruction dure aussi longtemps, et pourquoi Kote Cabezudo a été relâché après quelques jours de préventive.

Il y a cependant fort à parier que rien ne se passera, et que si condamnation il y a, elle sera minime et ne concernera que ce photographe et pas ses amis.

 

23 avril 2018

La lutte des classes, remise au goût du jour par la micronie triomphante

30738132_2006802419572195_129070364314566656_n

Il n’y a pas que Notre-Dame-des-Landes et la Syrie qui sont en feu : en réalité, la quasi-totalité de la classe populaire et une bonne partie de la classe moyenne sont près du point de rupture. Peut-être que l’arrogance et le mépris du micron sont une chance pour ce pays, une chance de passer à autre chose et de faire cesser les politiques qui n’enrichissent que les riches.

Il est temps de faire des ponts entre nous et de s'organiser pour faire évoluer ce pays. 

 

 

Avant de commencer, posons-nous deux secondes sur cette phrase de Montesquieu, qhélas parfaitement d'actualité :

 

"Il n'y a pas de plus cruelle tyrannie que celle que l'on exerce

à l'ombre des lois  et avec les couleurs de la justice"

 

 

La lutte des classes n'est pas un mythe

On aurait pensé cela impossible il y a encore 6 mois, mais micron l’a fait. Il a mis dans la rue le même jour les retraités, les personnels des EPAD et les étudiants. Dans la foulée, les personnels de Carrefour, puis la fonction publique (500.000 personnes dans la rue quand-même), Air France, la SNCF, les avocats, la Poste, et j’en oublie, s’opposent la loi travail et à l’ensemble de la politique micronienne, qui se résume à la feuille de route du medef.

Moult autres grèves, parfois générales, sont prévues. Et que vient dire jupiter , assis sur sa chaise de maternelle, devant un Pernaut fidèle à lui-même ? Qu’il continue comme il a décidé, point barre. Ce type élu avec 15% de l’électorat au premier tour fait comme s’il était seul dans ce pays, comme s’il était « le président de tous les français ». Quelle blague, d’ailleurs personne n’y croit, même pas mes riches, et encore moins les pauvres.

3272229lpw-3272525-article-manifestation-loi-travail-jpg_3426030_660x281

Que se passe-t-il ? Eh bien le couvercle de la marmite saute, et pour une bonne partie des catégories sociales en même temps.

Parce que micron est assez prétentieux pour croire qu’il peut imposer n’importe quoi à tout le monde en même temps. Les vieux sont solidaires de leurs petits enfants dont l’avenir est compromis, les parents sont solidaires de leurs parents dont ils se demandent comment ils parviendront à leur venir en aide jusqu’au bout vu le prix des maisons de retraite et le niveau déplorable des retraites, les travailleurs sont solidaires des chômeurs et des cheminots parce que même en travaillant on passe pour des « riens », et aujourd’hui seuls quelques privilégiés, ou qui pensent pouvoir le devenir, espèrent encore que le micron fera du bien à ce pays.

La violence de ce type est impressionnante. Ses mots quand il parle des français, de la population, sont violents. Ses actes le sont aussi, dès lors qu’il court-circuite le processus démocratique avec ses ordonnances, et refuse de négocier ses « réformes ». On frise même le terrorisme d’Etat à Notre-Dame-des-Landes, où il n’hésite pas à envoyer 2.500 gendarmes et des blindés, des robocop équipés de grenades dispersantes, qui détruisent tout sur leur passage.

Mais que veulent-ils détruire, au fait? Pas seulement des cabanes en bois et des potagers, évidemment. Ils veulent détruire une alternative, des alternatives, qui se sont développées depuis bientôt 20 ans sur cet espace promis à la destruction.

Malgré l'opération militaire en cours depuis une semaine, la ZAD ne sera pas détruite aussi facilement, parce que justement, il ne s’agit pas seulement de détruire des cabanes. On gaze aussi les manifestations de soutien, on interdit aux journalistes d’accéder au site (mais on envoie 200 caméramans de la gendarmerie filmer la version officielle, « objective » selon Collomb), on fait de la « pédagogie » dans les médias. En vain.

 

A la mi avril, on comptait 250 blessés parmi les manifestants et militants de la ZAD. Pas moins de 11.000 grenades ont été déversées, et on estime au bas mot que l'opération militaire sur la ZAD coûte 300.000 € par jour.

