donde vamos

22 juillet 2018

Pédophilie en cours de normalisation: le lobby s'active pour une reconnaissance comme minorité sexuelle

104624008

Cela peut sembler incroyable pour ceux qui ne suivent pas du tout la question de la pédophilie, mais les pédophiles sont bien organisés et réclament des droits. Oh, bien-sûr ils ne commencent pas par demander le droit de violer les mineurs dès la naissance. Non: d'abord ils demandent un abaissement de la majorité sexuelle (ce qui est en cours en france), puis ils vont réclamer des droits en tant que "minorité sexuelle", c'est-à-dire à pouvoir pratiquer la pédophilie. Pour y parvenir, il y a cependant des prérequis: faire croire que les enfants sont demandeurs de relations sexuelles avec des adultes, et qu'il y a des "gentils pédophiles".

 

Depuis les années 70 en france, un lobby pédophile est à l'oeuvre pour banaliser la pédophilie et tenter de démontrer que les enfants sont en réalité de petits pervers sexuels qui ne cherchent qu'une chose: se faire tripoter et violer par des adultes. Chaque personne un peu saine d'esprit sait que cela n'arrive jamais, à moins que le pauvre enfant n'y ait été conditionné depuis sa tendre enfance.

Aucun enfant ne veut sucer une bite qui pue, aucun ne veut avoir mal au sexe ou aux fesses, ni se faire embrasser par de vieux porcs qui puent autant que leur bite. Je le dis crûment (et encore), mais une "relation sexuelle" avec un adulte, pour un enfant, c'est ça.

Bref, les Matzneff, les Mitterrand, les Kouchner ou Lang qui défendent Polanski (quoi que maintenant qu'il en est à la 5e plainte pour viol sur mineur, on les entend moins), les pédophiles de Libé, les Cohn-Bendit, on fait passer dans une certaine catégorie de la population qui se veut "intellectuelle", "décomplexée" et "ouverte", l'idée que les enfants aiment le sexe en général, et avec les adultes en particulier.

Aujourd'hui, le discours des pédophiles est plus subtil, axé sur la victimisation et la normalisation. 

 

Le pied dans la porte: les pédophiles abstinents

2018-07-15 16_17_12-

On met désormais en avant, non plus le pédophile pratiquant, mais le pauvre pédophile abstinent qui est injustement rejeté par l'opinion publique. On a vu quelques témoignages de ce genre dans des médias, d'abord anglo saxons, ces dernières années. Le top dans ce domaine étant un article de Slate en 2016, le journal d'Attali, intitulé "Le cerveau des pédophiles abstinents n'est pas le même que celui des pédophiles passés à l'acte". Donc en gros, il faudrait distinguer l'abstinent, dont on est censé croire qu'il ne passera jamais à l'acte (ni qu'ils regardent de la pédopornographie), à qui on peut donner des droits dans la communauté LGBT, des pédophiles pratiquants.

Une véritable campagne de propagande est en cours à ce sujet, depuis quatre ou cinq ans. 

Le tout nouveau concept du "pédophile abstinent" sert aussi à ouvrir le débat sur la place des pédophiles dans la société, en commençant par ceux qui semblent les plus acceptables pour l'opinion: les abstinents. Evidemment, on n'a aucun chiffre sur les abstinents passés à l'acte ou consommateurs de vidéos et d'images de viols d'enfants, bien concrets ceux-là.

Les articles sur le sujet se multiplient avec à la clé des reportages d'une rare complaisance, comme si fantasmer sur des enfants était finalement quelque chose de normal, pas grave, acceptable en somme.

Sans surprise, on retrouve parmi ceux qui défendent cette position, le psy Roland Coutanceau, qui considère qu'il s'agit d'un "trouble de préférence sexuelle" (sic.). Ce ne serait donc pas une perversion que de voir les enfants comme des objets sexuels, ni même une "maladie". Rien de bien grave, donc. Il introduit même la notion de "pédophile secondaire", c'est-à-dire ceux qui se rabattent sur les enfants quand ils n'ont rien d'autre sous la dent ou quand ils ont une pulsion et l'occasion de se faire un gosse.

Pour Coutanceau, l'attirance sexuelle pour les enfants "n’implique pas forcément un passage à l’acte. Il y a des pédophiles qui restent abstinents. Je vois aussi des pédophiles secondaires, des gens généralement attirés par des adultes, qui peuvent occasionnellement s’intéresser aux petits garçons ou aux petites filles."

Outreau expert

Dispose-t-on de chiffres fiables sur l'abstinence chez les pédophiles? Certainement pas puisqu'on ne connaît pas le nombre de pédophiles dans la population, en raison du fait qu'ils ne sont que très rarement condamnés.

De plus, si comme Coutanceau on accepte le chiffre de 1% d'hommes ayant des pulsions pédophiles, j'ai bien peur que presque tous sont passés à l'acte à un moment où à un autre, si on en juge par le nombre de victimes chaque année (environ 80.000 mineurs victimes de viol chaque année [1]).

On retrouve aussi parmi les propagateurs du concept de "pédophile abstinent" l'innénarrable Hubert van Gijseghem, venu raconter n'importe quoi au procès de Daniel Legrand à Rennes, ainsi que dans de nombreux procès, et hélas dans les écoles de magistrature de France, de Suisse, du Canada. Car Gijseghem, toujours prompt à défendre les pédophiles, répand aussi les théories des "faux souvenirs" et du "syndrome d'aliénation parentale", inventées par des pédophiles, et qui consistent à dire que les enfants qui parlent d'abus sexuels inventent tout et sont manipulés par leur mère. 

Avec ce personnage, on passe encore un pas, car celui qui se fait qualifier d' "expert" à travers le monde déclare que la pédophilie est une "orientation sexuelle au même titre que l'homosexualité ou l'hétérosexualité", qui concernent des adultes libres et consentants.On voit donc bien d'où vient cette normalisation de la pédophilie qui est en cours.

 

La banalisation par le vocabulaire

NAMBLA 1

Aujourd'hui, donc, il ne faut plus dire pédophile, ça fait pas correct. Eux voudraient qu'on les appelle par le terme abscons de "Personnes attirées par des mineurs" (Minor Attracted Persons, MAP). Et ils ne sont donc pas pervers, ils ont un "trouble"...

Depuis 2010 environ dans les pays anglos saxons, des "jeunes" pédophiles promettent que jamais ils n'agresseront de mineurs, et se déclarent en tant que "Minor Attracted Person" ou même comme des pédophiles "Anti contact"! Sauf qu'évidemment, d'autres s'affirment "pro contact" et profitent de l'ouverture du débat par les "gentils pédophiles" pour porter leurs revendications de "méchants pédophiles".

De gros lobbys pédophiles comme B4U Act reprennent en choeur cette notion de "Minor Attracted Person", qui leur plaît beaucoup. Ce genre de lobby ne cesse de crier à la "discrimination" des pédophiles, et a trouvé une excellente porte d'entrée dans le débat public avec ce concept flou et propagandesque de "pédophile abstinent/vertueux/anti-contact".

B4U organise des séminaires, le prochain sera, comme par hasard, axé sur le thème "étendre l'angle de la recherche sur les MAPs". Il s'agit là d'un lobbying que je qualifierais de "pseudo scientifique", et on a vu la même chose dans le cas de l'"éducation sexuelle". En gros voici le système: un lobby veut faire passer des lois dans le monde entier pour faire accepter un truc inacceptable. L'opinion mondiale est clairement contre, mais le lobby a beaucoup d'argent et des relais dans les milieux académiques. On va donc faire des "études", des "recherches", afin d'imposer la question dans le débat "scientifique", puis dans le débat public grâce aux médias. Au bout de quelques années, on a réussi à imposer le concept inacceptable dans l'opion, ouvert le débat, et grâce à toutes les "études", et autres travaux complètement bidons diffusés auprès des institutions, on arrive à faire bouger les lignes par la loi.

Vir ped 1

D'autres pédophiles se sont regroupés sur le net et s'appellent les "virtuous paedophiles", les "pédophiles vertueux", parce qu'il disent ne pas toucher aux enfants. Ils ont même créé leur site internet. Ils se disent clairement contre les abus sexuels sur les mineurs, mais on peut se demander pourquoi ils font de la publicité pour les "gentils pédophiles" s'ils veulent tellement protéger les victimes potentielles.

En Allemagne, selon "The Indépendant", "on traite les pédophiles comme des victimes... et pas comme des agresseurs". Nous y voilà: tous les pédophiles, qu'ils aient ou non agressé des enfants, se considèrent comme des victimes. Pour avoir couvert pas mal de procès de pédos, j'ai remarqué que c'est une constante. D'abord, ils n'avouent jamais les faits, ensuite ils se considèrent eux comme la victime (d'un complot familial, d'un enfant menteur, de la société, des mères qui les diabolisent... il y a le choix, et les combinaisons sont possibles).

Tout ce nouveau vocabulaire dont le seul but est de relativiser l'horreur de la pédophilie, est évidemment répandu auprès du milieu des "sexologues", qui je le rappelle n'ont aucune formation sur la psychologie des mineurs: conformément au DSM V, qui compile les "troubles " et maladies" psychiatriques, on parle de "trouble pédophilique", à comprendre différemment du "pédophile", on distingue ceux qui disent ne pas passer à l'acte des autres, et finalement on considère qu'il faut les "soigner" (eh oui il y a du business à faire avec les pédos) et les réinsérer dans la société, au milieu de leurs cibles potentielles. Ceci, alors que les "thérapies" ont à moult reprises démontré leur inefficacité, en france comme ailleurs.

On parle aussi d'"abuseurs d'enfants non prédateurs", qui seraient d'abord attirés par les adultes mais se rabattent aussi sur les enfants, souvent les leurs.

Les sexologues jouent un grand rôle dans la propagation d'une part des théories pédophiles que je qualifierais de "relativistes", et d'autre part l'"éducation sexuelle" version Kinsey, impulsée par l'OMS, l'UNESCO etc., et qui vise à préparer les enfants dès le plus jeune âge à la sexualité.

 

La propagande sicentifico médiatique

mirror170304

Un des angles d'attaque pour nous faire accepter la pédophilie est de victimiser les pédophiles. Pour cela, ils ont mené plein d'enquêtes auprès des pédophiles, pour recueillir leur ressenti et affirmer ensuite qu'ils ont besoin d'aide et même de reconnaissance par la société. Un gros lobbying a donc été mené pour redéfinir la pédophilie, notamment par B4U Act, créée dans ce but en 2003.

On a donc des "études" qui poursuivent deux buts:

 > Introduire et banaliser le nouveau concept de "pédophile non pratiquant"

> Peser sur l'opinion publique

Par exemple, en 2018 une enquête auprès de 342 pédophiles aurait trouvé des distinctions entre les pédophiles "acteurs" et "non acteurs", plus jeunes que les premiers, moins cyniques, et ne réclamant pas la légalisation de la pédophilie. En 2016 on en a eu une autre, intitulée "Une étude sur Internet des hommes sexuellement attirés par les enfants: Les modèles d'attraction sexuelle".

Peu à peu, ces gens finissent par créer un corpus qui fait masse à défaut d'avoir un caractère scientifique.

Des individus estampillés "scientifique" font la tournée des conférences et autres séminaires, avec quelques interviews au passage, pour répandre la bonne parole. L'un de ces individus est une certaine Jill S. Levenson, qui n'est pas scientifique mais travailleuse sociale et enseigne à la fac. Elle sera présente au séminaire de B4U Act en septembre, pour parler du besoin d'aide des "MAPs".

Levenson est aussi mise en avant par les associations de défense des pédophiles, car elle critique beaucoup les lois répressives contre les pédophiles condamnés, qui seraient selon elles "inefficaces". Elle critique les zones dans lesquelles les pédophiles et les agresseurs sexuels de tous ordres sont forcés de vivre quelque temps ou définitivement après leur condamnation, car ça les "pousserait à la clandestinité". Bref, selon elle il faut les "soigner".

De l'aide aux pédophiles "abstinents" on en arrive donc vite à l'aide aux "pédophiles". Et cela passe, selon ces "experts" en pédophilie, par une meilleure acceptation par la population, mais aussi bien-sûr par leurs propres victimes

On a aussi un certain John Z. Sadler, psychiatre, pour qui la pédophilie n'est un vice qu'en raison de la morale, venu au symposium de B4U Act en 2011. Par ailleurs, lui aussi fait la distinction entre les abstinents qui ne feraient "que" penser à des actes pédophiles, et ceux qui passent à l'acte.

Au début des années 2010, le lobby a fait pression pour que la pédophilie soit définie comme un simple "trouble" à défaut d'être sorti de la liste des "pathologies mentales" établie par l'American Psychiatric Association (APA). Introduite dans le DSM en 1980, la pédophilie, comme un "trouble psychosexuel", et pour être pédophile, il fallait agresser régulièrement des mineurs ayant plus de 10 ans d'écart d'âge.

En 1989, la pédophilie devient un "trouble sexuel", qui peut être "léger" (pour les abstinents), "moyen" (passage à l'acte occasionnel) ou "sévère" (passage à l'acte répété), et l'écart d'âge passe à 5 ans. Le diagnostic de la pédophilie évolue avec le DSM IV, excluant ceux qui ne passent pas à l'acte. Avec le DSM V, la pédophilie devient un "trouve paraphilique" quand il y a passage à l'acte, sinon ce n'est pas un "trouble".

