donde vamos

20 décembre 2014

Sur les bien étranges procès de l'affaire Outreau

Screenshot_47Le procès au cours duquel Daniel Legrand devra répondre des actes qu'on le soupçonne d'avoir commis lorsqu'il était mineur interviendra en mai 2015.

Aujourd'hui, on va revenir sur les conditions pour le moins originales dans lesquelles se sont déroulés les deux procès précédents, en première instance et en appel. Des procès dont l'issue a été quatre condamnations et 12 enfants reconnus comme victimes, ainsi qu'un battage médiatique sans précédent de la part des 13 acquittes.

 

Je ne vais pas revenir sur l'instruction du juge Burgaud, qui a été menée honnêtement malgré un manque flagrant de temps et de moyens, pour qu'on se concentre sur le déroulement des deux procès, en première instance et en appel.

Car, on se demande comment, dans un Etat de droit, on peut laisser autant d'aberrations se produire dans une affaire aussi grave. Tentons de reprendre l'essentiel de ces couacs par ordre chronologique.

 

Le procès de Saint-Omer (mai-juin 2004)

> Les 18 enfants présents au procès en première instance, à Saint-Omer, étaient défendus par deux avocats seulement, payés par le conseil général. Il y avait aussi deux avocats payés par des associations, alors qu'en face, es 17 accusés étaient défendus par 19 avocats, dont quelques-un bien connus du monde médiatique, comme Eric Dupont Moretti, qui défendait celle qu'on a appelée "la boulangère", Hubert Delarue qui défendait Alain Marécaux, Franck Berton qui défendait Mme Marécaux, ou encore Blandine Lejeune qui défendait le curé Dominique Wiel... Pour le nouveau procès de Daniel Legrand, il a été question de 10 avocats, dont les trois premiers que je viens de citer. Georges Fenech [1], ex président de la Miviludes, s'est aussi annoncé comme défenseur de l'accusé. 

Screenshot_51> La configuration de la salle d'audience a complètement inverséla symbolique. Faute de place dans la salle vu le nombre d'accusés et d'avocats, les accusés étaient assis dans la salle avec le public, leurs avocats et les journalistes, pendant que les enfants ont défilé dans le box des accusés pour répondre aux question des 19 avocats, des heures durant. En outre, les enfants devaient attendre, des heures durant encore une fois, dans la salle habituellement prévue pour les détenus. Encore aujourd'hui, ils se rappellent de ces heures d'attente, parfois sans boire ou manger pendant de très, très longs moments.

Screenshot_54Comme certains des enfants venaient de Belgique où se trouvait leur foyer, ils étaient parfois debout très tôt le matin pour venir témoigner devant cette salle impressionnante, avec ces avocats qui les agressaient quotidiennement.

Certains de ces gamins, âgés de moins de 12 ans pour la plupart, ont été tellement effrayés qu'ils refusaient de venir témoigner, d'autres ont été complètement prostrés, incapables de s'exprimer.

Le juge, S., présent à Saint Omer, a déclaré en 2006 à l'Inspection Générale des Services Judiciaires (IGSJ) [2] que les avocats des enfants "ont fait profil bas", face au cirque organisé par les avocats de la défense. Il a aussi décrit dans quelles conditions ces gamins ont été (mal)traités lors des audiences, l'un d'eux ayant carrément été traité de menteur par un avocat de la défense. . 

La juge M. expliquera plus tard à l'Inspection Générale des Services Judiciaires que "Devant la cour d'Assises de Saint-Omer, personne n'était à sa place, les enfants occupaient le box des accusés. Le rapport de forces était déséquilibré puisque 17 avocats étaient constitués pour les accusés alors qu'il n'y en avait que deux pour 18 enfants".

Screenshot_57Le procureur M. qui a organisé le procès de Saint-Omer a estimé devant l'IGSJ lui aussi, que les enfants victimes avaient été "malmenés" durant le procès. Il a cité l'exemple d'un enfant d'une dizaine d'années nqui a du répondre durant plusieurs heures d'affilée dans le box des accusés.

En plus de cela, on sait aussi, parce que c'est dans le dossier, que les enfants ont été menacés par plusieurs des personnes qu'ils ont désignées comme abuseurs au cas où ils parleraient. Ils ont subi diverses pressions, y compris par les avocats qui défendaient leurs parents.  Tout cela montre bien l'ambiance délétère dans laquelle s'est déroulée ce procès, qui a quand-même abouti à 10 condamnations.

Screenshot_8> Les avocats de la défense, qui s'étaient engagés  à communiquer la liste de leurs témoins quelques jours avant le début du procès, en ont appelé pas moins de 150 seulement 24 heures avant l'ouverture des débats? Le parquet s'attendait à n'e voir venir qu'une quarantaine, ce qui a évidemment perturbé l'organisation du procès, du moins durant les premiers jours.

> Les seules voix qui ont été diffusées dans les médias ont été celles des accusés et de leurs avocats. Les avocats des enfants ne se sont pas exprimés ou presque, le procureur, censé assurer l'accusation, n'a rien dit, les experts, en tant que témoins et professionnels, n'avaient pas le droit de s'exprimer, et les enfants, mineurs, n'avaient pas accès  la parole publique.

Du coup, le public n'a pu entendre qu'un seul son de cloche. Certains magistrats ont aussi dénoncé le manque d'objectivité des commentaires de la défense sur la manière dont se sont déroulés les débats.

Screenshot_52En effet, ils se focalisaient toujours sur de vagues contradictions dans les déclarations des enfants, oubliant volontairement tout le reste. Selon une autre magistrate, interrogée dans le cadre de l'enquête de l'IGSJ, "le dysfonctionnement ne se situe pas où on le cible aujourd'hui. Il réside pour", dit le compte-rendu de son entretien, "avant tout dans une défense organisée par voie de presse et d'intimidation. Le dossier change d'ailleurs de physionomie avec l'intervention de certains avocats".

> L'avocat des enfants, Me Normand, a déclaré dans la presse le 18 mai 2004, au tout début du procès, que "Par rapport à l'évolution du procès, nous avons le sentiment que certains accusés ont donné une impression extrêmement favorable. Ces gens se sont très bien présentés. Ce procès est celui de l'horreur et il existe un décalage entre le profil des accusés et l'acte d'accusation. Il y a eu un courant d'émotion et il n'est pas bon que l'émotion entre dans un prétoire". Des propos incroyables pour l'avocat des parties civiles. Et s'il y avait une stratégie, elle reste obscure. On peut aussi noter que Dominique Wiel, lors de sa garde à vue, avait réclamé Me Normand comme avocat.

Screenshot_50> Le directeur des affaires criminelles et des grâces, Jean-Claude Marin, a souligné dans un courrier envoyé au ministère de la Justice la connivence entre les avocats de la défense et certains journalistes. De fait, il a clairement été question de "tuer le juge d'instruction", ce qui était à l'époque un des grands chantiers de sarkoléon, et on comprend aujourd'hui pourquoi faire mousser les pseudos erreurs du juge d'instruction Burgaud a pu lui être utile. 

Screenshot_48> Le président du tribunal de Saint-Omer, Jean-Claude Monier, n'a pas fait acter dans les minutes du procès les paroles d'Alain Marécaux, qui a déclaré  son fils "je suis coupable, mais à cette époque je ne savais plus où j'en étais"? Cela, parce que M. Monier a considéré qu'il ne s'agissait pas d'une reconnaissance de culpabilité. D'ailleurs, dans son "documentaire" qui n'est qu'une fiction totalement partiale, ce passage est complètement transformé.

En effet, la version de Marécaux sur cette même scène telle qu'il la raconte dans son livre est très différente : "Interrogé avec respect par les avocats divers, tout comme par le président et l'avocat général -ce dont je leur suis reconnaissant-, Sébastien (c'est ainsi qu'il appelle son fils dans son livre) se montre on ne peut plus clair. A Maître Delarue il indique que j'ai certes une fois touché son 'zizi' mais que c'était à travers son pantalon et en aucun cas intentionnel... Je me réjouis: mon petit reconnait, devant le tribunal,qu'il a mal interprété mon geste, pouvant prendre mon jeu pour des attouchements. Enfin je suis soulagé: la vérité est désormais établie et moi innocenté... A la fin de son audition, je prends du reste la parole, et en larmes, lui lance: Sébastien je t'aime, j'ai trop travaiollé, je te promets de ne plus travailler autant et m'occuper de toi".

Screljkh> Paul Bensussan, qui n'est pas pédopsychiatre et qui n'a vu aucun des enfants d'Outreau, a été appelé à témoigner par les avocats des accusés. Qu'a-t-il dit? Que les enfants traumatisés fantasmaient qu'il ne fallait pas trop les croire. Ensuite, ce même expert, qui est inscrit à la cour de cassation, a continué à se répandre au sujet de ces enfants pris trop au sérieux par des experts à la démarche "pathétique". Il avait dénoncé "la dictature de l'émotion", même si en réalité ce sont les avocats de la défense qui ont tous mis sur le registre de l'émotion. Et que les conclusions des premiers experts, violemment mis en cause par la défense et par le Dr Bensussan, ont été confirmées par un collège d'autres experts [3]. Le Dr Bensussan et Me Dupont Moretti auraient-ils raison envers et contre tous les spécialistes qui, eux, ont pris le temps de rencontrer les enfants?

Des juges pour enfants en ont profité pour dénoncer la "pénalisation" des affaires de viols d'enfants, qui se régleraient très bien dans une juridiction des mineurs. Ces mêmes juges ont aussi souligné une "instrumentalisation [des enfants victimes] par des associations plus militantes que réellement protectrices". Et dix ans après, alors que le nombre de plaintes pour viols et agressions sexuelles sur mineurs n'a jamais été aussi important, le débat en est toujours au même niveau que celui de ces attaques.

duchochoix boulangere> Pourquoi les enfants de l'un des accusés, qui est mort en prison durant sa préventive (François M., qui selon Daniel Legrand était présent lors du meurtre d'une petite fille chez le couple Delay), n'ont-ils été entendus par la police qu'au moment où se déroulait ce premier procès, alors qu'une de ses filles avait quand-même désigné 16 agresseurs dans son milieu familial, et évoqué le meurtre d'une petite fille dont lui aurait parlé son père un jour où ils rentraient du quartier de la Tour du Renard [4]. Pourquoi est-ce que le parquet n'a pas tenu compte de ces éléments pour le procès d'Outreau ?

> Quand l'une des accusées, jugée coupable en appel, Aurélie G., implique 16 autres accusés dans le réseau pédophile, mais on ne l'écoute pas. Les avocats de la défense font totalement l'impasse là-dessus dans leurs comptes-rendus biaisés des audiences devant les caméras.

Par contre, dès que Myriam Badaoui, qui est pourtant passée pour une menteuse patentée, est revenue sur ses accusations, on a vu des titres dans les médias tels que: "Innocentés!". Pour le coup en effet, tout le monde l'a crue sur parole. Tous les médias ont embrayé, expliquant que "la principale accusatrice" avait innocenté les accusés. Suite à ces rétractations, on a eu un Marécaux en larmes disant qu'il avait "tout perdu" et qu'on lui avait "volé ses enfants" à cause d'elle.

Au sujet des soudaines rétractations de Badaoui, un magistrat a tenté d'alerter le ministre de la Justice en mettant en doute leur "spontanéité". DF'autres magistrats se sont posé des questions sur ce revirment aussi incongru que brutal.

> Suite à leur acquittement, sept anciens accusés ont réclamé des indemnisation hallucinantes, exigeant des montants de 1 million d'euros et plus. En outre, ces indemnisations ont été négociées via une procédure inhabituelle, directement aux cabinets du ministre de la Justice et du premier ministre. Après le procès en appel, les 12 enfants reconnus victimes ont touché pour leur part 25.000€ chacun.

> On peut aussi trouver étrange le hasard du calendrier qui a fait que le curé Dominique Wiel, condamné à 7 ans de prison à l'issue de ce premier procès, a été libéré sous contrôle judiciaire le 20 juillet 2004, moins de trois semaines après le verdict. Idem pour Franck Lavier, condamné à 6 ans fermes mais libéré le 22 juillet 2004... Comment, dans ce contexte, comprendre des condamnations (il y en a eu 10 au total en première instance) si elles aboutissent directement à la libération des coupables? Même si, il est vrai, la durée de leur détention préventive a été importante, cela n'aide pas le public à comprendre la décision du tribunal.

Screenshot_33> En septembre 2004, AVANT le procès en appel, le ministre de la justice Dominique Perben reçoit les sept premiers acquittés en grande pompe et demande publiquement qu'ils reçoivent une avance sur leurs indemnisations. Ils reçoivent donc 100.000€ comme acompte, ce qui entraîne une confusion dans l'esprit du public entre ces acquittés indemnisés de manière ultra médiatique et les dix autres, qui ont été condamnés mais dont la plupart clame leur innocence.

En avril 2005, on reçoit donc les  propositions chiffrées du ministère de la justice pour les indemnisations individualisées, qui comprennent, nous dit-on, "l’indemnisation du préjudice moral et de la faute lourde de l’Etat, l’indemnisation de la détention provisoire et celle du préjudice matériel".

Le 11 avril, cinq de ces acquittés refusaient le montant proposé au terme des "transactions". Dans ce montant, il y avait 100.000€ rien que pour la faute lourde de l'Etat, une somme très élevée par rapport à ce qui se fait habituellement [5]. Et on se demande bien de quelle "faute lourde" il peut s'agir puisque l'IGSJ a considéré qu'aucune magistrat n'avait commis de faute.

 

Le procès en appel à Paris (novembre 2005)

dessin 3 - Copie> Les cassettes vidéos des témoignages à la barre des enfants ont mystérieusement disparu du dossier: "Dans les minutes des débats retranscrits par le greffier pendant les assises de Saint-Omer (2004), on apprend dans le tome 1 (page 261) que le président Monnier avait exigé l’enregistrement audiovisuel des témoignages à la barre des enfants victimes de viols à la tour du Renard, ce qui fut fait chaque jour pendant toutes les audiences. Ces K7 ont été jointes au dossier lors des assises en appel à Paris en 2005. Le résultat : les K7 ont disparu ! Ni le ministère de la Justice, ni le tribunal de Paris, ni ceux de Boulogne et de Saint-Omer, tous contactés par mes soins, n’ont pu me dire où se trouvaient ces scellés", explique le journaliste Jacques Thomet sur son blog.

> Peu avant ce procès, en mai 2005, Thierry Delay avoue les viols commis sur ces enfants. Mais d'après une autre magistrate, conseiller à la chambre d'instruction de Saint-Omer interrogée par l'IGSJ, "l'affaire a basculé lorsque Thierry Delay a reconnu les faits, certainement le 7 mai 2005. Ce revirement lui a donné l'impression d'un coup monté, ces aveux paraissant faits pour mettre hors de cause les autres accusés. Elle a aussi appris que les journalistes n'assistaient pas aux débats, ils se tenaient dans la cour où ils étaient informés par les avocats. Le débat ne se tenait plus dans la salle d'audience, mais dans les bars de la ville ou dans la cour du tribunal, où les avocats s'exprimaient. À partir de là, les choses ont complètement dérapé"

Screenshot_7> Le livre de Florence Aubenas [6], "La méprise: l'affaire Outreau", dans lequel elle soutient la défense des accusés et des acquittés, est publié début octobre, un mois avant l'ouverture du procès: "Ce livre était presque achevé lorsqu'il m'est arrivé, à moi aussi, une histoire. Je suis partie en Irak le 15 décembre 2004. Je devais y rester un mois et terminer la rédaction à mon retour, pour le procès en appel prévu en mai 2005 aux assises de Paris. J'ai été enlevée le 5 janvier à l'université de Bagdad. En captivité, là-bas, je ne pensais pas que je finirais le livre (...)

Je suis rentrée le 12 juin 2005. Les Assises avaient été reportées, le manuscrit interrompu était dans mon ordinateur et moi, j'avais réussi ce que je voulais : j'avais tout oublié d'Outreau. J'ai été surprise en relisant ce que j'avais écrit. Comment un accusé avoue ce qu'il n'a pas commis ou pourquoi un magistrat acte des déclarations si farfelues qu'elles feraient rire les enfants, ces choses qui me semblaient compréhensibles mais obscures, ces ténèbres-là m'étaient devenues étrangement familières. J'ai recommencé le livre". Entre-temps, elle a peut-être reçu des morceaux choisi du dossier d'instruction, d'autant qu'on sait bien que lors de ces procès, les avocats de la défense ont largement utilisé le levier médiatique.

> L'épouse d'Alain Marécaux et mère d'une victime présumée dans cette affaire, adresse un courrier à Me Pantaloni, avocat de 9 enfants, au sujet de son fils, et cela à quelques jours de l'ouverture du procès en appel. On n'a pas vraiment tenu compte de cela non plus. " F. m'a clairement exprimé qu'il continuait à avoir peur des réactions de son père et qu'il dissimulait la vérité afin d'être tranquille, de façon à pouvoir profiter des choses qui lui sont offertes. Cela me laisse perplexe mais me conforte dans ma position de croire que mon fils est "acheté", ce sentiment étant renforcé par la différence qui est faite entre les enfants". Dans ce courrier, elle explique que son fils a vu son père trois fois, lors des vacances scolaires de Noël 2004, février et avril 2005 ; à cela s'ajoute un droit de visite et d'hébergement un week-end sur deux.