Dans les universités, le ministère a demandé aux dirigeants de faire appel aux robocops pour déloger les étudiants. C'est en effet possible depuis ... 2010 (ils le faisaient déjà avant mais c'était illégal). Reste que, stratégiquement, cela ne fait que souligner l'illégitimité d'un gouvernement forcé de recourir, une fois de plus, à la violence, pour tenter de faire taire les oppositions. Quitte, comme en 68, à laisser faire des groupes de chemises brunes cagoulées agresser les étudiants dans l'enceinte des universités. Le 20 avril, les flics ont fait trois blessés graves lors de l'assaut sur la fac de Tolbiac, lancé à 5 h du matin...

A gauche on le sait bien: les fachos violents ont toujours été le bras armé ultra violent des "forces de l'ordre" [1], et cela de manière plus ou moins officieuse. Les lycéens s'y mettent aussi, on n'attendait plus qu'eux, et il n'y a plus qu'à espérer que le mouvement de blocage se poursuivra jusqu'au retrait des "reformes" incriminées, toutes plus aberrantes les unes que les autres, et dont le seul but est d'en tirer une rentabilité pour les entreprises.

Samedi 14 avril, plus de 40 personnes ont été placées en garde-à-vue, et 17 y étaient encore dimanche, lors d'une manif à Montpellier contre le gouvernement. A Bure, comme à Notre-Dame-des-Landes, la police réprime tout ce qui ressemble à un manifestant. Idem lors des déplacements de jupiter: pas question qu'il y ait des sifflets ou des huées lors qu'on évoque les exploits de son altesse au JT de 20h. 

661%2Fmagic-article-actu%2F65a%2Fa51%2Fc87bf49f0c8080d085d0f0a78d%2Fmanifestation-contre-la-loi-travail-violents-affrontements-a-paris-58-interpellations_65aa51c87bf49f0c8080d085d0f0a78d

La pression est très forte car la redistribution des richesses, en france comme dans le monde entier, va toujours de la poche du public vers celle des détenteurs du capital. Et plus ces gens accumulent, plus la part de la richesse mondiale qu'ils touchent chaque année est énorme. Les autres n'ont plus que les miettes, et ce n'est pas une métaphore. Si à l'école, on nous explique que la lutte des classes est une idée ancienne voir démodée, il en va autrement parmi nos élites qui, elles, ont une parfaite conscience de classe, et se battent pour conquérir de nouveaux droits toujours plus iniques.

Quelques chiffres, pour mieux comprendre de quoi on parle:

 

macron redistribution

 

 

Bref, la situation est intenable, et les gens n'ont aucune perspective d'amélioration à l'horizon. Bien au contraire, micron enfonce encore le clou, sans débat aucun, pour imposer des "réformes" tellement similaires à celles de Thatcher ou Reagan que personne n'a envie de s'infliger le désastre social annoncé. Ni pour nous, ni pour les générations futures, ni pour les générations précédentes. Et il y en a marre parce que plein de gens savent comment fonctionne la politique, comment les multinationales font les lois, comment la démocratie est dévoyée, comment les médias sont massivement à côté de la plaque quand ils ne font pas simplement de la propagande, et comment il n'y a rien à attendre du monde politique ni des syndicats. 

 

 

Les luttes ont pris d'autres formes, et depuis bien longtemps. A Notre-Dame-des-Landes, dans les villes où des gens plantent des potagers, organisent des ateliers de permaculture et des circuits-courts avec les producteurs locaux, le combat n'est pas seulement pour une alimentation de qualité: c'est aussi prôner un autre système économique, loin de l'intensif, de l'industriel, de la bourse et des dérives de l'agro industrie, c'est aussi se battre pour la préservation de l'environnement, recréer du lien social, rouvrir des débats, des réflexions, favoriser des rencontres. 

Ce n'est pas en mettant un bulletin de vote dans une urne qu'on fait de la politique aujourd'hui, c'est en agissant chacun à son niveau, avec ses moyens, de la manière la plus constructive possible. 

On parle de convergence des luttes depuis un moment, mais aujourd'hui le constat est évident: les luttes convergent d'elles-mêmes dès lors qu'elles sont ouvertes, débattues, organisées dans l'intérêt collectif et non partisanes. 