DSM 5 1_pCCsLhOCr2aZuzSJAJdNMQ

Comme l'écrit Thierry Favre, psychanalyste qui a analysé l'évolution de la définition de la pédophilie dans le DSM [2], "Depuis 1983, année de publication en français du DSM 3, la pédophilie qui inaugure sa première entrée dans cet ouvrage, a connu une évolution notable qui l'a fait évoluer d'une paraphilie totalement pathologique à une paraphilie qui peut être partiellement pathologique (DSM 5), c'est-à-dire présenter un trouble paraphilique qualifié de "trouble pédophile ". La pédophilie peut désormais, selon l'APA, se vivre avec ou sans trouble", ce qui "ouvre la voie à la dépsychiatrisation" de la pédophilie.

Thierry Favre continue, expliquant que le DSM V relève une pédophilie "pathologique", ce qui veut dire qu'il y a aussi de la pédophilie "non pathologique", donc "normale" en somme. Celle-ci serait donc une "orientation sexuelle pédophile", même si le terme a été modifié après la première publication du DSM 5, suite à la levée de boucliers des militants de la protection de l'enfance. 

Le piège devient plus clair quand on comprend que selon le DSM, le fait de consommer de la pédopornographie n'implique pas forcément que le type est pédophile. Or, le constat est qu'à force, ils le deviennent : il n'y a qu'à assister à quelques procès de pédophiles pour entendre "c'est à force de regarder des vidéos avec des enfants, j'ai voulu faire pareil". De plus, ce qu'ils "consomment", ce sont bien des viols de mineurs, qui sont bien des victimes, et la répression de ces pervers doit être forte dès la première fois. Enfin, je défie quiconque n'étant pas pédophile de regarder une seule de ces vidéos sans avoir envie de vomir. Pourquoi donc enlever des individus de la catégorie des "pédophiles"? Où est l'intérêt? 

L'étape suivante sera de définir la pédophilie comme une simple "orientation sexuelle" quand il s'agit d' "abstinents", puis ce sera progressivement pour tous les pédophiles au feu-et-à-mesure que l' "éducation sexuelle" et la pornographie sexualiseront les enfants.

On constate qu'un gros travail a été effectué sur le plan "scientifique", si on peut appeler cela comme ça, reste à travailler l'opinion publique pour parvenir à faire de la pédophilie une banale "orientation sexuelle" qui ne relève pas du tout de la psychiatrie et qui doit être acceptée.

 

La pédophilie comme "orientation sexuelle"

2018-07-21 20_23_39-TEDx speaker says, 'pedophilia is a natural sexual orientation' · Caldron Pool

Récemment, une certaine Mirjam Heine, universitaire allemande, a fait scandale dans une conférence Ted X intitulée "Pourquoi notre perception de la pédophilie doit changer", en clamant que "la pédophilie est une orientation sexuelle naturelle, tout à fait comme l'hétérosexualité". Gijseghem, sors de ce corps!

La jeune et charmante Mirjam Heine, qui "espère une société où les gens s'netraident pour devenir la meilleure version d'eux-mêmes", se base évidemment sur des "recherches actuelles", donc pas encore publiées, donc invérifiées et invérifiables en l'état. Mais elle a créé le buzz et un gros coup du marteau de la propagande sur le clou de l'opinion publique a été porté.

Selon elle, et en cela je la réfute absolument, "personne ne choisit d'être pédophile. Personne ne peut cesser d'en être un". Cela peut sembler incroyable, mais dans nombre de dossiers de pervers narcissiques pédophiles, ceux-ci ne sont devenus pédophiles que pour détruire la mère et les enfants, voire pour obtenir la garde exclusive de leurs enfants [3].

Et celle lobbyiste des pédophiles d'ajouter: "Il est de notre responsabilité de dépasser nos sentiments négatifs envers les pédophiles. Et de les traiter avec le même respect que les autres personnes". Mais bien sûr, et avec un gros smack en plus, peut-être? 

Ces propos nous choquent parce que nous n'en sommes qu'au début de la propagande pour la normalisation de la pédophilie. C'était le pavé dans la mare, maintenant la voie est libre pour toutes les revendications des pédophiles. 

Comme on a bien tenu compte des déboires des années 80, des Cohn-Bendit, des Matzneff, des Duvert et compagnie qui ont été un peu trop crus pour l'opinion publique, maintenant on aseptise le discours avec un vernis pseudo scientifique. Ce ne sont plus les "intellectuels" pédophiles qui parlent, mais les scientifiques, bien-sûr dotés d'une étiquette de neutralité.

"Nous devons faire la différence entre les abus sexuels sur les mineurs et la pédophilie", a-t-elle insisté. Sans blague? Donc si on suit le raisonnement, les pédophiles n'étant pas tous des abuseurs d'enfants, ils ont le droit d'exister et d'avoir des droits en tant que pédophiles, car ils souffrent déjà tellement c'est bien connu.

2018-07-21 22_22_21-Un pédophile s’adresse à ses détracteurs - VICE

Ce qui est bizarre, c'est qu'on ne trouve aucun de ses travaux sur le net [4], comme si tout avait été effacé, ou comme si elle sortait vraiment de nulle part, tel un pur objet de propagande.

Au passage, cette mystérieuse étudiante estime on ne sait comment qu'il y a "1 à 2% de pédophiles" dans la population masculine. Pour d'autres, ce serait "1 à 5%", et je pense que 5%, tous profils de pédos confondus, est plus près de la réalité. 

Tout comme cette Mirjam Heine, les psyschiatres de l'APA qui rédigent le DSM, et nombre de relais dans le monde médical et de la sexologie, militent pour apporter une aide aux pédophiles car ce serait difficile à vivre d'être pédophile, ce qu'on peut croire, mais il y a quand même des limites. Ces types doivent apprendre à se maîtriser comme des adultes, point barre. Et s'ils ont des pulsions incontrôlables alors c'est la psychiatrie ou la prison et la castration chimique à vie.

Un des "pédophiles abstinents" les plus connus d'Angleterre, un certain Todd Nickerson, qui tient un blog, revendique la pédophilie comme une "orientation sexuelle". Derrière ces "gentils pédophiles", il y a le lobby pédophile. 

Vernon Quinsey, un prof de psychologie à l'université spécialisé dans les agresseurs sexuels, a déclaré devant le Parlement canadien en 2011 déjà, que la pédopilie est "une orientation sexuelle", mais que cependant tous les hommes qui agressent des mineurs ne sont pas des pédophiles. Il revient donc sur la dernière version du DSM.

Il a même une technique pour dire si un type est pédophile: la "phallométrie"! Cela consiste à mesurer la taille du sexe du type quand on lui montre des images pornographiques de mineurs. Aux USA, les "orientations sexuelles" sont protégées spécifiquement, et des droits y sont rattachés. Tout l'enjeu est de savoir si les pédophiles sont compris dedans ou pas, et en 2013 les députés Démocrates ont bloqué un amendement des Républicains visant à exclure la pédophilie des "orientations sexuelles" reconnues, au motif que "tous les styles de vie alternatifs doivent être protégés par la loi".

 

Rappel de ce qu'est le vrai discours des pédophiles

maxresdefault

Nous sommes donc face à une campagne de propagande destinée à nous faire accepter les pédophiles parmi nous. On commence donc, avec un discours édulcoré, par opérer une distinction, selon moi totalement arbitraire, entre les pédophiles "pratiquants" et les autres. Le but est de faire d'abord accepter les pédophiles "gentils", qui disent ne pas violer eux-mêmes des enfants. 

Mais le discours des pédophiles, nous le connaissons. Ils ont assez fait de lobbying par le passé et encore aujourd'hui pour qu'on connaisse parfaitement leur position. On sait par exemple que pour le "sexologue" Sylvain Mimoun, "Il n'y a pas d'âge pour son premier rapport sexuel", que pour Françoise Dolto, un père a "le droit" de "violer sa fille par correction", que pour Cohn Bendit "la sexualité d'un gosse c'est fantastique", tout comme se "faire déshabiller" par "une petite fille", ou que pour des psys comme Ruffo ou Doucet, l'inceste ou le viol sur mineur peut avoir des bons côtés pour les victimes, que pour Ralph Underwager, l'inventeur des faux souvenirs, la pédophilie est "la volonté de Dieu" car elle favoriserait la procréation... Ce individus n'ont pas de limite.

Mais pour l'instanct, ils développent un argumentaire un peu plus vicieux, beaucoup plus tordu, et qui procède par étapes. Ce qu'ils veulent, c'est nous faire accepter :

1) La notion de sexualité des enfants, similaire bien-sur à la sexualité des pédophiles

2) Le délire selon lequel les enfants réclament naturellement des relations sexuelles avec les adultes

3) Des lois favorables aux pédophiles, à commencer par la suppression de la majorité sexuelle (en cours en france)

Soyons lucides: les "gentils" pédophiles abstinents rêvent de pouvoir pratiquer, à moins de rester frustrés toute leur vie, surtout ceux qui ne sont attirés que par les mineurs ou qui sont incapables de séduire des adultes. Ce n'est qu'une question de temps avant qu'une partie des pédophiles revendique la liberté sexuelle des enfants. Cela aussi, c'est en cours au niveau de l'ONU, avec la notion de "droits sexuels" sans condition d'âge. 

On peut même anticiper, dans ce monde patriarcal de plus en plus vicieux, que les mères seront de plus en plus écartées de la vie de leurs enfants, pour la simple raison qu'elles font obstacle entre les pédophiles et leurs victimes. Un certain Tony Duvert, propagandiste pédophile et misogyne heureusement décédé assez jeune, détestait particulièrement les mères, qu'il accusait de protéger leurs enfants de la sexualité avec lui et ses congénères. 

Tony Duvert est encore adulé par certains pseudos "intellectuels" aujourd'hui (, , ou encore par exemple).

Jacques Dugué, un pédophile revendicatif, condamné, qui a eu droit à une tribune dans Libération en 1979, a écrit : "Pourquoi toujours considérer les enfants comme des demi-hommes dépendants et irresponsables? Ils aiment ça. Ils font comme tout le monde. Leur corps leur appartient. Ca ne leur fait aucun mal. Ca ne leur fait que du bien et ça ne porte préjudice à personne". Dugué réclamait "le droit pour tous, aux plaisirs et à la différence", encore cette notion de "droits sexuels pour tous", qui revient dans les agendas politiques.

 

---------------------------------------

On peut être surpris par toute cette énergie mise à défendre les pédophiles alors que partout, la protection des mineurs est indigente, voire dramatiquement inopérante. Il est clair que toute cette propagande, bien huilée, répond à des intérêts bien compris, financés et soutenus médiatiquement. Les mentalités vont petit à petit "infuser", et finir par accepter sans même s'en rendre compte que les pédophiles soient parmi nous et revendiquent des droits au nom de la liberté. 

En parallèle, n'oublions pas les conséquences de l' "éducation sexuelle", qui prépare les enfants à la sexualité à partir de l'âge de 4 ans, dès la maternelle, avec des concepts très clairs et exhaustifs. Dans quelques années, les deux "libertés" se rencontreront: celle des enfants à avoir une sexualité (ce "droit" est déjà reconnu par l'ONU pour les enfants), et celui des pédophiles à vivre leur sexualité si les enfants sont "consentants".

D'où l'importance du débat actuel en france sur le "non consentement" présumé pour les mineurs de moins de 15 ans, réclamé par les associtaions suite aux deux jugements qui ont conclu que des fillettes vierges de 11 ans étaient consentantes à un rapport sexuel dans la rue avec de parfaits inconnus bien plus âgés qu'elles. Le gouvernement, lui, a cherché à nous embobiner en créant le concept d' "atteinte sexuelle avec pénétration", faisant du viol de mineur un simple délit passible au maximum de 10 ans de prison [5]. 

Bref, l'heure est grave et il est clairement temps que les gens comprennent où on essaie de nous emmener, et la menace que ce lobbying représente pour la sécurité des enfants.

 

 


[1] Beaucoup d'études montreraient qu'une victime sur 10 porte plainte, et en France en 2016, par exemple, 8.184 plaintes pour viol sur mineur ont été déposées. Cela ferait donc environ 80.000 victimes annuelles de viol sur mineur. On ne parle pas des agressions sexuelles, encore plus nombreuses. "Selon l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (Ondrp), le nombre de cas estimés entre novembre 2014 et octobre 2015 atteint 84.000".  

Si on compte, à vue de pif, 20 millions d'hommes majeurs et pas trop vieux pour agresser des mineurs, ça ferait donc 200.000 pédophiles dans la population française en âge d'être pédophile "pratiquant". On comprend donc que si la théorie selon laquelle les pédophiles sont généralement "abstinents", cela veut dire que les "pratiquants" sont très prolifiques en termes de victimes.

Personnellement, je pense qu'il y a beaucoup plus qu'un pourcent d'hommes pédophiles, auxquels il faut ajouter les femmes. 