Screenshot_53> Les auditions des enfants ont eu lieu à huis clos. Les seuls échos disponibles de ces auditions sont donc les comptes-rendus des avocats de la défense dans les médias. L'un d'eux a dit par exemple que la première audition (celle de Chérif) "n’a rien apporté". La presse dit que Chérif est revenu sur ses accusations concernant Thierry Dausque, alors que selon son avocat il a maintenu que Dausque a été violent avec lui et lui a "fait des manières". En fait, si son audition n'a "rien apporté", c'est juste parce que Chérif avait maintenu ses déclarations, et cela n'arrangeait pas les affaires de la défense. 

> Au cours de ce procès en appel, on a passé plusieurs jours à évoquer les malheurs des acquittés et des futurs acquittés. Ils ont pu détailler à quel point on les a maltraités, à quel point le juge Burgaud a été horrible avec eux,  quel point ils étaient tous accusés injustement.

> Les trois enfants qui accusaient le curé Wiel, en plus de certains frères Delay, se sont rétractés. L'un d'eux n'a même pas voulu se déplacer au procès, ce qui reste compréhensible au vu du déroulement de la première instance.

> D'un autre côté, trois enfants ont maintenu leurs déclarations sur le meurtre d'une fillette et sur les orgies en Belgique, comme ils l'avaient dit depuis les premiers mois de la procédure. Mais cela n'a pas été évoqué, ou presque, dans les médias.

> Les experts ont à nouveau été attaqués de tous les côtés, leurs expertises ont été ridiculisées, tout a encore une fois été caricaturé jusqu'à l'absurde par les avocats de la défense.

Screenshot_5> On apprend aussi que Me Berton avait sorti à l'audience cinq lettres écrites par deux soeurs à leurs assistantes maternelles chez qui elles avaient été placées lors de l'incarcération de leurs paren,ts, dans lesquelles elles parlent du meurtre d'une petite fille et d'autres abus commis par plusieurs personnes.

Une des petites a dit avoir témoin du meurtre d'une fillette, et ces lettres figuraient dans le dossier des juges chargés du placement mais qui depuis 2002 n'ont jamais été versées au dossier pénal pour une raison mystérieuse.

Quant au meurtre dont le Nouvel Obs nous dit qu'il s'est "avéré imaginaire", ce qui est faux. Les recherches n'ont rien donné, et le dossier a été classé sans suite, ce qui est différent. "Ces lettres mettaient en lumière l'aspect délirant des déclarations des enfants. Elles montraient aussi un phénomène de 'contamination' entre les enfants d'Outreau, les uns répétant les affabulations des autres ", estime Me Franck Berton.

> L'avocat général finit par requérir l'acquittement général, le 30 novembre, expliquant: "Je ne suis pas là pour faire condamner des innocents". Rappelons qu'en fance, l'avocat général est là pour représenter les intérêts de la société, et qu'il est censé poursuivre l'accusation. Son réquisitoire a été tellement favorable aux accusés que leurs avocats n'ont même pas plaidé. Chose encore plus étonnante: les avocats des parties civiles, les enfants, n'ont pas jugé utile de plaider eux non plus.

> Le plus incroyable dans ce procès véritablement ubuesque ont été les excuses publiques, tenues dans la salle d'audience par le procureur général Yves Bot qui a parlé des "dysfonctionnements de l'institution judiciaire", et cela avant même que les jurés n'aient rendu leur verdict. A ce sujet, Mme M., juge à la cour d'appel de Douai, a expliqué à l'IGSJ qu'elle a été "choquée" par ces excuses totalement prématurées.  La juge M. a aussi expliqué que contrairement à ce que la défense a cherché à faire croire, "le dossier était loin d'être vide".

matignon> Le 1er décembre, jour du verdict, le nouveau ministre de la justice Pascal Clément annonce le lancement d'une triple enquête sur le "désastre" de l'affaire d'Outreau. Un communiqué de presse du ministre de la justice, doté des fameux trois points à divers endroits, a été publié par le ministre de la justice. Dans l'année qui suivait, deux réformes de la justice étaient proposées par le gouvernement.

> Puis c'est Villepin alors 1er ministre qui reçoit tous les acquittés à Matignon le 2 décembre. On parle de lancer une commission d’enquête parlementaire.

> Le même jour, on apprend qu’une autre affaire concernant des gens du même quartier sera jugée à St Omer du 29 mars au 14 avril 2006 devant la cour d’assises. Sept accusés de la même famille, seront jugés pour des viols, corruption et agressions sexuelles de mineurs de leur famille, de 1994 à 2001. Les avocats de la défense sont les mêmes qu’à Outreau I. Me Bertona dit : " Là aussi nous avons des innocents qui ont fait trois ans de prison, pour rien".

> Aucun média ou presque ne parle des 12 enfants qui ont été reconnus victimes à l'issue du procès en appel, et qui avaient, malgré toutes les intimidations, maintenu leurs accusations. Et quand ces enfants reconnus victimes ont été évoqués, cela a été noyé dans le bouhaha médiatique organisé par la défense.

chirac lettre excuses> Très vite, le 5 décembre, ce sont les "regrets et excuses" de Chirac auxquelles les acquittés ont eu droit. Il veut qu'une telle affaire "ne puisse pas se reproduire" et réclame des "sanctions" ainsi que des "réformes".

> Quelques mois après le procès en appel, on a pu lire que "La présidente de la cour d'assises de Paris a vivement critiqué hier le procureur général de la cour d'appel de Paris, Yves Bot, pour avoir tenu une conférence de presse dans la salle d'audience avant le verdict. Entendue par la commission d'enquête parlementaire, Odile Mondineu-Hederer a raconté avoir été "abasourdie" par la présence d'Yves Bot et de la presse dans le prétoire, le 30 novembre 2005, quelques minutes après la fin du réquisitoire. Après avoir réclamé l'acquittement des six derniers accusés et exprimé ses "regrets" pour cette "véritable catastrophe", le procureur général avait accordé des interviews aux médias audiovisuels, mettant en scène une institution judiciaire qui cherche à montrer qu'elle a tiré les leçons de cette "catastrophe". Et ce avant même le verdict attendu le lendemain".

 

Documentaire complet "Outreau, l'autre vérité":

 

 


 [1] Peu avant le procès en appel de l'affaire Outreau, Georges Fenech, député UMP et ancien juge, a co écrit (notamment avec un autre avocat nommé Thierry Levy, dont on a vu la déclaration sur les pédophiles selon lui injustement attaqués) une lettre au président de la République en vue d'engager "une vraie réforme de la justice". En décembre 2006, Georges Fenech a mis en place l'Observatoire d'Outreau, pour "promouvoir une réforme profonde de la justice". Il a présenté cet observatoire lors d'une conférence de presse, entouré de Dupond-Moretti, et de deux acquittés, Roselyne Godard et l'abbé Dominique Wiel.

Screenshot_56[2] Rapport de l'IGSJ sur le traitement judiciaire de l'affaire Outeau, qui a été réclamé par le ministère de la justice. Finalement, le rapport a exempté le juge Burgaud et les autres magistrats de toute faute disciplinaire, ce qui n'a pas du tout plu à sarkoléon. Comme le rapport n'a pas satisfait, des poursuites disciplinaires ont été engagées contre le juge Burgaud et le procureur Lesigne.

[3] Même Jean-Claude Monier, président du tribunal à Saint-Omer, qui, face aux accusations et incidents de la défense des accusés, avait demandé à de nouveaux experts d'examiner les enfants, a expliqué que ces nouvelles expertises "étaient totalement convergentes avec les premières", c'est-à-dire que les enfants avaient bien été "victimes d'atteintes corporelles". 

[4] Une enquête préliminaire est ouverte suite aux déclarations des enfants, mais en mars 2006 le parquet de Boulogne veut classer l’affaire. Le procureur général de Douai a refusé le classement, mais un an après aucun juge d’instruction n’avait été nommé. On n’en a reparlé dans la presse que quand il a fallu déterminer les causes de la mort de cet accusé, en 2007.

[5] Normalement, c’est la Commission nationale de réparation des détentions qui statue souverainement. Sur les années 2001-2001, le montant moyen des 30 réparations accordées par la cour d’Appel de Paris s’élevait à 6.315 € pour le préjudice total, et 4.933€ pour le préjudice moral. Et à la cour d’appel d’Aix-en-Provence, le montant moyen était de 11.062 € pour le préjudice total, et 7.99€ pour le préjudice moral.

[6] Florence Aubenas a expliqué qu'au départ elle a cru les enfants. Puis, en revant de sa prise en otage en Irak, en trois mois de temps elle a changé d'avis et publié ce livre.

 

18 décembre 2014

Affaire Eliane Kabile et soupçons de trafic de corps : l'Etat va-t-il enfin répondre à la famille?

Screenshot_20L'Etat est attaqué par la famille d'une femme décédée il y a 14 ans dans des circonstances qui posent question à la famille. Il s'agit de la famille d'Eliane Kabile, qui se bat depuis tout ce temps, d'abord pour comprendre comment leur proche est décédée, puis pour comprendre pourquoi autant de dysfonctionnements sont apparus tout au long de la procédure, depuis les exhumations jusqu'aux actes décès. Me Kounkou, l'avocat de Thierry Kabile, le fils d'Eliane Kabile, a donc porté plainte contre l'agent judiciaire de l'Etat. Des citations directes et une plainte au pénal devraient suivre car décidément, cette affaire

 

Pour résumer très rapidement cette affaire qu'on a déjà abordée ici, Eliane Kabile, âgée de 64 ans, est allée se faire soigner en décembre 2000 à l'hôpital de Gonnesse pour un problème à un mollet. Elle y reste une semaine, puis ressort en ayant toujours ses douleurs, mais après avoir subi une dizaine de prises de sang qui ont fait chuter son taux d'hémoglobine, ainsi qu'une ponction de moëlle.

Le 27 janvier 2001 elle retourne à l'hôpital qui l'aurait rappelée, et  elle y est enregistrée sous deux numéros différents. Son état s'aggrave, sa famille tente de la faire changer d'hôpital, mais rien n'y fait. Elle y décède probablement le 9 février [1], mais sa date de décès officielle est le 13 février [2]. Et le 10 février, quand sa soeur vient la voir à l'hôpital, elle voit qu'elle ne bouge plus, est branchée sur un respirateur artificiel, et connectée à un encéphalogramme plat. La soeur regarde alors la couverture, pour constater qu'Eliane a une grande cicatrice sur le thorax. Quand elle quitte la chambre, elle croise des infirmières qui entrent en parlant de "déboucher" Eliane.

Le site Copwatch, qui explique très bien l'affaire, précise que "Selon l’hôpital, son décès serait consécutif à une anémie, donc à un manque de globules rouges, doublée d’une neutropénie, autrement dit également d’un manque de globules blancs".

La famille se pose très vite la question de savoir s'il y a eu une erreur médicale, et elle demande une autopsie.

Screenshot_4De fait, il y avait plusieurs questions qui ne manquaient pas de se poser. Un des fils d'Eliane Kabile explique par exemple: "le Dr X1 m’appelle le 13 février pour me dire que ma mère va mourir et de venir vite à l’hôpital si je voulais lui parler. Ma mère se trouvait dans un coma soit disant provoqué. Le respirateur artificiel faisait gonfler et dégonfler son ventre et un moniteur affichait deux lignes droites, sans vie".

Il s'interroge encore sur certaines pratiques qui ont eu lieu le jour du décès officiel, le 13 février: "Pourquoi " Z" (un employé de l'hôpital)  se rend-il le 13 février à 15h à l’hôtel de police pour y déposer une main courante, concernant des menaces qu’il aurait reçu de la part de mon frère au cas où notre mère viendrait à décéder, sachant que son décès nous a été annoncé le 13 février à 15h15".

Pourquoi cette main courante est-elle déposée à 15h ce 13 février, alors qu'officiellement Eliane Kabile n'est décédée qu'à 15h15, ce qui rend illogiques les menaces de mort un quart d'heure avfant le décès que la famille ignorait donc encore. Mais, ce n'est là que le début d'une longue série d'aberrations, qui amènent aujourd'hui la famille attaquer l'Etat via les différentes personnes impliquées. Car, si le décès d'Eliane Kabile pose question à la famille, ce qu'il est advenu du corps est encore plus troublant, et la multiplicité des actes de décès est réellement incompréhensible.

 

82012672_oPlongeon dans un monde kafkaïen

> Le 20 février 2000 a lieu une première autopsie du corps d'Eliane Kabile, mais ce sont deux corps qui arrivent sous cette référence à la morgue. En effet, un corps est parti de Gonesse, sous le nom de Kabile Éliane, à destination de l'ILM de Garches. Le deuxième cadavre porte la même identité et part le 19 février de Villetaneuse vers l'ILM de Garches.

Lorsque la famille obtient le rapport d'autopsie, elle constate avec stupéfaction que la personne autopsiée n'était pas Eliane Kabile. Et cela, pour une raison très simple: Mme Kabile était noire alors que la personne autopsiée était blanche et pesait 12 kilos de plus qu'elle.

> Suite à cela, la justice finit par demander d'exhumer le corps du cimetière, le 30 juin 2003. La famille, méfiante, se poste dès 5h du matin devant le cimetière. On lui interdit l'entrée, puis à 8h 30 elle se rend compte qu'il y a pas mal de monde dans le cimetière et que l'exhumation était déjà réalisée.

"Il a fallu 12 personnes pour mettre le cercueil à l’intérieur du corbillard ; aucune présence de la police funéraire qui aurait dû contrôler l’identité du cadavre ainsi que l’OPJ pour la prise de photos. Au moment de partir, juste aux portes du cimetière, se trouve un couple extrêmement fâché qui se présente à nous comme étant de la police judiciaire. Leur colère vient du fait qu’ils n’ont pas pu prendre les photos", explique le fils d'Eliane Kabile.

Lui est allé faire une photo de la sépulture, et a pu constater que le cerceuil de son frère, qui devait s'y trouver aussi, avait disparu.

100337554Le jour de cette seconde autopsie, le 1er jullet 2001, le fils et la soeur d'Eliane Kabile décident d'être présents. Ils étaient derrière une vitre, et l'autopsie a été faite dans le cerceuil, donc ils voyaient mal. Mais, ils ont bien vu différents morceaux de corps, dont un cage thoracique d'enfant: "une tête, une veste renfermant un buste avec un soutien-gorge sur lequel reposait une petite cage thoracique d’enfant et une jupe ne renfermant que des morceaux de chair fraîche avec du sang. Il n’y avait pas de bras, pas de jambes, pas de bassin. Au bas du cercueil, se trouvait une paire de chaussures", raconte le fils d'Eliane Kabile, "On se demande pourquoi vu qu’il n’y avait pas de jambe ; un des assistants en prend une en disant que le pied est resté dedans. Il le place sous le robinet d’eau qui coule abondamment. Tout le contenu de la chaussure est dissous, il ne reste même pas un morceau d’os ; le même assistant prend dans le cercueil un bracelet en plastic et dit qu’il n’est pas de l’ILM ".

En outre, les scellés du cercueil avaient été rompus et le cercueil n'était pas celui avec lequel Mme Kabile avait été enterrée en février 2001.

Bref, la famille s'est alors demandé où était passé le corps d'Eliane Kabile.

> Une troisième exhumation est ordonnée en juin 2007. Pour l'occasion, le cimetière de Sarcelles a été bouclé par un arrêté municipal. Dans le cercueil, on retrouve une bâche qui n'y était pas quand le cercueil a été refermé après l'autopsie précédente. Et miracle: le cerceuil du fils d'Eliane Kabile avait réapparu, mais le corps ne correspondait pas à celui du jeune, mort d'une balle dans la tête dont on ne retrouvait pas la trace sur le crâne du cadavre.

Un fils d'Eliane a même dit qu'il savait "de source sûre" qu'on avait prélevé le coeur de sa mère: "Des infirmiers en larmes nous ont dit à l'époque de ne pas lâcher le morceau...C 'est un meurtre pour voler un coeur! Ils nous ont pris pour des musulmans. Ma mère s'appelle KABILE et elle est née au Maroc. Un agent du cimetière a témoigné qu'il voyait souvent arriver des corps de musulmans auxquels il manquait un organe".

Il n'y a eu de procès verbal de cette exhumation, pas plus que la précédente d'ailleurs.


Affaire Eliane Kabile par hopto


Aberration

L'affaire ne suit pas son cours, la famille est condamnée à 15.000 € d'amende pour procédure abusive en demandant comment est morte leur mère et soeur, il y a aussi une condamnation pour diffamation, et puis voilà qu'en 2014 un nouvel avocat arrive dans le dossier et remarque que jusqu'à présent, l'affaire n'a ajamais été étudiée sur le fond.

Jusque là, on n'a jamais demandé à personne de répondre des manquements graves observés depuis le décès de Mme Kabile.
Par exemple, on ne sait pas où était le corps de cette femme entre le 13 et le 20 février, jour de la première autopsie, ni entre le 20 et le 26, date son enterrement. Pourtant, le traitement des corps avant la mise en bière est ultra réglementé, et acune procédure n'a été respectée. Pourquoi?