 

Violence et esprit totalitaire

Je pense qu'il y a une dérive totalitaire chez micron. La démocratie n'est pour lui qu'un moyen, même s'il a fallu jouer des coudes et bénéficier de tout le poids des milliardaires propriétaires de médias pour parvenir sur le trône. D'ailleurs un amendement d'un sénateur en marche réclame déjà que jupiter puisse faire trois mandats consécutifs. Il ne veut pas lâcher le pouvoir, parce qu'il vise déjà une seconde partie de carrière chez les puissants des puissants. 

Cela fait bientôt 20 ans que je suis la vie politique et sociale de ce pays, que j'ai déjà vu craquer. Mais jamais à ce point, et jamais avec une telle solidarité entre les luttes. Comme si les gens avaient compris, enfin, qui était notre ennemi. 

Il faut dire qu'il y est allé fort, l'autre, dans sa tour dorée de l'Elysée. Comme s'il était pilote d'un avion sans passagers, comme s'il pilotait pour lui même et ses copains de 1ère classe, les autres n'existant pas. Ils ne "sont rien", comme l'a aimablement rappelé le micron. 

27867408_1030843347063420_8572019455582906392_n

Plus il est violent, moins il est légitime. Et moins il est légitime, plus il est obligé de recourir à la violence. Micron est entré dans un cercle vicieux, et il lui reste -il nous reste- quatre ans à tirer. Autant dire que c'est impensable pour beaucoup d'entre nous.

Après un an de mandat, micron, qui n'a récolté que 8, 5 millions de voix au 1er tour des élections (même pas 1 million de moins que Le Pen), sait qu'il ne pourra gouverner que par la violence. Ce n'est pas pour rien qu'une des premières choses qu'il a faites, c'est de commander pour quatre ans de bombes lacrymos, de bombes assourdissantes et de fumigènes d'un seul coup, pour un montant de 22 millions d'euros.

Tout le monde a compris qu'il n'y a rien à attendre de ses "réformes", au goût de XIXe siècle. Tout le monde a vu que le pouvoir d'achat reste en berne, que les services publics ne seront bientôt plus qu'un souvenir, et que les seuls qui tirent à eux une partie des richesses sont les plus riches, ceux à qui micron a offert 4 milliards par an avec la suppression de l'ISF sur la spéculation.

Par sa volonté de détruire les structures sociales existantes, en premier lieu les syndicats et la fonction publique, il dévoile une des caractéristiques des régimes totalitaires. En passant outre le parlement, en faisant comme si les ministres n'étaient que ses porte-plumes, en se ménageant régulièrement les Unes de Paris Match et autres médias commerciaux, il nous refait le coup du leader charismatique, seul apte à décider. 

Pour arriver au pouvoir, il s'est appuyé sur "la masse", celle des centristes de droite, ceux qui n'assument pas et ceux qui assument. Une masse de 8, 5 millions d'électeurs [2] qui s'est vite rendue compte qu'on l'a prise pour un pigeon, mais qui a permis de donner à cette candidature un semblant de légitimité populaire.

Ses quatre heures de discours, entre des Pernaut, Plenel et Bourdin tous plus à côté de la plaque les uns que les autres, n'ont servi qu'à excéder les gens [3]. On en retire qu'on bossera une journée de plus gratuitement, par "solidarité" avec les retraités, à qui il a demandé d'être "solidaires" avec les actifs pour faire passer la baisse des retraites. On dirait qu'il joue en bento avec l'argent public: je mets ici, j'enlève là, je remets un peu ici et je reprends là, puis je prends encore un coup ici et je donne beaucoup là (4 milliards de suppression d'ISF). C'est un jeu auquel on perd vite patience.

Pour cette journée gratos, on sera contents quand il nous dira solenellement "merci", sur une petite chaise, dans une des dernières écoles de campagne à 100 kilomètres à la ronde. On retient aussi son arrogance, ses nombreux mensonges, sa rhétorique à la sarkoléon, binaire, notamment sur les zadistes, mais sur tout en général.