En Angleterre, une étude de la National Crime Agency en 2015, juste après le scandale Jimmy Savile, aurait montré qu'un homme sur 35 serait un danger pour les enfants (1 à 3% d'hommes à tendance pédophile) et 250.000 seraient de "vrais pédophiles", attirés sexuellement par les fillettes pré pubères (les pédos attirés par les garçons ne sont pas inclus, alors que les faits divers montrent que la plupart d'entre eux, dans ce pays, sont bien attirés par les garçons pré pubères ou à peine pubères. Plus grave encore, le nombre d'enfants à risques aurait augmenté de 80% depuis 2002.  

[2] Voir : https://www.sfsc.fr/pdf/Pe%CC%81dophilie-D'un%20DSM%20a%CC%80%20l'autre-27%20Aou%CC%82t%202015.pdf

[3] Véridique: un de ces pères devenu pédophile après la séparation avait prévenu la mère qu'il utiliserait les enfants pour la détruire. Il a utilisé la pédophilie pour cela et a obtenu la garde comme il l'avait prévu. Car oui en france, il semble que violer ses enfants permet d'obtenir rapidement la garde exclusive, et même souvent l'autorité parentale exclusive: lorsque les mères et les enfants dénoncent les faits, les plaintes sont classées et les pédos passent pour les victimes, obtenant tous les droits sur les enfants. 

[4] Je n'ai trouvé aucune trace d'elle nulle part avant mai 2018, y compris sur le site de l'université où elle dit être étudiante en psychologie, ou alors cela a été effacé, et son comtpe Twitter ouvert en 2013 est vide. 

[5] Après plusieurs semaines de polémique, Schiappa a enfin retiré cette connerie de sa loi, mais nous ne sommes pas à l'abri du tout d'une nouvelle régression. 

 

Posté par Ceri à 12:06 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

15 juillet 2018

Quelques nouvelles du réseau pédophile international, par Fiona Barnett (Australie)

fiona barnett

On avait parlé ici de Fiona Barnett, cette australienne qui a dénoncé le réseau pédophile VIP de son pays, dans lequel on retrouve des politiciens, des producteurs et présentateurs télé, de grands sportifs, des magistrats, des flics gradés... Depuis plusieurs années, elle continue à dénoncer ce réseau, qu'elle a connu dès son enfance, et qu'elle décrit comme tentaculaire. Retour sur quelques infos récentes.

 

La présidente de la commission des droits de l'homme

Un des derniers coups de gueule de Fiona Barnett était dirigé contre la nouvelle présidente de la commission des droits de l'homme, une certaine Rosalind Croucher, nommée en juin 2017. Celle-ci a pris position pour indemniser un pédophile, viré de sa boite parce qu'il a été condamné pour des actes pédophiles. Du coup, Barnett décide d'expliquer "qui est Rosalind Croucher", qu'elle a croisée lorsqu'elle était jeune:

"Rosalind Croucher est l'une des sorcières au comportement froid qui ont présidé à l'assassinat rituel et à l'orgie pédophile à l'hôtel de ville de Bathurst lorsque j'étais mineure. Rosalind Croucher était l'un des grands prêtres qui se tenaient à l'hôtel de ville de Bathurst aux côtés du capitaine de cricket australien Richie Benaud, de l'acteur de merde Bruce Spence, du commissaire de police  de Nouvelles Galles du Sud John Avery et du chef du réseau de trafic d'enfants ASIO [Australian Security Intelligence Organisation] Kim Beazley Senior".

Ce que Barnett raconte ensuite relève des pires scènes de sacrifice. Elle décrit ce rituel à Bathurst: "Rosalind Croucher a regardé Bruce Spence me violer sur scène. Rosalind Croucher a regardé comment une "fiancée" complètement enceinte a été ouverte et son bébé déchiré dans le cadre du rituel de la messe noire. Rosalind Croucher a regardé une ligne d'enfants être assassinés rituellement. Rosalind Crouch les regardait alors que toute la foule se lançait dans une orgie à laquelle elle participait".

Fiona Barnett dénonce la présence de pédophiles aux postes clés du pays, notamment ceux qui touchent à l'enfance de près ou de loin. Si on regarde, chez nous, il faut rappeler le tollé du côté des associations quand il a été question de nommer Jack Lang comme défenseur des droits. Finalement ils ont nommé Baudis, à qui Jacques Toubon a succédé. Je ne vais pas m'étaler mais ceux qui connaissent les dossiers comprendront le caractère pour le moins ironique de la situation.

Bref, les choses sont semblables en Australie.


Le versant "show biz" du réseau pédophile VIP

graham-kennedy-and-bert-newton-3uz

Elle revient aussi sur le cas de quatre types du show biz, après qu'un présentateur télé, Bert Newton, ait qualifié ses amis Graham Kennedy et Don Lane de "mentors" de jeunes talents. Par exemple sur Kennedy il a dit : "Il aimait donner une chance aux jeunes à la télévision, il était un excellent mentor, il a encadré beaucoup de jeunes. Tu savais que si tu allais dans sa loge, et que c'était verrouillé, il était en train de former un jeune". Un peu comme Jimmy Savile, en quelque sorte... 

Et comme à Hollywood aussi, des ex enfants de la télé en Australie ont dénoncé l'atmosphère pédophile qui régnait dans les grands studios à l'époque. Selon Barnett, de nombreuses victimes du réseau pédophile de VIP ont nommé parmi les abuseurs Graham Kennedy, Don Lane et Bert Newton, devant la commission royale d'enquête sur les abus sexuels sur les mineurs, lancée il y a près de deux ans. Le Dr Reina Michaelson, qui a dénoncé le même réseau, les a également cités.

Newton, comme Savile en Angleterre, était un pilier du réseau, lui aussi gros pourvoyeur de chair fraiche: "Graham Kennedy, Don Lane et Bert Newton fréquentaient les bordels de Kings Cross lorsque le trafic d'enfants était coordonné par Roger Rogerson, un policier gangster emprisonné pour meurtre". Rogerson a été l'un des officiers de police les plus décorés de sa carrière, puis ce fut la chute: accusé de faire partie d'un groupe de flics corrompus qui fricotait avec des figures du crime organisé, ou encore d'avoir bloqué le cours de la justice, puis de meurtre.

Et justement, à Kings Cross, des flics pourris protégeaient le réseau pédophile.

Selon Fiona Barnett, le mouvement #MeToo a surtout servi à dissimuler le scandale de pédophilie à Hollywood, qui concerne des dizaines de mineurs depuis des dizaines d'années. 

  

Anthony Kidman

2014%2F09%2F13%2F73%2Fkidman

Fiona Barnett avait cité Anthony Kidman, chirurgien et père de l'actrice Nicole Kidman, comme l'un des membres éminents du réseau et l'un de ses propres abuseurs. La conférence de presse où elle en avait parlé est l'article le plus vu du site Sydney Morning Heraldmême, dit-elle, si les robots du site ne l'affichent pas. 

Elle écrit que le National Inquirer US avait tenté de faire sa Une avec l'affaire Kidman, mais il en ont été dissuadés par des lettres des avocats de Nicole Kidman. Celle-ci aurait aussi fait pression sur une journaliste pour qu'elle ne publie pas d'interview avec Barnett. Finalement, un journaliste anglais serait venu l'interroger elle et deux autres victimes de Kidman pour le Daily Mail, mais l'une des victimes, dont les parents étaient amis du père Kidman, a subi des menaces et n'a plus voulu que son témoignage soit publié. 

Apparemment, l'équipe de "relations publiques" de Nicole Kidman (son père est mort juste après les révélations de Fiona Barnett) a tout fait pour rendre inaudible la bombe qu'elle a balancée publiquement. Kidman a même lancé une sorte de campagne de com en Australie pour redorer son image.

Barnett explique même qu'elle a remporté le "jackpot du conspirationnisme" quand David Ike a parlé de son histoire lors d'une tournée en Australie.

 

Le Pizzagate

podesta mails

Fiona Barnett revient sur l'affaire du Pizzagate, qui est devenu un véritable scandale sur le web mais a été conscienscieusement étouffé dans les médias officiels. Elle explique que son histoire a été agrégée au Pedogate, pour faire gicler la mère Clinton.

En effet, à partir de la vraie histoire du Pizzagate, c'est-à-dire un réseau qui exploite sexuellement des enfants pour le compte de pontes du Parti Démocrate et de la Maison Blanche, des dizaines d'histoires ont été reliées abusivement au Pizzagate, pour faire mousser l'histoire. Qui, selon moi, n'en avait vraiment pas besoin, ne serait-ce que par souci de clarté.

Barnett explique, comme l'évidence le montre, que la Fondation Clinton sert au trafic sexuel d'enfants, dont ceux de Haïti où la fondation est arrivée après le tremblement de terre. John Podesta était impliqué (d'ailleurs on n'entend plus parler de lui maintenant qu'il est grillé).

L'affaire a démarré quand les emails de la mère Clinton et de son chef de campagne John Podesta ont été publiés par Wikileaks. Ils ont montré qu'elle se déclarait elle-même adoratrice de Moloch, mais on comprend surtout qu'ils utilisent des mots codés dans le registre du fast food pour commander leurs victimes.

Barnett écrit que des officiers honnêtes du FBI et du NYPD "ont fait de multiples tentatives pour inculper Clinton et d'autres VIP du réseau pédophile, mais leurs efforts ont été anéantis par ceux qui se trouvent au-dessus d'eux dans la chaine de commande".

IMG_9753_copy

Les médias mainstream, explique Barnett, ont lancé une campagne d'étouffement des emails de Podesta. Elle dit que derrière CNN (créée par un des types qui l'a abusée, Ted Turner, dit-elle), les médias se sont focalisés sur le concept de fake news au lieu d'aborder le fond de l'affaire, c'est-à-dire le contenu pour le moins étrange de ces mails. "Clinton elle même n'a jamais nié ni confirmé le contenu de ces mails", souligne Fiona Barnett.

Elle ajoute: "Les maills ont en fait été divulgués par le personnel de la communauté du renseignement américain qui s'opposait à la pédophilie organisée. Les journalistes traditionnels qui ont rapporté la vérité ont été rapidement renvoyés. Des dizaines de membres du personnel et des associés de Clinton ont connu des morts prématurées".

De fait, d'après ce que j'ai pu en comprendre jusqu'à présent, l'origine de la fuite de ces mails vient de l'intérieur de la CIA et surtout du FBI. On a bien-sûr accusé les russes, mais cela n'a jamais pu être prouvé, bien au contraire, donc on se rabat sur le trollage russe sur les réseaux sociaux, en faveur de Trump. Mais là aussi j'ai le regret de dire que pour avoir tracé pas mal de fake news pendant la campagne, un bon paquet d'entre elles venaient de l'extrême droite US, notamment du forum Reddit et de pas mal d'autres sites spécialisés dans les fake news comme YouNewsWire, apparus justement pendant la campagne.

Finalement, le Pizzagate a inauguré l'ère des "fake news", étant le premier scandale estampillé officiellement "fake news" par la mère Clinton et l'ensemble du pouvoir US. C'est d'ailleurs grâce au Pizzagate et à son traitement par les autorités qu'on a eu droit à du flitrage de l'info sur Facebook et Google. 

pizzagate manif

Barnett fait référence aux déclarations d'un ancien flic, un certain James Rothstein, ex inspecteur du New York Police Departement spécialisé dans le trafic d'enfants, qui avait déclaré au sujet du Watergate que : "Le cambriolage du Watergate était strictement basé sur une chose - les dossiers de pédophiles qui étaient conservés au siège national des démocrates". Pour rappel, l'affaire du Watergate a débouché sur la démission de Nixon en 1974. Des "cambrioleurs" se sont fait attraper dans les locaux du Parti Démocrate, et l'enquête de journalistes a montré qu'ils étaient payés et mandatés par la Maison Blanche, où se trouvait Nixon. 

Pour Rothstein, le Pizzagate (elle l'appelle le Pedogate) est le même réseau que celui sur lequel il a enquêté pendant 35 ans. Il avait dit que les puissants arriveront encore une fois à étouffer l'affaire, comme à chaque fois que ce réseau était sur le point d'être exposé.

Sur le Pizzagate, on peut se dire que l'ampleur de la réaction pour étouffer l'affaire montre qu'il y avait forcément quelque chose à cacher. Ils ont eu très peur, parce que d'habitude la technique c'est de ne pas réagir frontalement, pour ne pas se dévoiler. Cette fois ils y sont allés franchement, car beaucoup de gens à travers le monde ont compris ce qu'il y avait réellement derrière cette hsitoire.

 

Le Watergate, une affaire de réseau pédophile?

nixon-resigns

En 1966, Rothstein a été le premier flic chargé de l'industrie de la prostitution au NYPD, et il est très vite tombé sur le système de corruption des politiques par la pédophilie. Le process est simple: on invite la cible à une partouze avec plein de drogue, une ou deux fois, la troisième on s'arrange pour qu'il/elle se retrouve en présence d'un mineur "dressé" pour avoir un rapport sexuel, le tout étant bien évidemment filmé ou photographié. Ainsi la cible sera obligée de céder à toutes les demandes.

Là où c'est devenu grave, c'est que plusieurs services de renseignements étrangers disposent aussi de ces éléments sur les politiciens des grandes puissances. Le Mossad, par exemple, est très bien informé à ce sujet (pour ne citer qu'un exemple, Jeffrey Epstein, qui rpoposait des mineures à ses invités de marque, avait truffé ses villas de caméras vidéo. Clinton y est allé plusieurs fois, le prince Andrew, Trump...).

