donde vamos

24 août 2015

Pédocriminalité: 15 ans de procédure contre une lanceuse d'alerte

PLAYERAOn a souvent parlé ici de ces parents qui perdent tous leurs droits sur leurs enfants parce qu'ils cherchent à les protéger contre des agressions sexuelles ou des viols commis par l'autre parent. Aujourd'hui, on va évoquer le cas d'une femme, Marie-Lise Peyrache. Un jour, elle a croisé une fillette de 3 ans qui lui a raconté que sa mère et son ami lui faisaient du mal. Depuis, cette affaire est close pour la justice, mais Marie-Lise Peyrache, qui n'a jamais abandonné son combat pour cette petite fille devenue aujourd'hui majeure, est toujours dans le viseur de la justice.

 

Aujourd'hui on va illustrer par l'exemple le harcèlement judiciaire à l'encontre de ceux qui osent dénoncer des tabous, en l'occurrence des affaires plutôt glauques de pédocriminalité.

On ne citera pas le nom de la fillette, car aujourd'hui celle-ci tient un tout autre discours et nie qu'il lui soit arrivé quoi que ce soit. Mais, revenons au jour où tout a commencé.

 

Urgence

En août 2001, Marie-Lise Peyrache est en Bretagne, et elle rencontre une enfant de 4 ans que nous appellerons "Julie", et qui est à ce moment en vacances avec son père et ses demi frères et soeur. La petite raconte que son instituteur ("I") jouait avec sa zézette devant sa mère, qu'on appellera simplement "M". Elle a parlé de ces abus sexuels à de nmbreuses personnes à l'époque, et demandait à ne plus retourner chez sa mère.

"Julie a très peu d'estime d'elle-même, souvent elle me disait "tu sais Marie-Lise, je ne suis qu'une salope", expliquant que sa mère et "I"  lui disent: "Bonjour ma petite salope" en lui donnant des grandes claques dans la figure.

Les cauchemars de "Julie", ses crises de panique, étaient monstrueux. Elle refusait d'être seule, avait peur de tout, ne dormait pas, se montrait souvent violente.

Evidemment, tous ceux qui ont entendu la fillette à l'époque ont tenté d'agir: plainte, pédiatre, audition à la brigade des mineurs, et puis chose incroyable pour ceux qui avaient entendu l'enfant, un médecin de l'unité de consultation médico judiciaire (qui était déjà intervenu dans la procédure pour non représentation contre la mère de l'enfant en tant qu'expert) conclut à l'absence de crédibilité de l'enfant.

4b624fdbbddd8925c1454a4138b27b81Entendue par la brigade des mineurs, M (la mère de la petite) nie en bloc et sous-entend que c'est le père qui pourrait être l'auteur des agressions sexuelles. Finalement, la police conclut que Julie est perturbée à cause d'un "conflit parental" et l'affaire est classée sans suite en l'espace de 17 jours.

Suite aux révélations de deux autres enfants concernant des attouchements commis par l'instituteur, l'enquête à son sujet est tout de même rouverte.

"Julie" réitère ses déclarations, précisant que "I" lui mettait des "joujoux dans son ventre".

Elle a parlé à un pédopsychiatre, à ses frères et soeur, à des amis de son père, à l'assistante maternelle de sa classe. Elle a précisé, ce qui la choquait beaucoup, que malgré que sa mère était présente lors des faits, elle la traitait de menteuse.

Sa mère aurait aussi dit que si on lui posait des questions elle devait dire que c'était son père qui lui avait mis les "joujous dans le ventre". Elle aurait ajouté que si Julie parlait elles partiraient très loin et qu'elle ne verrait plus son père. La petite a aussi dit que quand elle voyait un juge, un psy ou autre sa mère lui disait ce qu'elle devait raconter ou pas.

On doit préciser ici que la maman avait acquis une certaine crédibilité, justement dans le milieu de la lutte contre la pédocriminalité, et que celle-ci avait manifestement de l'entregent.

A la mi novembre, Julie doit être hospitalisée d'urgence à la demande du chef de service après une crise de panique.  Le lendemain, on la renvoie vers l'hôpital où elle était suivie en psychothérapie à la demande de sa mère depuis deux ans.

childjpg-948207c557200e2bUn examen gynécologique réalisé en novembre 2001 conclut à une forte suspicion d'abus sexuels : "Malgré la normalité de l'examen gynécologique, les dires spontanés de [Julie] font fortement suspecter la possibilité d'attouchements et d'abus sexuels", écrit ce médecin.

Plusieurs personnes qui ont entendu la petite rédigent des attestations, mais l'instituteur s'en tire bien. La maman d'une autre fillette qui a dénoncé des attouchements de "I" fait un signalement à la police où on conseille alors vivement de "laisser tomber". Cette maman s'est aussi rendue à la brigade des mineurs, a écrit à Ségolène Royal, mais tout cela n'a servi à rien et elle a fini par changer sa fille d'école.

Il faut attendre mai 2002 pour qu'une information judiciaire soit enfin ouverte au sujet de cet instituteur. C'est le même psychiatre qui rencontre les trois enfants concernés par l'instruction: il trouve que les enfants sont influencés par l'angoisse de leurs parents ou par un conflit parental.

Entre temps, le père de Julie porte plainte contre X et verse près de 800 € pour porter plainte avec constitution de partie civile, plainte qui sera classée sans suite au bout de 7 jours.

Un pédopsychiatre fait un signalement en août après avoir décelé un état de "stress post traumatique" chez "Julie". Puis un psychiatre réclame un "complément d'enquête" après avoir constaté que Julie est "un petit peu agitée" et qu'elle "évoquera d'emblée que sa maman touche sa zézette, qui l'instituteur "I" aussi, et qu'elle a vu du lait sortir du zizi de "I"". La petite lui dit aussi "que sa maman lui met des joujoux dans le ventre".

A la fin août, le père de Julie et Marie-Lise Peyrache, voyant que l'affaire n'était pas prise au sérieux en France, décident d'emmener l'enfant en Allemagne afin qu'elle y soit examinée dans un hôpital réputé de Berlin.  Ils préviennent la justice et la mère de ce voyage, et se retrouvent poursuivis pour enlèvement d'enfant, ce qui vaudra au père un passage en garde-à-vue puis en psychiatrie [1], d'où il a été difficile de le faire sortir, et à Marie-Lise Peyrache une condamnation à plusieurs mois de sursis en correctionnelle, pour complicité de non-représentation d'enfant.

Pendant le séjour en Allemagne - qui a été beaucoup plus court que prévu [2]- l'enfant se montrait très agitée et il a fallu lui donner des calmants.

En septembre 2002 Julie est finalement confiée à sa mère par la justice, le père ayant un droit de visite deux après-midis par mois.

 

Les suites

child_abuse_leadAprès cela, Marie-Lise Peyrache, qui 'était engagée auprès de la petite à la sortir de là, a continué ses démarches judiciaires. Comme on commence à en avoir l'habitude dans ce genre de dossier, c'est sur elle que ce sont abattues les foudres de la justice.

Lors d'une audience surréaliste devant le juge des enfants, en juillet 2003, une juge a totalement supprimé els droits de visite du père de Julie. Quand à "I", l'instituteur que Julie et au moins deux autres enfants ont accusé d'avoir commis des attouchements et/ou des viols, il a été nommé directeur d'école, puis a atterri à l'inspection d'académie. Niveau sanction, on a vu mieux.

Ce n'est pas pour rien qu'un directeur d'école de Villefontaine, franc-maçon et engagé en politique, a pu faire des dizaines de victimes sans être dérangé, malgré une condamnation pour avoir téléchargé de la pédopornographie. Rien n'a changé en 15 ans.

Marie-Lise Peyrache mène aussi son enquête et finit par comprendre que la mère de "Julie" est loin d'être isolée. Elle entend le nom d'un ministre qui serait impliqué, que la soeur de "Julie" vit la même chose, que beaucoup de gens dans l'entourage de la mère ont peur de représailles, et elle doit même se sacher plusieurs années suite à des menaces de mort.

Marie-Lise Peyrache continue, via son association et via Internet, à tenter d'alerter sur la situation de la petite "Julie". Certains médias évoquent l'affaire, notamment Le Parisien. Ces actions lui vaudront une plainte pour diffamation publique de la part de "I", qui n'a finalement jamais été condamné et qu'ils avaient osé qualifier de "pédophile". Elle a été condamnée ainsi que le père de Julie, mais ce jugement a été cassé par la cour de cassation.

calco DEF 20 x 10Fin 2005, Marie-Lise Peyrache contacte un huissier pour envoyer une citation directe à la mère de Julie. Mais très vite cet huissier est forcé à démissionner de son étude. Ensuite, plus aucun notaire ou huissier ne voudra s'en charger. Alors Marie-Lise Peyrache vient déposer elle-même sa citation au tribunal, mais on a refusé de la prendre sous un faux prétexte.

A ce moment, la demi-soeur de Julie, la fille de son père, retourne sa veste et commence à dénoncer Marie-Lise Peyrache et son père comme ayant manipulé Julie afin qu'elle dénonce sa mère, qui n'avait selon elle rien fait de mal.

Marie-Lise Peyrache a aussi déposé de nombreuses attestations de gens et de médecins auxquels Julie avait parlé, mais la justice a toujours refusé d'en tenir compte.

En mai 2006, la mère de "Julie" porte plainte contre Marie-Lise Peyrache et le père de l'enfant pour atteinte à la vie privée, car ils ont diffusé le nom de sa fille sur Internet, mais aussi pour dénonciation calomnieuse et diffamation. Une information judiciaire est ouverte en mai 2007 pour le premier chef, l'atteinte à la vie privée.

En 2010 un médecin lui trouve une "tendance paranoïaque", et en 2014 (la proédure traîne depuis tout ce temps) un autre considère que "Le sujet peut être considéré comme étant atteint au moment des faits d'un trouble psychique ayant altéré son discernement ou le contrôle de ses actes".

Marie-Lise Peyrache attend toujours la date de l'audience pour l'atteinte à la vie privée.

 

----------------------------

Dans cette affaire, comme dans beaucoup d'autres, on se demande ce que doit faire un adulte à qui un enfant raconte qu'on lui met des objets dans le "minou". Doit-il croire la vérité judiciaire qui, faute d'enquête sérieuse, ne condamne personne? Doit-on, dès qu'un classement sans suite intervient, laisser tomber un enfant qui continue à parler et qui souffre manifestement?

En tout cas, la justice se montre d'une rare sévérité contre ceux qui refusent de se satisfaire de jugements aussi incompréhensibles. On apprend alors que la justice peut frapper fort et durant des années, pour avoir le dernier mot. Dans cette histoire, la justice devra faire face à une femme particulièrement déterminée, qui sait parfaitement que ce qu'elle a vu et entendu il y a de cela 15 ans.

Il est impossible de prendre position aujorud'hui: l'affaire concernant les révélations de "Julie" n'a jamais été jugée, comme c'est souvent le cas. Par contre, nous pouvons tous nous mettre à la place de cette dame qui n'a toujours eu en tête que de venir en aide à cette fillette de 4 ans qui appelait au secours. Et nous devrions tous demander à la justice : que doit-on faire à sa place?


 

[1] L'ordre d'internement a été signé par le maire de la commune où il était domicilié ainsi que par le préfet. Il a été interné alors qu'il se rendait au commissariat soi-disant pour l'affaire de la non représentation d'enfant. Evidemment, la mère a utilisé cet internement pour décrédibiliser le père bien qu'il ait ensuite été démontré qu'ils 'agissait d'un internement inutile.

[2] Julie n'est restée que 3 jours dans cet hôpital, qui la met dehors pour ne pas avoir de problèmes avec la France. A ce moment, la petite a compris que personne ne l'aiderait, et que ceux qui voulaient le faire n'en avaient pas les moyens. C'est un constat que font beaucoup d'enfants dans la même situation: ils voient que plus ils parlent, moins ils voient le parent qui cherche à les protéger.

 

17 août 2015

Des idées saines dans des cerveaux disponibles, ou la dictature insidieuse

capture-d_c3a9cran-2013-05-04-c3a0-13-36-49Aujourd'hui, on va parler d'un sujet aussi essentiel qu'ignoré dans ce pays: la liberté de la presse. Beaucoup critiquent les médias et les journalistes, souvent à raison. Le nivellement par le bas a eu des effets prodigieux sur cette profession. Les journalistes qui durent sont presque toujours ceux qui ont renoncé. Toutefois, avant de critiquer ce métier, les gens devraient savoir dans quelles conditions il est fait, aujourd'hui en france. Car, finalement, on a la presse qu'on mérite.

 

Les Guignols de l'Info qui passent à la trappe (ou en crypté, c'est pareil), un documentaire censuré [1] et une direction de Canal décapitée par Bolloré, actionnaire n°1 de Canal Plus. Dassault qui veut faire passer ses "idées saines" dans le Figaro (journal qui a effacé une bague à 15.000€ du doigt de Rachida Dati sur une photo), Le Lay de TF1 qui vend notre temps de cerveau disponible. Voilà la situation des médias aujourd'hui, tenus par des groupes industriels qui passent des contrats avec l'Etat, et subventionnés par l'Etat.

Les citoyens ont laissé passer, sans réagir, énormément de retsrictions à la liberté d'expression, et à la liberté de la presse.

En 2014, la france se situait derrière le Salvador et la Lettonie, en 39e position du classement de Reporters sans Frontières sur la liberté de la presse dans le monde. Le Costa Rica est 21e, le Ghana est 27e, le Surinam 31e... Bref, on n'a  vraiment pas de quoi se vanter, même si on remonte un peu depuis que sarkoléon a dégagé (on était 44e en 2011).

Comment en est-on arrivé là?

Malgré ce qu'on apprend à l'école, la censure est une vieille tradition française. Les mêmes Rois qui jouaient les mécènes des écrivains n'hésitaient pas à les envoyer au cachot au premier mot de travers.

tele_conL'histoire est censurée, j'ai pu le constater par moi-même. L'histoire au jour le jour (le journalisme) l'est aussi, évidemment. On se souvient de Chirac qui voulait que les historiens présentent "le rôle positif" de la colonisation, de l'interdiction du "négationnisme" (en fait toute discussion sur la version officielle, ce qui ne fait jamais avancer la connaissance) sur la Shoah ou le génocide arménien, de l'interdiction de parler du cannabis de manière positive, d' "offenser" le président de la République (l'affaire du "casse-toi pauv' con" renvoyé à sarkoléon par un citoyen), de donner la recette du purin d'orties, de la présomption d'innocence, du secret de l'instruction, de l'interdiction de faire de la "propagande anti-nataliste", de publier les déclarations fiscales de nos députés, de l'interdiction des spectacles de Dieudonné, de l'interdiction pour une personne condamnée d'écrire un livre sur les faits pour lesquels elle a été condamnée, des 36 sites Internet bloqués par Valls...

Ce n'est pas pour rien que la france est un des pays les plus condamnés pour ses atteintes à la liberté d'expression par la cour européenne des droits de l'homme: la france a une véritable culture de la censure, et cela ne va qu'en s'aggravant. Tous les spécialistes du droit de la presse sont d'accord pour dire que la france est un des pays les plus restrictifs au monde en la matière.

Petit à petit, on a élaboré des lois pour protéger la vie privée, mais aussi les affaires, la fonction politique, et même l'honneur, contre les écrits trop agressifs. Ca part d'une bonne idée car il y a des abus, il ne sert à rien de revenir sur les dérives de la presse people.

Mais en réalité, ce que veulent protéger nos oligarques, c'est leur pré carré. Leurs magouilles, leurs mensonges, leurs amis,  tout cela doit rester dans l'ombre.

Ajourd'hui, même un journaliste qui dit la vérité et ne commet aucune faute, comme le reconnait le tribunal, peut-être condamné. Juste pour la forme, sans aucune base légale. Mais les lois, on s'en fout, en fait elles ne valent que pour les justiciables, par pour les juges et les politiciens.

Dans mon métier, j'ai eu à connaitre un certain nombre de magouilles politiques et/ou financières. J'ai pu écrire à ce sujet seulement deux fois, dont l'une a débouché sur un procès qui traine depuis des lustres. Pourquoi? Tout simplement parce que, sans avoir les moyens de la justice ou de la police, un journaliste doit avoir bétonné son enquête avant de la publier. Bétonné, cela veut dire multiplier les sources concordantes, et avoir des preuves valables devant un tribunal en cas de plainte pour diffamation, outrage ou autre invention destinée à nous museler [2], le tout en respectant la loi.

104-statueEn fait, il faut réunir les preuves que des policiers auraient du déjà réunir avant nous, à la demande d'un juge, sans avoir les moyens d'enquête d'une brigade de police, ni les pouvoirs légaux d'un juge. Et en risquant moult ennuis qu'un magistrat ne risque pas d'avoir s'il commet une ou deux erreurs dans son instruction.

Il est par conséquent très rare qu'un journaliste puisse publier une enquête politico financière, ou sur un trafic quelconque. Surtout s'il est pigiste, et surtout s'il sait que sa rédaction ne le soutiendra pas en cas de problème, ce qui devient la norme.

Par exemple il est impossible de diffuser la moindre enquête mettant en cause un politicien pédophile. Dans les rédactions, quand on parle d'un tel ou d'un autre, tout le monde est parfaitement au courant de leurs casseroles, mais aucune ne prendra le risque de publier quoi que ce soit parce qu'on sait qu'on perdra, avec à la clé des dommages et intérêts monstrueux à verser. Même si l'enquête est béton.

Et quand on parvient, malgré moult embûches, à publier un article ou à diffuser un reportage, il se trouve qu'on peut encore être attaqué au pénal ou au civil, où on va dire qu'on a cherché à nuire à des innocents, qu'on est de parti pris, et où on va nous réclamer une somme rondelette en guise de dommages et intérêts.

Souvent, et surtout en période électorale, j'aimerais vraiment que les citoyens puissent se transformer en petites souris dans les rédactions. Ils en apprendraient de belles sur les moeurs de leurs élus, sur leurs magouilles et leurs géguérres stériles. Il est rare que les journalistes aient du respect pour le métier d'homme ou de femme politique.

Or, les citoyens devraient savoir que les médias et surtout la liberté d'expression sont les pierres angulaires d'une société démocratique. C'est d'ailleurs cela qui nous permet de penser qu'aujourd'hui nous ne sommes plus du tout dans une société démocratique.

Quand un journaliste qui refuse de donner ses sources à un juge risque de la prison ferme, où va-t-on?

Certes il faut des limites à la liberté d'expression:  il serait stupide de permettre n'importe quoi en la matière. Mais aujourd'hui il est temps que les gens se réveillent à ce sujet. S'ils ont Pujadas au JT de France 2 depuis des lustres, c'est parce qu'ils ne réagissent pas et ne défendent pas la liberté de la presse. 

 

02_liberte_presseRégressions

Le droit de la presse et la liberté d'expression régressent au même rythme que les libertés en général, avec une nette accélération depuis le lamentable passage de sarkoléon à l'Elysée. Il a attaqué le secret des sources, n'a cessé de faire son Berlusconi en attaquant les journalistes à chaque fois qu'ils écrivaient quelque chose qui ne lui plaisait pas, et faisait pression pour dégager les moins sympathiques.

Depuis la loi Dati censée officiellement renforcer le secret des sources, en réalité les journalistes sont forcés à balancer ou mis sous pression par la justice dans des cas de figure extrêmement nombreux. En fait, dès qu'un juge ou un responsable politique ou des RG estimait qu'il y avait un "impératif prépondérant d’intérêt public", le journaliste était tenu de donner ses sources sous peine de 150.000 euros d'amende et 10 ans de prison. En Belgique, c'est plus simple: un journaliste est tenu d'informer la justice s'il a connaissance de la préparation d'un crime (meurtre ou attentat), point barre.

Mais bon, si un juge s'assied sur ce qu'il nous reste de secret des sources, aucune sanction n'était prévue, comme c'est toujours le cas avec les juges qui bénéficient d'une impunité certaine dans l'exercice de leurs fonctions, ce qui est un comble quand on sait que la justice est rendue au nom du peuple français. Une belle arnaque encore une fois, mais il est vrai que ça ferait mauvais genre d'écrire au bas des décisions de justice qu'elles sont rendues au nom de l'oligarchie qui nous dirige.

Ces dernières années, et surtout quand sarkoléon était au pouvoir, on vu se multiplier les perquisitions dans les rédactions ou au domicile de journalistes. Par moment, on n'a rien eu à envier à l'URSS.

Alors depuis que flamby est arrivé, il est question, toujours officiellement, de "renforcer" cette protection des sources. Or, au final, le texte était encore plus restrictif que les précédents.

En parallèle des gesticulations de Taubira sur le secret des sources, la loi Macron voulait protèger le secret des affaires, impliquant des sanctions pour les journalistes trop curieux, et la loi sur le renseignement passée elle aussi en force, suite aux attentats de janvier, a bien failli permettre aux RG et aux flics de perquisitionner chez des journalistes, avec ou sans la décision d'un juge. Quoi qu'il en soit, tous les ordinateurs seront pistés et leurs données traitées on ne sait comment.

Les journalistes sont parvenus à éviter la catastrophe avec la loi Macron, mais finalement, depuis 2013 la commission  européenne prépare une directive assurant le secret des affaires, dont une définition particulièrement large nous est donnée.

loi_sur_le_renseignementLe journaliste du magazine Cash Investigations qui a enquêté sur l'évasion fiscale menée par le Luxembourg est poursuivi par ce pays au nom de la violation du "secret des affaires".

Cette arme est déjà utilisée, entre secret commercial, secret professionnel, recel de violation du secret professionnel et autres instruments législatifs, les entreprises et institutions avaient déjà de quoi faire taire et condamner des journalistes trop curieux, même si leur enquête était des plus sérieuses. Denis Robert, qui a longuement travaillé sur l'affaire Clearstream, a été victime de dizaines de procès avant de gagner, en 2011, en cassation.

Il faut juste imaginer combien coute un procès contre des entités aussi puissantes que l'Etat luxembourgeois, Clerstream, les banques, et même contre n'importe quelle entreprise. Le temps que cela prend. Les moyens disproportionnés. Le fait qu'on peut être condamné même en ayant mené une enquête des plus sérieuses, dans l'intérêt général.