Idem avec les actes de décès incroyables récupérés en mai 2014 par la famille: elle se retrouve avec deux actes de décès au nom d'Eliane Kabile,, et deux actes portant le même numéro. En outre, une transcription a été rédigée avant l'acte de décès, ce qui est techniquement impossible. Voici les pièces que la famille a aujourd'hui entre les mains (c'est un peu compliqué  mais cela révèle l'ampleur de la magouille):

> Un acte de décès n°90 au nom d'Elian Kabile. L'acte de décès est rédigé par l'état civil de la commune de décès, en l'occurrence Gonesse. L'acte n°90 au nom d'Eliane Kabile évoque un décès survenu le 13 février, et l'acte est dressé le 21 février, ce qui dépasse largement le délai légal de 24h pour signaler un décès à l'administration. Fait étonnant, c'est une capitaine de police, E.H, qui a déclaré le décès.

Screensh90

> Un acte de décès n°90 au nom de Jeanne B., une personne décédée le 20 février 2001, acte dressé le 21. Problème: deux personnes décédées ne peuvent pas avoir le même numéro de décès la même année. C'est impossible.

Screenshot_1

> Un acte de décès n°81 au nom d'Eliane Kabile. Celui-ci est dressé le 14 février et mentionne un décès en date du 13 février, nous sommes donc dans le délai légal. Là aussi, c'est le capitaine E.H qui a déclaré le décès. Problème: une même personne ne peut pas avoir deux numéros de décès différents.

Screenshot_2

> Une transcription de décès (la transcription est rédigée dans la commune de résidence d'après l'acte de décès) faite par l'état civil de Sarcelles, qui fait référence à un décès survenu le 13 février, mais qui est dressé le 14 février, ce qui est impossible puisque la transcription est forcément rédigée APRES l'acte de décès. L'acte n°90 rédigé le 21 février ne serait donc pas le bon?

Screenshot_3

> Le livret de famille fait quant à lui référence à un acte de décès n°90, pour un décès survenu le 13 février et déclaré le 22 février.

acte naissance

A ces documents, il faut ajouter un certificat de décès signé par un médecin légiste, et une autorisation de transport de corps pas du tout rédigée dans les formes réglementaires.

Si on cherche à comprendre pourquoi ces documents ne correspondent à rien, il faut remonter la chaine de responsabilités, et en l'occurrence pas mal de monde est concerné: les fonctionnaires et responsables des services d'état civil de Gonesse et Sarcelles (dont les maires respectifs), le capitaine de police E.H, l'hôpital de Gonesse, l'IML de Garches, le médecin légiste.

98774133Pourquoi des documents d'état civil ont-ils été falsifiés? Que fallait-il cacher? Je doute qu'on prenne autant de risques pour dissimuler une simple erreur médicale.

Le plainte contre l'agent judiciaire de l'Etat a été déposée en août, et depuis trois mois la famille n'en a plus eu de nouvelles. Le 9 décembre, Me Kounkou a vérifié que l'affaire était bien inscrite au rôle, l'Etat a donc deux semaines pour désigner un avocat (le premier s'étant désisté). S'il ne le fait pas, ce que nous craignons, l'affaire sera jugée uniquement avec les pièces apportées par la famille, sans contradictoire.

Or, le but est qu'enfin on puisse aborder le fond de cette affaire, que l'Etat réponde des manquements qui lui sont reprochés, ou qu'il explique comment une telle succession de "dysfonctionnements" a pu survenir. Des citations àà comparaitre vont suivre, afin d'avoir les explications des fonctionnaires municipaux des villes concernées, mais aussi des maires respectifs, ou encore des médecins.

Je serais aussi intéressée de savoir pourquoi c'est le même policier qui déclare les décès (sur deux actes de décès), rédige le PV d'inhumation, et qui mène ensuite quasiment toutes les auditions dans le cadre de l'enquête sur le décès d'Eliane Kabile? Ce policier est-il l'unique policier de Gonesse?

 

---------------------------

Peut-on espérer avoir des éclaircissements dans cette affaire? Il n'est en tout cas pas normal que des documents officiels soient bidonnés comme on le voit ici, ni que deux corps soient déplacés sous la même identité depuis deux endroits différents, ni l'incertitude sur le devenir du corps, ni le non respect systématique des procédures... Cela fera bientôt 15 ans que la famille attend de comprendre ce qu'il s'est passé.

 


 

[1] C'est le médecin traitant d'Eliane Kabile qui mentionne cette date dans un courrier annoncant le décès d'Eliane Kabile. Il a lui-même reçu un avis selon lequel Eliane Kabile est morte le 9 février 2000.

[2] D'après les enfants d'Eliane Kabile, un employé de l'hôpital où elle est décédée les a appelés le 12 en disant qu'elle avait des chances de vivre.

Posté par Ceri à 21:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

12 décembre 2014

Retour sur quelques affaires de pédophilie à Hollywood

bryan_singer_collage_a_lA la mi novembre, un documentaire explosif est passé presque inaperçu à Hollywood. An Open Secret raconte le parcours de quelques enfants acteurs qui ont vite été embarqués dans le système pédophile local. Ce film raconte l'embrigadement de ces victimes, des enfants acteurs, dans le système, la broyeuse du show biz. Un système qui ne date pas d'hier et qui a encore de beaux jours devant lui.

 

La réalisatrice Amy Berg, qui avait déjà fait un documentaire sur les abus sexuels commis dans l'église catholique [1], a connu quelques déboires avec ce dernier film. En plus des procédures judiciaires lancées par les intéressés, une diffusion pour la presse prévue le 4 novembre a été annulée, et personne ne veut distribuer le film. L'omerta. Si bien que lors de l'avant première le 14 novembre, certains journalistes se demandaient si ce ne serait pas aussi la dernière diffusion du film.

Le documentaire évoque un certain John Connolly, ancien agent du New York police Department qui est devenu journaliste et a tenté de dénoncer le réseau pédophile d'Hollywood il y a 10 ans. Connolly parlait d'un réseau pédophile concernant le milieu hollywoodien, ce qui lui a valu quelques problèmes, notamment avec un "détective privé des stars" sulfureux d'Hollywood, un dénommé Anthony Pellicano qui l'a menacé de mort après ses révélations. Pellicano était, par exemple, l'homme de main de Steven Seagal, qui lui a demandé de faire taire une journaliste (celle-ci enquêtait sur les liens de Seagal avec la mafia).

Quand Pellicano a été inculpé pour plus d'une centaine de chefs d'inculpation [2], tout Hollywood craignait les révélations qu'aurait pu faire ce spécialiste des écoutes téléphoniques. Mickael Jackson avait fait appel à lui pour désamorcer une énième plainte pour des abus sexuels sur mineur. Ceci, alors que le FBI dispose depuis 1989 de preuves concernant la pédophilie de Jackson et ses versements à pas moins de 24 victimes. Mais, Pellicano a aussi travaillé pour le FBI, d'après l'un de ses employés.

De fait, le tabou sur les pédophiles locaux est énorme, et on sait que c'est bien le milieu du show biz qui se débrouille pour que le documentaire An open Secret ne soit pas distribué. Quant aux critiques, elles sont généralement peu favorables.

 

2014-11-27_215843Le miroir aux alouettes

Le documentaire retrace, via des interviews, les parcours de cinq hommes qui ont été abusés à Hollywood pendant leur adolescence, dont Michael Egan, celui qui a porté plainte contre Bryan Singer le réalisateur de X Men avant de retirer sa plainte. Les cinq victimes cherchaient à devenir acteur, et son tombées sur une agences véreuse et un milieu pourri auquel ils ne s'attendaient pas.

Un nom qui revient souvent dans les propos des témoins est DEN (Digital Entertainment Network), une des premières chaines télé sur Internet aujourd'hui disparue qui avait lancé une programmation à destination des adolescents [3]. Dès le début, elle a bénéficié d'une grande couverture médiatique.

DEM a été créée par le businessman Marc Collins-Rector, un dénommé Chad Shackley et l'ex enfant acteur Brock Pierce. Son président était David Neuman, débauché de chez Disney où il est retourné. En 1999, une première victime porte plainte contre des membres de la direction de DEM, dont Collins-Rector. Puis en 2000, trois  victimes ont encore porté plainte contre Collins-Rector, déclarant qu'il les avait violés de manière répétée à la fin des années 90.

Il a nié mais a réglé des versements à des victimes pour éviter les poursuites, avant de quitter DEM et les Etats-Unis. Shakley et Pierce étaient aussi cités par deux autres jeunes, et ont quitté la boite, qui a coulé, mais ils n'ont fait q'un mois de prison.

A l'époque, les soirées organisées par Collins-Rector dans sa piscine ou sa villa, et où se rendaient de nombreux jeunes du milieu, étaient connues dans tout Hollywood. Et des viols de jeunes y avaient régulièrement lieu. D'ailleurs, le but de ces soirées était justement de trouver un jeune à violer en fin de soirée.

En 2007, les dirgeants de DEN ont encore été dénoncés comme des pédophiles par un autre de leurs "protégés", qui avait tenté de se suicider. Dans la lettre qu'il avait laissée, il avait écrit: "Je ne peux plus continuer. Ils m'ont utilisé comme un objet sexuel. J'ai laissé ces salauds faire toutes ces choses horribles sur moi. Au revoir". Au total, quatre de leurs anciens jeunes acteurs ont proté plainte contre les dirigeants de DEM en 2000.

Et tous les quatre décrivent les mêmes techniques pour parvenir à leurs fins, la même ambiance avec de la drogue, de l'alcool, des gens en vue, les mêmes menaces de mort contre eux et leurs familles.

a_560x0Bryan Singer, le réalisateur de X Men, a été l'un des financiers de DEM. Un autre des types impliqués dans le documentaire est l'entraîneur Brian Peck, déjà condamné pour des actes pédophiles, et qui continue à travailler à Hollywood.

Michael Egan est cette victime qui a porté plainte cette année contre Bryan Singer, mais qui a fini par la retirer après quelques semaines d'une campagne médiatique assez violente. En 2000, il faisait partie des trois jeunes qui avaient porté plainte contre Collins-Rector, Pierce et Shackley [4].

Egan avait commencé les castings à 12 ans, et il est arrivé à los Angeles l'année suivante. En juin 1998, il entre chez DEM. Puis, on lui présente des investisseurs qui pouvaient booster sa carrière mais aussi le chiffre d'affaires de DEM, parmi lesquels un certain Garth Ancier qui gérait la programmation à la Fox et occupe aujourd'hui un poste élevé chez NBC, ou encore Gary Goddard, producteur à Broadway, et bien-sûr Bryan Singer.

On l'emmène dans des soirées [5], on lui donne des petits rôles, on le fait boire, on le drogue (Valium, Vicodin, Xanax, Percocet, ecstasy...), on l'emmène notamment à Hawaï, et il explique avoir été violé par certains de ces types durant près de deux ans, souvent de manière violente. Egan savait que s'il refusait tout cela il ne ferait jamais une carrière à Hollywood, il dit qu'il était devenu un robot.

Screenshot_17Une fois, on lui a promis un rôle qu'il n'a pas eu, et on lui a dit que c'était parce que l'acteur choisi avait 18 ans afin qu'il puisse tourner plus longtemps sans supervision. Très vite, DEM a fait le forcing pour qu'Egan s'émancipe de ses parents. Sa mère a refusé bien qu'on lui ait proposé des parts dans la boîte, puis DEM s'est cassé la figure suite aux accusations contre Collins-Rector.

Comme beaucoup de victimes, Egan explique qu'il a toujours très peur de ses agresseurs aujourd'hui. Quand il a porté plainte contre Singer en 2014, il savait qu'on ne trouverait pas vraiment de preuves, et que tout ce qu'il dénonçait allait être nié. Avant de quitter la boîte, un avocat lui avait conseillé ainsi qu'à deux jeunes, de collecter des preuves. Ils avaient des photos des différentes drogues, de la pédopornographie, quelques autres éléments.

Egan a été attaqué de tous les côtés, discrédité dans les médias, tandis que ceux qu'il accusait passaient pour les victimes d'une machination. Il a même été menacé et Singer a porté plainte contre lui à son tour. Son avocat, qui l'avait suivi depuis le début, l'a lâché pour les plaintes qu'il venait de déposer. Finalement, Egan a retiré sa plainte contre Singer et les autres, (Garth Ancier, Gary Goddard et David Neuman), et il passe pour un menteur dans tout Hollywood. Cependant, la réalisatrice Amy Berg a décidé de conserver son témoignage dans le documentaire.

 

Screenshot_16Hollywood, un cloaque pédocriminel?

D'après la BizParents foundation, qui tente de guider les familles de jeunes acteurs d'Hollywood, il est connu que tous les enfants de show biz ont croisé des pédophiles de très près dans leur carrière au moins une fois, et que des centaines ont été agressés sexuellement. "Quand ils sont dans le tourbillon et qu'ils sont le favori du type, c'est super pendant 6 mois, 2 ans", explique un ancien agent du FBI qui a enquêté sur plusieurs cas à Hollywood, " et puis leurs carrières chutent. Et puis le gars a fini avec toi et ne te rappelle plus. Et tu es en colère".

Un autre enfant acteur, Corey Feldman, a dénoncé depuis quelques années les abus sexuels qui sont banalisés à Hollywood, entraînant des conséquences graves pour les jeunes victimes, comme ce fut le cas pour son copain Corey Haim. Il dit que la police, à qui il a donné les noms des coupables, était parfaitement au courant mais n'a rien fait. "Le problème numéro un d’Hollywood était, est et sera toujours la pédophilie", a-t-il dit.

Il a donné des détails sur ce qu'il a subi à l'époque, mais aussi sur le calvaire de son ami Corey Haim, sodomisé lors d'une pause déjeuner sur le plateau après qu'un homme l'eut convaincu qu'il était normal qu'un jeune garçon et un homme d'Hollywood aient ce genre de relations. Un homme qui est aujourd'hui l'une des personnes les plus en vue et les plus importantes de Los Angeles.

Suite à ces viols, les deux garçons ont été mis au placard, pour, dit Feldman, que personne n'ai à faire à eux. Ajoutons que Feldman, qui a fréquenté aussi Mickael Jackson, considère qu'il s'agissait probablement de la relation la plus "saine" qu'il avait à l'époque.

Alison Arngrim, qui jouait le rôle de Nellie Olson dans "La petite maison dans la prairie", a expliqué qu'à Hollywood, tout le monde savait ce qu'il arrivait à Corey Feldman et à d'autres. Elle a aussi très bien décrit le mécanisme qui attire les pédophiles comme leurs proies à Hollywood, et cela depuis toujours.

1415825964980_wps_45_Martin_Weiss_a_Hollywood_En 2012, un autre agent, Marty Weiss, était condamné pour des actes pédophiles sur un adolescent qui était l'un de ses clients, de ses 11 à ses 13 ans, et a fait pour cela 6 petits mois de prison. Une "peine" loin d'être dissusasive pour les autres pédophiles. Weiss avait expliqué à sa victime que c'était une pratique normale à Hollywood.

Il y a aussi l'agent de Leonardo Di Caprio quand il était adolescent, Bob Villard, qui est cité par les cinq témoins du documentaire. Il a été poursuivi ainsi que 9 autres personnes, dans les années 80, pour avoir notamment diffusé de la pédopornographie, mais il n'a pas été condamné faute de preuves. Il a de nouveau été accusé pour la même raison en 2001. Chez lui la police a retrouvé des centaines de photos de gamins dans des poses suggestives qu'il envoyait à d'autres pédophiles. Pour cela, il a pris 3 ans de sursis.

Nouveau passage de Villard au tribunal en 2005, et il nie l'accusation d'avoir agressé un mineur de 13 ans mais prend quand-même 8 ans de prison.

La boite de production Nickelodeon, qui produit des séries destinées aux jeunes, avait carrrément recruté un pédophile condamné à 6 ans de prison pour avoir tourné de la pédoporno comme assistant de casting. On a aussi appris qu'un autre, condamné pour le kidnapping et l'agression d'un enfant de 8 ans, un certain Jason James Murphy, participait aux castings de très grosses productions

Screenshot_19Nickelodéon a engagé un autre pédophile condamné, Ezel Ethan Channel, comme assistant de production, jusqu'à ce qu'il soit de nouveau arrêté quand on a soupçonné qu'il s'en était pris à un adolescent.

En 2011, c'est un compositeur d'Hollywood récompensé d'un award, Fernando Rivas, qui a été condamné pour avoir produit de la pédoporno, et pour l'avoir distribuée.

Mais à chaque fois, c'est à peine si les médias évoquent l'affaire, sans jamais faire de lien entre plusieurs d'entre elles qui pourtant, se déroulent souvent dans le même contexte. Quant à l'affaire Egan, sa mère a tenté en vain de faire parler de son fils dans les médias US, y compris chez Oprah Winfrey et d'autres qui aiment tellement la polémique (remarquez, c'est exactement pareil en france). Et quand certains l'ont fait, ils ont montré un scepticisme totalement disproportionné. Quand Egan a retiré sa plainte, ça a été une véritable aubaine pour tous ceux-là. Quand elle avait alerté la police, rien ne s'est passé.