Un réseau de prostitution de mineurs a ainsi été mis en place pour fournir la Maison Blanche. L'affaire avait failli sortir dans les années 90 quand un lobbyiste républicain et proxénète a été inculpé mais pas de bol il a sauté par la fenêtre d'un building avant son procès [1].

Selon Rothstein, plus de 70% des hauts officiels du gouvernement sont impliqués dans la pédophilie. Ce serait pareil en france, entre ceux qui savent et ne disent rien et ceux qui sont directement impliqués, un contact bien informé sur le sujet m'a dit qu'ils seraient tous dedans à partir du niveau national. Ca me semble vraiment énorme mais j'ai peur que ce soit vrai, à part pour les outsiders qui font seulement un mandat.

Rothstein dit que le même réseau existe en Angleterre, ce qu'on bien compris à travers l'affaire Savile, celle des dizaines d'orphelinats, hôpitaux, écoles et centres éducatifs impliqués dans des affaires de réseaux pédophiles.

"Rothstein a conclu que les réseaux pédophiles internationaux sont connectés, et que leurs membres se rencontrent dans de nombreux endroits dans le monde, où chaque destination répondait à un type différent de pratique sexuelle dégénérée, y compris les abus sataniques", explique Barnett.

Spence scandal2

Plusieurs fois, les procédures contre certains de ces pédophiles ont été bloquées. Les contacts journalistes, notamment au New York Times et au Washington Post, n'ont jamais pu publier ces affaires de pédophilie malgré les preuves. Cela, tous les journalistes qui ont essayé de publier un article impliquant un politicien, à plus forte raison s'il s'agit de pédophilie, savent qu'il y a là une barrière de Plexiglas impossible à franchir. Je me suis entendu dire par les grands chefs de ma rédaction, sur une affaire impliquant notamment un politicien français dans le viol d'une mineure : "on sait que c'est vrai, il a déjà été attrapé au Maroc deux fois, et tu as les éléments, mais on ne publiera rien parce qu'on perdra le procès et on devra payer des millions". J'ai testé la manière dont ce genre de procès se déroule, et en effet c'est très risqué, même avec les éléments de preuve dont je disposais. Bref, ne vous étonnez pas si ce genre d'affaire, bien que parfaitement vraie, ne sort jamais dans les médias officiels.

"Tous les agents de la police, du FBI, des douanes et de l'IRS [le fisc] qui ont poursuivi le réseau pédophile VIP au-dessus du niveau de la rue ont vu leurs carrières détruites par la suite", explique encore Barnett, au sujet des propos de Rothstein. Ca aussi, ça arrive dans tous les pays couverts par ce réseau pédophile.

Il y a eu cette fois, en 1971, où un pédophile devenu indic suite à son arrestation, Ben Rose, a dit que Tippy Richardson, un agent de la CIA qui fournissait le réseau, le businessman Leonard Stewart de l'OPEC (Organisation des pays exportateurs de pétrole, OPEP en français), et un chirurgien appelé le Dr Chesky, ont violé, torturé et assassiné trois ados âgés de 14 et 15 ans dans l'appartement de Rose. Les corps ont ensuite été transportés dans le Connecticut et enterrés dans une ferme. Roy Cohn, un avocat très proche de Trump, aurait contribué, selon Rothstein, à dissimuler les corps. Entendu par les flics, il a dit qu'il était au courant de ce qu'il s'était passé. 

Une enquête a été lancée sous le nom de code "Operation Together", mais elle a été stoppée quand c'est devenu trop "chaud" et le flic qui en avait la charge a été mis à la retraite. Il a été impossible d'accuser Richardson car parce qu'il était de la CIA, il était couvert par le National Security Act.

En 1972, Rothstein a arrêté l'un des cambrioleurs du Watergate, un agent de la CIA appelé Frank Sturgis, qui a été interrogé pendant deux heures. Il aurait ainsi déclaré que ce qu'ils cherchaient dans les locaux du Parti Démocrate, c'était un truc appelé "The Book", qui listait les politiciens démocrates et républicains qui avaient accès aux mineurs prostitués par le réseau, mais aussi leurs pratiques sexuelles et les montants qu'ils ont versés. Officiellement, on a dit qu'ils venaient chercher des éléments sur la stratégie des démocrates pour la campagne.

Si Nixon a sauté, c'est juste parce que là, il avait dépassé les limites, et que son action menaçait tout le système.

Barnett, qui a été trimballée régulièrement aux Etats-Unis durant son enfance, dit qu'elle a été livrée à Nixon et à son bras droit Billy Graham quand elle était prostituée par le réseau. A ce sujet, plusieurs victimes de MK Ultra qui ont témoigné devant une commission présidentielle dans les années 90 ont aussi dit avoir été violées par Nixon, mais aussi par d'autres politiciens de haut vol, quand elles étaient mineures.

 


[1] Ce lobbyiste; Craig Spence, était un fournisseur pour la Maison Blanche, et était lié, entre autres, à l'affaire Franklin, un autre réseau de pédophilie implanté dans le Nebraska. Paul Bonacci, une des victimes du réseau de Franklin, qui se fournissait beaucoup dans un orphelinat géant appelé Boys Town, a déclaré avoir été prostitué par Spence à la Maison Blanche et ailleurs. 

 

13 juillet 2018

Comment la justice lituanienne étouffe une affaire de réseau pédophile impliquant du gratin

Drasius-Kedys-si-Fiica-Daughter

Retour sur une affaire de réseau pédophile, cette fois en Lituanie. A l'origine, on a un divorce, puis une fillette de 5 ans qui parle à son père des viols commis par des amis de sa mère et de sa tante. Un père qui tente de sortir sa fille de ce réseau et qui finit assassiné, une mobilisation populaire impressionnante, et aujourd'hui la justice lituanienne continue à persécuter les personnes qui ont essayé d'agir.

 

D'une affaire de réseau pédophile au conflit parental

En 2008, plusieurs années après la séparation de Drasius Kedys et de la mère, la petite Deimantele, 5 ans, explique à son père que le week-end, sa mère l'emmène voir des monsieurs qui la déshabillent et "mettent leur sexe tout partout". Elle décrit avec ses mots d'enfant les actes qu'ils lui font subir, notamment des fellations, et désigne même plusieurs personnes, dont un juge et un homme politique, "des messieurs appelés Andrius, Jonas et Aidas", a-t-elle précisé. Elle a dit que cela se passait chez sa mère, ou bien dans des hôtels ou encore aux domiciles des types, et qu'ils remettaient de l'argent à la maman.

Le père porte plainte en novembre 2008 contre la mère et contre le juge, mais évidemment il n'y a pour ainsi dire pas d'enquête et les dossiers sont  classés.

Drasius Kedys diffuse sur le web des vidéos dans lesquelles sa fille raconte et mime ce qu'il se passe quand elle va chez sa mère, et il en appelle au soutien de l'opinion publique. Selon Kedys, la mère touchait 1.000 € par passe de sa fille. La justice s'en prend alors à lui pour "calomnie", comme cela arrive souvent chez nous, c'est un classique, très efficace pour faire taire les gens sans avoir à mener d'enquête sur le fond. En gros, on l'a accusé d'avoir inventé tout cela dans le cadre d'un "conflit" parental.

sam_1373 Kedys

En octobre 2009, le juge désigné par la petite, Jonas Furmanaviciusest retrouvé assassiné devant chez lui en pleine rue (3 balles dans l'estomac, une dans la tête, la signature d'un contrat passé dans le milieu). Drasius Kedys disparaît exactement en même temps. Les médias et les autorités ont tenté de laisser penser que ce juge s'était fait liquider parce qu'il était intègre et travaillait sur des dossiers "chauds". 

Le même jour, la tante maternelle de la petite, Violeta Naruseviciene, qu'elle avait désignée comme responsable des faits au même titre que sa mère (c'est elle qui aurait fait le lien entre son ex et le réseau), et qui exploitait sa propre fille, est également retrouvée assassinée par balles. Cette femme était strip teaseuse et son conjoint était un repris de justice condamné 14 fois. Détail croustillant: un Beretta enregistré au nom de Kedys aurait été retrouvé près de son corps.

Evidemment, Kedys est officiellement soupçonné d'avoir commis ces assassinats et peut-être même avec des complices, mais il est permis d'en douter tant ces deux morts subites arrangent le réseau pédophile en préservant l'omerta. En tout cas, il est condamné pour ces deux homicides.

Les médias officiels étaient à l'unisson dans la diffusion de fausses informations, parfois carrément diffamatoires, pour détourner l'attention du fond de l'affaire, c'est-à-dire le réseau de VIP.

Quelques mois plus tard, Andrius Usas, un autre type dénoncé par Kedys, est mort noyé dans 20 cm d'eau à la suite d'une sortie de route de son 4x4. Il était le seul à avoir été vaguement poursuivi par la justice mais la procédure a été stoppée avec sa mort. Usas, patron d'entreprise et assistant du président du Parlement Viktoras Muntianas, avait été recommandé par quelqu'un des services sociaux à la mère de Deimantele. C'était en 2006, quand elle avait cherché à obtenir la garde complète de sa fille, Usas l'a assitée devant les tribunaux, l'aidant ainsi à gagner sa procédure. 

A cette époque, elle disait à sa fille qu'elle ne reverrait plus son père, et qu'elle finirait par l'oublier.

La soeur de Kedys, Neringa Venckiene, a cherché son frère dans toutes les morgues du pays, et a fini par le retrouver en avril 2010 dans un casier anonyme. Le corps et le visage de Kedys portaient des marques de coups mais la version officielle déclare qu'il s'agit d'une mort naturelle parce qu'il avait trop bu et serait étouffé dans son vomi. A côté de lui, on aurait retrouvé l'arme qui a servi à tuer le juge. A son enterrement, 5.000 personnes étaient présentes.

La semaine suivante, un ami de Kedys, Albertas Zilius, rentre d'une année et demie passée en Grèce et est immédiatement arrêté, accusé d'avoir aidé Kedys pour les deux meurtres par balles. Ce Zilius a déclaré qu'en Grèce, il avait été violemment attaqué par un groupe d'hommes qui parlaient le lituanien, et dont il pense qu'ils appartenaient à la sécurité nationale du pays.

 

Acharnement contre la victime et ceux qui ont dénoncé l'affaire

In-apararea-fetitei-lui-Drasius-Kedys

La soeur de Kedys, elle-même juge, a été sanctionnée pour avoir aidé son frère à rédiger des plaintes. Mais elle parvient à garder sa nièce avec elle, jusqu'à une décision de justice en 2012 qui impose d'envoyer la fillette chez sa mère.

A partir de là, des citoyens ont monté la garde pendant des mois autour de la maison pour empêcher une intervention de la police. En mars 2012, des centaines de personnes se sont regroupées devant le domicile de la fillette et de sa tante, pour empêcher les flics de la récupérer et de la confier à sa mère, comme la justice l'avait décidé. La vidéo de cette opération tourne encore sur le web et a choqué nombre de citoyens.

La petite a toujours répété les mêmes choses lors de ses trois auditions à la police, elle a aussi passé quatre examens psychologiques et vu au total dix experts à la demande de la justice (mais les résultats n'ont jamais été communiqués), et le médecin légiste qui a autopsié son père et conclu à une mort naturelle a été chargé de l'examiner elle pour repérer des traces d'abus. Mais quand il lui a demandé de se déshabiller, elle s'est mise à hurler et a été prise de panique, si bien que l'examen a été impossible.

On notera aussi qu'un dispositif de protection a été mis en place, même après la mort de Kedys, autour de la mère de l'enfant et d'un politicien et  homme d'affaires qui avait été désigné par Deimantele, le dénommé Andrius Usas.

Vidéo de l'intervention de mars 2012 (video iš Garliavos)

Le 17 mai 2012, nouvelle mobilisation pour bloquer une nouvelle intervention de 250 flic, dont un groupe de la police anti émeutes, mais cette fois 39 personnes sont arrêtées et la petite est littéralement arrachée à sa tante.

Le 1er ministre Andrius Kubilius est même intervenu personnellement pour défendre cette intervention, qui a fait jaser jusque dans les médias anglais, suisses, espagnols ou luxembourgeois.

KedysStankunaiteUsasFurmanavicius

La tante, Neringa Venckiene, a fui aux Etats-Unis en 2013, où elle a fondé un parti anti corruption. En Lituanie, elle avait reçu de nombreuses menaces de mort et a décidé de quitter le pays avec son fils adolescent.

Mais, suite à un mandat d'arrêt international émis par la Lituanie en 2015, la justice US vient de décider de son extradition pour être "jugée", et elle est emprisonnée en attendant histoire d'être certains qu'elle ne va pas s'enfuir.

Le mandat d'arrêt lituanien mentionne seulement quelques charges minimes contre Venckiene, mais ses avocat pensent qu'une fois sur place, la justice lui prépare une avalanche de plaintes pour des faits graves, parmi lesquels la liquidation du juge et ancien flic Jonas Furmanavičius. Neringa Venckiene se demande aussi si on ne va pas essayer de l'assassiner à son tour.

Par contre, il n'est évidemment pas à l'ordre du jour d'investiguer au sujet des accusations de Venckiene et de la petite Demiantele. 