Normalement, un juge devrait prendre en compte l'intérêt général à avoir accès à ces informations. Car sans la liberté d'enquêter, il ne peut pas y avoir de société démocratique. Or dans l'affaire Denis Robert/Clearstream, il a fallu attendre l'arrêt de la cour de cassation après dix ans de procédures diverses et variées pour qu'un juge se pose la question de l'intérêt général à avoir connaissance de cette affaire.

En outre, il faut souligner que des éditorialistes comme Edwy Plenel dans Le Monde et Philippe Val dans Charlie Hebdo, avaient violemment critiqué l'enquête de Denis Robert, la qualifiant de "théorie du complot" ou de "protocole des sages de Sion", rien que ça.

Il faut le reconnaitre: un journaliste, en france, doit être très courageux pour attaquer frontalement des multinationales, des banques ou des politiciens véreux.

 

censorship-ben-heine-e1310571538188L'uniformisation par l'abêtissement

Il y avait encore plein de journaux intéressants il y a 15 ans: Alternatives Economiques, Courrier International, Charlie Hebdo, Le Monde... Mais à force de rachat par des groupes financiers, d'indépendance perdue, ces journaux ont commencé à tous raconter les mêmes choses, de plus en plus insipides.

Les médias tournent aujourd'hui grâce à la publicité, et plus le lectorat a du pouvoir d'achat plus votre revue a des chances de durer, aux pages sport et people, aux subventions publiques, aux actionnaires friqués qui les utilisent pour obtenir de meilleurs contrats publics, notamment dans l'armement et le BTP (groupes Dassault, Lagardère, Bolloré). Pourquoi un Rothschild deviendrait-il le premier actionnaire d'un journal comme Libération si ce journal était encore pertinent?

La seule subversion à laquelle on a le droit, aujourd'hui dans les médias commerciaux, c'est à des films naturistes à tendance pédophiles ou des petits cours d' "éducation sexuelle" sur Arte et des escroqueries intellectuelles anti féministes dans le journal créé par la Elisabeth Levy [3], dont on sait à quel point elle peut s'exciter lors des discussions à la télé. De même, on censure nombre d'expositions quand les religions sont malmenées mais on tolère le plug anal géant sur la place Vendômed'un artiste scatophile.

De leur coté, les annonceurs dictent aussi de plus en plus leur loi, comme Apple qui exige que les sujets traités dans les éditions où elle a placé des pubs ne soient pas choquants ou polémiques.

Dans tous les types de médias, l'information est le parent pauvre. Quant aux journaux d'information pure, ils ne financent généralement plus de longues enquêtes. En fait, les journalistes doivent trop souvent enquêter en dehors de leur travail quotidien, car les enquêtes coûtent cher et ne sont pas "rentables". 

Les journalistes sont aussi de plus en plus précaires, payés au lance pierre, et sont dans l'insécurité. Même les salariés se demandent s'ils ne feront pas partie du prochain charter, puisqu'il faut réduire les coûts absolument.

Or, un journaliste qui craint d'être viré du jour au lendemain va hésiter avant de faire des sujets polémiques, avec risques de procès, ou qui pourraient heurter des sensibilités.

imgscan-contrepoints843-presse-médiasMais qu'importe, car en fait il n'y a plus la place pour la réflexion de fond, l'analyse, la prise de recul. Tout est dans l'instantané, le buzz, tout doit attirer l'oeil et pas le cerveau [4]. Parce que les dirigeants de presse considèrent que leurs lecteurs sont stupides et fainéants, et qu'écrire plus de 3.000 signes c'est gavant. En 3.000 signes, il est bien difficile d'aborder le fond d'un problème de société ou d'une affaire compliquée.

A la radio, les consignes sont les mêmes: pas plus de 15 mots par phrase, pas plus de 2 ou 3 concepts par sujet. Ca, ce sont les consignes de tous les médias commerciaux, qu'on apprend bien aux étudiants dans les écoles de journalisme.

Des journalistes précaires, des sujets insipides, fun, distrayants, ou alors carrément glauques et sanguinolents quand il s'agit de faits divers.

De plus en plus, les articles se ressemblent. Les sujets traités par Le Monde, Libé et Le Figaro (les trois quotidiens dits "de référence" (sic.) en France) sont les mêmes à 90%, souvent retapés sur le net avec des fautes d'orthographe, parce que ce qui compte c'est d'être le premier à retaper la dépêche AFP, pour être mieux référencé sur Google.

Les angles sous lesquels sont traités les sujets sont aussi de plus en plus les mêmes d'un média à l'autre, sur tous les sujets fondamentaux. Que vous regardiez France 2, que vous lisiez Le Monde ou L'Express, que vous écoutiez RTL, vous entendrez exactement les mêmes choses sur le terrorisme, la guerre en Syrie, en Irak, en Libye et ailleurs, l'économie, la Grèce, les vaccins, les affaires criminelles, le réchauffement climatique, les élections, l'Europe, Hugo Chavez, Poutine...

Etrange, non, alors que ces sujets suscitent de réels débats dans la société. La seule différence qu'on trouve entre les médias, c'est le courant politique qu'ils soutiennent: Le Figaro occultera quelques infos favorables au PS ou défavorables à Sarko, en mettra d'autres en exergue. Ce sera l'inverse dans Libé.

Les sources sont aussi toujours les mêmes: les sources officielles priment toujours. Par exemple, dans le cas de la dernière grippe aviaire/porcine, toute la presse nationale commerciale et les médias "officiels" (France Télé, France Inter, AFP etc.) ont relayé sans aucune critique les communiqués des ministères de la santé et de l'OMS qui appelaient à se vacciner parce qu'on allait tous mourir. Sur le terrain, dans la presse locale, on a attendu de voir. Et il ne s'est rien passé. La presse locale, elle n'a pas appelé à se vacciner car l'épidémie n'a jamais eu lieu, en réalité.

liberte-presseDu côté de la justice, les juges n'ont plus le droit de parler à la presse: c'est le parquet, inféodé au pouvoir politique, qui communique. Dans les institutions, les entreprises, les associations, on cultive aujourd'hui la parole officielle.

Le top du top pour nos chefs de rédactions, ce sont les sujets consensuels, ceux où tout le monde est d'accord. D'où les 30% du temps des JT consacré à nous parler du temps qu'il fait, des "reportages" sur les vacances, sur le bac, sur les achats de noël, le prix du carburant...

On sait aussi q'un article sur un chat ou un chien maltraité aura un bien meilleur "taux de lecture" qu'un article sur un enfant victime de pédophile, ce qui devient certes d'une banalité effrayante dans la presse locale.

Tout est lissé, plus rien ne dépasse sauf dans la stupidité, où là on dépasse allègrement les limites de la décence.

Dans le cas de la presse spécialisée, des médias axés sur le sport à ceux axés sur l'automobile, la santé ou sur la pêche, le problème n°1 est que les annonceurs qui paient des pubs dans ces médias au public très ciblé ne veulent généralement pas de polémique sur leur gagne pain, et encore moins quand la polémique les vise directement. Il y aura donc rarement d'articles dérangeants dans ce type de presse.

Heureusement, toutefois, qu'il existe encore quelques médias indépendants, financés uniquement par ceux qui les achètent, et j'ai envie de citer La Brique, Fakir, la Décroissance, le Monde Diplomatique (et dans un autre registre, qui doit exister, Minute et la presse catholique ou de droite)... Certains autres, notamment des magazines, tentent de garder un minimum d'indépendance, eux aussi, mais toujours avec de petits moyens. Et puis, il a tous les webzines alternatifs, les blogs et autres forums, et réseaux sociaux, où finalement beaucoup d'informations circulent.

 

Offensive sur la toile

300x200-ctComme les médias ne disent plus rien, c'est sur Internet que les gens se renseignent désormais le plus. Et c'est là que la justice tape de plus en plus, même quand, là encore, il n'y a pas d'infraction.

Les dernières lois censées viser le "terrorisme" vont en fait attaquer la liberté d'expression de tout le monde: tout écrit jugé néfaste à l'intéret général tel que défini par la clique au pouvoir sera passible de censure, et l'auteur risquera des sanctions allant jusqu'à la prison. Et comme d'habitude, on s'arrange pour donner au "terrorisme" une définition suffiemment floue pour que toute opposition puisse rentrer dans le cadre.

Aujourd'hui, puisque c'est sur le net que passe l'information, ce sont les blogueurs qui sont attaqués. Même si je ne partage pas ses idées, je suis outrée que Le Libre Penseur soit poursuivi par Pierre Bergé pour avoir fait écho à un article du magazine VSD qui évoquait des partouzes pédophiles dans sa villa au Maroc.

Aujourd'hui, les avocats de certains hommes politiques n'hésitent pas à envoyer des pages de plaidoirie à tout blogueur qui osera dire que ledit politique est pédophile, et cela malgré une pile impressionnante de dossiers -tous étouffés bien-sûr- à propos des agissements de ce politique. Vous ne lirez donc rien à ce sujet sur la toile, sauf avec des blogs pirates créées en utilisant des moyens de cryptage, afin que l'auteur ne finisse pas en taule.

Deux mois avant les attentats de janvier, le gouvernement Valls a fait passer des "lois sur le terrorisme", qui permettaient de censurer directement des sites web sans passer par l'autorisation d'un juge. On a aussi augmenté les peines contre tous ceux qui se montrent favorables au "terrorisme".

Avec la loi sur le renseignement  il y aura une surveillance généralisée de tout ce qui est fait et circule sur le web. Toutes les données de connexion des internautes qu'on jugera trop subversifs seront analysées, sans aucun contrôle. Tout cela, au nom de la "prévention du terrorisme". Mais, tout le monde sera pisté dès lors qu'il utilisera le web classique. Sur le deep web, l'anonymat reste garanti, et c'est d'ailleurs par ce canal que les vrais terroristes et les vrais pédocriminels échangent.

arton4880-04a8bEnfin, on parle bien de "prévention", c'est-à-dire qu'il n'y a même plus besoin d'être sur le point de commettre un attentat pour être pisté de près et censuré, il suffit qu'on estime que vous êtes favorable aux idées de certains "terroristes". Aujourd'hui, tout le monde pense que terroriste = islamiste, mais vous allez voir que la définition est appelée à s'élargir de manière plus que conséquente.

En fait, les renseignements cas:

> La sécurité nationale

> Les intérêts essentiels de la politique étrangère et l’exécution des engagements européens et internationaux de la France

> Les intérêts économiques et scientifiques essentiels de la France

> La prévention du terrorisme

> La prévention de la reconstitution ou du maintien de groupement dissous

> La prévention de la criminalité et de la délinquance organisée

> La prévention des violences collectives de nature à porter gravement atteinte à la paix publique

Je parie que dans 5 ans, le cadre de ce flicage de masse aura encore été élargi, toujours au nom du terrorisme. Mais il est vrai que la peur est le meilleur moyen de manipuler les masses, surtout quand des médias aux ordres répercutent n'importe quelle info bidon pourvu qu'elle soit officielle.

 

Offensive contre la liberté de penser

46826107Petit à petit, on est aussi en train d'élargir le délit d'opinion.

Je sais que peu savent encore ce qu'est l'affaire de Tarnac, mais que vous soyez de droite ou de gauche, je pense qu'il faut comprendre qu'au final, c'est la liberté d'expression qui est en cause. A l'époque on venait d'entrer en sarkoland, et la semaine de l'élection, au cours de laquelle des émeutes ont eu lieu dans de nombreuses villes de france, on a vu apparaître le terme "anarcho autonomes" dans Le Figaro, le journal pro sarkoléon [5]. Diantre, me suis-je dit alors: on va nous refaire le coup du terrorisme de gauche, genre les coups foireux des réseaux stay-behind auxquels plus aucun historien sérieux ne croit aujourd'hui?

Il n'a pas fallu attendre longtemps pour y arriver. Fin 2008, une série d'arrestations a lieu à Tarnac, où des "autonomes" vivaient donc "en autonomie". Ils n'avaient même pas de téléphones portables, ce qui était hautement suspect, par contre ils lisaient des livres subversifs, comme "L'Insurrection qui vient", pourtant étudié dans des universités européennes.

On leur reprochait d'avoir commis une dégradation sur une ligne de chemin de fer, acte requalifié pour la circonstance en "terrorisme".

On a traités d' "anarcho-autonomes", donc, mais aussi d' "ultra-gauche" avec une "connotation sectaire" ou de "milieu radical" ces jeunes que les voisins trouvaient pourtant "très gentils et polis", et qui avaient repris l'épicerie du village.

Puis, au fil des mois, certains sont ressortis de prison, mais à travers la France des dizaines de personnes ont été entendues et perquisitionnées, avec saisie de l'ordinateur et du téléphone portable. Probablement histoire de faire une cartographie des jeunes alternatifs, ceux qui sont vraiment contre ce système mais s'y opposent avec des valeurs de solidarité et d'inventivité, et qui, souvent, ont fait leurs armes dans des manifestations contre les mesures ultra libérales de la France, de l'Europe, de l'OMC...

46826313Bref, revenons à Tarnac. Le jour des arrestations, sarkoléon avait tenu à "saluer l'efficacité et la mobilisation des forces de police et de gendarmerie dans cette enquête". La presse rapportait que la Sous-Direction Anti-Terroriste (SDAT) "s'interroge sur "d'éventuels liens avec l'ultra-gauche allemande qui a déjà revendiqué des actions contre des trains transportant des déchets nucléaires". Mdr.

Or, il se trouve que l'enquête des policiers a été mise en cause très rapidement. Je ne rentre pas dans les détails, mais dès 2009 un tas d'irrégularités ont été mises à jour dans l'enquête qui a mené à la désignation du Julien Coupat et quelques autres comme ayant organisé l' "attentat" (à savoir la mise d'un bloc de granit sur le caténaire d'un TGV, de manière à le bloquer).

Aujourd'hui, la juge d'instruction vient d'enlever cette accusation de terrorisme (car 7 ans après, huit personnes sont renvoyées au tribunal correctionnel, et Julien Coupat a passé plusieurs mois en prison), mais le procureur a fait appel pour qu'on la remette.

En effet, Le Monde nous expliquait que dans l'affaire dite "de Tarnac", "Le ministère public estimait, en se fondant surl’article 421-1 du code pénal, que "les atteintes aux biens" peuvent constituer des actes de terrorisme pour peu qu’elles aient "pour but de troubler gravement l’ordre public par l’intimidation ou la terreur"".

Dans son dossier, il n'y a plus rien qui tient, à part sa pièce maîtresse: le livre "L'Insurrection qui vient", qu'on reproche à Coupat d'avoir écrit, ce qu'il a toujours nié. Et quand bien-même: on a encore le droit de penser et d'écrire ses opinions dans ce pays, même si on parle d'insurrection. En outre, le livre en lui-même n'a jamais été poursuivi par la justice.

Cette affaire qui a démarré sous sarkoléon continue bien que flamby et le PS soient au pouvoir depuis 2012. Certes, il serait compliqué de stopper l'affaire, de s'excuser et de renvoyer sarkoléon au tribunal pour avoir instrumentalisé la justice. Et puis, cela arrange tout le monde de mettre un étau autour des mouvements alternatifs, les seuls à être vraiment subversifs aujourd'hui.

Screenshot - 16_08_2015 , 23_23_55Depuis Tarnac, on a bien relancé la peur du terrorisme islamiste, donc on tape moins sur la gauche et les alternatifs. Mais, l'épée de Damoclès est là. Si l'atteinte à la propriété devient du terrorisme quand ça chante le pouvoir en place, n'importe quel accident de voiture pourra prendre des proportions de dingue.

Et puis après, ce sera quoi? Critiquer le système capitaliste deviendra-t-il du terrorisme? Ce 'nest pas impossible et on pourra vite nous dire que s'en prendre à l'intérêt économique de la nation est du terrorisme.

Avec la loi sur le renseignement et les pleins pouvoirs donnés aux barbouzes, plus personne qui ose contester l'ordre établi ne sera à l'abri d'une opération à son encontre similaire à celle de Tarnac.

Car dans cette affaire, l'enquête de police a été tellement bidonnée qu'on n'est absolument pas sur que les huit accusés aient commis quoi que ce soit, ni même qu''ils aient été sur les lieux des faits.

Il est clair qu'on n'a plus la liberté d'opinion et d'expression en France, d'ialleurs historiquement je crois que cela n'a jamais été le cas. En tout cas, aujourd'hui on cumule autour de 400 lois destinées à restreindre les libertés d'opinion et d'expression.

Comment les médias, dans un tel contexte, peuvent-ils encore être les garants d'une société démocratique, comment peuvent-ils remplir leur rôle de "contre pouvoir"?

 ------------------------

On le voit, glissement après glissement, les libertés se réduisent comme peau de chagrin, et la liberté d'expression est en première ligne. Pourquoi un tel besoin de censure, digne de l'Inquisition? Mais parce que les idées non contrôlées font peur, et en premier lieu les idées qui attaquent directement le système.

En fait, nous sommes toujours plus soumis à la pensée unique, la pensée orthodoxe, la Doxa. On est dans une oligarchie, une ploutocratie peut-être, mais certainement pas en démocratie, et nos élites ont peur. Les lois répressives, c'est une certitude, ne vont pas s'arrêter là: toute liberté est perçue comme une menace par la classe dirigeante [6].

 


[1] Un documentaire qui parlait de l'évasion fiscale opérée par des filiales du Crédit Mutuel, avec lequel Bolloré est partenaire en affaires. Bolloré a appelé le chef de Canal Plus pour demander la censure, qu'il a obtenue sans autre forme de procès.

[2] Parmi ces inventions, il y a poursuivire un journaliste non pas pour diffamation mais pour "harcèlement médiatique", et lui réclamer 400.000 euros au civil. Un moyen de détourner le droit de la presse qui est normalement interdit, mais que je subis depuis deux ans. Il y aussi poursuivre un journaliste pour "recel de violation du secret professionnel": durant une enquête, 9 fois sur 10 on doit avoir des sources internes qui n'ont pas le droit parler et sont donc attaquables, et le journaliste avec s'il a utilisé la violation du secret professionnel pour mener son enquête. Les inventions en la matière pulllent et personne ne bouge.

[3] Je fais référence à un récent "dossier" sur "la terreur féministe" dans le magazine machiste Causeur. Magazine où un type mis en examen dans le cadre d'une affaire de marché public a osé traiter les gens venus soutenir les frères Delay à Rennes de "secte". L'article de Causeur sur "la terreur féministe" est au niveau zéro du journalisme, mais dans la pure tradition éditorialiste française.

[4] On peut rappeler cette fois où l'AFP a déclaré que Martin Bouygues était décédé, quand elle a diffusé cette histoire du père qui laisse sa fille se noyer à Dubaï, oubliant de préciser que les faits datent d'il y a 20 ans, ou quand il a été dit que Kim Jong Il avait tué un officiel au canon anti aérien, le tout ayant repris en choeur par tous les médias, qui prennent toujours pour argent comptant ce que raconte l'AFP. D'ailleurs, 90% des infos répercutées dans les médias commerciaux proviennent directement de l'AFP, quand les dépêches ne sont pas retapées telles quelles. Tout simpement parce qu'il faut être le premier à donner l'info, et que les dépêches de l'AFP, pourtant dirigée par des proches du parti socialiste, sont considérées comme parole d'évangile.

Sur ce thème, je peux raconter une anecdote révélatrice: partie couvrir un incendie dans une usine, je reviens à la récation et le directeur m'appelle pour me dire que j'avais écrit n'importe quoi. En réalité, la "rédaction web", à 200 kilomètres de là, avait balancé une dépêche de l'agence, dont le reporter n'avait pas été sur place et la dépêché était remplie d'inexactitudes. Ceci, alors que ma rédaction avait bien un reporter sur place: moi. Mais on n'a même pas pris la peine de m'appeler ou d'attendre 30 minutes que j'envoie moi-même ce web. C'est ridicule, mais cela monte bien quelle est la priorité dans les rédactions.

[5] Comme par hasard, les "bastions" de ces "anarcho autonomes" étaient les facultés qui avaient manifesté le plus fortement contre le CPE, le "contrat premier emploi" de Villepin, qui était un contrat au rabais pour les jeunes de moins de 25 ans. Personne dans ces manifestations n'a jamais parlé de commettre des actes terroristes, mais apparemment il fallait faire peur, et ces "groupes" ont été qualifiés de "très violents".

[6] Je renvoie ceux qui auraient des doutes vers un sublime rapport pondu par la banque JP Morgan, dans lequel, à l'aune de la crise économique, politique et sociale que connaît la zone euro, on s'inquiétait que les citoyens avaient encore le droit de voter, et que leur poids était bien supérieur, électoralement, aux 2 ou 3% de la classe dominante. Au nom de l'euro et des principes ultra libéraux, il convenait de redresser les choix politiques alternatifs de certains pays du sud de l'Europe. Ils ont été entendus: l'Espagne est en train de faire passer des lois dignes de Franco en matière de libertés publiques.

07 août 2015

BREVE: Ted Heath, 1er ministre et pédophile aux nombreuses casseroles passées à la trappe

Screenshot - 05_08_2015 , 22_30_03Suite de notre saga sur les réseaux pédophiles VIP de l'autre côté de la Manche, avec l'exposition d'un ancien premier ministre dans "les tabloïds" comme on dit chez nous, mais pas seulement. Des journaux très sérieux qui travaillent depuis longtemps sur ces réseaux ont aussi ressorti le dossier Ted Heath, accusé par moult témoins d'être un pédophile.

 

On a déjà eu l'occasion de parler de Ted Heath, un grand ami de Thatcher, qui décidément était entournée de très nombreux pédophiles.

Bien que ses amis politiciens continuent à le soutenir (il faut dire que célibataire à la sexualité "mystérieuse" [1] a été parlementaire durant 51 ans), disant que personne ne l'a jamais qualifié de pédophile, et bien qu'une certaine presse parle de "chasse aux sorcières" concernant le scandale Heath, il se trouve qu'en réalité plusieurs sources l'ont dénoncé.

Il y a quelques jours, la police du Wiltshire s'est réveillée après 30 ans de léthargie et a lancé un appel à témoins, envers d'éventuelles victimes de Ted Heath, qui est mort en 2005. Certes, tout le monde sait parfaitement qu'il n'est pas du tout question d'aller au fond de cette affaire, et d'ailleurs il n'est question "que" d'abus sexuels. Les habitués recommandent même aux victimes de parler d'abord à des journalistes comme ceux d'Exaro plutôt qu'à la police.

 

Petit scandale

Le réveil soudain de la police du Wiltshire est peut-être lié au fait qu'elle est concernée par les investigations du Independent Police Complaints Commission  (IPCC), qui enquête sur l'inaction criante de nombreux services de police dès que des personnalités politiques étaient citées dans des dossiers de réseaux pédophiles VIP.