Le documentaire An Open Secret jette un pavé dans la mare et fait le lien entre les différents dossiers qui impliquent des dirigeants de DEM. Elle ressort les vieilles affaires des années 2000, et les nouvelles accusations contre Bryan Singer et trois autres investisseurs de DEM. Au final, on comprend qu'il s'agit d'un réseau de pédophiles qui s'organisaient pour attirer des mineurs dans leurs filets.FFN_Cruz_Allen_

De toute manière, ce genre de pratique semble aussi ancienne qu'ancrée dans les moeurs de certaines personnalités à Hollywood: on se rappelle par exemple du cas Polanski, qui a violé une candidate actrice de 13 ans après l'avoir droguée. Mais lui a eu la chance d'être défendu par Kouchner, Mitterrand et d'autres types puissants et/ou en vue, manifestement pas à l'aise avec leur sexualité. Et le modus operandi était exactement le même avec Polanski il y a plus de 30 ans, qu'avec la bande DEM il y a 15 ou 20 ans.

ronan-farrow-woody-allenIl y a aussi le cas de Woody Allen, qui a épousé sa fille adoptive quand elle avait 21 ans et est accusé par sa belle fille de l'avoir violée quand elle était enfant. Avec lui aussi, les médias se montrent d'une rare complaisance.

C'est bizarre comme les cas de stars mariées avec des mineures ne choquent personne à Hollywood, depuis Elvis Presley ou Jerry Lee Lewis jusqu'aux Rolling Stones.

Une étude appelée "Reconstructiong Shirley: Pedophilia and interracial romance in Hollywood's Age", l'auteur Ara Osterweil note que dès sa tendre enfance, la petite Shirley Temple a été complètement érotisée par Hollywood. Et nous n'étions que dans les années 30 [6].

Il ne faut pas non plus oublier ce qu'a dit Roseanne Barr, qui a passé 30 ans dans le show biz local, au sujet d'Hollywood et des liens avec le programme de contrôle mental de l'armée US, MK Ultra. Elle explique qu'au final, Hollywood perpétue des valeurs racistes, sexistes, homophobes, et que tout cela est dirigé par certaines personnes de manière intentionnelle. Et il est vrai que la CIA possède un département entier dédié à l'industrie du divertissement [7].

Elle a aussi dénoncé le père de Mickael Jackson comme étant, selon elle, un programmeur de la CIA dont le but était de formater des victimes. Il y a aussi de quoi creuser de ce côté-là, mais on y reviendra plus tard.

 

 

 


[1] Délivrez-nous du mal, sorti en 2006. En 2014, un film d'horreur du même nom est sorti, à ne pas confondre.

[2] Parmi lesquels des écoutes illégales, corruption de policiers, intimidations de témoins, trafic d'influence. Pellicano était devanu très riche avec ses méthodes illégales, comme par exemple placer des systèmes d'écoute chez les ennemis de ses clients, avec la complicité d'employés de compagnies téléphoniques. Il avait aussi des relais dans divers médias pour lancer des campagnes de diffamation cotnre des cibles, et avait à sa botte des flics corrompus.

[3] Ces programmes étaient très confidentiels, mais DEM avait dès le départ un gros budget de 72 millions de dollars levés auprès de différents investisseurs, capable de payer de gros salaires.

[4] Egan explique que cette plainte (au civil) a abouti à une condamnation des trois à lui verser 4,5 millions de dollars, dont il n'aurait touché que 25.000, et les trois coupables ont vite fui les Etats-Unis pour Marbella en Espagne, où ils se sont fait cueillir par Interpol dans leur villa en mai 2002. Collins-Rector a fait deux ans de prison en Espagne, puis il a dit que Geffen et d'autres de DEM voulaient l'assassiner et il a été se balader à Londres durant deux ans et a tenté d'obtenir la résidence via sa relation avec un ado de 18 ans, puis à Anvers (où un diamantaire consul au Libéria avec qui il était ami a nié lui avoir obtenu son passeport libérien). Mais, Collins-Rector est aussi allé souvent à Paris, d'après un témoin.

[5] Dont une boîte huppée appelée le Barfly, où le show biz venait chercher des jeunes qui cherchaient à percer dans le métier.

[6] A 3 ans, sa mère l'envoie dans un studio de danse, à Hollywood, où elle est repérée par Educational Studio où elle a été littéralement exploitée au point qu'on était proche de l'esclavage. On dit que c'est elle qui a sauvé le studio. Quand elle était punie, on l'obligeait à rester dans une boite dans laquelle il y avait un gros bloc de glace (la "boite à punitions"). On l'a fait travailler malade ou blessée, aussi.

[7] Roseanne Barr vient d'une famille à la fois juive et mormonne de Salt Lake City. Elle a accusé ses parents de multiples abus, y compris sexuels, dans son enfance, ce qui aurait débouché sur un trouble de personnalités multiples. Elle dit qu'on lui a aussi rpescrit de très nombreux produits pshychotropes, et elle a passé beaucoup de temps à l'Utah State Hospital, où des opérations MK Ultra avaient lieu.

09 décembre 2014

Affaire du Var: jugement le 2 février 2015

92010501_oLe procès en appel de Sophie et Jack, accusés de dénonciations calomnieuses dans le cadre de l'affaire Amidlisa, s'est déroulé lundi à Aix-en-Provence. Tout d'abord, il faut souligner le grand soutien qui a été apporté à la famille, un soutien très apprécié. Merci à ceux qui étaient là, après tout la justice est rendue au nom du peuple français, et il devait y avoir une bonne centaine de personnes présentes devant le tribunal.


On ne peut pas encore développer le contenu de l'audience car le jugement ne sera rendu que le 2 février, et il serait dommage de compromettre l'issue de cette longue et laborieuse procédure.

L'avocate de la famille, malika Ouarti, s'est démenée pour soulever de nombreux points techniques, qu'apparemment le tribunal a décidé de prendre le temps d'examiner. Elle a demandé la relaxe, et a expliqué qu'en droit, elle devrait être obtenue. Si Sophie et Jack sont condamnés, il est prévu de se pourvoir en cassation.

Le parquet a réclamé la même peine qu'en première instance, à savoir 12.000 euros à verser à la partie civile, le père des enfants, et 6 mois de prison avec sursis.

On doit noter que la salle d'audience a été loin de pouvoir contenir tous ceux qui sont venus à ce procès.

Le père des enfants était présent, bien entouré par les policiers, comme en première instance.

Je dois dire malgré tout qu'il est dommage que certaines personnes aient vivement réagi à plusieurs reprises durant l'audience. Je sais qu'il est difficile de rester calme quand on entend certaines choses, et que la plaidoirie de Malika ouarti a été percutante, mais cela ne sert pas les accusés, bien au contraire.

En tout cas, la famille a été très heureuse de voir que beaucoup de monde s'était mobilisé ce lundi, dans et devant le tribunal.

 

 

 

Posté par Ceri à 22:39 - - Commentaires [76] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

07 décembre 2014

Revue de presse du mois de novembre 2014

639x360_1256616780_3823189236_bcdca22570C'est parti pour la revue de presse du mois de novembre. Du côté de l'Angleterre, le dossier du réseau VIP rebondit avec des accusations au sein même de Buckingham Palace, mais aussi des accusations de meurtres d'enfants à l'encontre de plusieurs politiciens. En france, les histoires d'inceste familial (y compris avec la collaboration pleine et entière des mères) ont été nombreuses, les peines souvent dérisoires, et on a aussi parlé de pères tueurs, considérés comme des pères aimants par Paul Bensusan. On note aussi que la consommation de pédopornographie est en phase de dépénalisation, que Polanski est toujours en fuite, et qu'en Ecosse des associations parlent d'abus sexuels rituels...

 

> 2 novembre :

  • 2guxetjUSA-Pologne : Polanski, toujours en fuite à 81 piges... pas mal. La demande de la justice américaine, adressée au procureur général de Pologne, d'interpeller Polanski en attendant d'engager une procédure d'extradition, a été rejetée parce qu'elle ne remplissait pas les critères requis par des accords internationaux. En 2010, le procureur général de Pologne avait indiqué qu'une extradition de Polanski n'était pas possible dans la mesure où le geste qui lui est reproché par la justice américaine est dans la loi polonaise déjà couvert par la prescription. Mais ce n'est pas le cas en droit américain et, si Polanski ne peut être extradé par la Pologne, une interpellation à la demande des Etats-Unis demeure possible. Cette fois-ci, il devrait cependant regagner la France où il réside avant que la procédure puisse aboutir à son interpellation.

  • Belgique : Un pédophile libéré suite à un vice de procédure. "Depuis jeudi passé, ses victimes et leurs parents vivent dans la terreur. Filles, garçons, membres de sa famille, David ne semble avoir aucune limite. Le voir en liberté effraie logiquement les victimes ?" Il "est inculpé d'attentats à la pudeur et/ ou viols" (???) selon le journal. Son procès devait s'ouvrir à Charleroi mais il a été suspendu suite à un vice de procédure et lui a été libéré.
  • USA : Teal Swan est une victime d'abus rituels. Elle témoigne de ce qu'elle a vécu, des programmations qu'elle a subies depuis ses 6 ans. Elle a été progressivement séparée de sa famille, a subi 3 avortements, a du participer à la pédopornographie sado maso, à faire de la zoophilie, de la nécrophilie. Elle a fini par s'échapper lors d'un rituel avec une partie de chasse dans l'Idaho quand elle avait 19 ans. Voici son blog : http://blog.thespiritualcatalyst.com/ritualabuse/

 

> 3 novembre :

  • 2014-12-05_184611France : Un dingue tue son fils de 3 ans pour détruire son ex qui venait d'obtenir le divorce que monsieur ne voulait pas. C'est hélas d'une banalité à pleurer, en France, en 2014. "Un homme comparaît cette semaine devant les assises des Yvelines pour avoir assassiné son fils de 3 ans en juillet 2012. Ce kinésithérapeute, également pompier volontaire, voulait se venger de sa femme dont il venait de divorcer. Il avait appris qu'il n'aurait la garde de leur enfant qu'une fois tous les 15 jours." On qualifie ce connard de "désespéré", comme s'il était autre chose qu'un pervers totalement égocentrique qui veut absolument avoir le dernier mot et détruire son ex définitivement.
  • Suède : Encore un leader gay et pédophile (Et je rappelle qu'il ne faut pas confondre les gays et les lesbiennes à ce sujet). En effet, les lobbys pédophiles sont infiltrés derrière les droits des gays, et parfois ca se voit un peu trop. "Stefan Johansson, ancien président de la Fédération suédoise pour l’égalité sexuelle (RFSL) de Halland, a été condamné le 24 octobre à cinq ans de prison pour viol, proxénétisme et exploitation sexuelle d’enfants. Selon la presse locale, Johansson, 44 ans, donnait alcool et drogues à des mineurs en échange de relations sexuelles. Il aurait aussi détourné 3000 $ donnés pour des recherches sur le sida. Dans un message diffusé sur son profil Facebook le 18 juillet 2013, Johansson invitait à l’événement « Journée d’Education» organisée le 29 mai 2013 à propos des personnes «LGBT avec expérience dans la vente ou la location de services sexuels» et spécialisée dans «les jeunes qui se prostituent sur Internet".
  • France : Encore un winner: il est coincé pour des viols de sa belle fille nie, avoue, se rétracte, puis dit qu'il faisait juste sa toilette (stratégie LAVIER cf. affaire Outreau, qui a l'air de bien marcher auprès des juges). "Déjà condamné pour viols, à quinze ans de prison, par la cour d’assises de Gironde en 1998, l’accusé encourt la réclusion criminelle à perpétuité." ==> Autre procès aux assises: un autre beau-père qui proposait à des hommes des relations sexuelles avec sa compagne et sa belle fille mineure. "Interpellé et placé en garde à vue, le beau-père avait reconnu avoir eu ses premières relations sexuelles avec la petite fille quand elle était en CE2. Pour atténuer les conséquences de ses actes, il avait assuré que la fillette était « demandeuse »."

 

> 4 novembre :

  • 2014-12-05_184950Gabon : Haut placé et protection ? Le directeur général adjoint de l’Union gabonaise de banque (UGB), Philippe Alanguité, 54 ans, est poursuivi pour inceste et viol sur sa fille de 7 ans. Mais il pourrait échapper aux poursuites car il est soutenu par une certaine clique, comme c'est original. "Les examens réalisés sur la victime ont conclu à une défloraison ancienne. Ce qui porte à croire que M. Alanguité a abusé de sa fille plusieurs fois durant et depuis plusieurs mois. La petite Annaëlle est constante dans sa déclaration. " Papa m’a violée beaucoup de fois. Il le faisait au salon, à la chambre et à la douche lorsqu’on restait à deux dans la maison " a-t- elle déclaré ce matin au palais de justice de Libreville. Pis, la mère de la fille semble avoir cédé aux pressions multiformes. Elle a tenté de dicter une version à la petite Annaëlle pour sauver son concubin. " Maman m’a demandé de mentir que papa ne m’a rien fait pour qu’il n’aille pas en prison" a dénoncé la fillette."
  • Angleterre : Après on dira que les ralentissements d’affaires pédocriminelles sont des visions complotistes, pourtant l’Angleterre a démontré maintes fois ses compétences dans ce domaine… Le Canada a transmis une liste de 2.335 suspects de téléchargement et/ou diffusion de pédopornographie. C’était en 2012, et les autorités anglaises ont mis 16 mois pour transmettre cette liste à la police, notamment au Pays de Galles où un fichier concernait Garreth Williams, qui filmait des enfants dans des toilettes publiques. Mais au pays de Galles, on n'a pas enquêté du tout.
  • poupee-casseeFrance : Viols sur une fillette de 3 ans par sa mère et son amant. Une jeune femme comparaît devant la cour d'assises des Bouches-du-Rhône pour le viol de sa fillette de 3 ans, des faits commis selon elle pour satisfaire son amant, lui aussi accusé d'avoir violé l'enfant. En avril 2012, le père de la fillette avait alerté la police, accusant sa compagne -la mère de l'enfant- de maltraitances sexuelles. Constatant depuis environ trois semaines que sa fille, alors âgée de 3 ans, manifestait de la crainte vis-à-vis de sa mère, il avait effectué des enregistrements dans son appartement lorsqu'il était absent, à l'insu de sa compagne. Selon l'accusation, l'un de ces enregistrements permettait d'entendre, pendant une vingtaine de minutes, l'enfant pleurer et supplier sa mère d'arrêter ce qu'elle faisait, et des conversations suggérant une relation sexuelle, notamment avec un sex-toy, entre la fillette et sa mère.

  • France : Encore un parent protecteur qui prend pour les pédocriminels! L'histoire catastrophique d'une femme victime des pires sévices dans son enfance, et que la société n'a jamais songé à protéger. Après une vie de galère, la voilà accusée par les flics d'avoir violé ses enfants, alors qu'elle était seulement venue porter plainte. En effet, sa fille est revenue de chez son père avec un comportement très sexué et des irritations. Pour les poulets, c'était plié: ils ont mis 7 h à lui faire avouer un crime qu'elle n'a pas commis, juste parce qu'ils avaient la flemme de faire une enquête à peu près décente. Un psy l'a qualifiée de perverse. Elle vient de prendre 10 ans de prison dont 7 incompressibles. Vive la France.
  • Angleterre : Un businessman pédophile a pris contact sur le net avec un autre pédophile pour lui fournir une victime de 2 ans, une fillette qu'il a agressée (viol?). Les deux pervers étaient mariés (c'est la femme d'un des deux qui a tout découverte et a dénoncé l'affaire) et préparaient leurs petites soirées via le net. Le businessman 'na pris que deux ans de prison, l'autre huit ans.

 

> 5 novembre :

  • 10408967_10202943370534263_4991162033336097272_n-femme-de-francois-campaorc3a9-en-transeBurkina Faso : Des restes de rituels vaudou et/ou satanistes chez les proches du président (durant 27 ans) Blaise Compaoré, après qu'il ait fui le pays. Il y a aussi des éléments laissent penser que certains de ses proches, notamment sa femme et sa fille, pratiquaient ce genre de rituels dans lesquels on massacre une victime, et on lui prend ses organes. Même France 24 a parlé de ces pratiques survenues à son domicile. Rappelons qu'il a toujours été reçu en France en grande pompe. Il a aidé sarkoléon à mettre Alassane Ouattara au pouvoir en Côte d'Ivoire alors qu'il avait perdu les élections.
  • France : Un pédophile récidiviste avoue avoir agressé sa belle-fille depuis des années: "Il reconnaît ainsi avoir pratiqué des actes à caractère sexuel sur sa belle-fille depuis 2009, alors qu’elle était âgée de 10 ans, et jusqu’à cette année. Il confirme également sa responsabilité dans la détention d’images pédopornographiques découvertes dans son ordinateur par les gendarmes au cours de l’enquête ". " L’homme déjà condamné en 2002 en Allemagne pour des faits d’agressions sexuelles commis sur sa propre fille avait purgé sa peine de cinq ans de prison et ne faisait pas l’objet de recherches dans son pays."
  • Belgique : Entrainement sportif, coaching, animation : Bateau (Léonide Kameneff), tennis (Camaret), équitation (K.)…entrainement sportif, coaching, animation, des proies faciles pour les pédos. "K, 33 ans, est un cavalier de renommée internationale. Depuis 2001, il enseigne sa passion, ce qui l’a amené à un manège de Braine-le-Comte, de décembre 2011 à septembre 2012. Où 4 adolescentes se sont plaintes de faits de mœurs de sa part. Le dossier répressif fait état d’une scène de viol, mais aussi de faits de drague appuyée, à savoir des attentats à la pudeur."
  • France : Encore un pédophile aux multiples victimes qui nie 90% des faits, lâche jusqu'au bout. "L'avocat général a requis, ce mercredi, en fin de matinée, trente ans de réclusion criminelle contre un homme de 49 ans, accusé de viols sur une enfant de 9 ans en 2010 et 2011 et d'agressions sexuelles sur quatre autres âgés de 8 à 10 ans, dont deux garçons, sur la même période. L’accusé a reconnu des agressions sexuelles sur une des cinq enfants qui l’accusent. Mais pas les viols sur celle considérée comme principale victime."
  • 2014-12-05_190243Belgique : Le cafetier faisait du pédoporno dans son établissement. Ah, le bon vieux temps du Stanley, du Dolo et autres... Combien de temps a-t-il fallu pour que la justice ne cherche à vérifier les "rumeurs" au sujet de ce trafic? "L'établissement avait été fermé suite à une descente de police, probablement pour des raisons liées à un trafic de drogue impliquant de jeunes clients, il relate maintenant une lourde affaire de mœurs. La perquisition aurait en effet été décidée par un juge d'instruction après une plainte pour abus sexuels qui faisait suite à de persistantes rumeurs de même nature. Selon plusieurs témoins, des garçons (dont des mineurs) auraient été amenés à avoir des rapports sexuels alors qu'ils étaient sous l'influence de cocaïne. Les faits auraient même été filmés par l'auteur majeur. "

  • Suisse – Mondial :Une fois, j'ai interviewé une policière, chargée des auditions avec les mineurs victimes de pédophiles. Elle m'a dit qu'ils venaient d'attraper un grand-père pédophile. Elle m'a dit que ça faisait 30 ans que la police était sur le dos de ce type qui avant de violer ses petits enfants a violé ses filles. Mais pas de preuves. Elle avait bon espoir que cette fois, on aurait des traces ADN parce que le crime avait été dénoncé dans les 24 h. Cet article parle de ces pédophiles qui violent toute leur famille, des cas bien plus courants qu'on ne voudrait le croire.