About Drasius Kedys - including parts of the video he made with his daughter

 

07 juillet 2018

Rendez-vous le 18 juillet au TGI de Montpellier pour soutenir une maman en comparution immédiate

Dessin issu d'un autre dossier

Le 18 juillet, une maman qui a dénoncé des abus sexuels commis par le père de son fils, passera devant le tribunal  de grande instance de Montpellier pour ne pas avoir présenté son fils à celui qu'il avait dénoncé. Nous appelons à un rassemblement de soutien à 14 h devant la salle des comparutions immédiates. Pour soutenir cette maman mais aussi pour montrer que nous en avons assez de cette justice expéditive dans les affaires de dénonciations d'abus sexuels. 

 

Selon Wanted Pedo qui est en contact avec cette maman et a suivi l'affaire, "Le lundi 4 juin à 14h, elle se trouvait chez son fils ainé à Montpellier, quand huit policiers armés" sont arrivés pour la mettre en garde-à-vue et placer l'enfant de 9 ans chez son père.

La garde-à-vue ayant été prolongée de 24 heures, cette maman est passée en "comparution immédiate" devant le juge au bout de 48h. Il lui est notamment demandé de s'abstenir d'entrer en contact avec son fils, renvoyé chez celui qu'il avait pourtant dénoncé.

 

Pas d'enquête, pas de coupable

5341062-3x2-940x627

Cette maman a contacté Wanted Pédo en mars 2017, suite à quoi un entretien a eu lieu en présence du psychologue de l'association. L'enfant a déclaré de manière aprfaitement cohérente que son père abusait de lui.

La maman a donc porté plainte, et la plainte a évidemment été classée sans suite, sans qu'une enquête sérieuse n'ait été menée. 

Le fils cadet de cette maman, aujourd'hui majeur, a également porté plainte contre cet homme, qui est son beau-père, pour le même type de faits subis dans l'enfance.

A partir du moment où ces plaintes ont été déposées, les choses se sont passées sur le plan judiciaire comme dans tous les dossiers que j'ai connus de près ou de loin pour l'instant:

  • La justice considère que l'enfant a menti et qu'il est manipulé par sa mère.
  • Elle considère, sévices sociaux compris, que l'affaire se résume à un "conflit parental", voire à une mère trop "fusionnelle" (c'est la nouvelle mode, après le coup du "syndrome d'aliénation parentale", désormais proscrit)
  • Elle considère donc que le père est victime
  • Et que l'enfant doit être écarté d'une mère considérée comme "dangereuse" et confié à un père qui n'est absolument pas perçu comme manipulateur. De fait, les "experts" ne savent pas détecter les mensonges des manipulateurs, et les pervers sont de pafaits manipulateurs puisqu'ils jouent la comédie en permanence. Certains sont par ailleurs d'une rare complaisance avec les types accusés d'inceste. 
  • La mère est très souvent accusée en retour de dénoncaition calomnieuse et condamnée. Si elle tente de ne pas rendre l'enfant, elle est condamnée pour non représentation, voire pour enlèvement d'enfant, et risque de la prison ferme.
  • A partir de là, le seul moyen pour espérer récupérer des droits de visite est de ne plus parler des abus sexuels [1].

Ceci, alors que le classement sans suite n'a rien à voir avec une délcaration d'innocence, et ce n'est pas un jugement. En réalité, comme je l'ai montré il y a longtemps déjà, la justice fait tout pour ne pas trouver de preuves suffisantes durant les enquêtes préliminaires et les instructions, si bien qu'au final c'est la parole de l'enfant contre la parole du pédophile. Et même quand on réunit les preuves et que le type est condamné (ce qui arrive 1 fois pour 16 plaintes dans les cas de viol sur mineur), il prend une peine dérisoire [2].

Les chiffres des classements sans suite sont inconnus, mais selon les sources, ils tournent entre 80 et 95% des dossiers d'abus sexuels sur mineurs. Ce qui fait dire à la sociologue Véronique Le Goaziou à propos d'une étude qu'elle réalisée à ce sujet, "L’enseignement majeur, c’est que le fonctionnement ordinaire de la Justice, ce n’est pas de juger, c’est de classer. Une large proportion des personnes sous main de justice pour des affaires de viols ne sont pas poursuivies". Et cela, en raison des "enquêtes" indigentes menées pour [ne pas] trouver les preuves [3].

 

Quand les pervers mènent la danse

files

Revenons à cette maman et à cette procédure. Justement, les deux plaintes, celle de la maman, V., pour son fils de 9 ans et celle de son fils cadet, ont été classées sans suite. Mais elle ne l'apprend que lorsqu'elle est arrêtée en juin 2018. Une audience où elle a été accusée de "non représentation" d'enfant a en effet eu lieu en juin 2018, après les classements sans suite, et le père a obtenu la résidence exclusive de l'enfant. V. n'a pas reçu la convocation à cette audience, probablement envoyée à une ancienne adresse.

Cette intervention de la police début juin a eu lieu à la suite d'un déménagement pour fuir les persécutions du père. Là encore, c'est un schéma classique, sauf que techniquement pour la justice, si le père a des droits de visite et qu'ils lui sont refusés ne serait-ce que 2 ou 3 fois, il y a non représentation d'enfant et une procédure est enclanchée.

Si la justice, qui les a donc recherchés, n'avait pas leur adresse, alors la mère et l'enfant sont considérés "en fuite" et on en arrive carrément à un enlèvement d'enfant.

Cela a l'air ubuesque mais ce sont des choses qui arrivent souvent dans ce genre d'affaire. Il est quasiment impossible de fuir un pervers quand il y a un enfant en commun, tant qu'il n'a pas été condamné pour des faits particulièrement graves. La mère, V., a très vite quitté le père, mais il a réussi à s'imposer dans sa vie et celle de son fils.

Autre fait qui me rappelle plusieurs affaires: ce type n'a reconnu son fils qu'à ses 5 ans, et ne s'en est pas préoccupé avant. 5 ans, c'est pile l'âge maximum pour réclamer une autorité parentale pour en enfant avec lequel on n'a jamais vécu. Il obtient immédiatement des droits de garde pendant la moitié des vacances scolaires.

"Courant 2015, l’état du jeune garçon se dégradera. Il aura un comportement étrange, il deviendra pudique, aura peur du noir, fera des cauchemars etc..", écrit Wanted Pedo, "Début 2017, l’enfant est catégorique, il ne veut plus retourner en vacances chez son père", et il dénonce des actes pédophiles commis sur lui par son père.

"L’enfant dénonce des faits commis sur sa personne, ce qui est déjà très difficile, et il est puni pour avoir parlé, en le séparant de son parent protecteur ainsi que de ses frères".

 

Pour soutenir cette maman, et parce que la justice dans ce pays est encore rendue "au nom du peuple français", nous vous invitons à nous rejoindre au Tribunal de Grande Instance de Montpellier, le mercredi 18 juillet à 13h45 : Place Pierre-Flotte – 34040 Montpellier – Secteur CI (Comparution Immédiate)

 

Article 122-7 : "N’est pas pénalement responsable la personne qui, face à un danger actuel ou imminent qui menace elle-même, autrui ou un bien, accomplit un acte nécessaire à la sauvegarde de la personne ou du bien, sauf s’il y a disproportion entre les moyens employés et la gravité de la menace".

 

Ajout du 19/07/2018 : 

La mamn a été relaxée à l'audience au TGI de Montpellier le 17 juillet. Elle est passée la dernière de la journée, vers 20h. Le parquet n'a absolument pas tenu compte des paroles des enfants ni de la mère, mais on a vu un président juste, c'est assez rare pour être noté.

 


 

[1] Il y a quelques mois, j'ai repris les chronologies de 12 dossiers du même genre que celui-là, et que je connais bien. J'ai constaté que si au départ la justice réagit "normalement", c'est-à-dire ordonne une garde alternée ou cherche à éloigner l'enfant du père parce qu'il ne veut pas le voir, les choses changent radicalement à partir du moment où il est question d'abus sexuels. Immédiatement et avec force, la justice se retourne contre le aprent qui déonce, souvent la mère, parfois le père ou un autre proche.

[2] Au sujet des condamnations dérisoires, je recommande l'analyse de Wanted Pedo, qui porte sur des données récentes : "Impunité : Les deux tiers des pédophiles condamnés ne vont pas en prison".

[3] Le journal en ligne Bastamag explique "Pour Emmanuelle Piet, présidente du collectif féministe contre le viol (CFCV), le taux important de classements sans suite s’explique aussi par l’indigence des enquêtes de police : « Les équipe qui cherchent vraiment des éléments susceptibles de prouver qu’il y a eu un viol finissent par les trouver, juge-t-elle. Certains policiers manquent de formation, certes. Mais surtout, ils sont débordés. Ils ont un nombre élevé d’affaires à traiter, courent après le temps, ont du mal à prendre leurs congés. Ils ont moins le cœur à l’ouvrage. » « Il existe une grande disparité dans les enquêtes menées avant les classements sans suite, relève de son côté Véronique Le Goaziou. Parfois, un gros travail est réalisé, et parfois, c’est très succinct. Cela crée de fortes inégalités entre justiciables". 

 

Posté par Ceri à 00:33 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,

26 juin 2018

Chroniques de Micronie : En Marche vers le XIXe siècle !

19511595_1528709027180270_2351769438013153055_n

Un peu en retard, je vous souhaite une bonne année 2018. Ceci dit, cette année sera une année de combat, et cela sur tous les fronts. Nous sommes aujourd'hui dirigés par une bande lobbyistes sans culture, qui croient dans les théories économiques traditionnelles comme des enfants croient au Père Noël, et qui ne voient pas qu'en réalité, c'est vers le totalitarisme qu'ils nous mènent. Quant au micron, on l'a vu il n'est que l'instrument du Medef, des multinationales, des financiers. Il fera ce pour quoi il a été mis en place, financé, adulé dans des médias subventionnés.

 

Je vais tenter dans cet article qui sera mis à jour au fil de l'eau de suivre les régressions, démocratiques, sociales et économiques surtout, que micron 1er et sa clique vont nous imposer. Histoire de garder une trace écrite, qu'on ne s'étonne pas quand, dans quatre ans, on se retrouvera dans un cloaque géant. Quand la précarité absolue sera la norme, et que nos élus assumeront sans complexe de n'être là que pour favoriser la caste des puissants.

Au titre de mes voeux pour 2018, je vous souhaite évidemment le meilleur, mais je vous souhaite surtout d'être combatifs et solidaires. 

De ne pas vous laisser influencer par la propagande, qui pousse à l'abrutissement, au manichéisme, à la paresse intellectuelle. Autant d'armes utilisées contre les peuples, depuis des siècles, avec une terrible efficacité. 

Je l'ai déjà dit et je continuerai à le dire: il faut se réveiller, sortir de la léthargie dans laquelle on nous plonge depuis l'école maternelle, comprendre et enfin agir. Surtout ceux qui ont des enfants, d'ailleurs, car le monde qui les attend est pire que celui qu'on connait aujourd'hui, et cela absolument sur tous les plans. C'est donc à notre génération de se battre, maintenant.

Il ne devrait pas être bien compliqué de trouver un combat crucial à mener: vaccins obligatoires, appauvrissement des pauvres, enrichissement des riches, volonté de destruction de l'alternative à Notre-Dame-des-Landes, attaques contre la liberté d'expression, destruction de la protection sociale, destruction du syndicalisme (qui certes est moribond, parce que les leaders ont tout laissé passer), élections dignes d'une République bananière, politique environnementale nulle, GPA...

Depuis quelques années, nombreux sont ceux qui ouvrent les yeux. Qui cherchent à comprendre et qui comprennent, tant bien que mal, entre propagande médiatique et officielle, sites fachos et orientés, fake news (issues essentiellement de la droite US). Cela inquiète la micronie et les autres gouvernements aussi, qui ont comme priorité depuis un an environ de contrôler et restreindre la diffusion des informations qui ne leur conviennent pas. On aura l'occasion d'y revenir dans cette chronique.

Bref, pour 2018 restez vigilantes et  vigilants, parlez autour de vous, organisez vous.

 

"Le nazisme d’Hitler, et le fascisme en général, sont une manifestation du capitalisme - et le capitalisme pourrait très bien engendrer à nouveau des formes de fascisme"

   

                                                                                                                                    Jacques Pauwels, "Big business et Hitler".

 

Les chroniques de Micronie:

 

JANVIER

  • 118677038_oLe 1er janvier: ça y est, les bébés doivent recevoir 11 vaccins, si les parents veulent les mettre à la crèche ou à l'école, qui est obligatoire. Tous les médias commerciaux ne cessent de nous servir la propagande habituelle, comme quoi les vaccins sont sûrs ("aucune étude" ne montre de lien entre les maladies des victimes et les vaccins, évidemment [1]), qu'en fait il y a très peu d'effets secondaires, que ça sauve des vies, et que vraiment, les français sont trop rétifs et complotistes (cf. pseudo sondage du 08/01 comme quoi les français croient à n'importe quelle théorie du complot). Cette propagande ne fonctionne pas, les gens ne veulent pas des vaccins à l'aluminimum et aux nano particules de métaux lourds, et il ne veulent pas que l'Etat les oblige à vacciner au-delà du raisonnable et sans principe de précaution.