En effet, une enquête au sujet d'une mère maquerelle qui fournissait des mineurs au gratin a été miraculeusement close en 1990, juste après que la dame ait déclaré qu'elle était prête à balancer Edouard Heath et ses copains, et à déballer leur vie sexuelle au tribunal.

21A9497300000578-3183872-image-m-16_1438640636736L'annonce fut du plus grand effet, et ladite "Madame", dénommée Myra Forde, n'a jamais été inquiétée outre mesure [2]. Elle avait son bordel à Salisbury, dans le Wiltshire, où des mineurs des orphelinats étaient exploités et où Heath avait une maison de campagne.

Elle a nié la semaine dernière avoir menacé de balancer Heath, d'ailleurs elle dit qu'elle ne le connait même pas. Malgré tout, sa soeur a confirmé que, de par son activité, celle qui se faisait appeler "Madame Ling Ling" connaissait pas mal de politiciens et autres célébrités.

Mais le 7 août, elle a déclaré dans le Daily Mail que la police et des politiciens ont tenté d'acheter son silence, et elle a ajouté qu'elle pensait écrire un livre pour tout raconter. Pendant qu'elle était en prison dans les années 90, on lui a envoyé de grosses sommes d'argent sans qu'elle sache d'où il provenait.

En tout cas, on peut s'étonner que la police du Wiltshire soit chargée d'enquêter sur un dossier qu'elle a refusé de creuser par le passé.

Au moins quatre autres zones de police enquêtent sur Heath, notamment à Londres et Jersey, où le dossier est également pafaitement connu depuis des lustres. On sait aussi qu'une enquête sur Heath est menée du côté de Scarborrough, où le maire, un certain Peter Jaconelli, "le roi de la crème glacée" et ami de Jimmy Savile, a violé des dizaines de garçons sans jamais être inquiété.

En fait, il semble qu'au fil des jours, le nombre de dossiers de pédocriminalité concernant Heath ne fait qu'augmenter.

De son côté, la police d'Irlande du Nord serait aussi en train de se demander si Heath n'était pas lié à l'affaire du Kincora Boys Home. Et en effet, cela fait des années que certains journalistes en parlent, et apparemment Heath était mis sous pression avec ses visites au Kincora.

Un homme âgé d'une soixantaine d'années aujourd'hui, devenu lui-même pédophile, déclare qu'il a été violé par Heath quand il avait 12 ans et qu'il venait de fuguer de chez lui [3]. Il en avait parlé à des travailleurs sociaux deux mois plus tard, mais il n'a su l'identité de Heath que 5 ans après en le voyant à la télé, et rien n'a été fait.

On peut en tout cas se demander si ce battage alors que "l'enquête" n'en est qu'à ses prémisses n'est pas seulement destiné à prévenir tout le monde qu'il est temps de détruire les preuves qui pourraient encore trainer dans les coins.

Depuis qu'elle a lancé son appel, la police du Wiltshire a reçu plusieurs appels de gens se disant eux aussi victimes de Ted Heath.

 

Savile-and-Heath-mainVieux dossier

En 2012, le député Tom Watson, qui a tenté de secouer le cocotier à pédophiles VIP, a transmis à la police un dossier dans lequel Edward Heath était cité comme un abuseur par deux sources différentes.

En octobre 2014, Heath a été compris dans l'enquête de Scotland Yard sur le réseau pédophile de Westminster, celui qui opérait à Elm Guest House, à Dophin Square, et entre les mains duquel une victime a dit que plusieurs mineurs ont été tués. Dans ce réseau, on retrouve les personnalités habituelles comme Cyril Smith, Jimmy Savile, Peter Hayman...

Cette enquête fait suite aux révélations d'une des victimes du réseau de Westminster, qui a également cité Edward Heath parmi les pédophiles impliqués. Selon cette victime, Heath était "un membre central" du réseau.

On savait depuis bien longtemps qu'avant même d'être nommé 1er ministre, Heath avait été mis en garde plusieurs fois par les renseignements, qui l'ont attrapé régulièrement à trainer dans des toilettes publiques, à la recherche de prostitués mineurs. C'était dans les années 50, déjà.

Il y a aussi une histoire comme quoi l'oncle de Boy Georges, Kenneth O'Dowd, a dit en 1984 qu'il détenait des photos compromettantes de Heath avec son ancienne maitresse et un mineur, tout le monde à poil. Après avoir lâché cette info que tous les intéressés ont niée, le tonton a eu moult démêlés judiciaires dont une condamnation à deux ans de prison pour avoir diffamé Heath, à l'issue de 3 procès intentés par le politicien. O'Dowd a déclaré qu'il avait montré ces photos à des personnes d'autorité mais qu'il a été mis au ban par l'establishment.

750x-1La journaliste de Newsweek Leah McGrath Goodman explique quant à elle avoir été littéralement ejectée du pays quand elle a commencé à enquêter plus précisément sur Heath, alors qu'elle travaillait sur le réseau de Jersey et sur les petites virées en yacht.

Il a même été question de meurtres d'enfants, passés par dessus bord de son yacht, le Morning Cloud. Yacht sur lequel un témoin a dit avoir vu Jimmy Savile embarquer un enfant d'un orphelinat de Jersey. Cette semaine aussi, une mère de famille a raconté qu'un jour, Heath a embarqué 11 garçons de l'orphelinat haut de la Garenne [4] âgés de 6 à 11 ans sur son yacht, mais que seulement 10 en sont revenus. Elle a signalé les faits à la police mais rien n'a été fait.

Un ancien espion et avocat, Michael Shrimpton, qui avait exposé Heath (et d'autres VIP) comme étant un meurtrier d'enfants, croupit quant à lui toujours en prison pour avoir parlé. Il avait notamment évoqué les massacres de gamins sur le yacht de Heath, qui amarrait souvent du côté de Jersey, et de ces victimes qu'on ne revoyait plus jamais.

Heath est cité par au moins cinq survivants d'abus sexuels rituels comme ayant été membre d'un groupe satanique. Il aurait même eu le droit à des funérailles spéciales à l'intérieur du culte, bien que des centaines de personnes étaient à son enterrement officiel.

Sur le net, circule aussi le témoignage d'un type qui se dit ancien sataniste, et qui explique que Heath était le sataniste anglais qui a eu les plus hautes fonctions politiques à l'époque où il a été premier ministre. Ce témoignage est à prendre avec beaucoup de pincettes, mais il tape juste sur les politiciens qu'il dénonce comme satanistes.

CaptureEt il ne serait pas surprenant qu'on ait créé un témoignage vrai à 90%, mais qui parle aussi de sousterrains vers le centre de la terre, histoire de jeter le bébé avec l'eau du bain. En tout, ce témoignage parle bien de sacrifices d'enfants commis par Heath et ses amis.

Et puis, il y a deux jours, c'est le neveu de Jimmy Savile qui a expliqué qu'un ami à lui, âgé de 14 ans, a été violé par Heath lors d'une partouze à Londres. Le témoin, Guy Marsden, explique que lui et trois amis ont été emmenés dans une soirée à Londres, et que l'un des quatre a été violé à l'écart. Ensuite, il était embarqué régulièrement pour des viols, et ramené quelques heures plus tard.

Edward Heath était également proche de la Reine, qu'il a frquentée au moins depuis les années 60.

Il était aussi ami avec le prince Bernhard des Pays-Bas,  qui avait un yacht, le Jumbo IV, sur lequel Régina Louf, victime du réseau pédophile belge, a expliqué que le meurtre d'un garçon avait eu lieu.

Cela fait beaucoup d'accusations, très précises, au sujet de ce type dont on va tenter de nous faire croire jusqu'au bout qu'il était blanc comme neige et que tout cela n'est que malveillance.

 

                                ---------------------------

Edward Heath n'est qu'un nom supplémentaire dans la longue liste des éminents politiciens pédophiles et protégés par les services de renseignement. On va tergiverser, ne parler que d'abus mineurs, oublier les meurtres et le réseau, et au final on nous dira qu'il n'y a pas assez de preuves pour mener une enquête approfondie. En attendant, on va aussi nous faire croire que toutes ces histories de pédophiles VIP, c'est du passé, et qu'aujourd'hui des choses pareilles n'existent plus. Mais on n'est vraiment pas obligés de le croire.

 


[1] Son biographe officiel, qui fut aussi celui de Lord Mountbatten, également cité dans plusieurs affaires de réseaux VIP, a même déclaré que Heath était "sans sexe", un moine de la politique en quelque sorte, car il dit ne lui avoir trouvé aucune relation, que ce soit avec un homme ou avec une femme. Un peu comme Jimmy Savile officiellement, avant que la parole ne se délie au sujet de l'ex star de la BBC.

[2] Myra Forde a quand-même fait deux séjours en prison, mais on a laissé tomber le fait qu'elle exploitait sexuellement des mineurs, garçons ou filles, souvent des jeunes qui avaient fugué de leurs foyers ou orphelinats. Ils se retrouvaient, parfois à 13 ans, dans le bordel de Forde. Elle a toujours nié avoir prostitué des mineurs.

[3] Il dit qu'il a été violé par son père, qu'il a fugué et que se prostituer était devenu une seconde nature.

[4] Des abus à une échelle industrielle ont eu lieu dans cet orphelinat, et des meurtres d'enfants ont été signalés. L'enquête a été étouffée.

25 juillet 2015

Angleterre: tout va très bien Madame la Marquise

Screenshot - 26_07_2015 , 23_58_29Ca remue un peu du côté de l'Angleterre, malgré une grande enquête léthargique, dont les victimes n'attendent plus rien. Quelques politiciens risquent d'être cités très prochainement dans la presse, dont un ministre de Tony Blair, et plusieurs victimes commencent à montrer que c'était le même vaste réseau pédophile qui était actif dans tout le Royaume-Uni, et baladait les gamins aux quatre coins du pays.

 

On sent vraiment ces derniers temps que les autorités anglaises sont très occupées à éviter qu'il n'y ait trop de vagues à propos des réseaux pédophiles VIP, ou plutôt du réseau. Récemment, des journalistes australiens se sont penchés sur cette affaire et ils ont été choqués de constater qu'elle est loin de faire la Une des médias.

Les australiens ont expliqué comment des enfants, souvent les plus vulnérables, étaient "systématiquement" prostitués "aux hommes les plus puissants", dans les renseignements et la politique. Il est clair que l'impunité a été de mise. Un exemple qui illustre parfaitement cet état de fait sont les 11 réveillons de premier de l'an successifs que Thatcher a passés avec Jimmy Savile. Mais, il est vrai que Thatcher aimait s'entourer de pédophiles.

Quoi qu'il en soit, ce ne sont pas les médias français qui seraient choqués par de banales histoires de meurtres d'enfants commis par des ministres et des députés avec la complicité d'assassins d'enfants avérés et condamnés pour cela. En Belgique non plus, d'ailleurs je n'ai pas vu qu'on y parlait de cette affaire du tout.

 

Les couacs de la grande enquête

Le 9 juin, après moult péripéties dont on a déjà parlé, la "grande enquête" sur l'étouffement des dossiers de réseaux pédophiles VIP (depuis 1970 jusqu'aux années 90 seulement, comme si tout cela avait brutalement commencé en 1970 et cessé malgré l'impunité dont ont bénéficié les abuseurs) a donc démarré. Ce n'était pas vraiment en grande pompe, après plus d'un an de bugs et négociations entre les survivants d'abus sexuels et les autorités.

Parmi les péripéties, dont cette grande enquête a été le sujet depuis plus d'un an, on peut citer:

Screenshot - 25_07_2015 , 13_19_53> La nomination de la juge Butler Sloss pour diriger l'enquête. Pas de bol, elle a été impliquée dans l'étouffement de certains de ces dossiers dont la fameuse affaire du réseau de Cleveland qui a été magnifiquement étouffée, et son frère, le juge Michael Havers, était un visiteur d'Elm Guest House qui a protégé son ami Peter Hayman, chef du MI5, membre du Paedophile Information Exchange et lui aussi visiteur d'Elm Guest House. Après un tollé lancé par les victimes, elle a démissionné.

> Dès le départ, plusieurs dossiers très sensibles ont été écartés de l'enquête, comme celui du Kincora Boys Home. Il s'agit d'un foyer pour ados transformé en bordel, om se rendaient diverses personnalités politiques ou des renseignements, comme Anthony Blunt ou Knox Cunnigham ou Lord Mountbatten. On va en parler plus bas.

L'enquête sur l'affaire des orphelinats de Jersey a été séparée alors que le réseau de Jersey était complètement connecté avec celui de Londres. A Jersey, ce sont les "yachtmens" qui venaient se fournir en gamins pour faire des petites croisières en mer, parfois jusqu'à Amsterdam. En tout cas, beaucoup de victimes refusent de participer à cette énimène "enquête indépendante" sur l'étouffement de cette affaire.

> La nomination de Fiona Woolf pour remplacer la juge Butler-Sloss. Ex maire de Londres, elle était surtout une amie de Léon Brittan, l'ex ministre de l'Intérieur de Thatcher au début des années 80, cité dans plusieurs affaires de réseaux VIP, et qui a réussi à faire disparaître de son bureau plus d'une centaine de dossiers de réseaux pédophiles dont la plupart impliquaient des personnalités.

Hélas, Brittan est mort il y a quelques mois, on a d'ailleurs retracé son CV à cette occasion.Woolf a fini par démissionner après avoir commencé par nier sa proximité avec Brittan, qui était aussi son voisin.

Il avait fallu 2 mois au gouvernement pour nommer Woolf, car il a été difficile de trouver une juge qui soit irréprochable. Elle a vite du démissionner elle aussi puis il a encore fallu plusieurs mois pour trouver une nouvelle juge, qu'ils ont été chercher... en Nouvelle-Zélande [1]!

> Depuis cette nouvelle nomination, le panel de victimes a été ejecté de l'enquête. Les victimes ont aussi demandé un renforcement de ce panel (une sorte de commission) mais c'est l'inverse qui s'est produit. Il y a eu des protestations, qui sont restées vaines. Récemment, une association qui avait dénoncé une liste de personnalités s'est même retrouvée visée par une campagne de presse l'accusant de gaspiller l'argent de l'association.

274A8B6E00000578-3025991-image-a-68_1428192176748De son côté, la police a rouvert à travers tout le pays des dizaines de dossiers. 63 au total, concernant plus de 2.000 victimes dont 1.200 étaient pensionnaires dans diverses institutions (orphelinats, centres de détention, hôpitaux...).

Là encore, il ne s'agit que de dossiers antérieurs aux années 2000, dans un contexte où les forces de l'ordre font face à une baisse de 20% de leur budget et alors que de plus en plus de victimes portent plainte pour viols (on en est à 116.000 plaintes en 2014, et depuis l'explosion du scandale Savile en 2012 le nombre de plaintes a augmenté de 71%).

Ces enquêtes portent le nom d'operation Hydra.

1.400 personnes sont sous le coup d'investigations actuellement, parmi lesquelles 76 politiciens, 43 d'industrie musicale, 135 de la télé, radio, du cinéma.

75 orphelinats, 154 écoles, une quarantaine d'institutions religieuses, mais aussi des hôpitaux, des centres de détention, des sites militaires sont aussi concernés par ces enquêtes.

Au total, 357 institutions sont visées.

Il faut savoir que très souvent, des enquêtes ont déjà eu lieu dans les années 80, voir 90, et que parfois un ou des responsables pédophiles ont été condamnés et envoyés en prison. Mais cela a toujours été en tant que prédateurs isolés. Or aujourd'hui, c'est bien de réseaux dont il est question. Les affaires concernant plusieurs meurtres ou disparitions d'enfants non élucidés ont été rouverts, ainsi que des enquêtes sur des meurtres qui sont toujours passés à la trappe [2].

Des enquêtes concernent aussi des affaires étouffées, c'est-à-dire que les manquements de la police sont censés être passés au crible. Ce sont les boeuf carottes anglais qui vont se pencher sur cette question des plus sensibles. Car très souvent, les ordres de stopper les enquêtes sont venus en haut lieu, quand ce ne sont pas carrément les types du MI5 qui sont venus récupérer les dossiers chauds. Jusque dans les rédactions, d'ailleurs.

 

Pressions et affaires placardisées

proxy-1Un certain nombre de policiers ont dénoncé les pressions de leur hiérarchie pour mettre au placard les enquêtes sur des réseaux pédocriminels qui impliquaient des personnalités. Ce n'est pas pour rien que le député libéral Cyril Smith a pu continuer impunément sa carrière politique -et ses oeuvres sociales comme la création d'orphelinats- malgré 144 plaintes contre lui pour viols ou agressions sexuelles sur des mineurs.

Dans le cas de Cyril Smith, on est à peu certains que ce sont le MI5 et le Special Branch (renseignements de la police) qui sont intervensu pour le protéger. Ceci, avec l'aide de politiciens et de la police, évidemment. Un policier qui a vu Smith chez un pédophile notoire en compagnie de deux mineurs a été forcé d' "oublier" ce qu'il avait vu. Smith a été député de Rochdale de 1972 à 1992, il a été gouverneur d'une trentaine d'écoles, et a contribué à l'ouverture de plusieurs orphelinats ou centres pour les jeunes dans lesquels il violait des mineurs.

Il a été dit que Smith ne pouvait pas tomber, car sinon il aurait balancé tout le monde. C'est drôle, j'ai déjà entendu cela en France concernant des ministres.

On sait aujourd'hui que le MI5 a étouffé l'affaire du Kincora Boys Home à Belfast. C'est un foyer mis en place par un unioniste qui avait aussi dirigé un groupe paramilitaire pro anglais. Il a été actif à la fin des années 70 jusqu'en 1980, quand la presse a parlé des abus qui s'y déroulaient.

Un ancien des renseignements a expliqué que le MI5 était derrière l'exploitation de ce bordel, fréquenté par des personnalités politiques, et cela à des fin de chantage. Il a dit récemment qu'on a des preuves que les enquêtes ont été manipulées par les renseignements.

Screenshot - 27_07_2015 , 11_07_38Des adolescents qui se trouvaient dans ce foyer ont été expédiés dans des hôtels dans tout le pays, ou même en Angleterre.

En 1980, les médias locaux ont parlé d'abus sexuels commis au Kincora, mais l'enquête a été vite étouffée, même si Mc Grath, le directeur, et un gardien, ont quand-même été condamnés. Mais tout de suite, des accusations ont été portées contre la procédure et on a lancé une "enquête indépendante" qui a conclu qu'il n'y avait rien à redire.

C'est d'ailleurs le frère de la juge Butler Sloss, Michael Havers, qui a étouffé trois volets de l'affaire du Kincora, notamment quand le scandale a failli éclater dans la presse.

Selon Richard Kerr, une victime du Kincora qui s'est retrouvé à Elm Guest House où il a été emmené par un juge, mais aussi au Dolphin Square, ainsi que dans différentes villes d'Angleterre comme Liverpool ou Manchester, plusieurs personnalités ont contribué à étouffer l'affaire, justement celles qui sont citées comme ayant été des visiteurs du Kincora, dont l'agent double MI6-KGB Anthony Blunt, qui se trouve aussi sur la liste des visiteurs d'Elm Guest House, et trainait aussi du côté du Dolphin Square.

Kerr a expliqué que Cyril Smith faisait partie du réseau du Kincora, ainsi que Peter Hayman, l'ex patron du MI5 ou Nicolas Fairbairn, député conservateur et avocat général d'Ecosse, qui a étouffé là-bas un bon paquet d'affaires.

Screenshot - 26_07_2015 , 21_04_55Cyril Smith était aussi, il faut le rappeler, relié au réseau du pédophile tueur d'enfants Sidney Cooke. On parle beaucoup du ministre pédophile de Blair, mais dans l'affaire Sidney Cooke, on dit bien qu'un ex ministre conservateur  a lui aussi eu recours aux services de Sidney Cooke [3], qui était un pourvoyeur d'enfants.

Il a été condamné ainsi que deux ou trois complices, pour le meurtre d'un ado de 14 ans, Jason Swift, en 1985 lors d'une orgie. Evidemment, durant toute la procédure contre Cooke, il n'a jamais été question de réseau, ni de VIP, ni de prostitution de mineur. Pourtant, à l'époque de l'enquête, la police le soupçonnait déjà de 9 à 20 meurtres de mineurs. D'ailleurs, un des complices de Cooke a aussi été condamné pour le meurtre d'un autre enfant, Marki Tildesley.

Dans le réseau de Cooke, on retrouvait également le célèbre Jimmy Savile, pédophile en chef. Mais beaucoup de personnalités tournaient dans cette galaxie de tarés sadiques. Apparemment, Sidney Cooke, qu'on a fait passer aux yeux de l'opinion comme un "prédateur isolé", était l'organisateur de certaines partouzes. Cooke transportait aussi des mineurs (je n'ai encore entendu parler que de garçons) jusqu'à Amsterdam, où ils retombaient dans les griffes des pédophiles anglais exilés là-bas, et qui étaient en contact avec les réseaux belge, allemand, français notamment [4].

D'ailleurs, le ministre conservateur dont on a parlé plus haut aurait violé un mineur anglais à Amsterdam, et la police enquête à ce sujet. C'est cette victime qui a expliqué que ce ministre faisait partie du réseau de Cooke. Hélas, le MI5 traine autour de cette affaire, le téléphone du témoin a été mis sur écoute, et il y a peu de chances que tout finisse sur la place publique comme cela devrait être le cas. Ce ministre a même failli être arrêté en 2013, mais l'opération a été stoppée in extremis par le haut de la hiérarchie.

Est-ce ce ministre conservateur ou un autre, dont un témoin dit qu'il a tué une fille de 15 ans lors d'une orgie à Dolphin Square en 1993, dans une sorte de pièce de torture appelée la "medical room".

Bref, on se doute que la "grande enquête" (site officiel ici) n'a pas pour but d'aller jusqu'à les exposer, car entre temps un certain nombre de politiciens mis en cause sont en train de casser leur pipe.

 

Screenshot - 27_07_2015 , 00_20_59Le gouvernement savait tout

On déjà vu que Thatcher avait été avertie qu'une bonne partie de son équipe politique était composé de pédophiles. Il en a été de même pour le gouvernement de Blair, qui tente de nier.