 

> 6 novembre :

  • AbuseMainAngleterre : Un ministre du gouvernement actuel de David Cameron aurait drogué puis agressé un ado de 14 ans, qui s'est réveillé nu dans un lit sans savoir ce qu'il lui était arrivé. Il aurait aussi été agressé et même violé plusieurs fois par d'autres types, parfois de manière sadique, explique-t-il. Il a porté plainte auprès de la police, qui lui a clairement dit qu'il n'était pas question d'enquêter sur un type aussi haut dans la hiérarchie politique. Une investigation est par contre menée au sujet de l'école dans laquelle se trouvait cet adolescent.
  • Angleterre (Jersey) : Réseau pédophile sur Internet: la police de Jersey a cracké une plateforme pédophile où les types s'échangeaient des contenus. 11 pédophiles ont été arrêtés à Jersey, dont celui qui y avait créé le site, et 13 autres aux Etats-Unis, dont la plupart a pris 15 à 18 ans de prison. Plusieurs enfants en danger ont aussi été secourus.
  • France : Récidive. "Déjà emprisonné pour des faits de pédophilie il y a près de quinze, J. R. a été condamné à six ans de prison ferme par le tribunal d’Arras pour agressions sexuelles sur deux fillettes. Pour les magistrats, il a délibérément provoqué le retour de ses pulsions" Il avait oublié de préciser à son entourage qu'il était pédophile.
  • Medomsley-Detention-Centre-mainAngleterre : Après les foyers…les prisons de mineurs ! 18 matons d'une prison pour jeunes délinquants vont aller en taule dans le cadre d'une enquête sur un réseau pédophile niché dans la prison, mais aussi à l'extérieur. 900 victimes seraient concernées. Là-bas, tout le monde savait que les mineurs étaient violés par des gardiens et des étrangers.

  • Cambodge – France : Le président de l’ONG Enfants du Cambodge, Philippe Broaly, a été arrêté le 14 octobre dans le sud du pays. Ce Lyonnais âgé de 48 ans est accusé d’avoir agressé sexuellement 7 garçons dans le cadre de l’association, révèle ce mardi Le Progrès. Et je sais que ce n'est pas le seul pédophile français qui dirige une ONG au Cambodge, venant en aide aux enfants. C'est Action pour les Enfants qui a mené l'enquête.
  • France : Défense des pères, non représentation d’enfants, instabilité psychologique…malheureusement, une histoire qui se répète trop souvent. Il y a une semaine, un journal évoquait un père retranché chez lui avec un fusil et qui réclamait à voir ses enfants. Son ex explique que la maison dans laquelle il vit est payée par elle, il y vit gratuitement et ne veut pas partir. Elle dit aussi que ses plaintes contre lui n'ont jamais abouti en justice (comme c'est pas étonnant). Ils ont vécu 9 ans ensemble, mais à la deuxième grossesse il est devenu imbuvable. Pendant des mois il n'exerce pas son droit de visite et se dit aujourd'hui un père lésé, avec en renfort les associations de pères perchés et autres...
  • 2014-12-05_191151Australie : Encore un "père" tueur pour se venger de son ex, mais en Australie ça rigole quand-même moins qu'en France: il risque 20 ans de prison. Un psychopathe implacable, qui a eu le dernier mot. "Un trentenaire originaire de Melbourne a reconnu mercredi devant le tribunal avoir tué en avril dernier ses deux filles de 3 et 4 ans pour faire du mal à son ex-femme. Il encourt la réclusion criminelle à perpétuité. Les faits remontent à avril, et plus précisément au 21, dimanche de Pâques. Ce jour-là, avant de commettre l'irréparable, Charles M. avait habillé Savannah et Indianna en ballerine et les avait filmées en train de danser sur le morceau "Let it go", bande originale du dessin animé de Disney La Reine des Neiges. Il a ensuite pris un oreiller pour les étouffer, avant de leur donner un bain et de les rhabiller. Après ce double meurtre, le père de famille a appelé la police pour tout avouer et se rendre. Face aux enquêteurs, Charles M. a indiqué avoir tué ses enfants pour blesser son ancienne compagne. Au cours des investigations, les policiers ont d'ailleurs pu établir que le présumé assassin avait, quatre jours avant le drame, tapé sur Google.com : "How to kill my ex-wife ?" (Comment tuer mon ex-femme?)."

  • USA : Gregory Brian Johnson dirigeait une organisation de charité à destination des enfants. Il vient d'être arrêté suite à des soupçons de multiples viols sur les enfants qu'il aidait, et cela depuis 20 ans. Cette arrestation fait suite à une enquête sur la disparition en 2009 d'une fillette de 10 ans, Lindsey Baum, qui vivait près de chez lui. Selon la police, il pourrait être relié à cette disparition.2014-12-05_192504
  • France : Un moyen pour dire STOP à la prostitution des enfants. Un site de signalement vient d'être créé. "Que vous soyez un voyageur, un touriste, un professionnel du tourisme ou simplement une personne qui s’intéresse au problème, des démarches existent pour lutter contre l’exploitation sexuelle des enfants dans le tourisme. A sa façon, chacun de nous peut agir et s’opposer à la prostitution des enfants, ici ou à l’étranger. Alerter, intervenir, témoigner, relayer et faire un don : découvrez comment vous pouvez agir, concrètement et à votre mesure, pour sauver des vies". Il y a une page pour signaler des situations louches si vous y avez été confronté. Je précise que ce site est "parrainé par l'Union européenne", et que parmi ses sponsors il y a le groupe Accor, Jet Air ou encore la Loterie Nationale.

 

> 7 novembre :

  • Dolphin-Fountain-Dolphin-SquareAngleterre : Politique et pédocriminalité…une habitude ! La victime d'un ministre pédophile du gouvernement Cameron qui n’a jamais été inquiété explique à quel point ce taré et un collègue député aimaient faire souffrir leurs victimes. Les faits se déroulaient dans un complexe de 1200 appartements de luxe, Dolphin Square, où de nombreuses orgies pédophiles ont eu lieu dans les années 70, 80, 90. Ce témoin lance un appel à d'autres victimes pour qu'elles témoignent.
  • France : Récidive, cependant rien de grave, à part quelques "ébats" entre un pédophile et des mineurs. "Un homme de 50 ans, gardien d'immeuble à Nice, a été placé en détention jeudi soir après l'ouverture d'une information judiciaire par le parquet de Nice pour notamment "viol sur mineur en récidive légale". Il est soupçonné d'avoir téléchargé des milliers d'images pédopornographiques, mais surtout d'avoir abusé sexuellement de petits garçons qu'il attirait dans son camping car garé dans une ruelle discrète de Nice, dans le quartier Gambetta. L'homme, déjà condamné pour viol sur mineur à la fin des années 90 en région parisienne, filmait ses ébats avec une mini-caméra espionne. Le nombre de victimes est inconnu. Le groupe cyber criminalité de la PJ de Nice l'a détecté lors de veille sur internet et découvert les images des ébats dans son ordinateur."

 

> 9 novembre :

  • PaedoMainAngleterre : Une victime du réseau VIP explique qu'il a été violé quand il était mineur par Peter Hayman, le patron du MI6, et diplomate. Hayman était membre du paedophile information exchange, exposé au début des années 80 par un député. Il a été protégé par Mickael Havers, le procureur le plus élevé du pays, frère de la baronne Butler Sloss, chargée de mener l'enquête sur l'étouffement des affaires de réseaux VIP. Elle a démissionné quand ses connexions ont été exposées. Cette victime a subi les premiers viols à l'âge de 11 ans, en 1979. Certains viols ont eu lieu au Dolphin Square, un complexe de 1200 appartements de luxe.

  • Angleterre : Politique et pédocriminalité…impunité. Si Peter Hayman, patron du MI6 pédophile, a été grillé, c'est parce qu'il commandait du matériel pédoporno via la Paedophile Information Exchange. Suite à la découverte d'un colis oublié dans un bus, une perquisition a eu lieu dans son appartement de Londres et on a retrouvé ses journaux intimes, dans lesquels il raconte ses expériences et fantasmes pédophiles. Plusieurs autres membres du PIE sont ensuite tombés mais Hayman a échappé aux poursuites.
  • France : Un routier pédophile, combien de victimes? "Un juge d'instruction de Chartres (Eure-et-Loir) a mis en examen un chauffeur routier rémois soupçonné d'être l'auteur d'une dizaine d'agressions sexuelles sur des mineurs dont certaines commises à Lourdes. Le quadragénaire aurait déclaré aux gendarmes de Saint-Rémy-sur-Avre (Eure) avoir commis ces faits au hasard de ses déplacements professionnels à travers le pays, et ne pas être en mesure de se contrôler face aux enfants. Les enquêteurs poursuivent leurs investigations, à la recherche d'autres jeunes victimes. L'affaire avait débuté par une déposition de sa compagne, l'accusant d'attouchements sur sa fillette de 4 ans, née d'une première union. "
  • Screensh4546ot_1Ecosse : Grave, des enfants ont été filmés dans des snuffs movie alors qu'ils étaient violés et tués par des pédophiles. Deux associations écossaises ont parlé à des victimes d'abus rituels. Une personne de l'association Break the Silence explique que des enfants ont été obligés d'assister au tournage de ces snuffs (qui n'existent pas officiellement). Des frères et sœurs étaient obligés d'avoir des rapports sexuels, et parfois aussi avec des animaux. L'asso Izzy’s Promise confirme et parle d'enfants qui naissent sans jamais être enregistrés (comme l'a dit Regina Louf dans l'affaire Dutroux, par exemple, ou comme cela pourrait être le cas d'une partie des enfants tués dans l'affaire du Var). "Des choses horribles arrivent et personne n'est inquiété".

  • France : Ce père, médecin et pédophile, n’a reconnu son fils qu'à ses 8 ans, et c'était pour mieux le violer. "La cour et les jurés devront juger un homme de 67 ans, M. Alain B. médecin retraité, assisté par Me Bernard Caratini, accusé d’avoir commis des viols sur son fils mineur. Le 08 février 2010, un jeune homme déposait plainte auprès de la brigade des mineurs et de protection de la famille de Caen. Il déclarait avoir subi des violences sexuelles de la part de son père dès l’âge de 11 ans. Placé chez une nourrice peu après sa naissance, il avait été reconnu par son père à l’âge de 8 ans et ne voyait sa mère qu’à l’occasion de son droit de visite. Le père nie les actes de sodomie, mais reconnait les autres faits. "

 

> 10 novembre :

  • _73481527_73481526Angleterre : Le maître des relations publiques en Angleterre, Max Clifford, vient de perdre son appel contre 8 ans de prison pour des viols contre des femmes et adolescentes, commis dans les années 70 et 80. Il a aussi été dénoncé comme ayant organisé un réseau de prostitution de mineures, mais n'est pas condamné pour ça. Clifford était très proche du prince Andrew qui dit qu'il ne savait rien au sujet des prostituées.

  • Belgique : Après Di Rupo…Luperto ? L'un des plus hauts politiciens du pays, Jean-Charles Luperto, le président (PS) du parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, vient de subir deux perquisitions à son domicile et son bureau. Cela, suite à "des faits d’exhibitionnisme auxquels il se serait livré dans les toilettes d’une aire d’autoroute, à Spy, devant des mineurs d’âge", selon la rumeur. Quand on sait que Di Rupette dirige le PS, rien n'est impossible.
  • Irak : Marché aux femmes et aux filles chez les islamistes (financés par nos soins je dois le rappeler): "Ainsi, selon les prix fixés par l'organisation, il faut compter 200 000 dinars (soit 138 euros) pour une fillette âgée de 1 à 9 ans, une fille de 10 à 20 ans étant quant à elle estimée à 150 000 dinars (104 euros), une femme entre 20 et 30 ans 100 000 dinars (69 euros), une femme entre 30 et 40 ans, 75 000 dinars (52 euros), et une femme âgée de 40 à 50 ans 50 000 dinars (35 euros). Le document précise qu’il est interdit d’acheter plus de trois femmes, sauf pour les étrangers, dont la liste est parlante : Turques, Syriens, Arabes du Golfe, désignés comme des clients de ce sinistre trafic."
  • 2014-12-05_194704Maroc : Le mariage d'une jeune fille après son viol tourne au drame. Du coup, le débat sur le mariage des mineurs est remis sur la table. "Le 8 novembre à 3h du matin, le bourreau embarque sa jeune épouse du domicile familial de force vers le domicile conjugal pour "une dernière explication". La fille mineure ne voulait plus vivre avec son mari. Elle l'a quitté il y a quelques jours. Furieux, le mari lui assène plusieurs coups de lame de rasoir sur le visage. Après avoir terminé sa besogne il lui lance: "de cette manière, personne ne voudrait de toi après moi". Actuellement hospitalisée à Marrakech, la jeune fille souffre de blessures au niveau du visage, du ventre et des mains. Ses blessures ont nécessité trente points de suture. Le mariage a été conclu après le viol de la jeune il y a un an. "Nous avons accepté de la marier à lui, pour éviter à notre fille tout scandale", se justifie la mère de la victime". Le type est un délinquant condamné pour stupéfiants et aussi pour avoir fait évader des mineurs d'un "centre de protection de l'enfance".

  • Pays-Bas : Joris Demmink, le Jimmy Saville de la politique néerlandaise. Tiens donc, pendant que Joris Demmink, pédocriminel sadique et satanique, proche de la famille royale et ancien n'°1 du ministère de la Justice, dirigeait ledit ministère, on a vu augmenter de manière impressionnante les placements abusifs d'enfants. Et, bien sur, le nombre d'abus sexuels et maltraitances sur les enfants placés aux bons soins de l'Etat.
  • France : Jurisprudence qui permet de contourner la prescription des abus sexuels: "C’est une petite révolution : l’assemblée plénière de la Cour de cassation, en audience solennelle, a décidé, vendredi 7 novembre, qu’un crime largement prescrit pouvait cependant être jugé dès lors qu’'"un obstacle insurmontable" avait rendu jusque-là les poursuites impossibles".

 

> 11 novembre :

  • 2014-12-05_195126France : Un récidiviste attrapé 15 ans après sa première condamnation. Encore un qui a été mal "soigné"... "Quinze ans après avoir été condamné pour viols sur mineur par la cour d'assises des Yvelines, Laurent B. est de nouveau mis en cause dans une affaire de pédophilie. Les magistrats lui reprochent d'avoir téléchargé des milliers d'images pédopornographiques, mais surtout d'avoir abusé sexuellement de garçons, âgés de 7 ou 8 ans, qu'il attirait dans son camping-car garé dans une ruelle discrète de Nice (Alpes-Maritimes) ou dans le logement qu'il occupait en temps que gardien d'immeuble".

  • Angleterre : Pédoporno en cours de dépénalisation: "Le 20 octobre 2014, The Guardian et BBC News UK annoncent qu’en Angleterre les consommateurs de pédopornographie ne sont quasiment plus sanctionnés, car il y en a trop (50'000 en Angleterre) et que les policiers sont trop occupés et fauchés. D’ailleurs, en refusant d’appliquer la loi et en ne poursuivant pas la grande majorité des consommateurs de ces viols d’enfants, les autorités donnent un véritable feu vert à ces prédocriminels. Voici deux tweets publié le 20 octobre 2014 suite à l’annonce qu’en Angleterre 50'000 consommateurs de pédopornographie connus de la police ne sont pas sanctionnés, pour la plupart "
  • Suisse : Dix ans d'actes pédophiles commis par un éducateur et au moins 21 victimes. "Le procès d'un travailleur social s'est ouvert mardi matin devant la justice bernoise à Thoune. L'homme est accusé d'avoir abusé d'une vingtaine d'enfants, pendant plus de dix ans. Accusé d'avoir commis des actes d'ordre sexuel sur 21 enfants, entre 1998 et 2011, un travailleur social est jugé depuis mardi devant le tribunal de Thoune (BE). Agé de 44 ans, l'homme avait largement avoué les faits"

 

> 12 novembre :

  • article-2229786-15EA9F41000005DC-214_634x445France (Angleterre) : Incroyable: Paris Match fait le lien (bien réel) entre le pédophile de la BBC Jimmy Savile et le tueur en série (l'éventreur du Yorkshire) Peter Sutcliffe, interné dans un hôpital psychiatrique dont Savile avait les clés et où il circulait librement. Une ou deux des victimes attribuées à Sutcliffe (des jeunes femmes), ont été retrouvées à quelques mètres de chez Jimmy Savile.