Il faut dire qu'une semaine plus tôt, le Canard enchaîné annonçait les grandes lignes des sanctions envisagées, suite à quoi un autre obscur député LREM a déclaré : "Il faut une pénalisation plus importante" des chômeurs, ajoutant que "Nous sommes dans une situation de profonde mutation économique. Nous avons été élus, et Emmanuel Macron a été élu, pour transformer économiquement aussi le pays. Et dans cette politique, nous avons toujours dit qu'il y aurait des efforts à faire pour l'ensemvble des Français, il y aurait des droits et des devoirs". Sauf que, comme on l'a vu, ce sont toujours les mêmes qui paient, c'est-à-dire les classes moyennes et populaires.

  • Le 5 janvier: micron veut aussi une loi sur les "fake news" en période électorale. Au sujet de la notion aberrante de "fake news", voir mon article "Les fake news, ou le procès en sorcellerie du XXIe siècle". Car micron ose se plaindre d'avoir été victime de fausses informations sur les réseaux sociaux pendant la campagne. Sans blague? Certes, les réseaux sociaux ne lui ont pas léché le c.. pendant des mois, et n'ont pas oublié, comme l'avaient fait les médias commerciaux classiques, de parler des assistants parlementaires du Modem, de l'illégalité de sa candidature, de l'excès de buzz médiatique autour de ce pantin et j'en passe. Ca lui plait pas, ça, au micron.

118690285_o

Pourtant, la censure bat son plein en france: "Plus de 30.000 comptes français diffusant de fausses informations ont été supprimés durant la campagne pour les élections présidentielles et législatives, selon le géant internet", nous apprennent Les Echos [2]. Et cela, sans les "lois" de censure que prévoit le roitelet de l'Elysée. J'apprécierais de savoir QUI décide si une info est bidon ou pas, puisque cela ne pasee PAS par des décisions de justice. Reviendrait-on à la censure de l'Ancien Régime?

En 2015 la france était championne mondiale des contenus facebook supprimés, avec près de 38.000 pages supprimées à la demande du gouvernement. L'Inde (plus d'1 milliard d'habitants)  arrivait 2e avec 30.000 contenus supprimés. Turquie 3e avec 6.500 contenus supprimés. Et qui va donner des leçons de démocratie au monde entier?

En 2016, la france a demandé la suppression de 1.430 comptes Twitter (la france est 2e derrière la Turquie cette fois).

En 2017, les médias nous ont dit que facebook avait supprimé 30.000 "faux comptes", soi-disant liés à la Russie, mais qui avaient surtout une fâcheuse tendance à critiquer le futur roi soleil. En réalité, Facebook a admis avoir supprimé 70.000 comptes facebook pendant la campagne électorale. 

Avec sa nouvelle loi, micron veut donc aller plus loin. Mais il reste flou: "En cas de propagation d'une fausse nouvelle, cette législation permettrait, selon le président de la République, "de saisir le juge dans une action en référé, pour faire supprimer le contenu, déréférencer le site, fermer le compte utilisateur concerné, voire bloquer l'accès au site internet". Quel intérêt puisqu'ils le font déjà sans décision d'un juge? Même pour le déréférencement: tapez par exemple "donde vamos" sur Google, regardez les résultats, puis essayez "donde vamos" et "pédophilie" ou "pédocriminalité" ou "réseaux pédophiles". Eh bien vous ne verrez plus rien car on a déréférencé ces mots-clés. Je ne sais pas qui ni pourquoi, mais ça date d'il y a au moins 2 ou 3 ans.

On va quand-même avoir un problème parce qu'à un moment il faudra bien définir ce qu'est une "fake news", ce qui promet des débats animés. On ose espérer que ce ne seront pas micron et sa clique qui seront les seuls à décréter ce qu'est une vraie info et une fausse info. Question bête: quand l'Etat annonce aux citoyens que le nuage de Tchernobyl s'est arrêté à la frontière, c'est quoi? Parce que dans le délire actuel, toute info officielle est considérée d'emblée comme vraie, et toute contestation de cette parole officielle est considérée comme de la "fake news".

Micron veut que ce nouveau caprice soit applicable pour la campagne des européennes, en juin 2019.

A regarder: comment l'austérité imposée en Grèce par l'Europe et le FMI ressemble aux "réformes" micron:

Comment la France va subir le même sort que la Grèce: Troïka inside

 

  • 11 janvier : où l'on apprend que finalement, la taxe d'habitation ne va pas disparaître, elle sera seulement transformée en un autre impôt. Mais, "plus juste" celui-là! Remarquez, c'était une évidence qu'il allait falloir compenser cette taxe, qui profitait aux collectivités, dont micron et ses amis réduisent les moyens. "« Il faut parler de réforme fiscale et d'impôt plus juste », a ainsi déclaré la ministre lors de l'émission Questions d'info LCP-Franceinfo-Le Monde-AFP. La disparition de la taxe d'habitation étant prévue sur trois ans, « il y aura bien évidemment besoin de ressources pour les collectivités locales ».
  • 118772320_o12 janvier : toujours occupé à contrôler au maximum les médias et la parole contracditoire, micron 1er planche aussi sur une nouvelle mouture du temps d'accès aux médias, dans le cadre des campagnes électorales. Il vise la durée des spots de campagne. Les européennes se profilent, et si le plan actuel est maintenu, le grand gagnant sera évidement le parti de micron, et les Insoumis seraient même quasiment effacés des ondes.  L'hebdo Marianne a fait le compte: " Selon nos calculs, LREM, allié au MoDem, passerait ainsi de 20 minutes à… 51 minutes de temps de propagande dans l’audiovisuel public. Soit une augmentation de temps de propagande de 155%, grâce à leurs 382 parlementaires. La bonne affaire ! Les Républicains passeraient eux de 20 à 32 minutes d’antenne. Jean-Luc Mélenchon devrait en revanche hurler : avec cette réforme, le temps d’antenne des Insoumis via ces spots passerait de 20 minutes… à 2 minutes. Maigre consolation, la future loi prévoit d’octroyer 2 minutes supplémentaires… pour toutes les listes".

Ledit budget contient "des mesures fiscales et budgétaires générant de multiples transferts au sein de l'économie. Ces transferts sont marqués par le choix de la réduction de la fiscalité du capital, de la poursuite de la baisse de la fiscalité des entreprises et de la hausse de la fiscalité indirecte". Je rappelle que la "fiscalité indirecte", c'est en premier lieu la TVA, mais aussi les taxes sur l'essence, le tabac, les véhicules polluants... En gros, la suppression de l'ISF pour les spéculateurs (déjà promise par sarkoléon qui l'avait bien réduit) et la baisse accrue des taxtes sur les entreprises, avec en parallèle une baisse des cotisations sociales (salaires indirects) et une augmentation de la fiscalité indirecte, donc, revient à transférer de l'argent de la poche des classes moyennes et populaires, pour le mettre dans celle des plus riches, qui en outre ne produisent rien en spéculant. On sait même aujourd'hui que la spéculation nuit à l'économie.

Mieux encore: toujours selon l'OFCE, cette politique budgétaire amènera une baisse du PIB de 0,2 % en 2018 et 0,1 % en 2019, mais les mesures prises par flamby permettront de ne pas avoir de croissance négative, c'est-à-dire un début de récession.

118796644

 

 

Poursuivons la lecture de ce rapport, qui confirme ce que je disais dans l'article précédent sur l'impact des "réformes" de micron 1er: "En ce qui concerne l’impact redistributif des mesures nouvelles pour les ménages, celles-ci devraient être en 2018 largement au bénéfice des 2 % de ménages du haut de la distribution qui sont ceux qui détiennent le capital mobilier le plus important. A contrario, pour les ménages du bas de la distribution, les revalorisations en fin d’année des minimas sociaux ne compenseront pas le relèvement de la fiscalité indirecte pour les ménages qui le subissent.". 

Quant aux autres, "Pour les "classes moyennes", ces mesures devraient avoir un impact net nul. Enfin, Les ménages situés au-dessus des "classes moyennes" mais en-dessous des 2 % les plus aisés verraient eux leur niveau de vie se réduire sous l'effet des mesures nouvelles".

Bref, alors que depuis des siècles, on s'attache à redistribuer l'argent au bénéfice des plus pauvres, c'est-à-dire ceux qui en ont besoin, micron 1er n'hésite pas à faire l'inverse, et cela de manière ostensible (car le processus est en cours depuis les années 80, mais par petites touches).

Mais, micron ne s'arrête pas là : il réduit aussi les dépenses publiques, en baissant le nombre de fonctionnaires, mais aussi les budgets de la santé, de l'environnement, des collectivités locales... Et tout cela va plomber encore un peu plus le PIB (et sans "croissance", pas de création d'emplois) :  "les mesures structurelles visant à réduire les dépenses publiques (hors investissement public) seraient un frein à la croissance. En 2018, elles représenteraient -0,4 point de PIB, sous l’effet principalement de la contraction de la masse salariale non marchande (principalement la réduction du nombre des emplois aidés et le gel de l’indice de la fonction publique) et de la réduction de certains transferts sociaux en nature et des prestations sociales (politique du logement principalement)"

En gros, micron joue aux vases communicants, prenant par-ci pour mettre par-là afin d'équilibrer les comptes. Mais au final, les cadeaux sont pour les riches (notamment avec les 3 milliards liés à ka suppression de l'ISF chaque année) et les entreprises, au détriment des autres.

  • 20 janvier : on apprend qu'un cabinet d'audit a calculé qu'en 7 mois, micron 1er nous a créé 8 nouveaux impôts et taxes.
  • 118852233_o21 janvier : Micron et Merkel veulent "renforcer la coopération franco allemande". Comprendre: aligner le droit du travail français sur le droit du travail allemand, avec ses jobs à 1 euro de l'heure (et même à 80 centimes pour les réfugiés [3]). Officiellement, il s'agit de pousser vers une "Europe prospère" (sic.), en définissant des "des positions communes sur les questions européennes et internationales majeures". Aïe. 

  • 21 janvier : amusant, ce titre du Figaro, fan du micron: "Première baisse de popularité de macron depuis octobre". Deux choses: il baisse, donc. Mais c'est la "Première fois", mais seulement depuis octobre, donc. Et on oublie de rappeler qu'il est parti de tellement bas qu'il eut été difficile de baisser encore. Il a d'ailleurs été élu avec le moins d'électeurs de toute la 5e République, ce qui n'est pas rien. Il a même fait moins que flamby, avec 8,5 millions de voix au premier tour, soit 1,7 million de moins que son prédécesseur en 2012.

Toutefois, il est interpellant de lire que la moitié des français ont une opinion favorable de micron et son sbire Philippe : où sont-ils ? Qui sont ces gens ? Comment s'informent-ils ? Trouvent-il un intérêt personnel dans cette politique ?

  • 22 janvier: grand raout à huis-clos de micron 1er à ... Versailles, devant 140 PDG de multinationales. L'objectif était de vanter les mérites de ses réformes, qui feraient de la france un pays super compétitif dans lequel il faut investir. Devinez combien de créations d'emploi ont promis ces patrons, malgré une destruction quasi totale du code du travail et un pilonnage des acquis sociaux ? 2.200. Et 3 milliards d'investissements

 

FEVRIER

  • 119013157_o2 février : nouvelle annonce de micron 1er avec la suppression de 120.000 postes de fonctionnaires, avec des incitations à quitter la fonction publique pour le privé. Ce truc ne peut pas marcher vu la situation du marché de l'emploi dans le privé: les fonctionnaires n'ont rien à y gagner. Sauf dans les métiers les plus tendus... et encore : Il fera comment, si 30.000 infirmières, 20.000 profs, 10.000 flics, ou même 1.000 greffiers ou magistrats épuisés décident de se tirer? 

  • 4 février: un article intéressant sur les réseaux de micron, dans Challenges. L'article évoque un petit comité, "Cap 22", qui planche sur les réductions de budget de la fonction publique et le dépeçage de la bête. Dans ce groupuscule, 34 "personnalités" aux profils de jeunes cadres dynamiques à l'ultralibéralisme décomplexé., généralement fans inconditionnels du roitelet de l'Elysée. L'un d'eux est l'increvable Jean Pisani-Ferry [4] ou Laurent Bigorgne qui dirige l'Institut Montaigne, un lobby ultra libéral financé par des banques et autres multinationales, et qui a hébergé le mouvement "En marche" à son domicile en 2016. Bref, n'attendons rien de nouveau avec ce comité, on peut même parier que plus de 80% des propositions auront déjà mentionnées par la "commission pour la libération de la croissance", mise en place sous sarkoléon, et dirigée par Attali qui avait été chercher le futur micron 1er pour l'assister à l'époque.
  • 6 février: la police privée est en route. Selon gérard Collomb, il faut donner à des sociétés privées le pouvoir d' "assurer la sécurité", et même d'être armées et d' "assurer la protection des français", comme nous l'a dit l'autre ab... de Anne Sophie Lapix, une fana des théories ultralibérales, considérées comme des évolutions. En Espagne, un pays au bord de la ruine, les sociétés privées peuvent aujourd'hui procéder à des interpellations. Cela, sans aucun diplome ni concours évidemment. Avec accès à tous les fichiers judiciaires et policiers. Quand l'Etat en est à privatiser un pouvoir régalien comme celui de faire la police, il y a clairement de quoi s'inquiéter. 