Anthony Gilberthorpe, un ancien militant du parti conservateur, a lâché une bombe passée inaperçue, il y a un an. Il a expliqué qu’il était chargé de ramener des mineurs pour des partouzes organisées par des politiciens conservateurs. Il a raconté qu’il l’a dit à Margaret Thatcher, il y a 25 ans, et qu’elle était parfaitement au courant de l’existence d’un réseau pédophile dans le parti conservateur. Depuis, on n'a plus réentendu Gilberthorpe.

Les journalistes anglais ont aussi montré que le parti libéral était au courant des agissements de Cyril Smith, et aujourd'hui, c'est au tour de Blair.

Des documents obtenus via le Freedom of Information Act par le Daily Mirror montrent qu'il a été mis au courant de l'enquête de police portant sur un de ses ministres, et cela juste avant que ladite enquête ne soit stoppée net.

En outre, il a commencé par nier avoir été informé à ce sujet.

Ce ministre serait impliqué dans l'affaire du réseau du Angels Road Children Home à Lambeth, dont certains enfants étaient prostitués à Elm Guest House, et ainsi de suite. Juste après que le gouvernement ait été informé de la procédure, Clive Driscoll, l'inspecteur qui en était chargé, a été viré et poursuivi au niveau disciplinaire (avant d'être blanchi des années plus tard).

Quant à l'enquête, eh bien elle a été mise au placard comme toutes les autres. Comme on le fait si bien chez nous, avec une liberté de la presse d'ailleurs bien plus restreinte, si bien qu'à part de vagues allusions à nos pédophiles à Marrakech, c'est l'omerta la plus absolue.

RAGOUT-Sunday-People-02-11-2014-PAGES-8-9Ce qui est intéressant dans cette histoire (j'en reviens à Tony Blair), c'est que son ministre de l'intérieur de l'époque, Paul Boateng, n'est autre que le mari de la chef des services sociaux de Lambeth à l'époque des faits, alors que plusieurs orphelinats gérés par le conseil local étaient sous la coupe de pédophiles.

En tout cas lui aussi dit ne se rappeler de rien. Pas plus que son collègue Dobson, qui était alors ministre de la Santé, et qui a lui aussi été mis au courant de l'affaire.

En fait, c'est tout le gouvernement Blair qui a suivi de très près toutes les investigations au sujet de ce ministre qui faisait des visites tardives au Angles Road Childrens Home.

Au sujet de Paul Boateng, on doit aussi préciser qu'il a été cité par plusieurs témoins comme faisant partie d'un groupuscule satanique, avec meurtres, rituels et tout le folklore habituel.

Par contre, il est clair qu'il n'y avait pas qu'un seul ministre pédophile dans le gouvernement de Tony Blair, et je me demande si les médias ne se focalisent pas ainsi sur l'un d'entre eux pour faire contre-feu. Greville Janner a été exposé ces derniers mois dans la presse et il risque bien d'échapper aux poursuites en se déclarant sénile [5]. Il y a aussi de gros soupçons sur Gordon Brown et Blair lui-même, mais il n'y a apparemment aucune enquête en cours. Idem pour Peter Mandelson, ami du prince Andrew et des Rothschild, qui est devenu commissaire européen au commerce [6]. Mandelson est cité comme membre du même groupe satanique que Boateng. Autres ministres socialistes cités par les survivants de ce réseau: Alan Johnson, ministre de l'Intérieur en 2010, Ruth Kelly (ministre des Transports en 2007-2008), Charles Clarke (ministre de l'Intérieur en 2005-2006), Margaret Hodge, qui a été nommée par Blair en tant que toute première "ministre de l'Enfance" après n'avoir rien fait pendant des années pour stopper les abus sexuels et les réseaux implantés dans les 12 orphelinats publics dont elle était responsable, à Islington.... 

Paul Boateng est cité par plusieurs survivants de ce groupuscule lui aussi, mais là non plus, aucune enquête.

Dans cette liste on a aussi plusieurs politiciens conservateurs, comme Ted Heath, Michael Portillo, on a aussi Jimmy Savile, Cyril Smith, quelques policiers...

 

------------------------------

Avec ses 116.000 plaintes pour viols déposées l'année dernière, l'Angleterre est littéralement débordée. C'est quatre fois plus qu'en France. Le séisme est réel dans la population, où il y a tant de victimes de ces réseaux pourvoyeurs de VIP que la parole se délie petit à petit. La police est débordée et ne peut plus faire face aux délits habituels, carrément mis de côté pour se concentrer sur les plus gros pervers. Est-ce que les citoyens attendent que la catastrophe sanitaire devienne aussi une catastrophe sociale, pour arrêter de se voiler la face ?

En tout cas, on observe qu'en Angleterre aussi, les médias sont bien tenus, les victimes bien attaquées, à l'instar de Ben Fellows, ancien enfant de la BBC qui est attaqué pour accusations mensongères à l'encontre d'un politicien. Quelques journalistes ont aussi été tués, comme Jill Dando et les frères de Scallywag, un magazine d'investigation des années 90.

 

Le documentaire Australien:

 


[1] On a appris que pour cette mission, la juge Lowell-Goddard sera rémunérée 500.000£ par an. C'est le salaire le plus élevé de toute l'institution judiciaire en Angleterre.

[2] Il s'agit de meurtres dont ont témoigné des victimes de réseaux à Londres, qui ont eu lieu dans le cadre d'orgies pédophiles, notamment au Dolphin Square, où de nombreux pédophiles VIP violaient des enfants. On en a déjà parlé dans cet article.

[3] Ledit ministre s'est aussi retrouvé sur du matériel saisi en 2013 lors d'une perqusition: une cassette et des photos prises lors de partouzes pédophiles, dans les années 80, dont certaines avaient été organisées par Sidney Cooke. L'affaire est très compromettante, pourtant depuis 2013 quand cette affaire est sortie, on nous a dit que ce ministre devait être interrogé. Pourtant il ne se passe rien: aucun politicien n'a encore été condamné, tous les VIP qui sont tombés sont des stars du show biz ou des anciens de la BBC.

[4] On a justement vu il y a quelques jours, avec l'affaire du meurtre de Manuel Schadwald, une jeune allemand qui s'est retrouvé dans les bordels hollandais, que les réseaux pédophiles des pays alentours sont interconnectés.

[5] Janner était aussi très actif pour le lobby sioniste, et a continué jusqu'à très récemment à participer à la vie politique et aux diners de gala. Depuis qu'elles ont appris la décision de ne pas poursuivre, les victimes crient au scandale. Finalement, la décision doit être réexaminée. Espérons qu'il ne va pas décéder entre temps. En tout cas, tous ses amis politiciens ont décidé de le soutenir jusqu'au bout.

[6] Certains disent qu'en fait c'est Mandelson qui donnait ses ordres à Blair. Et Blair l'a protégé d'une affaire sensible en émettant une D-Notice, c'est -à-dire un secret total sur son nom, imposé à tout le monde y compris les médias et les historiens. Il s'agissait de l'operation Ore, au début des années 2000, quand le FBI a remis une liste de types qui téléchargeaient des images pédophiles aux autorités anglaises. Dans cette liste, il y avait apparemment plusieurs VIP. Plus de 7.200 personnes avaient été identifiées en Angleterre. Peter Mandelson a été cité mais finalement on a dit que c'était un homonyme.

15 juillet 2015

L'affaire Manuel Schadwald, au coeur de la nébuleuse pédocriminelle

Screenshot - 15_07_2015 , 17_55_24Puisqu'elle est étrangement revenue dans l'actualité, on va reparler aujourd'hui de l'affaire Manuel Schadwald. Ce dossier est très intéressant, car il montre que les réseaux pédophiles anglais, belge, hollandais, français et allemand sont reliés les uns aux autres. Il montre aussi comment les autorités étouffent un dossier qui risquerait d'éclabousser des gens très haut placés dans la hiérarchie, jusque dans les familles royales.

 

L'affaire Manuel Schadwald, on a déjà eu l'occasion d'en parler quand on a vu les liens entre le réseau anglais et le réseau hollandais, ou quand on a abordé les snuffs movies ici ou pour le cas des Pays-Bas.

La presse allemande s'est en effet interrogée cette semaine au sujet d'un lien éventuel entre Marc Dutroux et la disparition de Manuel Schadwald, un garçon disparu à 12 ans, en juillet 1993, à Berlin, alors qu'il se rendait dans un parc d'attractions.

Une équipe du quotidien allemand  Die Welt a travaillé avec des confrères hollandais du Algemeen Dagblad sur ce dossier qui n'a jamais abouti car depuis 22 ans on ignore, du moins officiellement, ce qu'il est advenu de ce garçon.

Pourtant, toutes les pistes étaient claires: que ce soit celles qu'a remontées l'association Morkhoven ou celles qu'ont suivies les renseignements hollandais, elles aboutissaient toutes sur le réseau pédophile d'Amsterdam. Or, ce réseau était au centre d'autres réseaux internationaux, dont les anglais, notamment parce que nombre de pédophiles anglais se sont expatriés à Amsterdam dans les années 80 et 90, l'un des plus fameux étant Warwick Spinks, dont on a déjà parlé aussi.

Cette nouvelle enquête menée par des journalistes a abouti à un yacht, appelé Appollo, sur lequel Manuel Schadwald aurait été tué. Ce seraient des sources internes aux renseignements des Pays-Bas qui l'affirment, en off.

Justement, cette info n'est pas des plus fraîches et on avait déjà pu faire le lien entre le réseau belge et le réseau Hollandais. Regina Louf, un des témoins clés de l'affaire Dutroux qui a parlé du réseau belge, mentionnait une clique de tarés jusqu'au plus haut sommet du pays, amateurs de tortures et de meurtres d'enfants. Les médias et la justice ont préféré la déclarer folle, quant à la justice, elle a passé des années à tenter de décrédibiliser son témoignage. Ce qui semble particulièrement vain quand on a le dossier sous les yeux, d'ailleurs l'opinion publique ne s'y est pas trompée non plus: à peine 20% des Belges croient que la vérité judiciaire correspond à la vraie vérité dans cette affaire, selon un sondage récent du quotidien Le Soir [1].

Regina Louf avait par exemple parlé d'une partouze avec des mineurs à laquelle elle était présente, et qui se serait déroulée sur un yacht appelé le Jumbo VI, qui appartenait au prince Bernhardt des Pays-Bas, l'un des fondateurs du Bilderberg et ancien nazi.

 

Les dernières "révélations"

Screenshot - 15_07_2015 , 21_51_53Le 11 juillet, Die Welt apprenait donc à ses lecteurs que Manuel Schadwald avait probablement été tué sur un yacht aux Pays-Bas, après avoir été emmené à Rotterdam et Amsterdam dans des bordels liés notamment au réseau pédophile belge.

Les sources viendraient des services secrets hollandais, l'AIVD. Mais, le discours officiel est qu'on n'est "pas sûr" que Schadwald se trouve toujours aux Pays-Bas. Mais, il est vrai que les autorités se sont toujours attachées à nier l'existence d'une quelconque piste hollandaise dans l'affaire Schadwald.

Au cours des années 90, plusieurs témoins avaient déclaré avoir vu Manuel Schadwald à Roterdam et Amsterdam, ainsi que dans une zone maritime, celle où il aurait été tué, qui s'appelle l'Ijsselmeer, au nord d'Amsterdam.

Le journal allemand nous dit que le yacht Apollo, sur lequel Schadwald a été vu, était fréquenté par Gerrit Ulrich, le pédophile allemand installé à Zandvoort chez qui Marcel Vervloesem a récupéré une pile de CD Roms contenant des dizaines de milliers d'images et de films pédopornographiques, parfois très trash.

Certes, Ulrich fréquentait ce yacht, mais il n'en était pas le propriétaire, selon certains témoignages. Et il est mort en 1998, tué par son amant, un jeune qui avait lui aussi commencé sa carrière dans les bordels [2] et se prostituait depuis l'âge de 12 ans.

D'après les sources des journalistes, il existerait une note dans les dossiers des services secrets, mentionnant un jeune garçon allemand tué sur un bateau, mais l'affaire a été étouffée parce qu'il y avait des personnes influentes sur ce bateau. C'est d'ailleurs sur cet "étouffement" que titre le quotidien Bild.

Screenshot - 19_07_2015 , 15_48_48D'après la presse allemande, Manuel Schadwald a été la victime de "jeux sexuels" qui auraient dérivé jusqu'à sa mort. Et la dernière fois qu'il aurait été vu, c'était dans l'Ijsselmeer.

Les journalistes de Die Welt ont aussi interrogé Jean Lambrecks, le père d'une des victimes connues de Dutroux [2], qui a expliqué : "Ils veulent nous faire croire, ainsi qu'à l'opinion publique, que Dutroux était un assassin solitaire. Mais ce n'est pas vrai. Nous avons beaucoup de preuves qui suggèrent qu'il faisait partie d'un réseau, qui n'existait pas seulement en Belgique".

Il a aussi évoqué "de nombreuses pistes" qui mènent vers l'Allemagne et les Pays-Bas, des gens qui sont "couverts par les autorités" jusqu'à présent, a parlé de "pressions sur les personnalités" avec la pédophilie...

Le journal rappelle que Dutroux lui-même avait évoqué un système plus complexe. Dutroux a aussi été aperçu dans les bars à pédophiles des Pays-Bas, dans ce petit milieu de la pédoponrographie, notamment en compagnie de Lothar Glandorf.

Tout comme ses concitoyens, Jean Lambrekts ne pense pas qu'il verra un jour éclater la vérité sur la mort de sa fille. Parce qu'il sait que certaines personnes influentes n'ont pas du tout intéret à ce que ce soit le cas.

On a déjà vu comment l'affaire Dutroux a été étouffée, dossier après dossier, puisque l'affaire a été saucissonnée, comme on dit, afin d'éteindre les départs de feu les uns après les autres. A ma connaissance, on n'a pas interrogé Dutroux, qui était pourtant incarcéré depuis 1996, ni dans le cadre des fichiers de Zandvoort ni dans celui de l'affaire Schadwald.

 

Ce que l'on savait déjà

2mrz4vsComme on l'a dit, l'association Morkhoven, une association belge de défense des droits de l'homme fondée en 1989, était sur les traces de Manuel Schadwald. Elle l'avait retrouvé parmi les images des fichiers de Zandvoort, et était remontée du côté des nombreux bordels pour pédophiles à Amsterdam et Rotterdam. Plusieurs médias avaient pointé le milieu des bars à pédophiles hollandais, et même la police évoquait cette piste dès les années 90. En 1998, le journal allemand Focus évoquait déjà l'histoire du snuff movie au cours duquel Manuel Schadwald aurait été tué.

A cette époque les Pays-Bas étaient un paradis pour les pédocriminels, avec les lois les plus laxistes d'Europe en la matière. Quand l'Angleterre a durci sa législation sur la pédopornographie, et que divers groupes de pédophiles ont été condamnés, beaucoup d'entre eux ont émigré aux Pays-Bas. Là, ils étaient en contact avec tout un tas d'autres pédophiles, de passage ou carrément expatriés, comme l'allemand Lothar Glandorf, qui était, selon une déposition d'un membre de l'association Morkhoven à la police, "très important dans le trafic d'enfants tant en Allemagne qu'aux Pays-Bas" [4].

Glandorf a été mis sous observation et il s'est avéré que des enfants de 11 ou 12 ans défilaient chez lui. Robbie Van Der Planken, l'amant de Gerrit Ulrich, avait des parts dans le bar de Glandorf. Il allait aussi régulièrement en Allemagne et en Californie.

L'association a appris que "on fournissait régulièrement des enfants à des bars de Rotterdam et Amsterdam, et Robby Van der Planken jouait un rôle important dans ce trafic". Quand des membres de Morkhoven l'ont rencontré, Van den Planken aurait même déclaré qu'il était responsable de l'enlèvement de Manuel Schadwald, des aveux enregistrés en vidéo et transmis aux autorités allemandes.

Voici un extrait de cette audition du 27 mars 2001 auprès des enquêteurs belges de la cellule de Neufchâteau, qui travaillait sur l'affaire Dutroux:

Screenshot - 15_07_2015 , 22_51_38

 


Van der Planken était aussi en contact avec Warwick Spinks, dont on a retrouvé la trace dans ses agendas. Notons que Warwick Spinks, un anglais actif dans la pédopornographie depuis au moins le début des années 80, figure sur la liste des visiteurs d'Elm Guest House. Il oeuvre aujourd'hui dans le domaine du tourisme en République Tchèque. A l'époque de la disparition de Schadwald, un témoin avait expliqué que Spinks se rendait environ une fois par mois à Berlin. Il faut aussi savoir que la gare Bahnof Zoo de Berlin et la gare centrale d'Amsterdam, reliées par le train, étaient alors de hauts lieux de la prostitution de mineurs et il n'y avait pas à chercher bien loin pour trouver des candidats tentés par se faire un peu d'argent aux Pays-Bas.

manuel2Spinks, il va sans dire, était aussi en lien avec Lothar Glandorf et la quasi totalité des pédophiles anglais exilés aux Pays-Bas. Les pédophiles de toute l'europe ont afflué vers les bordels des Pays-Bas à cette époque, et nombreux ont été ceux qui se sont mis à développer leur business dans la pédopornographie et/ou le trafic d'enfants.

Il y aurait beaucoup à dire sur Warwik Spinks qui, quand, il se fait pincer, ramasse des peines dérisoires. Enfin, bref.

C'est donc chez l'ami de Van der Planken, l'allemand Gerrit Ulrich qu'on a mis la main sur les CD Roms dits de Zandvoort, sur lesquels plusieurs dizaines de familles françaises disent avoir reconnu des proches. Puis en juin 1998 Ulrich a été liquidé par le milieu, selon des informations obtenues par marcel Vervloesem [5]. Mais la version officielle est que Van der Planken l'a tué par amour, parce qu'Ulrich avait un cancer bien avancé.

Il a aussi, selon certains témoignages, été vu en compagnie de Dutroux dans les bars pédophiles, dans les mêmes secteurs où Schadwald a aussi trainé quelques années.

En 2000 déjà, la presse anglaise disait que Manuel Schadwald avait travaillé dans un bordel de Rotterdam qui appartenait à Lothar Glandorf. A l'époque, il a fallu 18 mois à la police pour mener une perquisition chez Glandorf, et c'est là qu'elle s'est aperçue qu'il avait trafiqué des centaines de garçons dont la moitié avaient moins de 16 ans (l'un d'eux en avait 9).

Trois garçons qui avaient fui Glandorf ont déclaré à la police qu'ils avaient croisé un jeune qu'ils avaient reconnu comme étant Manuel Schadwald. Mais évidemment, il travaillait sous un autre nom. Des officiers hollandais sous couverture l'auraient aussi reconnu, selon des journalistes locaux.

En 1998, une émission hollandaise a remonté la piste de Lothar Glandorf, qui selon cette enquête qui reprenait des sources de la police allemande, a prostitué Manuel Schadwald dans ses bars à Rotterdam.

95101953En 1996 et 1997, suite à des filatures, mises sur écoutes et autres perquisitions, quelques-uns des pédophiles du milieu hollandais ont passé un peu de temps en prison. Mais il n'a jamais été question de réseau.

D'après certaines sources, il y avait du gratin dans yacht, le soir où Manuel Schadwald a été tué. Joris Demmink a été cité par certains observateurs de la scène pédocriminelle hollandaise.

On notera aussi que l'un des sites sur lesquels on trouvait la menace de balancer les photos de cette partouze/snuff movie (Islamic News Info) est boqué aujourd'hui par le ministère de l'Intérieur car c'était un forum islamique.

Sur une radio hollandaise, Marcel Vervloesem avait aussi parlé d'une vidéo qui existerait du meurtre du garçon, en présence de Joris Demmink. Cet homme a occupé des postes clés au ministère de la Justice des Pays-Bas, jusqu'à en devenir le n°1. Il est accusé d'avoir ciolé des mineurs en Turquie, notamment.

Demmink a été impliqué dans plusieurs dossiers de pédocriminalité, et fréquentait des membres du gratin local tels que Frits Salomonson, avocat qui font longtemps conseiller de la famille royale, et pédophile notoire. On a déjà longuement abordé le cas Demmink, qui est très intéressant car les Etats-Unis, mais aussi la Turquie, se sont emparés du dossier chacun à leur manière, mais dans les deux cas de manière publique, ce qui laisse penser à des manoeuvres diplomatiques. Car Demmink n'est que l'arbre qui cache la forêt.

Screenshot - 20_07_2015 , 17_24_37En tout cas, les renseignements hollandais semblent être parfaitement au courant depuis bien longtemps du fait que Demmink était sur l'Apollo quand Manuel Schadwald a été tué. Le corps lesté aurait ensuite été jeté dans la mer.

D'après certaines sources, apparemment officielles, les autorités hollandaises craignaient que l'affaire du meurtre de Manuel Schadwald sur l'Appollo ne serve à faire pression sur le pays. On avait peur que les noms de Joris Demmink, Gerard Spong (un avocat médiatique), Kees Lunshof (un journaliste, décédé en 2007), de Léo van Gasselt (comptable chez KPMG décédé en 1997 qui était le propriétaire du yacht) et du prince Bernhardt ne soient balancés dans le cadre du "meurtre" d'un enfant sur le yacht Appollo.

Selon des informations de l'AIVD notamment, Lunshof était lié au réseau de Joris Demmink. On sait aussi que Gerrit Ulrich donnait des cours de voile à des gamins sur l'Apollo, le bateau de son ami Van Gasselt. D'ailleurs, les carnets d'adresses retrouvés chez Ulrich étaient ceux de Van Gasselt.

Van Gasselt a été l'amant d'Ulrich jusqu'à sa mort, puis c'est van der Planken qui s'est installé chez Ulrich, qui l'avait aussi recruté comme salarié dans sa boite d'informatique.

Van Gasselt est aussi lié à une importante fraude financière liée à son entreprise, KPMG. Et, via Van Gasselt, des cadres de KPMG étaient parfaitement au courant de l'existence du réseau pédocriminel local. Ce qui a probablement permis d'éviter un scnadale en faisant pression sur les autorités, prêtes à tout pour étouffer cette affaire.

 

La piste du beau-père

rainerwolfD'après Die Welt, Rainer Wolf, le beau-père de Manuel Schadwald, aurait travaillé pour la Stasi, les services secrets est allemands. Il y a des témoignages, notamment celui d'un ancien du KGB, qui a déclaré que Wolf faisait du trafic d'enfants pour coincer des personnalités politiques ou des industriels. Ceci dit, on ne comprend pas bien pourquoi il aurait utilisé son propre beau-fils.