  • Angleterre : Disparitions de dossiers, couvertures, mensonges et … foutage de gueule ! Pendant que deux juges démissionnaient de la grande enquête sur l'étouffement des réseaux VIP, un autre pion de l'establishment, Peter Wanless, chef de la protection de l'enfance, a cherché les dossiers manquants. Plus d'une centaine de dossiers concernant ces réseaux pédophiles VIP ont disparu, impossible de les retrouver. Si bien que la ministre de l'Intérieur Theresa May (qui trouve que les pédophiles doivent pouvoir adopter des enfants), a dit que finalement, il était bien possible qu'on ait cherché à étouffer tout cela. Wanless a remis un rapport dans lequel il conclut que de nombreux dossiers ont été détruits ces dernières années, mais qu'il n'y a pas de volonté d'étouffer les affaires. Cameron a immédiatement rebondi en affirmant que rien n'avait été étouffé et que les adeptes de la théorie du complot devraient regarder ailleurs. Il n'a pas trouvé de preuves que le home Office a financé le Paedophile information Exchange.
  • Angleterre : Bonne initiative : un père fait coincer un pédophile récidiviste en se faisant passer pour sa fille. " Un papa a réussi à faire arrêter un pédophile en utilisant le profil Facebook de sa fille de 10 ans. Wayne Corkhill, 23 ans, a envoyé un message à l'enfant pour lui dire qu'elle était magnifique. Il l'a invitée chez lui pour quelques "câlins" après avoir tenter de devenir son ami sur le réseau social. L'homme était en liberté sous caution en attendant d'être jugé pour une série de délits sexuels. Se faisant passer pour sa fille, le papa a donc discuté avec le pédophile, lui rappelant qu'elle n'avait que 10 ans. Wayner Corkhill a, malgré tout, continué. Quand la police l'a interrogé à ce sujet, le prédateur sexuel a prétendu que son compte Facebook avait été piraté."10264477_726349644063309_7217254578398367634_n
  • France : Oeuvre pédophile (ou pas?). Cette oeuvre est exposés dans des villes de l'Est de la France pour dénoncer le "tabou" des rapports pères-enfants, qui seraient vus de travers par la société. L'auteur explique qu'il "expose un tabou" afin de  montrer à quel point nous vivons dans une époque de dingues. Ceci, après le plug anal de la place Vendôme ou l'expo du "Zizi sexuel"... Merci, mais ça on l’avait bien compris... 
  • France : Un directeur d'école "au dessus de tout soupçon" est "effondré"... de s'être fait coincer avec des films de viols d'enfants. Environ 4500 vidéos et plusieurs milliers de photos pédophiles ont été trouvées dans ordinateur lors de la perquisition. Ce père de trois enfants qui n'avait jamais éveillé aucun  soupçon est tombé suite au démantèlement d'un réseau Russe de production de pédoporno.
  • Espagne : L'église catholique a vendu des bébés. 300.000 enfants seraient concernés sur 50 ans. Ces bébés étaient trafiqués par un réseau de médecins, d'infirmières, de curés et bonnes sœurs qui auraient commencé à opérer sous Franco, et donc après Franco jusque dans les années 90. La plupart des mères étaient jeunes et célibataires et on leur a dit que leur bébé était mort-né. Certaines de ces jeunes mères ont maintenu pendant des années que leur enfant était bien vivant mais elles sont passées pour des "hystériques". La plupart des adoptants ignoraient certainement l'origine de l'enfant, nous explique-t-on, même si la plupart du temps ils avaient payé pour avoir le bébé.

 

> 13 novembre :

  • Allemagne : Politique et lobbying pro-pédo version allemande. Le parti des Verts (celui de Cohn bendit) vient d'admettre, suite à une enquête interne, qu'il avait eu des liens étroits avec un groupe de lobbying pédophile. Si bien que dans les années 80, le parti appelait à la légalisation de la pédophilie.
  • Angleterre : Politique et lobbying pro-pédo version anglaise. Le gouvernement anglais, sur ordre des services secrets, a ordonné le financement du Paedophile Information Exchange, un groupe de lobbying pédophile dans lequel beaucoup de politiciens, de spécialistes de la protection de l'enfance, des agents du MI5 s'échangeaient aussi les bonnes adresses, jusqu'aux Pays-Bas. Le PIE demandait la majorité sexuelle à 4 ans. C'est le Home Office, le ministère de l'Intérieur, qui a donné l'argent.
  • France : Le grand-père pédophile ne reconnait que "des caresses anodines" sur ses petites filles, qu'il a "agressées" sexuellement (viols?) durant 6 ans. Selon un expert il n'a aucun trouble psychiatrique, mais "C’est un sujet qui gère très mal sa frustration sexuelle pour ne pas avoir eu de relations sexuelles normales pendant 17 ans ". ==> Non, il n'en a juste rien à faire des autres, même de deux gamines de 4 et 7 ans, son plaisir passe avant. L'avocat de la défense conclut dans le pathos le plus complet: "Il a été un grand-père capable d’accomplir le pire, mais il a aussi été un bon grand-père. Il s’est lui-même infligé des sanctions. Aujourd’hui, je le vois pour la première fois baisser la garde et faire preuve d’humanité " Sortez les mouchoirs...
  • Screenshot_16France : Le pédo demande la castration chimique APRES avoir violé sa fille de 3 ans. " L'homme de 51 ans demande la castration chimique pour ne plus passer à l'acte. Un Ponot de 51 ans est jugé, depuis ce mercredi, par la cour d'assises du Puy pour viol et agression sexuelle sur sa fille en bas âge et sur un nourrisson de cinq mois." Le pédophile a déclaré avoir été violé lui même de ses 9 à es 14 ans, mais selon lui ça ne l'a pas traumatisé (la preuve: il a commis les mêmes actes sur sa propre fille de 3 ans): "Après une enfance heureuse, l’accusé alors âgé de neuf ans, fait une mauvaise rencontre : un ami de son père mais aussi responsable du groupe de scouts dont faisait partie le jeune garçon. L’homme en question aurait imposé des rapports oraux à l’enfant en donnant, en contrepartie, de l’argent (50 francs en général). L’accusé dit avoir été victime de ces sévices pendant près de cinq ans mais affirme : "je n’ai pas été détruit par cela". " "Il avait déjà consulté des sites de "pornographie extrême" avec notamment de la zoophilie. Sa femme avait même trouvé des photos pédopornographiques sur l’ordinateur familial après quoi, elle a forcé son époux à se faire suivre par un psychiatre entre 2005 et 2006". Il faisait même de photomontages en mettant les têtes de ses proches. Aucun traumatisme, donc. Il NIE être pédophile! ===> Quant à un expert qui l’avait vu à l'époque et avait conclu à une "immaturité", il revient aujourd'hui sur ses conclusions, car "l’homme n’avait pas avoué tous les actes dont il est accusé, il n’avait pas parlé des abus dont il aurait été victime dans sa jeunesse". Ah bon, les pédos mentent aux experts, qui se font mener en bateau? Il a été condamné le lendemain à 14 ans de prison.

 

> 15 novembre :

  • Screenshot_17France : Un père qui demande des fellations à sa fille de 3 ans pendant un week-end de garde. Heureusement que la mère n'a pas été traitée d'aliénante par un de les experts. Mais il faut dire que le type filmait ses exploits, impossible de nier. "Jugé depuis mercredi devant la cour d’assises de la Haute-Loire, l’homme de 51 ans, accusé notamment de viol sur mineur ainsi que de viol et agressions sexuelles sur mineur par ascendant, vient d’être condamné à quatorze ans de réclusion criminelle suivi d’un suivi socio-judiciaire d’une durée de cinq ans avec une injonction de soins. Par ailleurs, l’autorité parentale sur sa fille victime lui est retirée. Dans la série de fichiers (films et photos) à caractère pédopornographique détenus sur le disque dur, figurent notamment les clichés d’une agression sexuelle subie par la fillette à l’âge de 2 ans. D’autres montrent le viol d’un nourrisson de 5 mois, le petit-fils de sa concubine du moment. Le bébé lui avait été confié quelques minutes, le temps que celle-ci sorte faire des courses. L’accusé le reconnaît : il prenait des photos avec son téléphone pendant qu’il pratiquait des attouchements ou imposait des fellations à ses petites victimes."

  • France : Un flic qui aborde des gamines de 14 ans dans la rue pour faire des photos dans son studio. "Une perquisition au domicile du quinquagénaire a permis de trouver d'autres cartes mais aussi une planche photographique avec des images pédopornographiques, des dessous féminins de petite taille ainsi que des bouteilles de chloroforme. "

 

> 16 novembre :

  • v-mann-tino-brandt-lfvAllemagne : Un facho d'un groupe paramilitaire doublé d'un informateur des renseignements allemands (mouvance Gladio très probablement) doit faire face à des accusations d'abus sexuels graves sur des mineurs. Comme en Angleterre, où l'IRA et les royalistes étaient infiltrés par des pédophiles qui informaient les services anglais, les fachos d'Allemagne étaient aussi ciblés. Dans quel but? Leur faire faire des attentats toujours plus graves et justifier la sécurisation à l'extrême du pays? Tino Brandt doit répondre de 157 charges, pour des faits commis entre 2011 et 2014. 45 fois, il aurait fourni des enfants contre de l'argent à des pédophiles. Et je rigole un bon coup: le parquet dit déjà qu'il n'y aucun lien entre ses idées fascistes et ses actes de pédophile et livreur de chair fraiche!

  • Angleterre : La police est en train d'enquêter sur 3 meurtres d'enfants dans le dossier du réseau pédophile VIP et de faits commis au Dolphin Square, notamment par des politiciens. Un réseau qui, selon toute vraisemblance, a été et est toujours protégé par le MI5. Selon un témoin, un garçon de 12 ans a été étranglé lors d'une partouze, un autre âgé de 11 ans a été écrasé par un véhicule, un troisième a été tué devant un membre du Parlement. L'ex chef du MI6 Peter Hayman a fait partie des agresseurs de ce témoin, mis dans le réseau par son père.
  • Angleterre : Manipulation : une victime de réseau pédophile anglaise, qui a eu le malheur de parler, a été arrêtée, détenue plusieurs mois et va être condamnée pour une dégradation de propriété pour laquelle on l'accuse sans preuves d'avoir mis le feu. Melanie Shaw avait dénoncé des viols de mineurs commis au Beechwood Children’s Home. La procédure pour l'arrêter puis la faire condamner est entachée de nombreuses irrégularités, dans le but de la faire taire. L'actrice Samantha Morton a aussi été victime de ce réseau. 26 anciens pensionnaires ont reçu 250.000£ au total. Pourtant, le juge qui a condamné Melanie Shaw a déclaré que l'enquête sur Benchwood était "une théorie de la conspiration".

 

> 18 novembre :

  • 1000x550_video-affaires-non-resolues-les-enfants-disparus-de-l-isere_pfFrance : Deux dossiers de meurtres d'enfants en Isère sont enterrés par la justice. "On ne saura sans doute jamais ce qui est arrivé à Charazed Bendouiou, disparue à 10 ans le 8 juillet 1987 à Bourgoin-Jallieu, et à Ludovic Janvier, disparu à 6 ans le 17 mars 1983 à Saint-Martin d'Hères". S'agit-il d'un étouffement en règle? "Sept disparitions ou meurtres d'enfants restent à ce jour non élucidés en Isère. Les investigations menées permettent d'écarter la thèse d'un tueur en série. «Nous sommes effarés par ces décisions. Les juges ont refusé de recevoir les familles durant la procédure et de prendre en compte nos demandes d'enquête complémentaire. La justice ne s'est clairement pas donné les moyens d'enquêter. C'est ahurissant, je n'ai jamais vu un tel défaut d'humanité», a réagi Me Didier Seban, l'un des avocats des familles. Selon les enquêteurs, cités par Le Parisien, les gendarmes ont depuis longtemps effectué un rapprochement entre deux autres dossiers de la série dite «Mineurs 38»: celui de Fabrice Ladoux enlevé en janvier 1989 et celui de Grégory Dubrulle enlevé en juillet 1983, le seul rescapé de cette macabre série. Ces deux garçons ont été enlevés et battus selon le même mode opératoire, et retrouvés au même endroit, ce qui laisse penser qu'ils ont eu affaire au même malfaiteur. Or, les enquêteurs disposent de traces génétiques retrouvées sur les liens qui enserraient Fabrice Ladoux. «Et on voudrait oublier ces dossiers encore une fois! Ce n'est pas acceptable», peste Me Didier Saban "

  • 1416226530597_wps_3_Mayor_of_Coari_Adail_PinhBrésil : La riche ville de Coari était dirigée depuis des dizaines d'années par un maire et une clique pédophile. L'argent public était utilisé pour payer des viols de mineurs de 9 à 15 ans. Ils choisissaient des mères pauvres et désespérées prêtes à vendre leurs enfants. Le maire Adail Pinheiro, qui a 70 enquêtes sur le dos, payait 1.000£ pour violer une fille vierge. Il est clair que la police a mis beaucoup de mauvaise volonté à démarrer son enquête. Même si Pinheiro est en prison, il continue à diriger sa bande et des victimes et leurs proches sont menacés, certains se font tuer. La plupart de ses complices sont toujours en liberté.

  • France : 3 ans pour le violeur de sa belle fille, resté en couple avec la mère qui prend fait et cause pour lui. "Un homme d’une cinquantaine d’années a été condamné ce vendredi à cinq ans de prison, dont deux assortis d’un sursis avec mise à l’épreuve, pour avoir violé et agressé sexuellement sa belle-fille, alors âgée de 14 ans. Les faits se sont déroulés entre septembre et décembre 2010 dans la région de Locminé (56). Le couple vit toujours ensemble et la mère a pris fait et cause pour lui pendant son procès d’assises, qui s’est tenu à huis clos pendant deux jours à Vannes".
  • France : 18 ans pour un gourou pédophile. "Une peine de 18 années de réclusion criminelle a été requise, lundi en appel à Nancy, contre un gourou de 56 ans, soupçonné d’avoir violé la fille mineure d’une des adhérentes de la secte qu’il dirigeait dans les Vosges. La mère de la victime avait été désignée par l’enquête comme celle qui avait «livré» sa fille au gourou et avait initialement été mise en examen pour complicité de viol. Elle avait finalement bénéficié d’un non-lieu en fin d’instruction pour abolition du discernement, avant de se constituer partie civile."
  • 000_Par8030937France : Il a violé et tué une adolescente de 17 ans à Montpelier... Mais il ne se souvient plus de ce qu'il a fait. ""Reconnaissez-vous les faits?", lui demande le président Henri Pons. "Je ne nie pas qu'il se soit passé quelque chose, mais je ne peux pas dire quoi", répond l'accusé. "J'ai beaucoup bu et dans ma tête, c'était le chaos", a-t-il affirmé, admettant avoir, lors de cette soirée de Nouvel an, pris des amphétamines. "Je ne suis pas la personne qu'on veut faire croire", a-t-il assuré. Selon l'accusé, il n'y a pas eu de violences sexuelles, pas de vêtements ensanglantés... Il s'exaspère face à l'interrogatoire, selon lui, "insupportable" du président. L'amnésie de l'accusé a laissé dubitatif les experts. La psychologue Danielle Cany décrit un garçon solitaire et introverti, souhaitant devenir militaire voire même gardien de prison. "Il sait qu'il a donné des coups mais a oublié les détails et les raisons de passage à l'acte"

  • Suisse : Un enseignant condamné pour détention d'images pédopornos n'aura finalement pas à rendre ses diplômes, suite à un recours qu'il a introduit. "En avril 2011, l'enseignant avait été condamné à une peine pécuniaire de 36 jours-amende avec sursis. Une perquisition menée à son domicile avait abouti à la découverte d'un millier d'images d'enfants nus et avait attesté la fréquentation quotidienne de sites pédopornographiques. Par la suite, en 2012, la Direction de l'instruction publique du canton de Berne lui avait retiré son droit d'enseigner jusqu'à l'aboutissement d'une thérapie, mais au moins durant trois ans. "
  • Luxembourg : Des peines dignes de la correctionnelle pour le tabassage et le viol collectif d'une mineure. "Le 18 août 2011, trois hommes aujourd'hui âgés entre 21 et 22 ans avaient séquestré une fille de 17 ans alors que celle-ci se rendait au travail, à 4h30 du matin, à Belvaux. Après l'avoir suivie dans une BMW rouge, ils lui avaient vaporisé de l'aérosol poivré en plein visage et l'avaient frappée avec un extincteur d'incendie avant de l'obliger à monter dans le véhicule. Ils s'étaient arrêtés en plein milieu des bois, de l'autre côté de la frontière française et l'avaient brutalement violée. Obligée à remonter dans la voiture, la mineure avait ensuite été éjectée à hauteur de l'hôpital de Niederkorn’’

 

> 19 novembre :

  • Angleterre : Le père d'un enfant de 8 ans enlevé et assassiné en 1981 le jour du mariage de Charles et Diana déclare que Scotland Yard a couvert le meurtre de son fils. Ceci, alors qu'une victime du réseau pédophile VIP de Westminster vient d'expliquer avoir assisté à trois meurtres d'enfants lors de partouzes en présence de politiciens restés impunis. En 1981, ce père a reçu un appel d'un jeune prostitué qui lui a dit que son fils était probablement retenu à Elm Guest House, bordel pédophile fréquenté par des politiciens comme Cyril Smith, des membres de l'IRA, des conservateurs, mais aussi par des espions, par Jimmy Savile, par Peter Hayman et bien d'autres, située pas loin. Or la seule perquisition à Elm Guest House n'a eu lieu qu'en 1982? suite à quoi elle a fermé.
  • Angleterre : Charles Napier, l'ancien trésorier du Paedophile Information Exchange, un lobby pédophile qui militait pour la majorité sexuelle à 4 ans et avait parmi ses fondateurs LA référence du pays en matière de protection de l'enfance, Peter Righton, a avoué avoir agressé 21 garçons entre 1967 et 1972. On est censés croire qu'il a fait cela tout seul, sans réseau, et en plus qu'après, il a arrêté. Napier n'a été arrêté qu'en 2013, suite au scandale Savile.
  • France : Comment ce pédophile a-t-il pu agir sans AUCUN problème durant 30 ans, entrainant la prescription pour plusieurs victimes? " Pendant 30 ans, Jackie De Lucas est apparu comme le bon ami, le bon voisin. Le brave type serviable. Ancien apprenti pâtissier, handicapé après un accident du travail dans une maison de négoce, collectionneur de cognac, il était le gars sympa toujours gentil avec les enfants, toujours d’accord pour jouer avec eux ou les garder. Mais, derrière le masque, se cachait un pédophile. Les 15 victimes recensées ont été abusées lors des 30 dernières années et sont originaires de tous les quartiers de Cognac. Il y a là des enfants de voisins, des enfants d’amis, d’amis d’amis."