2018-04-17 00_30_53-Cagnotte _ Solidarité avec les cheminots grévistes - Leetchi

Sa pédagogie restera impuissante face à la colère qui remplace petit à petit le désespoir. La cagnotte Leetchi grimpe encore, presque 860.000 € le 20 avril au soir (si on met 40 ça permet aux cheminots les moins payés de toucher presque tout leur salaire journalier, la moyenne des dons est de 36 euros).

Bref, jupiter et ses troupes auront beau répéter leurs mantras, nous ne serons toujours pas d'accord. Il le sait et pour avoir plus de chances de nous "convaincre", c'est-à-dire de nous lobotomiser avec une propagande répétitive, il veut interdire l'accès aux sources dissidentes, aux informations relatant d'autres points de vue que le sien et celui de ses amis Trump, May ou Merkel.

Sa lutte contre ce qu'il qualifie de "fake news" n'est qu'une manière de sélectionner les informations auxquelles les citoyens peuvent avoir accès [4]. Comme si on était des enfants incapables de comprendre et de faire la part des choses, comme s'il était le seul à pouvoir décider ce qu'on lit, entend, voit ou pas. Pour qui se prend ce type?

Sa loi sur le secret des affaires, qu'il avait déjà tenté de faire passer sous Flamby, n'est encore qu'un moyen de faire taire les journalistes et les lanceurs d'aletre, tellement le cadre de ce "secret" sera large. "Le problème, selon les Sociétés de journalistes, c'est que n'importe quelle information interne à une entreprise pourra être classée "secret d'affaires" et entraîner une sanction pénale contre les journalistes. Avec cette loi, les signataires estiment que des scandales comme celui du Mediator ou des Panama papers ne seraient jamais sortis. Ils ne croient pas aux garanties qui sont données par le gouvernement".

Au chapitre de la censure, n'oublions pas non plus les procédures menées contre les contestataires. Même un retraité a été mis en garde-à-vue pour avoir fait un simple doigt d'honneur à celui qui ose encore se dire "le président de tous". Il est convoqué au tribunal et risque 6 mois de prison et une amende. 

 

Le programme de destruction de la micronie

2018-04-20 22_15_36-Marseille_ Mais qui a tagué « Macron » avec un crucifix dans le derrière sur un

On sait que la plupart des élus microniens sont stupides et gavés d'idéologie individualiste, ultra libérale, et même "start-upeuse", si j'ose dire. Autrement dit: ces gens sont incapables de réfléchir.

Du coup, ils acceptent toutes les "réformes", en réalité des régressions sociales et démocratiques. Il faut dire que la moindre voix dissidente doit être écartée, comme ce député qui a osé voter contre la "réforme" de la loi sur l'immigration et qui a du quitter les rangs d'"En Marche arrière!" car il n'y a pas de place pour le débat dans les rangs du parti quasi unique.

Ce qu'il veut, comme on l'a déjà vu, c'est vendre ce qu'il reste à vendre aux spéculateurs. Histoire de faire rentrer un peu d'argent dans les caisses, à court terme, et le redistribuer au 1%. Ou aux 2% pour être plus exact, puisque les 2% les plus riches sont ceux qui bénéficient le plus des "réformes" du micron.

Il n'a pas de programme: il fait du Thatcher. Il lui reste donc à privatiser les côtés rentables de l'hôpital, de la retraite, de la sécurité sociale, de la police, de la justice, de l'école et de l'université (quoi que cela soit déjà fait en ce qui concerne la recherche), et l'ensemble des services publics liés à l'environnement, aux routes, à l'aménagement du territoire, à la gestion des risques, des sols, de la pollution, à la distribution du courrier etc.

"Réforme" après "réforme", cet individu à la pensée aussi binaire que sarkoléon s'arrange pour couper les financements à ces piliers du service public, qui ont permis jusque là à ce pays d'être parmi les plus compétitifs. La sécu va encore perdre un demi milliard avec la suppression du forfait social, les collectivités locales (vos villes, villages, départements, régions) se font dépouiller, la fonction publique continue à se faire décimer.

30738197_2085623498131811_6684622687869861888_n

Qui veut tuer son chien dit qu'il a la rage. Là, on inocule carrément la rage en coupant les financements.

Quant au marché du travail, il est toujours question de "flexibiliser", de réduire les droits des travailleurs, d'aller toujours plus loin dans le délire ultra libéral. Or, on sait que les CDD n'ont pas créé d'emplois. Que l'intérim n'a pas créé d'emplois. Qu'aucune des mesures de destruction du droit du travail, ni de flicage des chômeurs, n'ont créé d'emplois.