Wolf aurait admis lui-même qu'il a été recruté par la Stasi alors qu'il était incarcéré à Berlin Est, et il aurait travaillé pour cet organisme de 1980 à 1986. Il a été chargé aussi d'espionner les opposants politiques.

Au sujet de cet agent de liaison entre le KGB et la Stasi, la Fondation princesse de Croy déclarait: "Iwan Götz, l’ancien agent du KGB et de la Stasi dont on retrouve effectivement le nom de code " Grigori " dans les dossiers concernant Rainer Wolf, explique : " J’avais pour mission d’évaluer Rainer Wolf sur le plan psychologique et je devais juger s’il était apte à remplir une certaine fonction auprès de la Stasi. C’est seulement bien plus tard que j’ai appris que, suite à son émigration en RFA mise en scène par la Stasi en 1984 et sur ordre du département d’espionnage à l’étranger des services secrets de la RDA, Wolf a fait chanter des hommes d’Europe de l’Ouest impliqués dans des affaires de pornographie enfantine".

Très vite, des accusations ont été portées contre Wolf. Par exemple, un ancien prostitué a déclaré qu'il avait vu Rainer Wolf au Pinocchio, un bar à pédophiles à Berlin, qui a été fermé au momentr de l'affaire et qui était fréquenté également par Lothar Glandorf. Des garçons de 12 ou 13 ans y étaient prostitués.

D'après Die Welt, qui est quand-même un journal très sérieux, la Stasi (qui étaient donc les services secrets de l'ex Allemagne de l'Est) faisait chanter ou manipulait diverses personnalités (politiciens, juges, industriels...) qu'elle coincait avec des affaires de pédocriminalité. On sait bien que cette technique n'est pas l'apanage de la Stasi, au contraire c'est le B-A BA des relations diplomatiques. Quoi qu'il en soit, selon le quotidien, c'est pour cette raison qu'on a un Rainer Wolf lié à la Stasi dans cette affaire, dans laquelle il aurait même joué "un rôle clé".

La presse allemande s'est même demandé, en 2003, si Dutroux n'avait pas, lui aussi, travaillé pour la Stasi.

Il est clair que l'affaire Manuel Schadwald est sensible, et il ne serait pas étonnant que quelques contre feux aient été allumés histoire de détourner l'attention de la cible ultime. On peut même se demander pourquoi on nous reparle aujourd'hui de la piste archi connue du réseau pédophile hollandais.

Une chose me semble certaine: tous les services de renseignements occidentaux doivent avoir le dossier.

 

Screenshot - 19_07_2015 , 18_15_01Au sujet des fichiers Zandvoort

Quand Morkhoven a diffusé les CD Roms de Zandvoort auprès des polices française, belge, hollandaise et allemande via des intermédiaires, les autorités ont été très embêtées. En belgique comme en France, on nous a dit que les images étaient vieilles, et qu'elles ne concernaient pas des enfants nationaux.

Les pays-Bas, eux, ont classé le dossier en l'espace de 9 mois. On s'est aussi aperçu que toutes les données concernant cette affaire ont été effacées "par erreur" des serveurs de la police.

En Italie, par contre, une opération anti pédoporno lancée au danemark a permis de remonter jusqu'à un dénommé Marzola, un italien qui tournait de la pédoporno souvent très violente, et qui était en contact avec un brave père de famille belge, Pascal Taveirne, qui violait et torturait ses deux filles autistes devant la caméra, s'assurant ainsi de confortables revenus.

L'Italie a du faire pression pour que Taveirne soit arrêté, et la presse n'en a pas parlé, ce qui a amené certains à se demander pourquoi il avait bénéficié d'une telle protection. Et les images de ses filles se sont retrouvées parmi les fichiers de Zandvoort. En outre, il n'a été poursuivi que pour des faits d'agressions sexuelles, alors qu'on a les preuves filmées de viols commis dès les 5 et 6 ans de ses filles.

Les carnets d'adresses de Gerrit Ulrich mentionnaient aussi un certain Jacques Delbouille, qui avait fait quelques jours de prison en préventive dans l'affaire du CRIES, un réseau pédophile basé dans les locaux de l'UNICEF à bruxelles. Mais on a jugé Delbouille et quatre autres pédophiles sans faire référence à Zandvoort, bien que 15 m³ de matériel aient été saisis.

Finalement, c'est Marcel vervloesem qui a été poursuivi et même emprionné pour pédophilie, des accusations montées de toutes pièces afin de le faire taire. En ce qui concerne les CD Roms, les autorités Belges, comme la France, ont toujours dit qu'il n'y avait pas de quoi fouetter un chat.

En Allemagne, le procureur de Berlin Hansjürgen Karge a déclaré que les disparitions d'enfants ne le concernaient pas.

97002250En france, le procureur des mineurs Yvon Tallec a affirmé qu'il n'y avait pas de problème car les enfants sur les images étaient consentants, leurs parents aussi, qu'en plus ils étaient tous étrangers, et les images étaient anciennes. Pour M. Tallec, il fallait donc "minimiser" l'importance de ce dossier. Pourquoi M. Tallec a-t-il menti? Pourquoi a-t-il "minimisé" l'affaire au point qu'elle finisse par un non lieu en 2003? Il y a certainement beaucoup de choses à apprendre sur ce personnage.

Sauf qu'on parle d'une vingtaine de familles françaises qui ont dit avoir reconnu des proches sur ces fichiers, dont Patricia Poupard [6], la famille de Cécile Bloch ou quatre familles de disparues de l'Yonne, notamment. En 2000, 15 familles avaient formellement reconnu des enfants sur les fichiers, qu'ils ont été consulter dans des commissariats et gendarmeries.

Véronique Liaigre, cette victime d'un réseau pédophile et satanique basé notamment près d'Angers, s'est reconnue parmi les photos des fichiers de Zandvoort. Ses deux parents ont été condamnés pour viols et proxénétisme sur leurs quatre filles, mais aucun client n'a été embêté.

Pourtant, Véronique Liaigre avait parlé de meurtres d'enfants, de rituels sataniques un peu partout en France et à l'étranger. Le réseau qu'elle a décrit était connecté avec d'autres réseaux, mais on n'a pas jugé utile de faire toute la lumière sur cette affaire.

On a aussi retrouvé d'autres français dans les carnets d'adresses d'Ulrich, comme Patrick Busquet, qui a donné à Van der Planken l'arme utilisée pour tuer Ulrich, et qui a reconnu connaitre Van der Planken depuis 1993.

Jacques Dugué, pédophile revendicatif, a reconnu plusieurs de ses victimes sur les fichiers de Zandvoort. Dugué a pris 30 ans de prison en 2002 mais a été jugé comme un prédateur isolé.

En mars 2003, la juge Daniele Ringot clot l'affaire des CD Roms par un non lieu. Non lieu rendu sur base d'un seul CD Rom, semble-t-il, alors que 81 identifications ont été réalisées sur ce CD. Aucune des familles qui avaient reconnu des victimes n'a été prise au sérieux, elles se sont toutes trompées, circulez il n'y a rien à voir.

Pourtant, quand elle avait été saisie du dossier en 2000, la juge Ringot avait demandé aux polices de diffuser ce fichier de 572 portraits d'enfants, et cela le plus largement possible, afin que le public puisse les consulter. C'est seulement ensuite que l'affaire est partie en vrille.

 

-----------------------------

A voir l'ambiance qui entoure ces CD roms, l'affaire Shadwald mais aussi toutes les autres affaires dans lesquelles il est question de réseaux pédophiles, on comprend bien que l'accumulation de dysfonctionnements sert à protéger la mafia de la pédopornographie. L'Etat français (j'utilise ce terme exprès) ne peut pas dire le contraire, et les piles de dossiers bourrés d'erreurs, clos systématiquement par des non lieux ou des classements sans suite, est là pour le prouver. Derrière, finalement, il n'est question que d'enfants violés et de pervers impunis.

 


[1] Le 26 mai 2015, ce sondage montrait que "80% des Belges pensent que toute la vérité n'est pas connue sur ce dossier". 87% des femmes interrogées pensent cela, et 84% des personens âgées de 35 à 54 ans. 92% des belges (surtout les femmes) pensent que Dutroux ne devrait jamais sortir de prison. Enfin, "75% des Belges estiment que les enfants ne sont pas plus en sécurité aujourd’hui que lors de l’affaire Dutroux". No comment.

[2] Robbie Van der Planken, un jeune belge de 16 ans en 1992, a été retrouvé, ainsi que ses deux jeunes frères jumeaux, dans les bordels hollandais, par Morkhoven. Il s'est vite retrouvé dans les filets de Gerrit Ulrich, qui connaissait tout le milieu des pédophiles hollandais, dont  l'Allemand Lothar Glandorf. Il a été prostitué dès ses 12 ans dans les bordels des Pays-Bas et dans le milieu de la pédopornographie.

[3] Eefje a disparu en même temps que son son amie An Marchal, alors qu'elles étaient en vacances sur la côte belge, à l'été 1995. Les deux ont été enterrées vivantes, quelques semaines après leur enlèvement.

[4] Glandorf importait des enfants aux Pays-Bas depuis l'Allemagne. Là, il avait des bordels, et d'après un de ses anciens "collaborateurs", "ces maisons de prostitution fournissaient également des personnalités éminentes avec un service d’escorte discret". On en vient au système habituel de la corruption.

[5] Quand Ulrich est mort, Vervloesem est retrouné dans son appartement pour trouver une cache dont lui avait parlé Ulrich, dans laquelle il y avait le matériel important. Mais sur place, des agents des renseignements hollandais étaient déjà à l'oeuvre, avant le passage de la police. Une partie du matériel pédoporno n'a pas été saisie (et a même été remise à la famille du défunt), ni les disques durs des huit ordinateurs d'Ulrich.

[6] patricia Poupard s'est rendue en Suisse à la demande de la justice pour étudier les CD Zandvoort, et c'est là qu'elle a reconnu son fils âgé de 4 ans, sur des images. On y voyait aussi son père, Alain F., qui a fini par obtenir la garde de son fils. Quant à Patricia Poupard, elle a été arrêtée à la frontière en rentrant en France et détenue pendant sept mois, d'avril à find écembre 2004, son fils a été placé puis rendu au père qu'il avait dénoncé. On n'a jamais tenu compte des CD Roms de Zandvoort dans cette affaire.

05 juillet 2015

Revue de presse des mois de mai et juin 2015

 Screenshot - 05_06_2015 , 21_14_20En raison du procès d'Outreau, j'ai joint les revues de presse de mai et juin. On a eu quelques profs et entraîneurs sportifs pédophiles, beaucoup de cas d'inceste, beaucoup de récidivistes, des parents proxénètes, beaucoup de types pris à télécharger de la pédopornographie. Ca ne bouge pas tellement du côté de l'Angleterre, où la police travaille sur des centaines de dossiers de réseaux pédophiles. En France, le groupuscule des faux souvenirs est ressorti de sa boîte après Outreau, disant que les enfants sont des menteurs, qu'il faut arrêter de croire ce qu'ils racontent. Tout cela, alors que le problème de la pédocriminalité et de ses conséquences a pris une ampleur catastrophique. Ces gens, c'est le petit orchestre du Titanic sans la bravoure.

 

> 3 mai

  • Screenshot - 08_07_2015 , 12_33_16France : Outreau, le commentaire de Jacques Cuvillier sur l'émission de propagande de France Inter, avec Wiel comme seul invité, diffusée jeudi. "Cette émission consacrée à l'affaire d'Outreau n'a écarté aucun des clichés qui constitue la doxa telle qu'elle a été concoctée par de brillants avocats de la défense et continuellement enseignée depuis une dizaine d'années au bon peuple Français. Cette fois, c'était un chef d'œuvre : un récit soigneusement construit avec des termes bien ciselés pour atteindre leur cible, lu de manière théâtrale par de bons comédiens, un ton sentencieux et ampoulé... à la limite du ridicule."

  • France : A Tourcoing, deux types qui téléchargeaient et/ou diffusaient de la pédopornographie, ont été arrêtés. L'un était "connu de la police pour des violences sur des mineurs et un viol.", les deux s'attaquaient aussi à leurs enfants.
  • Angleterre : Politique et couverture. Greville Janner , député du Labour pédophile qui ne passera pas en procès parce qu'il a été déclaré être sénile, était protégé par un de ses amis, Michael Hirst, un policier qui dirigeait le commissariat local. Comme la quasi totalité des flics gradés, il était franc maçon tout comme Janner. Bien qu'il soit sénile, Janner dirigeait encore sa boite il y a trois semaines.
  • France-Afrique : Après l'affaire des pédophiles dans nos écoles, qui n'a pas fini de secouer l'opinion publique, voilà que la presse anglaise nous apprend qu'on a aussi des pédophiles dans l'armée, qui en plus s'attaquent à des enfants qu'ils sont censés protéger dans le cadre d'opérations de l'ONU. Mais ce qui est le plus inquiétant, c'est la manière dont l'ONU s'apprêtait à étouffer toute l'histoire, ce qui n'aurait pas du tout dérangé la France.

 

> 4 mai

  • Screenshot - 08_07_2015 , 12_37_08France : Meurtres d'enfants en Isère dans les années 90: on aurait un suspect pour deux des crimes, confondu par son ADN, nous dit-on. Il s'agit des meurtres de Sarah Syad, 6 ans, en 1991, et de Saïda Berch, 10 ans, en 1996. " Le suspect aujourd’hui en garde à vue, avait alors été entendu par les enquêteurs comme bon nombre d’habitants mais aucun élément n’avait permis de le confondre. Le juge chargé d’instruire ces deux affaires a récemment décidé de faire de nouveau analyser tous les prélèvements par un laboratoire ultra spécialisé à Bordeaux. Les conclusions de ces nouvelles expertises ont donc permis d’identifier un suspect à partir d’ADN et d’empreintes digitales prélevées sur ces deux scènes de crimes. Cet homme était âgé de 15 ans et demi lors des premiers faits et de 21 ans pour les seconds."

  • France-Afrique : Viols en Centrafrique : Il ne faut quand même pas 8 mois pour retrouver ces types: "Les descriptions faites par les six enfants sont particulièrement précises. L'un des agresseurs présumés est un skinhead au crâne rasé, un autre est d'origine créole. Donnant parfois leur surnom, les victimes ont également témoigné de signes particuliers : un tatouage de serpent sur le haut de la main ou un tatouage de fleur sur la nuque."
  • France : Propagande Outreau: commentaire sur le dernier "débat" sur RTL, "l'heure du crime". "Jacques Pradel plante le tableau : "un grand nombre d’avocats sont fâchés" que ce procès de Daniel Legrand ait lieu, et il poursuit "On n’est pas là dans la théorie du complot, on a décidé de bien vous aider à comprendre ce procès, et on a invité Me Delarue", qui lui se trouve face à Pradel. Or, Pradel se trompe: la théorie du complot, il va bien y avoir droit avec le duo Delarue-Moretti, pour qui ce procès est le fruit d'une sorte de complot, comme il l'a plus ou moins expliqué.
  • France : 43 victimes âgées de 4 à 7 ans pour un instit du Dauphiné. L'instit est en prison depuis deux ans pour le viol d'une de ses élèves de maternelle, et 43 autres plaintes ont été déposées entre temps. On peut se demander pourquoi ne l'avoir jugé que pour un seul cas alors qu'il était très probable qu'il avait fait d'autres victimes.

 

> 5 mai

  • Screenshot - 07_07_2015 , 12_29_15USA : Lawrence Taylor Jr, star du foot américain est en prison pour viol sur mineure. Il a pris 30 ans dont 10 fermes. Son père a eu à faire à la justice pour avoir sollicité une mineure prostituée. Lawrence Taylor Jr. a été reconnu coupable de détournement de mineures, d'agression de mineures et de sodomie aggravée.
  • France : Récidiviste ? Déjà condamné à du sursis pour des faits d'agressions sexuelles, ce directeur de centre equestre vient d'être mis en examen et ecroué pour viols sur jeunes filles. Il avait déjà déjà été condamné avec du sursis pour des agressions sexuelles, cette fois on parle de quatre viols.
  • France : Des parents qui violent leurs enfants de 1, 3 et 4 ans avec la complicité d'un "ami" âgé de 14 ans au moment des faits, c'est ça la réalité pédocriminelle en France...Ils ont pris 13 ans de réclusion chacun. "Cette affaire éclate en septembre 2010 par un signalement des services sociaux du conseil général de l’Aisne : des assistantes maternelles ont constaté un mal-être chez les trois enfants placés, à chaque retour de week-end passé chez leurs parents, à Laon". Merci à ces assistantes maternelles.
  • France : Etude de victimologie 2015 :"Les mineur-e-s ne bénéficient pas de plus de protection, loin de là, seules 4% des victimes agressées dans l’enfance rapportent avoir été prises en charge par l’Aide sociale à l’enfance. Et parmi les victimes qui ont porté plainte, 66% de celles qui avaient moins de 6 ans au moment des faits, 70% de celles qui avaient entre 6 et 10 ans, et 71% de celles qui avaient entre 11 et 14 ans, rapportent n’avoir jamais été protégées. Sur les 1214 victimes interrogées, 380 ont porté plainte, soit 31% d’entre elles. . Cela ne signifie pas que les 69% restantes n’aient pas désiré le faire, certaines n’ont pas porté plainte parce que les faits étaient prescrits, ou parce que l’agresseur était inconnu ou décédé. Dans certains cas la plainte a bien été déposée mais pas enregistrée ".

 

> 6 mai

  • Screenshot - 10_06_2015 , 17_12_06France : Affaire Outreau : analyse par un ancien magistrat du livre mensonger de Florence Aubenas, La Méprise, dans lequel elle attaquait le juge Burgaud et donnait dans le pathos au sujet des accusés. Un livre publié avant le procès en appel.

  • France : Duponpon Moretti est aussi l'avocat de Christian Iacono, acquitté du viol de son petit fils qui s'est rétracté (comme à outreau avec plusieurs victimes de Wiel notamment), malgré des certificats médicaux concluant à l'existence de traces de sodomie. Va-t-il faire venir Iacono à la barre à Rennes pour pleurer sur ces médecins incompétents et sur ces enfants menteurs? Iacono porte même plainte contre les médecins... Médecin lui-même, l'ex accusé explique savamment: ""Quand j’ai examiné le dossier médical, j’ai vu que le médecin avait fait une erreur sur un diagnostic péremptoire et sur des éléments qui n’étaient pas suffisants pour faire un diagnostic de sodomie". Du coup, certains s'interrogent: "On ne peut s'empêcher de penser à un semblant de publicité en faveur de l’homme de loi (Duponpon), à l’approche du nouveau procès de Daniel Legrand (acquitté d'Outreau). Mieux, la plainte déposée contre les médecins Rémois profiterait aisément à l’avocat pour brouiller les pistes, rendant curieusement irrecevable la note ultraconfidentielle couverte par le secret médical, qui embarrassait alors au plus haut niveau le ministre de la Santé, Philippe Bas. Ce document rédigé par l'Inspection générale des affaires sanitaires et sociales (IGAS), remis au mois de février 2007 entre les mains du ministre précité, retrace l'historique médical de quatorze des dix-sept enfants cités comme victimes dans l’affaire de pédophilie. Pour cinq d'entre eux, dont les parents ont été reconnus innocents, l'IGAS relève des indices évocateurs d'abus sexuels"
  • 6145445France : Pédophilie à l'école...tout va bien ? "Tout est mis en œuvre pour décrédibiliser notre parole et étouffer l'affaire", raconte la mère d'une fillette de 3 ans qui aurait été abusée par sa maîtresse à plusieurs reprises. Cette mère explique que l'école a fait un signalement (les parents n'ont pas porté plainte) mais que l'enquête n'a mené à rien. Les parents n'ont plus eu de nouvelles de la justice ni de l'école.
    Après 3 semaines d'enquête la brigade des mineurs dit aux parents que tout est classé sans suite, qu'il "ne s'est rien passé" et que la gamine a menti, malgré un certificat médical. On accuse les parents de faire mentir la gamine, on demande aux parents de se taire et donc "aucun parent n'est au courant de ce qu'il se passe". L'école a viré la famille de l'école, l'inspection menace les parents de poursuites en justice s'ils parlent de cela aux parents ou à n'importe qui d'autre.
    Puis il y a eu d'autres signalements. Une autre fillette a raconté la même chose, en parlant "d'attouchements voir plus" dit la maman. L'école ne fait rien. La brigade des mineurs dit à ces parents qu'ils sont sous "l'emprise d'une psychose" et que leur fille a menti.
    Il y aurait aussi un troisième signalement. Puis Me Marie Grimaud explique: "Cette affaire n'est pas un cas isolé (...) je n'ai pas un seul dossier dans mon cabinet qui ne se termine pas par un classement sans suite".
    "J'espère que ces familles auront les moyens de prendre un avocat"...
    Ben oui sans constitution de partie civile et versement d'une somme rondelette, il n'y aura JAMAIS d'enquête. On a une magistrate qui dit que depuis outreau le nombre déjà très bas de condamnations pour pédophilie a beaucoup baissé. Que se baser uniquement sur les preuves matérielles est aberrant. Et l' "expert" Coutanceau est absolument pitoyable à dire que les gosses sont des menteurs...