 

> 20 novembre :

  • pedophileFrance : Le pédophile fera "un travail sur lui-même". "C'est un dossier sensible en effet, qui était examiné devant le tribunal correctionnel: des faits d'agressions et exhibition sexuelles sur mineurs, perpétrés entre 2008 et 2011 et courant 2013. Oncle par alliance de l'une des victimes, Olivier Nerini, âgé d'une quarantaine d'années, sans mention au casier judiciaire, était appelé à répondre de ces agissements qu'il n'a reconnu que partiellement. Le ministère public a requis à son encontre quatre années d'emprisonnement ferme, un suivi sociojudiciaire pendant cinq ans, avec adjonction de soins, obligation de travail et interdiction de contact avec les victimes. Jean-Luc Lennon a notamment mis en exergue« la dangerosité potentielle et les risques de récidive » du prévenu qui, selon les experts en psychologie et psychiatrie, ne souffre d'aucune pathologie mentale. « Il est jugé responsable de ses actes et devrait donc être en mesure de les expliquer, ce qu'il ne fait pas. Cela tend à démontrer qu'il n'y a pas de réelle prise de conscience », précisait le procureur."

  • France : 7 ANS pour les viols EN REUNION de deux enfants de 4 et 8 ans. Une peine de correctionnelle aux assises, génial. Dans quel pays vivons-nous? Pédoland? "Sept ans de prison ferme. C'est la peine dont a écopé un homme de 41 ans, mardi 18 novembre, devant les Assises de la Manche à Coutances. L'homme a été reconnu coupable de viols et d'agressions sexuelles à l'encontre des enfants de sa compagne, âgés de 4 et 8 ans au moment des faits. Mercredi 19, jeudi 20 et vendredi 21 novembre, une nouvelle affaire de viols et d'agressions sexuelles sur mineur de 15 ans, par ascendant et en réunion, sera jugée."
  • Screenshot_18Angleterre : Où l'on reparle de Sidney Cooke, tueur d'enfants et pédophile proche de Jimmy Savile et du député Cyril Smith, qui n'a été condamné que pour un meurtre, celui de Jason Swift, 15 ans, en 1985. Là, on parle de 17 meurtres commis par ce réseau pédophile, dont Cooke était certainement le pourvoyeur. Cooke fournissait probablement les garçons violés à Elm Guest House, du moins une partie. Il est clair que tout ce dossier a été étouffé.
  • France : Un père incestueux a été condamné à 17 ans de prison en appel par la cour d’assises du Cher, un an de moins qu’en première instance. Le père incestueux "a définitivement abandonné la version abjecte selon laquelle Adèle était consentante. C’est peut-être la raison pour laquelle la cour d’assises du Cher a diminué sa condamnation d’un an. Les magistrats professionnels et les jurés populaires ont condamné, ce mercredi soir, ce Nivernais de 54 ans à 17 ans de réclusion criminelle pour des viols et des agressions sexuelles commis sur sa fille, qui était âgée de 5 à 23 ans. Le ministère public avait requis 16 à 18 ans de réclusion criminelle. Les faits avaient eu lieu dans la Nièvre".

 

> 22 novembre :

  • France : Il sort d'où ce gamin de 11 ans mort shooté aux aérosols? "Le corps sans vie d'un enfant de 11 ans a été retrouvé, ce jeudi soir, dans le parking souterrain d'un centre commercial à Nice. Terrible drame jeudi soir, rue Pietri à Nice. Il est 21 heures lorsque l'alerte est donnée par des adolescents du quartier Saint-Étienne. À l'angle des rues Clément-Roassal et Pietri, le parking souterrain du centre commercial Leader Price est le théâtre d'un drame. Un enfant de 10 ans est retrouvé inanimé. À l'arrivée des secours, il est décédé. D'après les premiers éléments de l'enquête, la jeune victime aurait succombé à l'inhalation d'un aérosol, peut-être un déodorant."
  • Maroc : Un pédophile français est au tribunal pour les viols de 9 enfants âgés de 9 à 15 ans contre "rémunération". Et il a de la chance, car il passe à l'équivalent de la correctionnelle pour des crimes qui relèvent normalement des Assises. Et en plus on ne donne pas son nom alors qu'il n'a aucun lien familial avec les victimes. "Habitant un quartier populaire de Marrakech depuis les années 1980, "Jean-Luc G." est entré en contact avec ces enfants par le biais des parents", a-t-il relevé."Des images d'enfants en sous-vêtements ont par ailleurs été retrouvées sur son ordinateur"". La presse locale et la presse anglaise donnent son nom: Jean-Marie Guillaume.

 

> 24 novembre :

  • Belgique : La police de Bruxelles a interpellé, lors d'une perquisition, un homme de 32 ans qui avait kidnappé un jeune garçon mineur d'âge. Du matériel pornographique mettant en scène des enfants a également été découvert sur l'ordinateur du suspect, a annoncé le parquet de Bruxelles. La victime, qui ne dispose pas d'un titre de séjour légal en Belgique, est née en 1999 (quasi 15 ans) et n'a aucun lien familial avec l'individu interpellé. Le mineur est en bonne santé. Il est suivi par le juge de la jeunesse et sera à nouveau placé dans une institution pour la jeunesse, a annoncé le parquet de Bruxelles dans un communiqué. La fuite d'un mineur non-accompagné avait été signalée le 22 novembre par une institution de la Jeunesse.
  • France : Le parcours d'une mère qui a cherché justice pour ses enfants, violés par leur père. Elle explique comment sont traitées les victimes: > Lors des auditions par la police. "Comment dans notre société peut-on traiter des enfants comme les miens l’ont été depuis ce matin ? Laisser des enfants, dont la plus petite n’a que 3 ans, sans boire ni manger jusqu’à 14 h ; et infliger à Éloïse et Hanna un examen gynécologique effectué par un homme alors que ce sont des filles qui ont été violées par leur père !" > Au procès. "La présidente appelle l’experte psy à la barre. Elle affirme que j’étais au courant depuis le début pour mes filles. Va jusqu’à inventer le fait insensé qu’Éloïse était consentante (…) Mon avocat va démonter tous ses mensonges. Elle est finalement remise à sa place par le procureur. Même l’avocate de Théo crie qu’elle doit arrêter de faire mon procès car, dans la salle, s’il y a un coupable, c’est son client."

  

> 25 novembre :

  • Screenshot_20Angleterre : Jimmy Savile, enfin on en parle plus sérieusement en France… Les Inrock reprennent l'expression de "réseau pédophile VIP"... "Cela fait plus de deux ans que Peter McKelvie, un responsable au service de la protection de l’enfance britannique dénonce l’omerta qui règne depuis plusieurs décennies autour d’un réseau VIP de pédophiles et de meurtriers au Royaume-Uni. Il a enfin été entendu cet été et une enquête officielle a été lancée." Enfin, il est temps que les médias français parlent de ce qu'il se passe en Angleterre, qui n'est pas le bout du monde, mais à 50 km de la France.

  • France : A pleurer : Paul Bensusan qui parle des pères tueurs! Il relativise le profil malade et pervers des pères tueurs. Il estime que ces types "aiment" la femme qu'ils veulent détruire, et les enfants qu'ils tuent!!! " On ne retrouve pas aussi souvent de pathologie mentale dans les infanticides commis par les pères, mais plutôt des troubles de la personnalité et un contexte (...) Ces hommes redoutant la rupture vont tour à tour implorer, supplier, menacer l'être aimé (...). L'amour paternel est alors submergé par ce mélange d’égocentrisme et de douleur morale."
  • Espagne : Quatre prêtres soupçonnés d’abus sur mineurs dans l’archevêché de Grenade, dans le sud de l’Espagne, ont été arrêtés lundi, a annoncé le ministre de l’Intérieur Jorge Fernandez Diaz. "La police a arrêté ce matin et mis à la disposition de la justice quatre personnes, quatre prêtres impliqués dans cette affaire", a déclaré le ministre à la radio nationale espagnole. L’affaire a éclaté après qu’un jeune homme, aujourd’hui majeur, a adressé un courrier directement au Saint-Siège, accusant un groupe de religieux d’abus sexuels.

          

> 26 novembre :

  • 551_mesures_vatican_pedophilieBelgique/Rwanda : Un curé pédophile faisait dans les bonnes œuvres auprès des enfants rwandais. Il ne pourra plus mettre un pied dans le pays. "Un prêtre pensionné du diocèse de Gand, qui a abusé d'enfants dans les années 80 au Congo et est aujourd'hui actif au sein d'une asbl qui s'occupe d'enfants orphelins au Rwanda, ne pourra plus disposer d'un visa pour voyager vers ce dernier pays, a fait savoir mardi le diocèse" Et ce pédophile récidiviste n'a jamais été condamné, juste mis à la retraite... "Le prêtre pensionné a abusé de plusieurs enfants alors qu'il enseignait dans un séminaire à Kolwezi, au Congo. Après son retour, il avait encore abusé d'une mineure lorsqu'il était curé à Mont-Saint-Amand (Gand). Après cela, il avait été mis à la retraite. L'homme s'est ensuite consacré à son asbl venant en aide à des orphelins à Kigali au Rwanda, qu'il avait fondée en 1996. Malgré une interdiction du diocèse, il est resté actif au sein de l'association et s'est rendu plusieurs fois en Afrique il y a quelques mois."

  • France : Le pédophile déjà condamné deux fois Eric D (encore protégé) a fait au moins 20 victimes, garçons et filles, âgés d'une dizaine d'années, entre 1990 et 2011, dans 4 départements. "Déjà condamné pour des faits similaires en 1998 et en 2012, il semble absent, comme spectateur de sa propre histoire. « Je ne sais pas comment j'ai pu en arriver là » Durant des années, il a gagné la confiance de nombreux enfants, profitant de cette proximité pour les initier à la pornographie, les déshabiller, les photographier, les toucher, quand ce n'était pas plus. "Je voulais leur donner du plaisir", tente-t-il de se justifier".
  • France : Elle regardait sa fille se faire violer par son compagnon: 4 ans et 3.000 pauvres euros pour la victime. "Une Landaise de 43 ans a été condamnée lundi matin par le tribunal correctionnel de Dax à quatre ans de prison dont trois avec sursis, soit un an ferme, pour corruption de mineur de moins de quinze ans. Un jugement rarissime. Le procès, qui s'est tenu à huis clos en raison de la sensibilité du sujet impliquant des membres d'une même famille, portait sur des faits d'abus sexuels commis entre 1999 et 2005 à Bergouey-Viellenave et à Saint-Jean-de-Marsacq (40), par le mari de la prévenue, décédé en 2005, sur leur fille commune alors âgée de moins de 15 ans. Il était notamment reproché à l'épouse d'avoir été présente lors de deux de ces viols."
  • Screenshot_21France : Pas de bol, le pédophile, ancien éducateur, meurt juste avant son procès pour des faits commis 30 ans plus tôt. Chronique d'une justice aberrante si pas corrompue, en l'occurrence. Sa victime, violée de ses 11 à ses 17 ans, n'a eu le courage de déposer plainte qu'en 1999, à 25 ans. La plainte "visait cet éducateur spécialisé, qui avait créé une association d'aide aux jeunes en difficulté et œuvré dans plusieurs structures. Interrogé, il avait également reconnu des attouchements sur d'autres mineurs, des garçons uniquement, les frères et demi-frères de la jeune femme. C'est d'ailleurs en apprenant que l'un d'eux avait été mis en cause pour des faits de viols sur des neveux que la victime avait porté plainte. Mais pour ces frères et demi-frères, les faits étaient prescrits. En 2010, sa remplaçante constate non pas que le dossier est poussiéreux, mais qu'il a disparu. Il lui faudra deux années supplémentaires pour le reconstituer, avant de renvoyer l'homme aux assises." La justice a manifestement trainé, trainé, trainé, et finalement il n'y aura pas de procès. "Selon les conseils des deux parties, cette magistrat aurait volontairement ignoré ce dossier, qui a ainsi végété dans son cabinet pendant une décennie. Le Conseil supérieur de la magistrature l'a d'ailleurs sanctionnée pour divers manquements en 2010 d'un retrait de fonctions, décision rare intervenue après une première réprimande en 2006. "

  • France : Technique du pédophile: inverser les rôles agresseur/victime ! Un pauvre c... de violent qui menace de tuer sa femme, la bat, et fait des scènes devant leur fille, répond au tribunal que c'est lui la victime. Ou quand le délire d'un pervers violent devient un "conflit conjugal"... Aura-t-il la garde des enfants grâce à un expert à la con? ""Tout ce qu'elle dit est faux. C'est moi qui suis victime de violences psychologiques : elle me harcèle, car elle cherche à avoir la garde des enfants", assure-t-il d'une voix droite, bien accordée à ses lunettes rectangulaires en écaille foncée. Cette affaire intervient donc sur fond de divorce conflictuel, dont il a pris l'initiative. "Je n'imaginais pas qu'elle faisait tout ça dans mon dos", déplore-t-il, l'air consterné" La mère a hésité à divorcer car elle savait qu'elle risquait de perdre la garde de ses enfants et que le connard ne reculerait devant RIEN.
  • romito_(2)France : Pourquoi une telle impunité des agresseurs dans le cadre "familial"? "La violence masculine est un des moyens d'entretenir en bon état de marche le système de domination patriarcale, système dont profitent la majorité des hommes et une minorité de femmes. De sorte que c'est la société patriarcale dans son ensemble qui élabore activement son occultation de la violence, afin d'éviter qu'elle cesse."

  • France : La cour de cassation ne respecte pas la convention des droits de l'enfant signée et ratifiée par la France (qui a manifestement oublié de lire ce texte). Elle estime que même un parent violent, que ses enfants de 15 et 17 ans ne veulent plus voir parce qu'il est nocif, doit accomplir ses droits de visite. "Parfois (seulement) la justice arrive à préserver l'intérêt de l'enfant, mais des jurisprudences successives ces dernières années, telle que celle validant le pseudo "syndrome" d'aliénation parentale (une théorie anti-victimaire qui ne risque pas d'être reconnue par la communauté scientifique mais qui semble être très à la mode chez certains avocats et magistrats) ne font que museler davantage la parole de l'enfant violenté ou abandonné. Le 8 octobre 2014, la Cour de Cassation a actée que l'obligation du parent d'entretenir des liens avec l'enfant - et ce même quand il s'agit d'un parent violent - prévaut sur le droit de l'enfant d'être entendu et de participer aux décisions qui le concernent, ainsi que le droit (ou pas) de maintenir des relations personnelles avec un parent."
  • 459571866Monde : L'actrice Teri Hatcher fait partie de ces trop nombreuses victimes d'abus sexuels qui se sont tues, convaincues que c'était de leur faute. En 2006, la comédienne révélait qu'elle avait été abusée sexuellement par son oncle, alors qu'elle n'avait que sept ans. C'est seulement à trente ans qu'un électrochoc lui fait prendre conscience qu'il faut qu'elle parle, raconte. "A 30 ans, j'étais chez mes parents à faire des cartons d'objets de mon enfance, lorsque je suis tombée sur un article de journal au sujet d'une jeune fille de onze ans. L'article racontait comment elle s'était enveloppé la tête dans une serviette et se tira une balle dans la tête. Pourquoi ? Dans sa lettre d'adieu elle racontait que mon oncle l'avait violée pendant de nombreuses années. J'étais choquée, dévastée et bouleversée par l'idée même qu'il avait pu continuer ses abus et désormais, alors même qu'il avait soixante ans, il était le responsable de la douleur et la mort de cette jeune fille", raconte l'actrice.