On sait aussi qu'aucune politique d'austérité n'a réduit la dette puisque celle-ci ne cesse d'augmenter. Toutes ces théories défendues par micron et ses amis, comme la théorie du ruissèllement utilisée pour justifier les 4 milliards d'euros donnés chaque année aux plus riches avec la fin de l'ISF sur la spéculation, et bien d'autres absurdités dignes de Reagan ou sakoléon, ne sont que de l'idéologie.

Une idéologie qui a montré concrètement ses limites, mais qui perdure car elle arrange les plus puissants, ceux qui ont accumulé le plus de capital et qui tiennent les manettes du tout-puissant système financier. Par là, ils tiennent les banques, les fonds spéculatifs et les bourses, qui dictent la loi à des gouvernements composé de mini élites acquises à leur cause.  

 

 ----------------------------

 

Nos ancêtres savaient bien que la démocratie n'était qu'un leurre, et qu'il fallait garantir les droits du peuple même contre un pouvoir inique. C'est écrit dans la déclaration des droits de l'homme et du citoyen:

  • Article 34: " Il y a oppression contre le corps social lorsqu'un seul de ses membres est opprimé. Il y a oppression contre chaque membre lorsque le corps social est opprimé".
  • Article 35: "Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs".

Je conseille de relire ce texte, aux cityens et aussi au roitelet de l'Elysée. Car on en est là. La majorté de la population est écrasée et n'a aucun moyen de se faire entendre ou d'infléchir des décisions prises unilatéralement. La pression monte au même rythme que le pouvoir d'achat s'effrite, que le micron enfonce le clou, que la répression s'abat sur les mouvements de contestation. Aujourd'hui on l'a compris: on est tous dans le même bateau et notre ennemi, c'est peut-être la finance mais ce sont d'abord ses sbires.

 


[1] Voir les affaires du SAC, du SDECE, voir aussi le circuit de fourniture d'armes à Coulibaly, via le facho Claude Hermant et la gendarmerie de Lille, voir aussi les mouvements Occident et Ordre Nouveau, la Maison Flamande, etc.

[2] Ceux qui ont voté pour lui dès le premier tour, dont on peut considérer que le micron était un choix. Je n'ose dire "éclairé". 

[3] Sur BFM, où son discours devant Plenel et Bourdin était diffusé le 15 avril au soir, micron a fait moins d'audience que le film Taxi qui passait sur TF1, avec à peu près 4 millions de spectateurs.

[4] Il se plaint des fake news Russes, mais "Plus de 30.000 comptes français diffusant de fausses informations ont été supprimés durant la campagne pour les élections présidentielles et législatives", nous apprennent Les EchosEn 2017, les médias nous ont dit que facebook avait supprimé 30.000 "faux comptes", soi-disant liés à la Russie, mais qui avaient surtout une fâcheuse tendance à critiquer le futur roi soleil. En réalité, Facebook a admis avoir supprimé 70.000 comptes facebook pendant la campagne électorale. 

[5] Selon Alternatives Economiques, cette "réforme" permettra encore de faire échapper une partie de la rémunération des salariés aux cotisations sociales versées à la sécu: "En théorie, l’épargne salariale est un moyen de faire bénéficier aux salariés d’une partie des résultats de l’entreprise dans laquelle ils travaillent. En pratique, ces dispositifs permettent surtout aux employeurs de rémunérer leur salarié.e.s à bon compte, en contournant le financement normal des assurances sociales. Pour employer une expression imagée, tout se passe comme si une partie de la rémunération était « au black » (quasiment pas de cotisations, et pas de droits ouverts pour les salariés), mais légale. La réforme proposée (suppression du forfait social) vient encore renforcer ce dispositif. On le comprend, ces dispositifs de contournement du salaire coûtent cher au financement des assurances sociales. Au total, c’est 9 % de la masse salariale du privé qui ne contribue pas normalement. Cela génère un manque à gagner de l’ordre de 12 milliards d’euros par an pour la Sécurité sociale et 29 milliards pour l’ensemble des assurances sociales"

 

DbJw-8SW4AA1uYV