On n'en est qu'au début du processus, mais l'Etat commence à préparer l'opinion à accepter l'inacceptable. Ce n'est pas que j'aime la police, loin, loin de là. Il y a trop de débiles dedans. Mais confier à des entreprises privées, qui ont comme seul objectif celui de la rentabilité à court terme, le pouvoir de contrôler la population, puis de la fliquer, de lui tirer dessus, de la réprimer en général (car c'est ce qu'il va se passer) nous garantit des dérives encore bien pires. 

Car évidemment, ce sera la politique du chiffre. Comment évaluer l'action de ces sociétés autrement? Avec du qualitatif? Certainement pas. De plus, le seul but de micron et sa clique est de faire des économies sur le dos des services publics, pour filer leurs 3 ou 4 milliards annuels à ses copains autrefois assujettis à l'ISF...

  • 20 février: on apprend que le micron veut privatiser le rail, suite à un rapport sur le démantèlement du service public du rail, qui préconise les vieilles recettes déjà appliquées à EDF, France Telecom, La Poste, et aujourd'hui la santé: privatisation du rail et du réseau (dont on se demande avec quel argent il pourra être entrenu), fin des lignes non rentables, fin du statut de cheminot... Même si on connaît le désastre de la privatisation du rail en Angleterre vers 1990, on applique les mêmes recettes thatchériennes. Aujourd'hui en Angleterre, les trains sont tellement en retard, le réseau mal entretenu, les salariés ont été tellement licenciés et les prix ont tellement augmenté que les usagers et les salariés restants cherchent à reprendre en main ce qui doit rester un service public, et réclament la renationalisation du rail. Car il faut savoir que même aux mains d'entreprises privées, les contribuables devront continuer à payer pour des trains rarement à l'heure.

2018-02-23 01_16_48-

Extrait de Bastamag, sur le cas consternant du pays de Thatcher: "Tout récemment, Virgin Trains et le groupe de transport Stagecoach, les deux entreprises privées qui ont obtenu la gestion de l’East coast main line – partie du réseau reliant Londres à Édimbourg en longeant la côte Est – ont annoncé qu’elles abandonneraient leur concession trois ans avant la fin du contrat. Et qu’elles ne payeront pas les redevances qu’elles devaient verser à l’État. Apparemment, la concession n’était pas aussi profitable que ces entreprises l’avaient espéré.

Cet abandon représente un manque-à-gagner de plus de 2 milliards de livres (2,25 milliards d’euros) pour le trésor public britannique. Ironie de l’histoire : l’East coast main line a été gérée directement par le gouvernement de 2009 à 2014 suite à la défaillance successive de deux prestataires privés. Elle a été re-privatisée en 2015. Ces événements n’ont pas empêché le ministère britannique des Transports de confier – et sans mise en concurrence – le contrat de concession d’une autre ligne ferroviaire, InterCity west coast, aux deux mêmes entreprises, Virgin et Stagecoach".

Le 21 février, le journal Les Echos dit que le micron veut faire passer ce nouveau délire par ordonnances. C'est à se demander pourquoi des types ont inventé le Parlement, la séparation des pouvoirs et des trucs comme ça. On nous dit qu'il "pourrait" faire passer la loi par ordonnances, mais en réalité c'est une certitude, il commence juste se propagande pour qu'on accepte encore une fois ses pratiques totalitaires.

Enfin, pour comprendre l'impact des fameux "partenariats public-privé" en matière ferroviaire, lisez cet article qui détaille comment est financée la 1ère ligne confiée au privé, le TGV Paris-Bordeaux. En gros: Lisea, le concessionnaire, financera moins d'un tiers des frais, mais engrangera avec ses actionnaires la totalité des bénéfices, pendant que la SNCF épongera les pertes avec notre argent. Une redite de l'affaire des autoroutes et de la santé...

 

MARS

  • 2018-03-02 20_55_16-À l'Élysée, Emmanuel Macron joue les comédiens - Le Point2 mars: la fameuse "réforme de lassurance chômage" promise par micron, vous savez: votre boîte vous vire quand elle veut mais "en même temps", vous avez des sous quand vous démissionnez... Eh bien ça ne va pas se passer comme ça: on va bien se faire virer sans besoin de motif valable, avec des limitations des procédures et des indemnités aux prud'hommes, mais par contre pour les sous quand on démissionne, y'a intérêt à remplir toutes les cases. Au final, au maximum 30.000 personnes par an seraient concernées (mais je suis mauvaise langue et je parie qu'on peut au moins diviser ce chiffre par quatre ou cinq). Vous vous y attendiez? Moi aussi!

Au final, l'assurance chômage ne sera pas "universelle" comme promis. Selon Le Monde, "la liste des critères érigée dans l'accord avec les partenaires sociaux, conclu le 22 février, validée ensuite par Muriel Pénicaud, est particulièrement restrictive. Voici les principales conditions que les salariés démissionnaires devront respecter pour être éligibles :

  • avoir été affilié à l’assurance-chômage de manière "ininterrompue" pendant au moins 5 ans (les partenaires en voulaient sept mais la ministre a préféré maintenir la durée de cinq ans promise par Emmanuel Macron) ;
  • avoir un "projet d’évolution professionnelle" qui soit une reconversion nécessitant de nouvelles formations ;
  • ce projet doit avoir été jugé comme "réel et sérieux" avant la démission par la commission paritaire régionale compétente. Pour cela, il doit notamment répondre "raisonnablement aux besoins du marché du travail". "Etc.

Par ailleurs, pénicaud a annoncé le "renforcement du contrôle des chômeurs", avec un triplement des effectifs des contrôleurs. Une mesure stupide, car elle ne crééra pas d'emploi: il y aura toujours autant de chômeurs pour une offre d'emploi.

 

 

2018-03-02 21_08_19-Brigitte Macron s’engage contre le harcèlement scolaireLe Monde, au comble du ridicule:

Après un article inepte sur le court passage du micron au lycée Henri IV, un autre article sur sa "pensée politique"! Car oui, le micron pense. Il ne fait pas qu'appliquer les desideratas du Medef.

D'ailleurs il paraît qu'il a même une "pensée complexe"

Vu de loin, avec un minium de recul historique, je vois une filiation directe avec Reagan et Thatcher. Mais pas Le Monde...

"Analyser la généalogie politique et même philosophique d’Emmanuel Macron et du macronisme n’est pas une chose facile. En dehors même de la complexité de toute trajectoire politique, faite de choix et d’affirmations mais aussi de hasard et de circonstances, plusieurs risques existent : l’anachronisme en premier lieu, plaquer artificiellement sur une trajectoire politique du XXIe siècle une grille de lecture issue d’une autre expérience historique, ou encore forcer le trait en obligeant Emmanuel Macron, son parcours ou sa vision politique, à ne rentrer que dans une seule case".

Et pendant ce temps-là, Brigitte a toujours sa rubrique dans Paris Match, et nous apprenons qu'elle "s'engage contre le harcèlement scolaire".

 

Bref, micron et ses amis appliquent les mêmes mesures que sarkoléon, et elles auront le même "succès", c'est-à-dire une augmentation du déficit et de la dette nationale. 

  • ECH22449071_17 mars : Aéroports de Paris : Micron 1er veut privatiser Aéroports de Paris, qui appartient encore majoritairement à l'Etat (50,6 % soit une valorisation à 8,2 milliards d'euros, c'est-à-dire à peine deux années de cadeau d'ISF). Ensuite, ce sera très certainement La Française des jeux (véritable poule aux oeufs d'or pour l'Etat). Une "loi" est en préparation pour permettre à l'Etat de passer en-dessous de la barre des 50% de parts de l'entreprise, sans aucune limitation. "Le français Vinci fait figure de favori, d’autant qu’il détient déjà 8 % d’ADP. L’italien Atlantia, déjà propriétaire de l’aéroport de Nice, ou l’espagnol Ferrovial pourraient aussi être de la partie", a expliqué BFM. 

Bien que la privatisation de l'aéroport de Toulouse [5], décidée par lui, au profit d'un groupe chinois, s'avère désastreuse, micron 1er semble pressé de faire profiter ces copains de ce bien national stratégique. Rappelons que ce sont par les aéroports qu'arrivent la plupart des "valises diplomatiques" au contenu souvent douteux, par exemple, mais aussi quelques tonnes de drogues, d'armes, de personnes en fuite, ainsi que moult exportations illégales.

L'ensemble des actifs de l'Etat dans des entreprises (EDF, Engie, Airbus, PSA, Renault, Orange, Air France, Safran, Areva, RATP, Française des Jeux, SNCF, La Poste...) s'élevait en avril 2016 à environ 90 milliards d'euros (et 68,2 milliards selon Les Echos en mai 2017), et micron veut en vendre au moins 10%. Au final, il ne restera probablement que les entreprises déficitaires comme EDF et Areva à la charge des contribuables, tandis que les participations rentables seront revendues les unes après les autres.

  • 12 mars : Fake News : Micron 1er, toujours aussi pressé de lutter contre ce qu'il qualifie de "fake news" (en général des critiques ou points de vue dissidents), cherche un prête nom pour porter sa loi. Le texte devrait être déposé sous une dizaine de jours par un député "En Marche" (sic.).
  • 13 mars : "Réforme" institutionnelle : Comme souvent avec ce type de "réforme" fourre-tout, le diable est dans le détail. Il y a quelques propositions phares, mises en avant, comme la réduction du nombre de députés ou la limitation du nombre de mandats dans le temps. Evidemment, "les français", cette masse informe qui ne vit que dans les sondages, y est largement favorable. Mais il y a aussi la restriction du droit d'amendement des parlementaires, pour éviter que le débat ne s'éternise sur les lois voulues par le Pouvoir. Il y a même la possibilité de faire passer une loi sans aucun amendement possible. Certains dénoncent un affaiblissement de la réprensation des français, car ladite "réforme" ferait de la france l'un des pays ayant le moins de députés par habitants. 
  • 17 mars : "Réforme" de la carte scolaire:   un blog de Médiapart nous apprend la fermeture de près de 1.100 classes dans des écoles rurales, contrairement à sa promesse de campagne qui était donc une "fake news" de plus. "Les chiffres, ce sont les données déjà collectées par le SNUipp-FSU dans 90 départements où les instances décisionnaires en matière de carte scolaire se sont déjà tenues. En ont été retirés les départements uniquement urbains, 75, 92... Au total : 1097 fermetures dans les écoles rurales pour seulement 289 ouvertures, soit un différentiel de 808 postes supprimés", peut-on lire.

On note encore pas mal de violences policières dans ces manifs.

 

  • 26 mars : fort discrètement l'Assemblée a "discuté" du texte de loi sur le secret des affaires. Il s'agit d'une loi inspirée par la Commission Européenne (plus particulièrement par Michel Barnier, commissaire au marché intérieur) et avalisée par le Parlement [6], qui vise à interdire d'enquêter sur les magouilles internes des entreprises, ainsi qu'à renforcer l'arsenal contre les sources, les fameux "lanceurs d'alerte". Micron a quand-même opté pour aller au-delà des demandes de Bruxelles. En effet, ce qui doit être "protégé" n'étant pas précisé dans ce texte qui viserait soi-disant le "pillage industriel", tout ce qui est suscpetible d'être considéré comme une atteinte au "secret des affaires" pourrait justifier des poursuites, contre n'importe qui et dans n'importe quel contexte. 

2018-03-27 22_32_41-Le projet de loi sur le secret des affaires, une menace pour la liberté d'inform

"Le problème, selon les Sociétés de journalistes, c'est que n'importe quelle information interne à une entreprise pourra être classée "secret d'affaires" et entraîner une sanction pénale contre les journalistes. Avec cette loi, les signataires estiment que des scandales comme celui du Mediator ou des Panama papers ne seraient jamais sortis. Ils ne croient pas aux garanties qui sont données par le gouvernement"

Micron ne s'affiche pas sur cette "réforme" mais c'est une de ses vieilles marottes. Déjà quand il était au gouvernement de Flamby, en 2015, il a inclus un amendement dans sa loi pour "la croissance", visant à punir par des peines de prison ceux qui portaient atteinte au "secret des affaires":

Le texte "posait le principe général de l'interdiction de violer le secret des affaires, reprenant les termes d'une proposition de loi PS. Il prévoyait de punir quiconque prend connaissance, révèle sans autorisation ou détourne toute information protégée à ce titre d'une peine de trois ans d'emprisonnement et de 375 000 euros d'amende. La peine aurait pu être portée à sept ans et 750 000 euros d'amende en cas d'atteinte à la sécurité ou aux intérêts économiques essentiels de la France".  Suite au tollé dans le monde journalistique, cet amendement a été retiré in extremis à la demande de l'Elysée.