 

> 27 novembre :

  • France : Une banale affaire de viol, un pédophile qui se dit la victime, des victimes détruites. "Pendant près de 4 ans, Stéphanie s’est murée dans un terrible mutisme pour ne pas dénoncer celui qu’elle appelait son « papa de cœur ». Jusqu’à mai 2010, période à laquelle elle a tenté de se suicider et qu’elle a décidé de briser le silence pour tout révéler à sa mère. « Je lui ai demandé pourquoi elle ne m’avait pas prévenue avant. Sa réponse a été : ‘’Maman, je me sens sale, j’ai eu peur que tu ne m’aimes plus’’», déclare la mère de Stéphanie face aux jurés. L’accusé, lui, reste prostré, tête basse. Depuis le début de l’affaire, il clame son innocence et attribue ces accusations à une vengeance voulue par la mère de famille qu’il a abandonnée alors qu’il l’avait mise enceinte. « C’est n’importe quoi », rétorque l’intéressée".
  • Belgique : Accro à Internet, Ludovic recherchait la vierge idéale qui, selon lui, était une petite fille âgée de douze ou treize ans. Un pédophile est tombé avant lui en Suisse et l’a entraîné dans sa chute, avant qu’il ne passe à l’acte. Depuis des semaines, Ludovic ne décolle plus de son ordinateur. Il ne regarde plus sa femme. Non, son truc à lui est de surfer sur des sites et forums érotiques, puis pornographiques. Il passe des heures sur son ordinateur qu’il bloque pour que son épouse ne découvre pas sa vie parallèle. Puis, cette curiosité malsaine le pousse à aller plus loin pour assouvir son vrai fantasme : une vierge idéale âgée de 12 ou 13 ans.

 

> 28 novembre :

  • John Allen with children in his careAngleterre : John Allen, qui dirigeait une chaine d'orphelinats au pays de galles (orphelinats visités par Cyril Smith ou Jimmy Savile, notamment), vient d'être condamné pour quelques-uns des viols qu'il a commis sur les enfants dont il avait la charge. Chaque jour, il violait des garçons, et laissait entrer plein de pédophiles dans les murs. Il a fallu 40 ANS pour qu'Allen passe enfin au tribunal.

  • Angleterre : Maintenant c'est un gang de somaliens qui prostituait au moins quatre gamines dans des chambres d'hôtel. Les gamines disaient qu'elles avaient "une relation" avec ces types. Les pédos disent que c'est "une tradition" que leur copine couche avec leurs amis, ce qui est aussi arrivé sous la contraint mais les filles pensaient que c'était "normal".
  • France : Nous vivons une époque formidable: " Deux jeunes (16 et 20 ans) sont soupçonnés d'avoir forcé à se prostituer neuf adolescentes, dont une de 12 ans, trois de 14 ans et deux de 15 ans, au cours des derniers mois, pendant des périodes de durée variable. "Ils savaient qu'en prostituant des mineures on gagne beaucoup d'argent", a expliqué cette source, soulignant qu'"il ne s'agit pas d'un proxénétisme de réseau". Les jeunes gens avaient mis au point une méthode bien rodée. Ils repéraient leur proie à un arrêt de bus, l'invitait à monter dans leur voiture puis lui offraient un verre et l'emmenaient faire la fête en Belgique. Une fois la jeune fille séduite, elle était forcée à faire le trottoir. Les plus fragiles psychologiquement, issues d'un milieu défavorisé, victimes de violences familiales, en grande précarité ou hébergées en foyer, acceptaient. "Ils leur mettaient la pression, les frappaient, menaçaient de s'en prendre à leur famille et les maintenaient sous l'emprise de l'alcool ou de stupéfiants""

 

> 30 novembre :

  • Leon-Brittan-MPAngleterre : On se rapproche de la famille royale. Un témoin explique qu'à l'âge de 16 ans, quand il travaillait à Buckingham Palace, il a été violé et exploité par un réseau pédophile comprenant des conseillers de la reine. Des viols auraient aussi eu lieu à Balmoral Castle, la résidence Écossaise de la famille royale. Léon Brittan, ministre de l'Intérieur, a été mis au courant quelques années plus tard mais n'a rien fait. A Buckingham, les jeunes qui travaillaient là recevaient des cadeaux pour "divertir" des hommes. Le témoin a été approché par Peter Hayman, alors ambassadeur au Canada, qui lui a proposé un job là-bas. Hayman, chef du MI6, était un visiteur d'Elm Guest House, et a abusé des mineurs au Dolphin Square. Hayman a même écrit aux parents de ce témoin pour qu'ils le poussent à travailler pour lui. Heureusement ils lui ont interdit de rester avec Hayman.

  • Ecosse : Un membre du Scottish national party, Willie McRae, aurait été assassiné juste après avoir découvert que des pédophiles occupaient de hautes fonctions publiques, en Ecosse et en Angleterre. Juste avant sa mort, il a été vu en train de photocopier une liste de noms, au cas où il lui arriverait quelque chose. Il avait notamment recueilli les confessions d'un pédophile, James Gallogley, qui lui a parlé d'un réseau pédophile puissant en Ecosse. Il était prêt à tout balancer. En 1985, il a été tué d'une balle dans la tête dans sa voiture. Il y a eu plusieurs théories sur cet assassinat et comme pour Jill Dando, on n'a jamais trouvé de coupable.

 

06 décembre 2014

Insurrection

bp1Depuis un moment, je vous parle ici de réseaux pédophiles, de groupes satanistes, de magouilles géopolitiques avec le terrorisme de droite/islamiste/étatique. J’essaie d’alerter pour que les citoyens agissent en connaissance de cause. Mais là, aujourd’hui, je constate qu’il ne nous reste plus que l’insurrection.

 

Des Usa à l’Espagne, de l’Asie au Chili, en France, partout en Europe, nous sommes confrontés au même problème. Je ne vais pas m’étaler sur le système économique débile qu’on nous impose, sur le système politique vérolé qui nous soumet, non parce qu’en réalité cela ne sert à rien.

Nous avons une ficelle à tirer, à dérouler jusqu’au bout, et nous arriverons exactement sur la clique de pourris qui nous font vivre cet enfer économique, social, politique. La ficelle qu’il faut tirer est celle des réseaux pédophiles.

C’est ce que certains tentent de faire, ici et ailleurs.

Mais, on le voit avec l’Angleterre, la force d’inertie d’un système où seule la corruption permet d’accéder aux hautes fonctions est énorme, incommensurable.

Que dire de ces flics à qui on donne toutes les preuves sur l’existence d’un réseau pédophile VIP, et qui ne bougent même pas le petit doigt ? Que dire de ces magistrats qui nient l’évidence, font tout pour museler les victimes et leurs défenseurs, et classer sans suite les dossiers de viols en réseau les plus sordides ?

Que dire de nos élus, ces sans couilles (passez moi l’expression, clin d’œil à Flamby), qui savent tout, qui participent souvent, mais qui ne pensent à rien d’autre que de s’assurer un strapontin à la prochaine élection, toujours plus vide de sens que la précédente ?

Nous ne pouvons plus voter pour cette clique d’arrivistes sans valeurs, nous ne devons plus participer à ce cirque, qui se fait en notre nom.

Nous ne devons plus accepter d’être soumis à une caste de friqués, sans morale, dont les élus du peuple ne sont que les vils serviteurs. Nous ne devons plus obéir, pauvres esclaves en cours d’abrutissement que nous sommes, nous ne devons pas donner la moindre légitimité à leur présence. Nous devons refuser l'obscurantisme.

En Angleterre, on assiste en ce moment aux tentatives désespérées de l’establishment pour que jamais le peuple ne connaisse le fond de l’affaire des réseaux pédophiles VIP. Il ne faut pas que les gens comprennent qu’ils sont face à un véritable système, que les lois morales auxquelles leurs élus en appellent à longueur de discours et de campagnes électorales ne s’appliquent qu’au bon peuple. Car les dirigeants de ce monde, eux, ne partagent pas du tout les valeurs morales basiques, celles que nos parents nous ont enseignées, celles qu’on a apprises à l’école.

37_all-riotsIls n’en ont rien à faire de prendre ce qui est aux autres, de mentir, de trahir, de détruire, de faire du mal aux autres. Quand ils vous disent droit dans les yeux qu’ils vont changer les choses, ils se moquent juste de vous : ils n’en ont jamais eu l’intention, sinon ils ne feraient pas de politique.

Bêtement, on pourrait croire qu’un élu du peuple, qui passe son temps à revendiquer son humanisme, sa volonté de faire « changer » les choses, de faire en sorte que les citoyens vivent mieux, se sentirait concerné par les affaires de réseaux pédophiles et de pédophilie tout court. On pourrait se dire que eux, qui ont tellement à cœur de s’engager pour leurs concitoyens, feraient tout ce qu’ils peuvent pour sauver les enfants, pour que justice soit rendue. On se dit même que ce serait un excellent argument électoral, car il n’y a pas de cause plus juste.

Mais non.

Je dois constater que tous les politiques ont été avertis de nombreuses affaires : députés, candidats aux dernières présidentielles, ministres, présidents de conseils généraux, maires… Tous ont été avertis de l’affaire du Var (16 meurtres d’enfants probables), mais aussi de nombreuses autres affaires.

En avez-vous vu un seul prendre position ? Non.

Pas un n’a réagi. 

Si on en est rendus là, il y a deux raisons possibles : soit notre démocratie est tellement dévoyée que nos élus ne sont qu’une bande d’arrivistes sans éthique, qui n’en ont rien à faire du sort des enfants victimes, soit nous sommes face à un système tellement vérolé que seule la corruption (y compris la pédocriminalité), permet de mener une belle carrière politique.

Dans les deux cas, on est mal barrés. 

Si le bon peuple se rendait compte de cette gabegie, de cette corruption, de cette absence totale d’éthique, peut-être qu’il n’irait plus voter.

 

riot3La question du vote

Quand j’avais 18 ou 20 ans, je trouvais qu’il fallait voter, que se rendre aux urnes était un acte citoyen. Que ceux qui n’allaient pas voter étaient des « anti citoyens ». C’était ce qu’on m’avait appris à l’école, à la fac, et en tant que journaliste c’est ce qu’on me demande de dire à mes concitoyens.

Mais depuis que je travaille dans le domaine de la pédocriminalité, j’ai eu l’occasion de comprendre à quel point nos élus sont des raclures de bidet. En tant que journaliste, j’observe au quotidien le dévoiement des idéaux de ces quelques politiciens qui ont commencé honnêtement leur métier. Quant aux autres, ils sont juste à pleurer.

J’ai eu l’occasion de comprendre que voter pour ce genre de types ne nous mènera nulle part, sauf au fond du trou. Ces types ne servent à rien à part préserver l’ordre établi, le système. Leur système.

J’ai compris que nous avions un gros problème : notre système politique. Plus le type est vérolé, plus il ira haut. En Angleterre, être pédophile est même une garantie de faire une belle carrière.  Cela assure l’impunité, juste parce qu’on vous tient solidement par les couilles.

Finalement, j’ai compris que le seul sursaut ne peut venir que de nous. De vous qui me lisez, de tous ces gens qui trouvent injuste notre société débile, de ceux qui se révoltent parce que ce monde ne leur va pas, de tous ces affamés de liberté qui sont aujourd’hui piétinés par le rouleau compresseur à idéalistes qu’est notre france démocratique. 

Combien de crimes atroces faudra-t-il avant que les gens, ceux qui ont des enfants, ne bougent ? Combien de tortures et de meurtres d’enfants faudra-t-il encore avant que le bon peuple ne sorte de sa léthargie ? Jusqu’à quand le bon peuple acceptera-t-il de se faire sodomiser avec un tronc d’arbre par ses propres élus, et cela sans vaseline ?

Je ne sais pas et je crois même que la tolérance de ce bon peuple pourrait être sans fin. Par leur ignorance, et leur volonté de ne pas savoir, combien contribuent à ce que rien ne change et à ce que les dominants dominent ?

Il est temps, je crois, de se prendre en main. De réfléchir à des solutions, sans attendre qu’un leader charismatique nous impose les siennes une fois de plus. Ce qui nous guette aujourd’hui, c’est la dictature. Pas celle que l’on subit déjà, feutrée, discrète et insidieuse, mais une vraie dictature, avec une répression systématique des foules, des opposants, des résistants, tous ceux que l’on appellera des « terroristes ».

Si on n’y prend garde, si on ne met pas en place maintenant une vraie démocratie qui court-circuite l’Etat et sa clique de corrompus à l’idéologie destructrice, c’est ce qu’il arrivera soyez-en certains.

Aujourd’hui, nous devons réfléchir ensemble, créer et inventer un modèle nouveau. Réinventer l’agora, la place publique, le lieu de débat citoyen. Pour cela, il faut regarder en face ce qui fait mal. Il faut accepter de ne pas bien dormir la nuit, d’être écœuré à longueur de journée, de prendre des risques et de se battre pour que notre société évolue enfin au lieu de toujours régresser vers le fond des âges.

Il y en a marre, ça suffit.

 

Posté par Ceri à 10:38 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

26 novembre 2014

Affaire Amidlisa: appel à la mobilisation le 8 décembre

Dans moins de deux semaines, le procès en appel pour dénonciation calomnieuse de l'affaire Amidlisa aura lieu. Dans ce dossier sordide, trois enfants ont dénoncé des viols collectifs, et ont dit avoir asssité à des meurtres d'enfants. Il est essentiel de venir en masse pour montrer un soutien citoyen à la famille de ces trois enfants.

 

Voici le récit de cette affaire par la grand-mère des enfants:

 

Ce qui est reproché à Sophie, la mère des enfants, c'est tout simplement d'avoir porté plainte, même pas pour des viols mais pour une agression sexuelle. Le lendemain, elle perdait ses enfants, placés en foyer par le procureur avant d'être confiés à la garde exclusive de leur père qu'ils dénonçaient. Pendant des jours, elle n'a pas su où se trouvaient les trois petits.

Que doit faire une mère dont la fille revient visiblement traumatisée d'une visite chez son père, et qui raconte une agression sexuelle par un copain du paternel? Doit-elle prendre a priori sa fille pour une menteuse? OU doit-elle prendre le risque d'une condamnation pour dénonciation calomnieuse avec des dommages et intérêts démentiels à verser à la "victime" (le père)?

74667371Rappelons que le code pénal (article 40) oblige toute personne ayant connaissance d’un crime ou de mauvais traitements infligés à un mineur âgé de moins de 15 ans ou à une personne particulièrement vulnérable, d’en informer les autorités judiciaires ou administratives.

Tout adulte normal va alors directement à la police ou à la gendarmerie, où on va lui dire qu'il doit porter plainte. Et là, c'est le cercle vicieux. Comme la très très grande majorité de ces affaires sont classées sans suite, un boulevard est ouvert pour toute personne accusée qui souhaiterait arrondir ses fins de mois via la plainte pour dénonciation calomnieuse.

Il s'agit d'un procédé utilisé à grande échelle, surtout depuis qu'un classement sans suite est considéré comme un jugement.

Parce que dans ce dossier, ce qui est incroyable c'est que la justice n'a jamais jugé la question des viols: on ne peut donc pas affirmer qu'ils n'ont pas eu lieu. Sur la base de quoi, alors, condamner Sophie et Jack, son ebau-père qui comparaît en même temps qu'elle?

Sophie, sa mère et son beau-père ont pourtant été placés en garde-à-vue durant 48 h avant d'être mis en examen pour dénonciation calomnieuse, en 2009.

 Aujourd'hui, les enfants, qui étaient très attachés à leur mère, ne voudraient plus la voir.

On comprend en tout cas mal pourquoi Sophie et Jack doivent passer au tribunal le 8 décembre. Si la justice française permet cela, c'est qu'il y a comme un dysfonctionnement.

 

maxresdexeefaultRendez-vous le lundi 8 décembre à 14h, à la 7 e chambre correctionnelle de la Cour d'Appel d'Aix-en-Provence (palais de justice Monclar, rue Peyresc).

 

Il est très important d'être là, car c'est uniquement la mobilisation citoyenne qui a permis d'éviter le carnage dans cette affaire jusqu'à présent. En première instance, en janvier 2014, ils ont été condamnés à 6 mois de sursis, avec 18 mois de mise à l'épreuve, et interdiction pour Jack d'entrer en contact avec les enfants. En outre, il a une "obligation de soins". Mais, le pire, ce sont les 12.000 € de dommages et intérêts qu'ils doivent verser à la "victime", le père des enfants.

En tant que citoyens, nous devons être présents pour montrer que nous ne sommes pas dupes et que nous demandons une justice efficace, qui aille au bout des dossiers, et qui tente réellement de protéger les victimes comme le précisent nos lois.

 

Pour s'informer:

>Un blog qui raconte le fond de l'affaire dans le détail.

> Un blog qui relate la succession de procédures.

 > Interview des grands-parents des enfants qui expliquent toute l'affaire, en détail:

 

 

Fin »