Le Grand Décryptage du 30/04/2015 -
  • France : Inceste banal, impunité, et finalement 2 ans de taule pour un père pédophile qui a "agressé" sa fille de 3 ans. Le tout en correctionnelle, évidemment.  "Un père de famille de 51 ans a été condamné à deux ans de prison ferme pour des agressions sexuelles sur sa fille de 3 ans. Le logement est d’une saleté repoussante. Les trois enfants, âgés de 3, 6 et 7 ans, dorment dans la même chambre que leurs parents, sur des matelas posés à même le sol, sans draps. Selon l’enquête, il leur arrive fréquemment d’assister aux ébats intimes entre leur père et leur mère. Quant à l’hygiène des trois enfants, elle laisse à désirer. Ils ne portent jamais de sous-vêtements et ils n’ont pas vu de médecin depuis très longtemps. (...) L’une de leurs nièces avait porté plainte à la gendarmerie, en août 2013. Elle était venue rendre visite à sa tante et à son oncle. Elle avait une tendresse particulière pour les enfants, en particulier la petite dernière, âgée d’un peu plus de 3 ans. La jeune fille raconte aux gendarmes :"Quand j’ai voulu la changer, je me suis aperçue que son sexe était rouge. J’ai tout de suite suspecté des attouchements de son père. Il m’avait fait subir la même chose lorsque j’avais 12 ans." Comme d'habitude, le pédophile nie et crie au complot.
  • Sunday-People-paedo-cover-ringAngleterre : Retour sur le réseau de Westminster. Un homme qui avait 20 ans en 1975, appelé "David", explique qu'ila tourné dans le réseau pédophile du Dolphin Square, celui avec un tas de politiciens dedans. Ce témoin explique qu'il a été forcé de se prostituer auprès de ces types. A l'époque, il était dépendant à l'alcool et aux drogues. Il raconte qu'il a été prostitué auprès de plusieurs politiciens conservateurs, et a été à une partouze où ils fêtaient l'élection de Thatcher. Il dit qu'une fois à ces "soirées", à Notting Hill, il a assisté à des violences sexuelles graves sur deux frères de 8 ou 10 ans, drogués, torturés et forcés à avoir des relations entre eux. Lui même a souvent été obligé de procéder à des actes sexuels sur ces politiciens, dont Peter Hayman (ex chef du MI6, membre du paedophile Information Exchange, visiteur d'Elm Guest House, protégé par d'autres pédophiles de la justice et de la politique, et par la police) et leurs amis, dont Peter Righton (fondateur du paedophile Information Exchange, mais surtout il était le ponte anglais en matière de protection de l'enfance, et a dénoncé les accusations d'abus rituels comme étant des inventions). Il y avait des adolescents, tous des garçons, à ces partouzes. Une fois, il a vu un jeune de 12 ans, terrifié, emmené dans un couloir par un type. Il ne l'a jamais revu.

  • France: Des expertises psys pourries utilisées en justice sont pointées du doigt en 2012 par le Syndicat des psychologues en exercice en libéral: "nous recevons de plus en plus de témoignages  édifiants de personnes qui subissent des pressions psychologiques sous couvert d’interprétations  psychologiques alambiquées, sauvages et abusives.  Ces personnes se retrouvent  cataloguées et enfermées  dans de faux diagnostics.  Une fois la machine en route l’enfermement mental fait son œuvre les plongeant  souvent  dans un état dépressif  qui servira alors de justification à la sentence. Alors que ce n’est que le résultat d’une manipulation mentale perverse".

 

> 7 mai

  • Screenshot - 07_07_2015 , 13_28_34France : 30 ans après, elle accusait son père de viols après avoir été suivi par un coach personnel. Forcément, on a tenté de mettre ça sur le compte des faux souvenirs induits et tant mieux, il a été démontré que cette théorie fumeuse ne tenait pas. Heureusement pour elle, sa cousine aussi a déclaré avoir été agressée, sinon on était parti pour nous refaire le coup des "faux souvenirs induits". Le journaliste nous a même fait un paragraphe là-dessus: "Il ne s'agit donc pas de faux souvenirs induits comme a tenté de le prouver l'avocat du père : une histoire née de ses échanges récents avec un coach en développement personnel, consulté dans une période où elle n'allait pas bien, qui l'aurait poussé à porter plainte. C'est un phénomène venu des États-Unis. Ce sont des pseudo-thérapeutes selon lui, qui construisent dans l'esprit de leur patient mal dans leur peau, des souvenirs prétendument refoulés de l'enfance, une sorte de manipulation de leur mémoire, à laquelle ils finiraient par croire dur comme fer".

  • Somalie : Les victimes de viols se retrouvent trop souvent accusées. "Somalienne de 14 ans, Fatima a été violée par un chauffeur de "tuk-tuk", un taxi triporteur, mais l'homme n'a pas été inquiété. Elle, en revanche, a été accusée de prostitution, arrêtée et incarcérée un mois, l'occasion pour un policier de la violer à nouveau." L'adolescente a même passé un mois en prison: "Alertés par le bruit, des policiers ont arrêté l'adolescente et son agresseur. Celui-ci a été rapidement relâché et Fatima accusée de prostitution. "La police m'a arrêtée et m'a dit que c'était moi la fautive", murmure-t-elle."
  • France : Carcassonne, soupçons de viols sur enfants de 8 à 12 ans par un entraineur de rubgy. Il reconnaîtrait partiellement les faits, qui se seraient étalés sur deux ans avant qu'un enfant ne parle.

 

> 10 mai

  • Screenshot - 08_07_2015 , 13_13_57France : Il nie les viols de sa fille, qui ont donné plusieurs grossesses, et explique qu'il a fait un don de sperme à sa fille. "Un père de famille âgé de 71 ans est accusé par sa fille de 44 ans de multiples viols. Outre les viols, sa propre fille aurait donné naissance à quatre enfants à la suite de ces agressions sexuelles.  C’est sa fille qui aurait procédé elle-même à des inséminations artificielles donnant naissance à quatre enfants qui seraient donc les petits-enfants mais aus...si les enfants de l’accusé. L’avocat général a demandé une condamnation exemplaire de 13 à 15 ans de réclusion criminelle. Le procès a dû être reporté à novembre prochain suite à un malaise du prévenu qui a été hospitalisé pendant quarante-huit-heures".

  • Inde : Comme quoi, on peut mettre a pression sur Facebook pour qu'il protége mieux l'enfance. Des militants anti-pédocriminalité ont fait une pétition sur Change.org pour que des mesures soient prises à l'encontre de pédophiles (diffusion d'images, commentaires, ...) sur Fesse bouc visiblement trop laxiste dans ce combat. 24H après, FB a contacté l'activiste à l'orgine de la pétition et promet d'agir, on demande à voir. Tiens, en France c'est la même chose...c'est dingue ce qui circule sur FB !
  • Malaisie : Lutte contre la pédocriminalité, ils veulent mettre en place un fichier de délinquants sexuels qui sera accessible au public, se disant que ça pourra servir.... On peut anticiper qu'un bon paquet d'étrangers va se retrouver dans ce fichier.

 

> 9 mai

  • Screenshot - 08_07_2015 , 13_19_03France : On rêve : 3 mois de sursis. Le type a avoué les agressions sexuelles, s'est rétracté, a regretté, s'est à nouveau rétracté. Certes il n'est apparemment pas passé à l'acte, mais l'occasion fait le larron, et ces 3 mois de sursis risquent de ne pas être très dissuasifs. "À son domicile et chez la victime, fille de l'un de ses amis, l'homme en question touche à plusieurs reprises la poitrine et à une reprise le sexe, à chaque fois par-dessus les vêtements, d'une adolescente âgée de 15 ans au début des faits. Des gestes qui s'arrêtent, pour se muer en insultes, quand la jeune fille se défend en mordant son agresseur, avant de se confier à des amies et à une surveillante du collège." Du côté de la défense, on avance "un contexte frustre, machiste de base mais sans grande méchanceté, considère l'avocat du prévenu. " No comment.

  • France : Il est accusé d'avoir tripoté un gamin de 6 ans par la mère de l'enfant, mais il a toujours nié les faits. Il n'a pas trouble psychologique, quant à la mère, elle aurait mis 7 mois à porter plainte, a parlé d'une puis de plusieurs agressions sur son fils, et au final le parquet requiert la relaxe "faute d'éléments objectifs" (à part la parole de l'enfant, éventuellement...). 

 

> 10 mai

  • France : Le dernier article de Jacques Cuvillier: pourquoi Florence Aubenas a-t-elle menti dans son livre et ses articles sur l'affaire d'Outreau? Une analyse de la manipulation grossière de l'affaire par Aubenas. "Ce serait aussi pour faire plaisir au juge qu'Aurélie Grenon aurait chargé d'autres personnes : "Aurélie réfléchit. "Si je l'ai fait, moi, pourquoi ils ne l'auraient pas fait, eux aussi ? ""... "Aurélie se dit que ces gens sont de toutes manières déjà compromis : cela ne change rien pour eux qu'elle les accuse ou non. Elle, au contraire, risque d'être "mal vue" si elle reste silencieuse. Elle regarde le juge, elle se souviendra avoir pensé " il a le pouvoir "". Donc La romancière – j'emploie ce mot à dessein - ne se contente pas de décrire les échanges auxquels elle n'a pas assisté, elle explicite la pensée de ses personnages (...) les enfants victimes n'étaient pas dans le box des accusés. Elle aurait pu au moins dire quelques mots dans son "reportage" sur les conditions particulières qui leur ont été réservées, qui ont même scandalisé et fait réagir publiquement Claire Brisset, la Défenseure des enfants, qui fait part de son émoi dans cet article " pitié pour les enfants d'Outreau" publié dans le journal du dimanche du 30 mai et dans le journal le Monde du 30/31 mai 2004 "
  • Australie : Des experts tirent la sonnette d'alarme au sujet des réseaux pédophiles, bien plus courants que ne le pensent les citoyens et les autorités, et très discrets. Le jeune William Tyrrell aurait été enlevé par un de ces réseaux, qui travaillent au bénéfice de pédophiles puissants. Des types viendraient même des Etats-Unis pour trouver des victimes en Australie, où les sentences sont moins fortes. Ces experts dénoncent aussi le fait qu'on ne croit pas les enfants qui racontent avoir été victimes de ces réseaux. Les affaires sont classées.
  • Suisse : Comment maintenir le silence et la pression sur ceux qui dénoncent ? Il est question dans cette affaire d’utiliser la justice afin de censurer toute information journalistique, tout témoignage relatif à des atteintes sur mineurs telles que dénoncées par un jeune adolescent et ses frères qui ont pu évoquer leur vécu. Des journalistes sont attaqués pour avoir dénoncé ce qu'il se passe dans un foyer pour les jeunes.

 

> 11 mai

  • France : L'ex-principal d'un collège de Poissy est jugé pour des viols, agressions sexuelles et tentative de corruption sur 6 mineures, uniquement dans un cadre familial. Ce serait bien de s'intéresser aux éventuelles victimes de ce prédateur qui exercait dans un milieu qui pouvait favoriser ses passages à l'acte, mais cela ne semble pas être une priorité pour la justice ou l'Education Nationale.
  • Mexique : Un couple prostitue leur fille âgée de 12 ans. On a la panoplie habituelle: Vidéo, photo et internet. On recherche le dernier client sans trop se poser de question sur d'éventuels autres pervers, pourtant cette organisation ne sent pas le coup d'essai.

 

> 12 mai

  • Screenshot - 05_06_2015 , 21_30_13France : Par Marie Christine Gryson, qui a expertisé la plupart des enfants victimes d'Outreau : " la vérité judiciaire des plaignants, les 12 enfants victimes reconnus comme tels par la Justice, a disparu des médias et par conséquent de la conscience des politiques et de la société toute entière. Autre constat : ce qu’il reste dans la mémoire collective est le mensonge d’enfants carencés susceptibles de ce fait d’inventer des agressions sexuelles qu’ils n’ont pas subies". Elle y explique comment on en est arrivé là, et déconstruit une certaine propagande mensongère sur toute l'affaire d'Outreau.

  • France : Ecoles et pédophilie, oh, encore un..."L'ancien principal du collège des Grands champs de Poissy est accusé d'avoir violé plusieurs adolescentes de son entourage familial. Il est accusé d’avoir abusé de plusieurs de ses nièces, d’une de ses filleules et d’une amie de sa fille, entre 1992 et 2000. En avril 2011, l’une de ses nièces, alors âgée de 17 ans, apprend à ses deux cousines que son oncle lui envoie des textos tendancieux depuis quelques mois. "Je te veux pour moi. J’ai envie de toi. Je veux te voir sans ton père. Je suis sous le charme", relèvent les enquêteurs." Apparemment, on n'a pas cherché de victimes potentielles du coté des élèves. Au passage, là encore la plupart des victimes n'ont parlé que des années après: "Durant cette réunion de famille, deux autres de ses nièces et un neveu, âgés aujourd’hui de 27, 32 et 43 ans, affirment avoir subi des viols et des attouchements sexuels de la part de leur oncle pendant leur enfance."
  • France : Mais ça ne s'arrêtera jamais "parole contre parole" entre la fille et le père pédophile.  "Machiavélique". "Manipulatrice". Dans le box des assises des P.-O. depuis ce mardi, l’accusé, 46 ans, une silhouette plantée de moniteur sportif en Cerdagne, pleure. Et accuse sa propre fille qui dénonce les viols et agressions sexuelles qu’il lui aurait infligés à Enveitg, Porta, Toulouse et Saillagouse entre 1999 et 2008, alors qu’elle avait de 9 à 18 ans. Parole contre parole". Elle dit "Un jour il m’a amenée dans un parc d’attractions et m’a dit que ce n’était pas gratuit, il fallait que je paye de ma personne. Et il m’a pénétrée. Il y a eu une période où ça s’est arrêté. Vu la persistance à dire que ça ne s’était pas passé, j’ai commencé à douter. Mais ça a recommencé. Il m’a dit : “Ça va te rappeler des souvenirs”. "

 

> 13 mai

  • Screenshot - 08_07_2015 , 13_56_16Belgique : ben voilà ce que ça donne l'impunité des pédophiles...  Parce que sa mère ne l'a pas crue quand elle a rapporté des abus sexuels commis par son nouveau compagnon, une gamine a enregistré elle-même une agression avec son téléphone. EN PLUS, ce pédophile se targuait d'avoir eu une rpécédente plainte classée sans suite, ce qui selon lui le "blanchissait" complètement. "L'enfant se confie immédiatement à sa mère, mais celle-ci, trop amoureuse, n'y croit pas un instant. De plus, son nouvel époux, terriblement agressif et habile une fois confronté aux accusations de l'enfant, s'emporte et s'indigne. La mère est manipulée devant l'effroi feint de l'homme qu'elle aime et conclut que l'enfant a menti. Plus curieux, Edwin M. utilise même une précédente plainte pour moeurs à son encontre pour se dédouanner et humilier sa belle-fille qu'il qualifie de menteuse. Déjà visé par des accusations de viol sur une mineure d'âge quelques années plus tôt, il avait été acquitté faute de preuves. Démonstration parfaite selon lui qu'il était irréprochable. "Il se passera exactement la même chose cette fois", avait-il balayé pour impressionner la mère de l'enfant."

  • Belgique : Un père est accusé de viols sur ses enfants de 9 et 10 ans et il nie bien sûr. Il a pourtant reconnu des "massages" sur ses enfants, la détention de matériel pédoporno est démontrée...il lui faut quoi pour reconnaître et aider les victimes à se reconstruire.
  • Belgique : A 12 ans, elle fait la preuve des viols de son beau-père en enregistrant avec son téléphone. La mère ne croyait pas sa fille, le beau père se défendait en mettant en avant de fausses accusations précedentes faites par d'autres

 

> 15 mai

  • Screenshot - 07_07_2015 , 13_42_18France : Conséquences de l'hypersexualisation et influence du porno sur les élèves : cinq élèves âgés de 10 à 11 ans s'en sont pris à des fillettes et ont introduit des contenus pornographiques dans la cour de récréation. "L’affaire remonte au 10 avril. Dans un courrier adressé au proviseur et au rectorat que nous nous sommes procuré, une mère d’élève y décrit une " situation d’insécurité physique et psychologique dans laquelle se trouvent les filles de la classe en raison d’attouchements (seins, fesses et vulve) et de propos obscènes de la part de certains garçons"".L'Education nationale va proposer des interventions dans ce collège, nous voilà rassurés... c'était donc un cas à part...

  • France : Un père témoigne de l'importance d'écouter et croire ses enfants. Lui et sa femme n'ont pas cru tout de suite leur fille de 3 ans lorsqu'elle a raconté avoir été violée par un couple d'amis qui l'a gardée. Au départ, les parents ont même cru leurs amis, qu'il connaissaient depuis 18 ans et en qui ils avaient toute confiance. C'est finalement un médecin qui a confirmé les dires de la petite, quand ses parents l'y ont emmenée quelques jours plus tard à cause de son comportement qui avait changé. Ce père "déplore aussi la peine "trop clémente" infligée à la complice du pédophile. Elle est libre et fréquenterait même régulièrement une autre victime de son compagnon". On a tout de même l'impression que ce pédophile a berné pas mal de monde pendant pas mal de temps. Encore un qui était certainement au-dessus de tout soupçon.
  • France : 1 an et demi de prison pour de la péodporno, mais il a fallu 3 ans pour qu'il soit condamné après avoir été dénoncé par la CIA: " L'élu du Pays saint-lois dans la Manche avait été débusqué en juin 2012 par la CIA. Ce mercredi 13 mai 2015, l'homme a été condamné à 3 ans de prison. Ses victimes sont nombreuses. L'élu du Pays saint-lois de 52 ans était destinataire de fichiers pornographiques, dont certains pédopornographiques".

 

> 18 mai

  • Screenshot - 08_07_2015 , 15_25_01France : Du sursis, c'est bien parti. Et après il aura la garde de sa fille, tant qu'à faire... "Depuis début 2014, les parents séparés se partagent la garde de leur fille. Durant la procédure, cette dernière déclare aux enquêteurs : « Il a pris ma main pour que je joue au-dessus et en dessous de son zizi. (...) Il ne voulait pas que je sorte de la couverture ». Dans un premier temps, l’homme de 45 ans nie, avant d’adopter une autre position à partir de la confrontation. Pendant une e...spèce de rituel dans lequel la petite fille le rejoint dans le lit pour lui dire bonjour et lui faire un câlin, il y aurait eu un contact « par accident » Il raconte également que la petite fille l’embrasse régulièrement sur le ventre. Ses explications paraissent évasives. Parfois stupéfiantes. Lorsque le président du tribunal demande au prévenu s’il était « en érection à ce moment-là », celui-ci lance « pas vraiment, l’érection du matin quoi… » Pour les magistrats, « les éléments contenus dans le dossier sont suffisants. »"

  • France : Outreau, une chape de plomb sur la parole des enfants. "La présidente de l'Association internationale des victimes de l'inceste (Aivi), Isabelle Aubry, estime de son côté que l'affaire d'Outreau a entraîné "un recul de 15 ou 20 ans ". "Depuis 2004, nous recevons beaucoup plus de demandes de parents protecteurs, père ou mère, dont l'enfant a révélé des abus commis par un membre de la famille, sans qu'il y ait de suites judiciaires », assure-t-elle. Il y a selon elle « énormément de classements sans suite, surtout quand les enfants sont très jeunes, moins de six ans "."
  • Belgique : Laxisme au paradis des pédophiles. "Une maman dont les deux enfants ont été violés par son ancien mari pendant plusieurs années (entre 2007 et 2011) vient d’apprendre que son ex-compagnon bénéficie depuis quelques semaines d’une libération sous bracelet électronique. Le pédophile avait été condamné en avril 2014 à trois ans de prison ferme. " Il est déjà sorti, sans que la mère ne soit prévenue.

 

> 20 mai

  • Argentine : Le gamin a 6 ans, il se fait violer par un pédophile et la cour va se montrer dégueulasse : l'enfant, sous prétexte d'être homosexuel, était habitué et finalement ce n'est pas grave ! "Le tribunal a fait valoir que l’enfant avait "une orientation sexuelle gay et était habitué à ce qu’on abuse de lui" (...) Parlant de ce petit enfant d’une façon ignoble, la Cour a déclaré : "Il était habitué à avoir des relations sexuelles. Il est gay et a déjà sa sexualité définie. L’abus est réel, mais il n’a pas été tellement scandaleux"

 

> 22 mai

  • France : Eglise, comme l'éducation nationale, y'a qu'à se baisser. Un religieux de la communauté de St Jean, une confrérie qui regroupe 500 membres est à nouveau éclaboussée par un affaire d'agressions sexuelles qui se juge en ce moment. Là, c'est Jean-Dominique Lefèvre qui est accusé mais d'autres membres ont par le passé commis des agressions sexuelles en tout genre...même son fondateur. Mais pour parler de tout cela, on utilise les termes "gestes contraires à la chasteté".
  • Angleterre : 1.400 pédophiles du gratin, dont 76 responsables politiques, identifiés parmi les réseaux pédophiles actifs dans les années 70-80. Au total : plusieurs milliers de victimes, selon la police. "Les enquêteurs disent aussi identifié les lieux des abus : 666 accusés auraient utilisé des institutions publiques, notamment 154 écoles, 75 maisons d’enfants et 40 établissements religieux ou encore des prisons pour mineurs."

  • France : L'inceste : une interview de Mathilde Brasilier, sur le tabou de l'inceste, l'oubli des victimes et le combat pour vivre ensuite

 

> 24 mai

  • Screenshot - 08_07_2015 , 15_30_55France-Cambodge : Ancien juge à Lyon, devenu directeur bénévole d'une association cambodgienne venant en aide aux enfants, Philippe Broaly, ex juge au tribunal de commerce, en exploite cinq sexuellement. 14 mois, c'est peu. On peut juste se réconforter à l'idée que la prison, au Cambodge, c'est pas du gâteau... Je précise qu'au Camboge, beaucoup de français sont à la tête d'associations pour les enfants, et s'accusent mutuellement d'être des pédophiles. Ces ONG sont même parfois vérolées par une mafia de français proches du pouvoir cambodgien qui utilise la pédophilie pour faire chanter ses cibles.

  • Italie : Un curé pédophile belge offrait des limonades aux somnifères. "Pascal Manca, un curé belgo-italien de 43 ans, né à Charleroi, est emprisonné depuis le 6 mai dernier en Sardaigne. Il est accusé de faits de pédophilie sur quatre enfants mineurs âgés de 12 à 16 ans". Le type était jusqu'il y a peu le curé de la paroisse de Villamar. Il aurait abusé de deux garçons âgés de 12 ans en 2012 et deux autres garçons de 15 et 16 ans en 2014. Il est accusé d'actes sexuels sans pénétration. Il piégeait ses victimes en leur offrant une limonade dans laquelle il versait un somnifère. 

 

> 26 mai

  • Screenshot - 02_06_2015 , 23_46_51France : Outreau : Karine Duchochois explique qu'avant le déclenchement de l'affaire, elle vivait « de petits boulots ». Ce n'est pas faux, mais un tantinet incomplet ; voici ce qu'on peut lire dans un PV signé Michel P., capitaine de police à Châtillon (Hauts-de-Seine), daté du 25 avril 2002, 9h50, et relatif à la demoiselle : « connue des services de police pour des infractions commises dans le Pas de calais (sic) : usage de stupéfiants en 98 et 99, violences et dégradations volontaires, menaces d'atteinte aux personnes sous condition en 97, faits commis à OUTREAU, et falsification et usage de chèques en 98, faits commis à SAINT MARTIN, SAINT ETIENNE AU MONT et LE PORTEL (62) en 1998. »

  • France : Le prédateur sexuel de 27 ans traquait un adolescent jusqu'à l'intérieur de son domicile. Il avait repéré les lieux après avoir suivi l'enfant la veille, et revenait tranquillement pour agresser le gamin. Il avait déjà été condamné en 2009 et était inscrit sur le fichier des délinquants sexuels.
  •  Suisse : Depuis 2010, une vingtaine d'enquêtes ouvertes seulement pour 172 agresseurs au sein de l'égilse. Y'a pas comme un problème ? Forcément, l'église a donné des informations "très lacunaires" pour la période 1950-1980.
  • Australie : Melbourne, Graham Ashton, commissaire adjoint de la police fédérale, est écoeuré de l'augmentation de la cyber-pédocriminalité. Entre autre, les parents qui vendent leurs gamins par cam interposée avec le client qui demande ce qu'il veut.
  • France : Récidive, encore... Le mans, 18 ans requis contre le pédophile qui a violé la petite fille de sa compagne, à qui il avait oublié de préciser qu'il avait déjàété condamné en 2007 pour des faits identiques. Pédophile jusqu'au bout, il nie les faits. En tout cas, la souffrance de la petite est bien réelle: "Après deux ans, la fillette est toujours dans une situation identique que pendant les viols. Elle agresse toutes les personnes qui s’occupent d’elle. Elle ne peut pas être scolarisée à temps plein, elle est incapable de se concentrer. Elle frappe les adultes : sa mère, son père, son institutrice, les éducateurs. Et elle se frappe elle-même", a expliqué son avocate.

 

> 29 mai

  • Screenshot - 07_07_2015 , 15_29_53Belgique : Paradis des pédos: un couple déjà condamné pour avoir violé leur fille ainé, repasse au tribunal pour les mêmes faits sur leur fille cadette. Le père avait déjà été condamné pour avoir violé la fille ainée en compagnie de la mère. Qui est, elle, poursuivie cette fois pour non assistance à personne en danger. Là encore, on n'a pas pensé à protéger les enfants et les sévices sociaux n'ont rien vu. "Le calvaire de la fillette a perduré de 2009 à 2014, jusqu'à ce que l'école qu'elle fréquentait avertisse la police". Puis vient la perle du procureur: "La substitute Mottard a pour sa part rappelé les agressions quotidiennes du prévenu qui voulait, selon ses dires, recréer la relation amoureuse qu'il entretenait avec sa fille ainée. "La cadette était quant à elle réticente et cela lui plaisait moins. Mais il a tout de même continué à la violer", a clamé la magistrate". Cela se passe à Charleroi, la ville de Dutroux.
  • France : Un entraîneur de foot filmait les jeunes à leurs insu. Ce sont des jeunes du club qui ont vu ses caméras dissimulées. Il avait déjà été condamné en 2000 pour agression sexuelle et corruption de mineur par le tribunal correctionnel de Montpellier mais il a aussi reconnu d'autres agressions des années 2005-2008 et encore d'autres de 1996 aujourd'hui prescrites. De nombreuses fichiers pédoporno ont été retrouvés dans son ordi. Ca commence à devenir un vrai classique du genre...la récidive ou comment ne pas faire peur aux futurs prédateurs... 
  • France : Du côté de Lille, un surveillant de collège a été mis en examen pour agressions sexuelles et viols sur plusieurs enfants. Il était également entraîneur dans un club de foot.

 

JUIN

> 8 juin 

  • Angleterre : cette semaine dans le nord est du pays, il a été question d'un réseau pédophile qui obligeait les enfants à boire le sang de bébés. 6 femmes et 4 hommes ont été mis en cause. Les abus auraient été commis sur trois filles et deux garçons à Norwitch et à Londres. Comme dans l'affaire d'Outreau, les enfants n'ont commencé à parler qu'une fois mis en sécurité dans une famille d'accueil. Familles qui ont communiqué ces propos aux services sociaux.

 
Outreau 3 (Jour 13) Réactions de Jonathan Delay... par pedopolis

 

> 10 juin

  • France : Regard critique sur le 3ème procès d'Outreau. "De façon générale, ce qu’on peut retenir du procès, c’est qu’il a véritablement été le procès de la parole des enfants et non celui de Daniel Legrand. Il a été très peu question de l’accusé, mais beaucoup des malheureux acquittés d’Outreau et de la parole des enfants qui mentiraient ou auraient de faux souvenirs. Ce diagnostic psy posé par l’avocat général est peut-être un vice de procédure important, puisque l’acquittement est basé essentiellement sur ce diagnostic."

 

> 12 juin :

  • jordaniensHaïti : Des casques bleus ont violé des centaines de femmes et de fillettes contre de la nourriture. Aucune sanction jusqu'à présent. "231 personnes interrogées ont affirmé avoir été contraintes à des actes sexuels avec des Casques bleus de l’ONU en échange d’objets de première nécessité".

  • Cambodge : un prof australien prend 5 ans pour avoir abusé sexuellement de six garçons des rues âgés de 3 à 13 ans.  "L'Australien a été interpellé suite à un signalement de l'ONG Action pour les Enfants, qui avait repéré les agissements de l'enseignant depuis 2009. Les enfants abusés sont tous des enfants des rues, et seuls deux d'entre eux ont demandé des compensations, fixées par la cour à 2.500 dollars au total. "
  • Angleterre : Pédophilie des femmes,le service d’assistance téléphonique ChildLine a enregistré une augmentation de 132 % des plaintes pour agression sexuelle -féminine et la presse anglaise s’est largement fait l’écho d’une "explosion de la pédophilie féminine. "D’après les données que nous avons recueillies dans plusieurs pays, les femmes constituent 5 % de la population des délinquants sexuels. Ce chiffre est probablement sous-estimé. Les victime...s d’abus féminins parlent encore moins que les victimes des hommes."En tout cas il est vrai que dans les réseaux, on a souvent des femmes, et qu'elles sont aussi sadiques que les hommes.
  • Belgique : Paradis des pédos, 3 ans de SURSIS pour le viol de sa belle fille de 13 ans."Bernard M., 60 ans, est poursuivi pour viol, attentats à la pudeur, menaces et outrages aux moeurs en février 2010 à l'encontre d'une adolescente de 13 ans, la fille de son ex-compagne." Il a tenté de faire passer sa victime pour une "menteuse" puis pour une "aguicheuse". Le pédo classique, en somme.
  • Screenshot - 07_07_2015 , 16_34_20France : 10 ans de prison pour 12 ans de viols sur sa fille. Il a fallu 4 ans entre la plainte de la victime et le procès. "Un Ornais de 53 ans a été condamné à dix ans de réclusion criminelle pour atteintes sexuelles et viols commis sur sa fille. Elle était mineure au moment des faits, qui se sont déroulés entre 1990 et 2002, dans le sud-est du département. La victime a dénoncé son père dans un courrier adressé à la justice en 2011. "Il n’a pas vraiment reconnu ses actes, mais ne les a pas nié non plus, ce qui a facilité les choses", a déclaré Me Panetier, avocate de la jeune fille, à l’issue du procès, ce jeudi"

  • France : Curé pédophile : "Un prêtre de 54 ans a été mis en examen, jeudi, au Mans, dans la Sarthe, pour "viols et agressions sexuelles sur mineur de 15 ans par personne ayant autorité". Interpellé mardi, le prêtre, ordonné en 1988, a été mis en cause par six plaignants, pour des faits qui auraient été commis entre 1993 et 2007."
  • France : Oh, encore un prof pédophile : "Après quatre plaintes d’élèves et une perquisition à son domicile, un professeur de technologie du collège privé Sainte-Thérèse de Maisons-Alfort, demeurant à Sarcelles (Val-d’Oise) a été placé sous contrôle judiciaire pour des agressions sexuelles sur mineurs et détention d’images pédopornographiques." On doit préciser que le nom du prof n'est pas donné, que l'Education nationale n'a pas prévenu les parents d'élèves de ce type, et qu'en plus il n'est même pas viré de l'EN.
  • Cambodge : En 2009, un réseau prostitution de femmes et de mineures vietnamienes a été démantelé en partie, quand un de ses chefs, qui dirigeait la police chargée de lutter contre le trafic humain, est tombé. On s'est vite aperçu que ce réseau avait des informateurs au gouvernement, mais aussi dans la police et dans plusieurs grandes ONG censées lutter contre le trafic sexuel des enfants. Ce sont les américains qui ont balancé l'affaire. Il faut savoir qu'au cambodge les français sont en train de se faire éjecter des sphères de pouvoir par les américains, qui ont déjà tenté plusieurs coups d'Etat ces dernières années.

 

> 13 juin

  • 1283054687_B972269784Z_1_20140318185926_000_GTF24NGGD_1-0France : Un avocat de Saint-Omer est pris avec 3 Gigas de données pédopornos. "Ce sont les autorités allemandes qui ont alerté la France. Mardi, la police judiciaire de Lille est allée interpeller et perquisitionner au domicile et au cabinet de cet avocat. Sur l’ordinateur de son lieu de travail, elle aurait retrouvé 3 giga-octets de documents pédopornographiques, mettant en scène des jeunes filles. Au moment de la perquisition, d’après les informations d’Europe 1, plusieurs centaines de téléchargements étaient en cours."

  • France : Un bon bilan des dernières avancées des masculinistes, toutes contre les mères et les enfants. "Après avoir réussi à obtenir un écho très favorable dans les médias, l’activité des masculinistes s’est concentrée à faire du lobbying et notamment à être auditionnés par des commissions des lois pour faire pencher la loi en leur faveur.
    Nous avons montré que les situations de divorces ou de séparations restent très majoritairement défavorables aux femmes plutôt qu’aux hommes. La principale revendication des masculinistes, la résidence alternée par défaut, est un moyen de pression efficace pour le lobby des pères. Elle constitue très souvent un piège social et économique pour les femmes car elle ne prend pas en compte les inégalités économiques entre femmes et hommes ainsi que l’omniprésence des violences masculines. Les autres revendications des masculinistes prises en compte (le SAP et la médiation familiale) sont tout aussi problématiques. Le SAP met sous silence les violences faites aux enfants et la médiation familiale force les femmes victimes de violence à revoir leur agresseur".
  • France : Réseau pédophile en plein Paris montré sur TMC. Des ados Roms qui se prostituent gare du Nord à Paris, (d'autres avenue du Peuple Belge à Lille), en fait tout le monde s'en fout. mais qui sont les clients pédophiles qui sont assez à l'aise pour chercher de la chair fraiche en plein jour?

 

> 15 juin

  • Screenshot - 07_07_2015 , 16_50_54Angleterre: Un pédophile de 35 ans, Chris Knight, vient d'être attrapé pour avoir participé à un réseau pédophile spécialisé dans le viol d'enfants de moins 5 ans, qu'ils droguaient. Il bossait pour une asso pour les gays et les bissexuels. Il était aussi dans un groupe de pédophiles organisés qui se filmaient en direct pendant les viols sur le net via le dark web et n'hésitaient pas à voyager à travers le monde pour ce faire. Sur un chat, les membres se conseillent même sur comment droguer au mieux les enfants.6 autres types ont été arrêtés en même temps. Après quand les victimes auront des souvenirs flous parce qu'elles ont été droguées, ce qui n'est pas rare, on dira qu'elles ont des faux souvenirs.

  • France : Outreau : un combat acharné contre la parole de l'enfant. Vous vous rappelez, en janvier? Ces attentats, à l'issue desquels on a eu l'injonction d' "être Charlie". Six mois plus tard, après un procès d'Outreau où la censure a battu son plein, où les esprits critiques ont été taxés de "secte", d' "allumés du missel", de "groupuscule", de "révisionnistes", de "complotistes" et même "d'extrême droite" par de trop nombreux médias, où est Charlie? Il n'est certes pas dans ces médias, qui, en revanche, n'hésitent pas à propager les théories d'un lobby très actif pour discréditer la parole des enfants victimes.
  • France : Il se marie avec sa fille et viole ses "petits" enfants... Là encore, on n'a pas protégé la fille, et le nombre de victimes n'a fait q'augmenter. "Michel (les prénoms ont été changés) est un père de famille pas comme les autres. Il s’est mis en ménage avec sa fille, Sabrina, depuis sa majorité. Elle est aujourd’hui âgée d’une trentaine d’années. Ils ont eu quatre enfants. Mais le décès d’un de leurs quatre enfants,... une fillette handicapée âgée de deux ans, a fissuré le vase clos dans lequel ils évoluaient. Les langues se sont déliées. Des faits de viol sur sa fille Sabrina, d’agressions sexuelles sur l’un des "petits-enfants" et de violences sur ses enfants, ont été dénoncés. Michel avait déjà eu affaire à la justice lorsqu’il entretenait une relation incestueuse avec sa fille, dans les années 90, à l’époque où elle était mineure."
  • France : Angers: dans la ville du réseau pédophile d'Angers, un pédiatre de plus de 80 ans vient enfin d'être envoyé au tribunal suite à des plaintes de plusieurs victimes. Certains faits remonteraient aux années 70. Une victime dit que quand elle est allée porter plainte, on ne l'a pas crue et on lui a même dit que c'était un homme très respectable. Il a encore du bol: on a laissé tomber les viols pour le juger plus vite.

 

> 19 juin

  • Screenshot - 07_07_2015 , 17_02_29Belgique, paradis des pédos: Un type de 25 ans prend du sursis pour le viol d'une gamine de 12 ans parce que "elle était amoureuse". Combien de fois faudra-t-il rappeler que si les gosses de 12 ans ne votent pas, ne paient pas d'impôts, ne signent pas de contrats et ne peuvent pas entrer dans l'armée, c'est parce qu'ils n'ont pas le consentement éclairé? C'est justement pour cela qu'en droit, on a créé la notion de mineur. pas pour que des adultes les manipulent pour les mettre dans leur lit. "Le prévenu s'est rendu coupable de viol et d'attentat à la pudeur sur une fillette de 12 ans. Celle-ci, un temps hébergée dans le même centre Fedasil que le prévenu, avait confirmé aux enquêteurs qu'elle avait eu des relations sexuelles complètes avec le prévenu. Elle affirmait en être amoureuse. Le prévenu, à l'audience, niait des actes sexuels.

  • Angleterre : Enquête au sujet d'un ancien ponte de la BBC qui aurait violé des garçons dans son appartement d'Amsterdam. Et qui aurait filmé les partouzes, tant qu'à faire. De nombreux pédophiles anglais se sont expatriés aux Pays-Bas dans les années 80, 90, quand l'Angleterre a renforcé ses lois contre la pédopornographie et les viols d'enfants. Ce type de la BBC jouait "un rôle clé" dans la distribution des cassettes pédopornos anglaises vers l'Europe.

 

> 20 juin

  • Screenshot - 07_07_2015 , 17_25_16France : Pascal Bruckner et Alain Finkielkraut, "Le Nouveau désordre amoureux", 1977 : "le corps de l’enfant demeure aujourd’hui en Occident le dernier territoire inviolable et privé, l’unanime sanctuaire interdit : droit de cité à toutes les “perversions”, à la rigueur, mais chasse impitoyable à la sexualité enfantine, son exercice, sa convoitise. La subversion, si l’on y croit encore, ce serait de nos jours moins l’homosexualité que la pédérastie, la séduction des “innocents” (d’où le scandale que provoquent les livres de Tony Duvert alors qu’ils devraient stimuler, susciter des vocations, dessiller les yeux). "" Dans une interview récente, bruckner disait qu'en fait il dénonçait la pédophilie!

  • France : Bonne analyse d'une émission récente de france 5 où plusieurs participants dont Finkielkraut et Florence rault ont tenté de minimiser la pédocriminalité. Où ils ont comparé Outreau avec les affaires de sorcellerie du Moyen-Age. Mais de quoi ont peur tous ces revendicatifs de la pédophilie? (je précise quand-même que ce site est proche de l'extreme droite).
  • France : En faisant mes petites recherches je tombe sur une obscure association, Alerte Faux Souvenirs Induits (AFSI), créée en 2005 par des parents accusés d'abus sexuels par leurs enfants, qui ont eu le souvenir tardif de ces abus. Comme la false memory Syndrome Foundation aux USA, elle est créée par des mis en cause, et a pour but de décrédibiliser les victimes. A chaque Assemblée Générale, "Me Florence Rault" est invitée. Elle y rencontre les parents accusés a qui elle donne des... conseils pour " qu’ils soient innocentés en démontrant que leurs enfants sont sous la dépendance d’un ou de plusieurs thérapeutes déviants". Je me demande si, avant de chercher à "innocenter" ces gens, on fait des recherches sérieuses pour savoir si aucun élément sérieux ne les accuse.
  • Suisse : Tiens donc : un article sur le procès en Suisse d'un certain Thomas, victime rescapée du tueur en série Michel Peiry, pour avoir violé 3 enfants de son entourage de 2004 à 2012. Là où on est intéressé, c'est que le type est défendu (on est en appel, il a pris... 4 ans en 1ère instance) par l'avocat Jacques Barillon, qui a écrit des livres sur la sexualité et les enfants menteurs avec Paul bensussan. Barillon maintient que le type est innocent, et devinez à quel expert il a fait appel pour décrédibiliser les enfants et leur "parole évolutive"?Paul Bensussan bien-sûr! "L’expertise privée inattendue sollicitée par la défense auprès du psychiatre français Paul Bensussan convaincra-t-elle la Cour que l’affaire est, selon Me Barillon, zpresque un cas d’école de conditionnement de la parole évolutive des enfants"? Avocat de la maman du petit garçon, Me Olivier Carré s’est attiré les foudres de Me Barillon en prétendant que le Dr Bensussan s’est fait «enfumer» par Thomas. Il s’est risqué à douter de l’objectivité de ce psy, coauteur de plusieurs ouvrages avec le ténor du barreau genevois. Verdict mardi."

 

> 23 juin

  • image_11310_06_2011_15_25_52Angleterre : Un homme sur 35 serait un vrai pédophile. Selon l'agence nationale du crime, 750.000 hommes adultes auraient un intéret pour la pédopornographie ou être des agresseurs potentiels. 1 à 3% des hommes adultes seraient donc un risque potentiel pour les enfants. L'agence recommande une nouvelle approche pour sanctionner ces pédophiles car selon eux l'incarcération ne doit pas être la seule solution. Certes, mais elle est indispensable pour les empêcher de nuire. On recommence avec ce discours de compassion envers les pédophiles, minimisant ainsi l'impact des abus pour les victimes.

  • France : Oh, encore un instit pédophile, mais là il est au tribunal (correctionnel bien sur) pour des "agressions sexuelles" sur des élèves et des enfants de son entourage, les premières... il y a 20 ans! En 1999 il avait déjà pris 10 mois de sursis pour des "attouchements" sur 4 élèves. Suite à cela il a quitté l'éducation nationale. "Un homme de 59 ans est jugé ce mardi après-midi au tribunal correctionnel de Créteil pour des agressions sexuelles commises entre 1993 et 1994 puis de ...2008 à 2014 sur des garçons âgés de 8 à 12 ans." Mais un ancien élève a porté plainte pour des agressions sexuelles commises dans les années 90. "Un de ses anciens élèves, aujourd’hui âgé d’une trentaine d’années, dépose plainte contre lui pour des agressions sexuelles commises en 1993 et 1994. "Il ne reconnaît pas ces faits. Il pense que c’est, si ce n’est de l’invention, au moins de l’affabulation, rapporte son avocat Me Arnauld Bernard, rappelant qu’à l’époque du premier procès en 1999, son client avait reconnu que "son comportement pouvait prêter à confusion"."
  • Maroc : "La chambre correctionnelle près le tribunal de première instance, à Rabat, a entamé lundi le procès d'un agent de police poursuivi pour viol ayant conduit au dépucelage d'une jeune fille qu’il avait droguée de surcroît, rapporte le quotidien Assabah dans son édition de ce mardi 23 juin. Selon les sources du journal, la plaignante s'était adressée à maintes reprises aux différents services de la préfecture de police de Rabat pour exiger l'ouverture d'une enquête judiciaire. Mais "ses démarches se sont heurtées à la lenteur des responsables de police", ce qui a poussé la victime à commettre un acte désespéré: elle s’est en effet rendue au domicile de son violeur et s’est défenestrée, s’occasionnant ainsi de graves blessures, précise le journal."

 

VSD LANG MARRAKECH

 

VSD LANG MARRAKECH2

 

 

> 24 juin

  • Screenshot - 07_07_2015 , 17_54_34France : Soupçons de pédophilie sur un prof à Toulouse.  "L'enseignant a été suspendu par l'Éducation nationale à titre de précaution", a indiqué ce lundi un membre du cabinet de l'inspecteur d'Académie de Toulouse. "Il est soupçonné de gestes déplacés sur des enfants. Des parents ont déposé plainte", a rajouté la même source.

  • Belgique: Un choix budgétaire cornélien. Ou quand le foot et la bière sont jugés plus importants que l'inceste. "Dans une enquête, menée en 1985 au Etats-Unis par le professeur américain David Finkelhor, 10 % des hommes avaient répondu par l’affirmative à la question leur demandant s’ils avaient abusé sexuellement d’un enfant". Puis on en vient aux chiffres, tristement révélateurs du dédain pour les victimes: "les moyens mis en œuvre pour lutter contre ce fléau sont inversement proportionnels à l’ampleur du problème. L’ASBL SOS Inceste dispose d’un budget ridicule de 12 000 euros de subside par an et d’un unique travailleur. Les moyens des trois centres de suivi des délinquants sexuels ont diminué de 20 % pour l’année 2015, passant de 907 000 euros à 740 000 euros. Et aucune initiative législative n’a été prise pour modifier le code pénal. Si on peut se réjouir que le nouveau Stade national et le Temple de la bière belge voient le jour en 2018 pour respectivement 300 millions € et 25 millions €, ne serait-il pas temps de considérer que la lutte contre l’inceste est une priorité nationale, bien avant le football et la bière ?"
  • Screenshot - 07_07_2015 , 18_02_59Belgique : Le conseil de Michel Nihoul. Nihoul, condamné pour avoir filé 2000 pilules d'ecstazy à Michel Lelièvre, complice de Dutroux, juste après l'enlèvement de deux des victimes, nous explique qu'il ne faut pas laisser sortir Dutroux "sinon il recommencera". "Je pense donc aux parents des petites et je me demande parfois comment j’aurais réagi à leur place. J’admire leur sang-froid. Moi, je crois que je me serais rendu justice moi-même." Rappelons tout de même que Nihoul était la connexion entre Dutroux et le ...monde des politiques pédophiles, qu'il a côtoyés au Dolo, ou quand il a mené la campagne d'un bourgmestre bruxellois. Il a bénéficié d'un faux alibi, démonté par la suite mais on a fait comme si de rien n'était.

  • France : 6 pauvres années de prison (libérable à la moitié de sa peine) pour des viols et agressions sexuelles sur 2 victimes. Une première plainte contre ce pédophile avait été classée sans suite. ben oui: c'est parole contre parole, et c'est bien connu les pédophiles ne mentent pas, contrairement aux enfants pervers qui font de fausses allégations. Résultat? une deuxième victime. "En 2005, une adolescente de 14 ans dénonce des faits d’agressions sexuelles commis l’année précédente par son oncle alors âgé de 26 ans. La plainte est classée sans suite mais ressort quelques années plus tard dans le cadre d’une autre affaire concernant le même homme. Ce dernier est accusé de viols commis sur une petite fille, entre 2009 et 2012."

 

> 25 juin

 

> 26 juin

  • Screenshot - 07_07_2015 , 18_11_03

    Centrafrique : De nouveaux cas de viols de mineurs par des casques bleus ont été identifiésOn est pliés de rire: l'ONU a lancé une mission "indépendante" sur la question des viols systématiques d'enfants par ses troupes internationales et protégées contre toutes les poursuites. A quand un mission identique en Bosnie, à Haïti, en Irak?"La mission onusienne en RCA (Minusca), a annoncé mercredi avoir reçu de nouvelles allégations sur de possibles abus sexuels de certains de... ses Casques bleus à Bangui contre trois fillettes âgées de 13 ans (...) Selon un rapport interne à la Minusca, il est devenu presque ordinaire que des Casques bleus intervenant dans ce pays, sollicitent auprès des enfants des faveurs sexuelles en échange de nourriture, d’argent, voire de téléphones.".
  • France : Heureusement que ce pédophile est aussi débile. On note encore une fois que ce n'est pas la police française, décidément bien en peine en matière de pédopornographie, qui a permis d'identifier le type et e protéger plusieurs enfants.  "A Foix, dans l'Ariège, un homme a été mis en examen et incarcéré ce jeudi 25 juin pour avoir diffusé des images pornographiques de sa nièce de 10 ans sur internet. C'est un détail qui a permis aux enquêteurs de mettre la main sur l'homme de 40 ans. Le parquet indique en effet qu'un "shampooing de marque française et un uniforme de sapeur-pompier de l’Ariège", visibles sur les photos, avaient permis de le repérer. L'homme avait également publié des images pédopornographiques de son propre fils ainsi que du fils de sa compagne de 32 ans, qui a aussi été écrouée. Lors de sa garde à vue prolongée, le couple interpellé "a reconnu d'autres faits" impliquant ces deux enfants, âgés aujourd'hui de 13 et 14 ans, selon le parquet."
  • France : Allez, un évangélique maintenant. "Le procureur de la République de Melun (Seine-et-Marne) a annoncé le 25 juin qu'un pasteur évangélique avait été interpellé et mis en examen suite à des accusations de viol et viol sur mineurs. En garde à vue, le pasteur a réfuté les faits, parlant d'un complot contre sa personne. En 2014 déjà, une femme avait affirmé que l'homme l'avait violée de 1997 (à l'âge de 12 ans) à 2003. Au cours de l'enquête, d'autres jeunes femmes ont accusé le pasteur. Sa secrétaire, ainsi qu'une autre jeune femme âgée de 15 ans au moment des faits, ont également porté plainte."

 

  • France : Le pédophile est accusé d'avoir violé sa belle fille de ses 4 ans à ses 13 ans. C'est seulement lors de la séparation de sa mère avec ce type qu'elle a parlé. Lui nie et crie au complot. Espérons que bensussan ouVan gijseghem ne seront pas appelés comme "témoins" par la défense. "Un père de famille de la région de Ploërmel est jugé depuis hier, par la cour d'Assises du Morbihan, pour le viol de sa belle-fille. Les faits, qu'il nie entièrement, auraient débuté en 1998, alors ...qu'elle avait 4 ans, et se seraient poursuivis jusqu'à ses 13 ans. Ils avaient été dénoncés en 2011, alors que le couple se séparait. La mère et la fille sont parties civiles. Les débats sont publics, aucune demande de huis clos n'ayant été effectuée. Le verdict est attendu cet après-midi"

 

> 27 juin

  • Screenshot - 07_07_2015 , 18_14_24Suisse : Bon point pour la Suisse, qui a poursuivi un pédophile ayant opéré en Thaïlande (les pédocriminels français du Cambodge et d'ailleurs ne risquent quasiment rien en france) " Un septuagénaire est accusé d'avoir abusé pendant plusieurs années de garçons âgés entre 12 et 14 ans en Thaïlande. Il a été interpellé en février dans le canton de Fribourg. Le Lucernois a déjà été arrêté une première fois en Thaïlande, l'an dernier à Pattaya.Mais le matériel pédopornographique retrouvé ...chez lui n'avait pas suffi pour le faire condamner" (il a surement payé un bakchich au juge). Pattaya est ce bordel géant où on trouve très facilement des mineurs. C'est plein de vieux occidentaux quasi grabataires avec des très jeunes femmes ou garçons. Pour avoir fait un tour là-bas, je confirme que c'est un endroit très glauque. Mais le vieux était en réseau: "Certains enquêteurs thaïlandais font état de grandes fêtes célébrées dans la villa du ressortissant suisse: "Il y avait tellement d'adultes et tellement d'enfants. C'est le pire cas auquel j'ai eu à faire. C'est une très mauvaise personne."" Va-t-on chercher ses copains pédophiles?

  • Belgique : Un instit pédophile de 28 ans avec déjà un paquet de victimes, autant dans les classes de maternelles que dans sa famille. " Tim C. a commencé à travailler comme professeur de maternelle en 2010 et s'est rapidement mis à abuser de jeunes enfants. Ces abus sont longtemps passés inaperçus mais des parents des jeunes victimes ont porté plainte à l'encontre du suspect en début de l'année scolaire 2011-2012. La direction de l'école en a été informée et a immédiatement fai...t remplacer Tim C. en octobre 2011. Tim C. est toutefois resté en liberté. Entre-temps, de nouvelles victimes se sont faites connaître et l'examen psychiatrique de Tim C. a démontré que ce dernier présentait des caractéristiques de pédophile. Depuis 2006, Tim C. abusait également d'une de ses deux nièces et s'est mis à abuser de la deuxième durant l'été 2014. Ce n'est que lorsque ces faits ont été connus qu'il a été placé sous mandat d'arrêt. "
  • Amérique latine : Un petit coup de ménage dans les évêques qui ont protégé des curés pédophiles. Il ne va plus en rester beaucoup s'ils les dégagent tous. "Depuis l’annonce début juin de la création au Vatican d’une instance judiciaire chargée de juger les évêques accusés d’avoir couvert des accusations d’actes pédophiles, plusieurs évêques ont démissionné. Dans le même sens, plusieurs prêtres accusés d’abus sexuels ont été suspendus ou ont démissionné."


#Outreau 3: Entretien avec Chérif Delay (14... par pedopolis

 

26 juin 2015

La pédocriminalité, arme d'oppression des femmes et des enfants

anti-pedoAujourd'hui, je ne résiste pas à l'envie de piquer le texte écrit par Victor Khagan, un auteur belge qui a suivi de près les questions liées à la pédocriminalité. Je me suis permis quelques réflexions à la suite de cet article.

Je partage le constat qui est dressé ici, où on se sent groggy devant tant de manipulations, devant cette justice qui ne signifie plus rien, un concept creux. Nous vivons dans un monde où règne la loi du plus fort, un monde patriarcal où les femmes et les enfants restent quantité négligeable même si les communicants nous disent l'inverse.

 

Source: Sisyphe

 

 

Dutroux et pédocriminalité - Tant que le sang n’arrive pas à la rivière

Je l’ai vu et ouï, je ne le croyais pas vraiment, je voulais ne pas le croire : la Belgique de Dutroux continue telle qu’hier ! Dutroux et les siens gagnent encore leur quotidien, chez nous.
 
Ne se cachent-ils pas encore dans les prétoires et dans les chambres de nos enfants ?

Dans un prétoire d’une ville chef-lieu de province et d’arrondissement, j’ai vu et ouï un président de cour ignorer délibérément les insupportables vexations à l’Enfance et confirmer les ordonnances illégales de substituts mécréants, au mépris de l’instruction et au mépris des droits humains et des droits de l’enfant.

Interloqué, je l’ai vu accuser cyniquement la mère, souffrant elle au profond de son cœur et de son âme. Je me suis pincé pour me lever tout de suite, pour ne pas accepter par lâcheté une hérésie de plus.

J’ai alors eu honte de mon pays, mais j’ai aujourd’hui compris que je dois me battre contre une mentalité héritée du Moyen Âge, qui habite certaines femmes et certains hommes qui ne respectent pas les serments qu’ils ont jurés.

Je croyais que mon pays était un pays perdu où l’on reniait le Dossiers Bis au nez et à la barbe de ses citoyens. Perdu de morale… La morale a perdu tous ses titres de noblesse et les populations contemplent avec effroi le consentement tacite de ses édiles… Le mal épidémique se répand dans toute l’Union européenne car la corruption endémique atteint toutes les institutions démocratiques.

Il ne s’agit plus simplement de mœurs dissolues sur lesquelles on fermait les yeux : il s’agit aujourd’hui de protection de pédocriminels responsables de meurtres psychiques.

Comme le disait Soljenitsyne, l’art et la culture sont notre dernier espoir. Car les victimes survivantes de l’agression sexuelle, du viol et de l’inceste, qui sont des millions en Europe, se sont tournées vers l’art comme thérapie mais également comme refuge de leur espérance vitale. Elles s’opposent systématiquement à la liberté faite aux prédateurs, aux proxénètes, aux déclarés pédophiles, isolés ou en chœur...

Que les élus et gens de robe sachent qu’ils ne resteront plus longtemps eux-mêmes impunis : qu’ils cessent de croire que toute légitimité leur est accordée de s’afficher iniques, abusifs et cyniques. Nous les arrêterons, d’une manière ou d’une autre... 

Certains se déguisent un peu qui pensent donner le change en se faisant paternalistes et moraux. Pour mieux assassiner l’innocence et les idéaux. Tant d’hommes se délectent en effet des discours qui taxent les mères de femmes hystériques et les femmes de "prostituées par essence", dans les rues ou dans le mariage !!

La question, elle n’est pas pour ceux-là d’éviter un effort intellectuel au profit de certitudes couardes : les réseaux du patriarcat, du masculinisme et du machisme veule, sont découverts et dénoncés au quotidien.

Le féminisme égalitaire 3° mouvement a repris le flambeau des révolutions justes et il imposera à toutes nos sociétés la morale des droits humains, drainant avec lui l’enthousiasme adhérent des hommes modernes qui, avec courage et lucidité, veulent participer à la transformation du monde, au bénéfice de leur famille et des jeunes générations. Les unes et les autres ont compris qu’on ne bâtit pas une société sur l’esclavage et l’assujettissement des femmes et le viol des fillettes…

Nous savons maintenant que nous pouvons engager les mères héroïques à croire et à se battre, lorsqu’elles craignent le pire pour leurs enfants. Craignant encore, nous, les moulins à vent de la Justice et les jeux retors des hommes "de pouvoir", ivres de leurs vices !

Je me suis tellement habitué moi-même à l’anonymat du maquis, à la résignation d’une lutte honteuse comme autrefois les homosexuels à l’ombre d’une double vie.

Les abusées, les violées et les prostituées se taisaient ou parlaient derrière un rideau : elles étaient coupables tant qu’elles n’étaient pas mortes !!! Ou, peut-être, pensaient-elles, voici quelques années encore, que c’étaient elles les vicieuses… ou eux, les enfants mineurs qu’ils étaient de simples hystériques fabulateurs ? Que leurs traumatismes n’étaient que lubies de ratés fantasques ?

Les pédophiles et leurs complices, eux, revendiquent le mensonge, ce qui agrée encore chez les partisans du déni : ne rien voir, ne rien vouloir entendre, surtout ne rien changer... 

C’est tellement commode un "pédophile" qui ne fait pas de vagues, qui assassine en silence dans le velours d’un bonheur cossu, dans la courtoisie de sa position sociale influente : cela plaît à une magistrature qui, assise ou debout (voir les 3 procès dits d’Outreau), craint les vagues... devoirs ! 

Ou qui, comme les curés, protègent leurs frères, clients de la prostitution victorienne… ou vils séquestreurs des enfants qui leur étaient confiés pour leur élévation morale !

Les Mamans aimantes et fortes, qui se lèvent contre les masculinistes pervers et manipulateurs, sont encore trop souvent qualifiées de "femmes hystériques souffrant du syndrome d’aliénation parentale" : elles sont déclarées fusionnelles et taxées de dangereuses pour l’intégrité psychique de leur progéniture abusée et prostituée.

Il faut maintenir haut l’étendard de la lutte contre le fascisme qui veille, insidieux et omniprésent. Dans certaines cours de justice, dans certains commissariats de police communale, dans nos familles, même, ou dans certaines associations.

La lutte pour la reconnaissance des droits des femmes et la lutte pour le respect dû à l’enfance sont les clés de la résistance à "la loi du plus fort", héritage écervelé des barbaries d’autres temps.

 

     ----------       ----------     ----------     -----------     ----------     -----------     ----------     --------     --------     ---------     --------

 

nafissatou-employee-modele_254121_510x255En lisant ce texte, j'ai pensé à ces mamans battantes que j'ai pu croiser, et que je ne peux pas citer aujourd'hui. Car toute publicité est prise comme une attaque personnelle par ceux qui ont obtenu la garde des enfants, et des procédures sont toujours en cours.

J'ai aussi pensé à ces quelques pères, qui eux aussi s'enfonçaient toujours plus dans les sables mouvants de la justice.

Aujourd'hui il est clair qu'un parent protecteur est vite obligé de se taire, par cette justice qu'on continue à rendre au nom du peuple français.

J'ai pensé à toutes ces mamans qui ont eu un seul et unique tort: celui de croire leur enfants. J'ai pensé à l'affaire du Carlton, à DSK, Naffissatou Diallo, au débat sur la pénalisation des clients, à l'absence de femmes dans les conseils d'administration, à ces femmes tuées au fusil, étranglées, à ces deux enfants qui meurent chaque jour, en france, de maltraitance.

Dans un silence assourdissant.

Il y a deux ou trois ans, j'ai décidé de me déclarer féministe. Je ne l'étais pas vraiment avant. Bien qu'éduquée en femme indépendante, je ne voyais pas le danger, pour moi nos droits étaient acquis.

Puis j'ai travaillé sur les questions de pédocriminalité. J'ai vu à quel point les droits des enfants et des mères sont bafoués par un système légal fait par et pour les hommes, les pères, les maris violents. Et je me suis dit que si les enfants n'avaient pas de voix, les femmes, elles, en avaient encore.

fathers-justice-roo_686097cJ'ai assisté depuis quelques années à cette lutte sans merci des "pères" contre les "mères", en fait contre les femmes en général mais surtout quand elles ont donné la vie. Ces femmes-là se trouvent de plus en plus enchaînées au Mâle, au "père", qui continue ainsi son oppression mais de manière légale, et cela jusqu'à la majorité du dernier enfant. Ne sont-ils pas émouvants, tous ces pères qui crient leur amour de leur enfants et leur haine de leur ex sur des grues? Qui revendiquent le droit de voir "leur" enfant, chéri et adoré, dont une femme manipulatrice tente des les éloigner.

Sauf qu'à y regarder de plus près, il y a quand-même un paquet de ces pères si merveilleux qui ne voient plus leurs enfants parce qu'ils ont commis des non représentations, des violences, des viols ou des agressions sexuelles sur leur enfant, justement, mais aussi très souvent sur la mère. Ce qui a entraîné la séparation, en général.

Et le problème, c'est que les associations de pères perchés ne font aucune différence entre les coupables ou fortement soupçonnés de l'être et les pères normaux: tous sont reçus par nos politiques, tous revendiquent à la télé, tous sont défendus avec la même verve et les mêmes experts devant les tribunaux.

J'ai donc identifié une menace claire sur les droits des enfants, puisque leur droit à la sécurité passe après le droit de leur père à voir "son" enfant. Les droits des enfants régressent et ceux des femmes avec, je ne vais pas énumérer ici les reculades légales, qui passent notamment par des régressions dans le droit de la famille, mais aussi par des choses comme les mères porteuses (GPA).

Parallèlement à cela, j'ai vu des dossiers d'enfants qui décrivent parfaitement le comportement pédophile de leur père (ou de leur mère, cela arrive), qui ont été vus par des psychologues alarmés, pour lesquels plusieurs signalements ont été faits par différentes personnes ou institutions, des gosses dont le mal être sauterait même aux yeux d'un aveugle, mais que la justice n'écoute pas.

american-academy-of-psychiatry-and-the-law-janvier-2012Comment fait-on pour nier les souffrances d'un enfant qui parle? Mais c'est très simple: il y a la botte secrète.

L'aliénation parentale, inventée comme on l'a dit par un pédophile, pour défendre les personnes accusées de pédophilie. Ca dit quoi, l'aliénation parentale? Eh bien que l'enfant est manipulé par sa mère qui veut détruire l'image du père. Pas besoin de preuve, d'ailleurs cette théorie n'a aucun fondement scientifique, il suffit de sortir un expert magique (on retrouve souvent les mêmes dans les dossiers les plus chauds, quand les enfants parlent de réseaux ou des copains de papa) qui va dire que l'enfant invente, que la mère est instable et paranoïaque, que le père est parfait, et que d'ailleurs les autres exprrts qui eux ont des doutes ne valent pa un clou.

Et devinez ce qu'ils se passe alors? Eh bien dans tous les dossiers que j'ai vus ou dont j'ai entendu parler, on place l'enfant, on retire le droit de garde à la mère, et on va l'amener chez son père à plus ou moins court terme.

C'est devenu systématique. Je ne dis pas que tous les juges réagissent comme cela, mais tous les avocats de la défense le font, ont recours à la même stratégie, et au final les enfants ne sont absolument pas protégés. Derrière ce mouvement qui vise à nier la parole des enfants, il y a quelques personnes qui se répandent dans la presse, les tribunaux et diverses conférences, et qui à ma connaissance n'ont jamais trouvé un enfant crédible.

C'est cela que décrit bien mieux que moi Victor Khagan. Mais, nombreux sont ceux qui font le même constat, sur le terrain. Et le bidonnage médiatico-politique de l'affaire Outreau n'a fait qu'empirer les choses.

cadeaux61-1-900x583Il n'y a que les fanatiques des "enfants menteurs" et des faux souvenirs pour trouver que tout va bien. A les lire, on dirait même qu'ils trouvent encore la répression trop forte en ce qui concerne les agressions sexuelles contre les mineurs.

Non, en réalité comme je le dis, on est face à une véritable catastrophe sanitaire. L'inceste est devenu tellement banal, il y a tellement de victimes cassées et pas reconnues, tellement d'agresseurs en liberté, que le coût purement financier pour la société est effrayant, sans même parler du coût humain, ce "meurtre psychique" dont parle Victor Khagan.

Mais j'irais même plus loin, car le meurtre psychique il est dans cette société qui considère qu'acheter le corps d'une femme sur un trottoir est normal, qui érotise les enfants dans des pubs que renieraient certainement pas des Matzneff, des Cohn-Bendit ou des Mitterrand, qui fait de la loi du plus fort l'alpha et l'omega de sa morale. Tout est inversé.

Ca me rappelle notre ami Dupond, qui parlait encore d' "hypermoralisation" en évoquant l'affaire du Carlton au cours d'une interminable interview pour La Tribune. Pour avoir lu quelques auditions figurant dans ce dossier, je dirais qu'entre l'absence totale de morale et un minimum de respect de l'autre, il nous reste encore bien de la marge.

La morale, en effet, c'est un bien grand mot. Parlons plutôt de valeurs. Tous ces frères la truelle qui se revendiquent humanistes feraient bien d'appliquer un peu leurs grands préceptes. Ces mots qu'on nous lance pendant les campagnes électorales et qu'on remet ensuite au placard jusqu'au prochain scrutin.

Screenshot - 29_06_2015 , 22_46_36Il me semble évident, à force, que les valeurs avec lesquelles on a à peu près tous été éduqués, des choses bêtes comme ne pas mentir, ne pas voler, ne pas tuer ou piétiner son voisin, ne sont absolument pas des valeurs communes. Et je constate que parmi nos dirigeants politiques, parmi les pontes du monde économique, certains sont de véritables tarés, capabales de tout. J'ai eu un choc en réalisant à quel point les pratiques dénoncées en ce moment au Royaume-Uni sont la norme chez nous aussi.

Je pourrais parler de certains politiques dont les noms reviennent dans les dossiers les plus sordides que j'ai pu connaître. De certaines fillettes disparues dont on sait hélas ce qu'il leur est arrivé. De ces rituels sataniques dont j'entends parler trop souvent, et même de cette corruption endémique dans notre classe politique, grâce, entre autres, à la pédophilie (mais le trafic de drogue, le trafic d'armes, en fait tous les trafics peuvent servir à cela). Le cas de l'Angleterre, où des politiciens pédophiles et même meurtriers d'enfants ont été couverts par les renseignements, et cela au moins depuis les années 50, est symptomatique. 

D'ailleurs, les autorités sont très occuppées à étouffer ces dizaines de scandales impliquant ceux que j'appelle les "pédophiles VIP", ce qui demande pas mal d'énergie il faut le reconnaître. Il est vrai que des affaires sortent de tous les coins du pays, la police est débordée, et on ne parle là que de dossiers antérieurs à 2000.

Il y aurait beaucoup à écrire à ce sujet, on aura le temps d'y revenir.

Je terminerai ici en rappelant qu'il est hors de question de laisser le combat pour le respect des victimes devenir un combat honteux, comme certains s'acharnent à vouloir le faire passer aux yeux d'une opinion publique gavée de propagande insipide.

Tout cela, en effet, relève du fascisme: censure, oppression, mensonge, violence, contrôle total. Des valeurs que nous sommes nombreux à ne pas partager.