  • 27 mars : Micron et ses amis rendent l'école obligatoire dès 3 ans. Selon Jupiter, "Dans notre mythologie républicaine, l’école maternelle n’occupe pas toute la place qu’elle pourrait occuper. Elle est et sera davantage à l’avenir un moment fondamental de notre parcours scolaire". L'embrigadement des enfants dans une école désormais consacrée ostensiblement à produire des employés jetables et maléables aura donc lieu dès qu'ils apprennent à parler. Rien de grave, si on lit Libération, car "Cette annonce n’aura (...) de conséquence que pour (...) 26 000 enfants au total. Et encore : rien n’obligera les parents à mettre leurs enfants à l’école". Non, mais le jour où l'école sera obligatoire, on pourra incriminer les parents dès les 3 ans de l'enfant.
  • 28 mars : "Bercy", c'est-à-dire le suppôt de micron Bruno Le Maire, donne les grandes lignes de sa "réforme" de l'assurance vie et de l'épargne retraite. L'objectif, selon Challenges, est de "faciliter le financement des entreprises en fonds propres", c'est-à-dire leur permettre d'avoir davantage de cash, quitte à pousser les français à miser sur des produits spéculatifs peu attractifs, voir sans intérêt ou même risqués.

Il s'agit d'une partie d'une future loi, la "loi "Pacte" (Plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises), visant à favoriser le financement des entreprise, et dont une partie pourra passer par ordonnances, sans aucun débat au Parlement :

> Les entreprises pourront être financées via les fonds de l'épargne retraite soit une somme de 200 milliards d'euros (évidemment, en cas de crack boursier rien ne garantit les remboursements).

> "La réforme permettra également de faciliter le paiement des contrats d’assurance vie en titres ou en parts de fonds de capital-risque, pour favoriser le développement de ces investissements par les assureurs, et d'élargir la liste des fonds éligibles, notamment les fonds de capital-investissement", autrement dit: les assureurs vous inciteront à placer votre retraite dans n'importe quel produit spéculatif, y compris des titres risqués.

 

AVRIL 

  • 29595423_1619178204826552_3572925523994114294_n3 avril : Trois mandats pour micron? Le chef des sénateurs du parti micronien, François Patriat, veut que le président puisse faire trois mandats consécutifs, et il compte faire passer ce truc à la hussarde, dans la "réforme" constitutionnelle à venir. La loi qui limitait à 2 le nombre de mandats aura donc tenu à peine 10 ans. "Réforme" après "réforme", on glisse vers des manières dignes des despotes du siècle dernier. Ils nous assomment avec leurs "réformes", dont on prend des salves durant plusieurs semaines d'affilée, dans tous les sens et sur tous les sujets, de manière à nous empêcher de prendre du recul et à paralyser la réflexion. Mais derrière ces "réformes", il y a un fil conducteur qu'on connaît bien, qui est ce paroxysme de capitalisme, ce mépris des classes populaires qui le lui rendent bien et elles ont raison, accompagnés des mantras du libéralisme économique. 

  • Du côté des gèves, après la grande grève des services publics le 22 mars, c'était la cata à la SNCF, le mouvement ce 3 avril a été bien suivi (près de 34% des cheminots d'après la direction, chiffre contesté par les syndicats) et a été rejoint par les étudiants, qui bloquent 9 facs au moins dans le pays. L'impression générale est que la grève de la SNCF va se poursuivre, peut-être jusqu'à la fin juin comme prévu, et qu'il est très probable que d'autres corps de métiers se mobiliseront à nouveau. Une grève générale semble même envisageable, et nombreux sont ceux qui proposent de mettre en place des blocages au lieu de faire de "simples" manifestations. Il faut dire que mincron est le premier à avoir réussi le tour de force de mettre dans la rue le même jour les retraités et les étudiants, ainsi que les personnels des maisons de retraite, ce qui est assez symbolique.
  • 830x532_mannequin-effigie-macron-pendu-lors-manifestation-nantes9 avril: micron 1er s'attaque à la "réforme" des retraites: les boites privées se frottent déjà les mains de pouvoir accéder à une manne de plusieurs milliards. La destruction prévue du système de retraites va transférer des milliards dans la poche du privé, avec le risque de se faire enfler à la première crise économique. On nous dira, comme ça a été le cas aux USA et ailleurs, que la banque ou la boite d'assurances a tout perdu à force de spéculer n'importe comment, et après que les actionnaires se seront gavés on dira aux braves gens qu'il n'y a plus un euro pour leur retraite. Cette sous m... commence les pseudos "concertations" alors que 10 à 20 facs sont bloquées, que la SNCF continue à bloquer, que moult corps de métiers veulent le dégager, que les zadistes viennet de se faire défoncer comme jamais à Notre-Dame-des-Landes, et cela avec sa fourberie habituelle.

  • jean-pierre-pernaut-interview-emmanuel-macron-jeudi-avril_square500x50012 avril : alors qu'il ne veut pas discuter avec les cheminots, les EPAD, les étudiants, les retraités, qu'il vire les zadistes à coups de blindés et de grenades à effet de souffle, micron 1er a fait un show chez Jean-Pierre Pernaut. Il n'a strictement rien dit d'intéressant (puisqu'il maintient ses "réformes" telles quelles), mais on a eu un scoop international! Micron, en effet, a dit qu'il avait "les preuves" que Assad aurait utilisé des armes chimiques contre son peuple (ça fait juste 4 ou 5 fois qu'ils essaient de nous faire gober ça), alors que le même jour Trump disait qu'il les attendait encore, ces preuves. Micron le va-t-en-guerre? Si il a ces preuves, ben qu'il nous les donne car on est très  très sceptiques. Et il est hors de question que la france bombarde la Syrie sans preuves de cela.

  • 13 avril: l'évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes à coups de blindés et de lacrymos se poursuit, malgré un fort soutien local et militant, et malgré que de nombreux Zadistes avaient déposé des projets de fermes à la péfecture. Pour être certain qu'aucune version dissidente ne circulera dans les médias, micron 1er et ses amis ont interdit l'accès de la zone aux journalistes, les gendarmes fournissant leurs propres images "objectives" (sic.) grâce à 200 caméras sur place.
  • 1527636-visees-avec-differents-types-bombes14 avril : il l'a fait! micron a ordonné des bombardements sur la Syrie dans la nuit du 13 au 14 avril! Soi-disant à cause d'une attaque d'Assad aux armes chimiques! Sans preuve! Juste pour remonter de deux ou trois points dans les sondages. C'est misérable. Même BHL appelait à faire la guerre,  comme Trump, et micron suit comme un ersatz qu'il est. Et pourquoi il n'a pas fait cela quand Daesh risquait encore de remporter la guerre? Pourquoi il n'a pas bombardé les islamistes? Ecoeurement.

  • 18 avril : le Sénat a voté la "loi" sur le secret des affaires tellement voulue par Jupiter. "Pour éviter les procédures dites «baillons», les grands groupes multipliant les plaintes contre quiconque oserait contester leur imperium, les députés avaient glissé un amendement visant d’éventuelles procédures abusives, les journalistes, lanceurs d’alerte ou militants associatifs pouvant obtenir des dommages et intérêts - quoique limités à 20 % des sommes parfois colossales réclamées par les entreprises. Les sénateurs l’ont tout simplement trappé, sous couvert d’inconstitutionnalité." , précise Libération.
  • 2018-04-20 22_18_52-À Notre-Dame-des-Landes, avec les marginaux de la Zad, ceux qu’on n’entend jamai19 avril : on nous refait le coup de "l'ultra gauche", en gros la suite de la version "anarcho autonome" qui a fait un bide avec les relaxes des accuses de l'affaire Tarnac, accusés par sarkoléon et ses copains d'avoir fomenté un attentat terroriste. Une procédure montée de toutes pièces, mais cette histoire de vilains gauchistes prêts à tout casser et surtout la propriété privée est bien pratique pour faire flipper les fans de Pernaut, de Lapix, et de la floppée d'éditorialistes français. C'est aussi pratique parce que ça pourrait laisser croire que le mouvement dans les facs, qui serait, donc, "infiltré" par "l'utra-gauche", ne concerne qu'une "petite minorité" comme ils aiment bien le dire, et en plus des excités. A Notre-Dame-des-Landes également, les médias et le gouvernement répètent qu'il y a une "minorité" de "marginaux" qui pousseraient à la violence. La blague. Le seul but de ces accusations sans fondement est de faire croire que les alternatives sont dangereuses car potentiellement violentes, et que rien ne vaut le bon vieil ordre établi, et chacun devant sa télé.

  • 25 avril : Marianne rappelle que la loi sur l'inénigibilité des politiques condamnés pour corruption ou trafic d'influence n'est pas pour demain.
  • 26 avril : alors que les étudiants et les lycées sont dans la rue, la micronie sort une nouvelle idée de génie: la suppression des CIO, vous savez, les "centres d'information et d'orientation", là où il y avait tous ces classeurs avec des fiches ésotériques. Les CIO étaient sous la coupe de l'Etat jusqu'à présent, et il est question de faire un nouveau machin destiné à l'orientation scolaire et professionnelle des jeunes, mais géré par les régions. Régions qui ont très à coeur le développement économique de leur territoire, et auront une oreille très sensibles aux différentes demandes des entreprises en matière de formation. Or les études, surtout à l'université, ne sont pas destinées à répondre à un besoin à court terme des entreprises, au contraire, elles sont destinées à permettre à un pays de s'adapter, de rebondir et d'évoluer dans l'intérêt de tous. 
  • DbJw-8SW4AA1uYV27 avril : ah tiens, la "croissance" se limite à 0,3% au premier trimestre, selon l'INSEE. Elle a donc "ralenti", si on peut encore appeler cela de la croissance (et sachat comment elle est calculée), sachant qu'en outre la minuscule "croissance" jusqu'à présent (0,7% au trimestre précédent) était due au mandat de flamby. C'est surtout l'explication qui est intéressante: cette "croissance" ridicule est liée à la faible consommation des ménages (malgré une forte consommation en énergie à cause du froid cet hiver), dont le pouvoir d'achat a pris une sacré claque [7]. parce que oui: les travailleurs sont aussi des consommateurs. Et même s'il nous reste peu d'industrie grâce à 30 ans de libéralisme effréné, on produit encore dans ce pays. " D'après l'Insee, cette décélération - qui intervient après cinq trimestres consécutifs de croissance supérieure ou égale à 0,5% - s'explique par le faible dynamisme des dépenses des ménages, qualifiées "d'atones (...) Dans ce contexte, la production totale de biens et services a nettement ralenti, avec une croissance de 0,3% contre +0,9% au trimestre précédent, avec un repli marqué dans le secteur manufacturier (-1,1 % après +1,5%).", explique Europe 1. Pour résumer: on est mal barrés. 

  • 29 avril: on apprend que la société d'évenementiel GL Events, dont le patron Olivier Ginon est très proche de Gérard Collomb, a fait des "ristournes" allant parfois jusqu'à 100% sur certains frais, au candidat micron. Pour se défendre la société dit que ce des ristournes "habituelles", c'est-à-dire qu'elles devraient bénéficier aussi aux autres candidats, ce qui n'est pas le cas. Par ailleurs, une entreprise n'a pas le droit de faire des cadeaux à un candidat, c'est la loi. Mais en france, les comptes de campagne sont toujours validés pour les gros candidats, même quand ils explosent les plafonds, même quand il y a une affaire Bygmalion. Le conseil constitutionnel, composé d'anciens présidents notamment, valide toujours les comptes, quitte à faire pression pour qu'ils rentrent en apparence dans les clous [8].

 

MAI

https_%2F%2Fblogs-images

  • 2 mai : les banderolles des manifs du 1er mai sont à peine posées que micron 1er nous balance (dans le magazine économique US Forbes dont il fait même la Une, pas à Jean-Pierre Pernaut comme par hasard, c'est même à se demander à qui il s'adresse et pour qui il fait ses "réformes") sa dernière invention, à savoir la suppression de l' "exit tax", taxant les entreprises qui délocalisent. Le motif? Eh bien selon cet individu, le fait de taxer les entreprises qui quittent la france va les freiner dans leur envie de s'installer en france. 

Autrement dit: "la guerre, c'est la paix". Ou la nuit c'est le jour. Ou la richesse des patrons c'est la richesse de tous... C'est le même argument que celui qui est utilisé pour détruire le droit du travail, en fait selon cette idéologie toute norme, toute taxe, est un frein à la libre entreprise, credo adapté depuis peu en "la régulation est un frein à 1) l'investissement 2) l'emploi. Cela fera 800 millions d'euros de moins dans les caisses (mais le gouvernement parle de ...70 millions!), à ajouter aux 4 à 6 milliards de la suppression de l'ISF sur la spéculation, et concernera... une centaine de contribuables. Combien parmi ses donateurs? 

Dans cette interview digne d'un Reagan en campagne, micron revendique une approche de la société et de la politique qui soit "business friendly", mais dit aussi qu'il faut "investir massivement dans l'éducation" (pourtant là il ferme plutôt des dizaines de classes et freine l'accès aux études supérieures), puis explique que sa "réforme" du "marché du travail" avait pour objectif de "supprimer de nombreuses normes créées par la loi au niveau national pour créer davantage de flexibilité et faire passer un grand nombre de choses au niveau du secteur ou au niveau de l'entreprise" [9].

Puis il se félicite de sa réforme de la SNCF, nous ressort le bon vieux TINA de Thatcher (There Is No Alternative à l'ultra libéralisme), revient sur son délire de start-ups, explique comment il impose ses choix - c'est le "no choice" man) partout et à tout le monde, enfin bref, il a clairement pris le melon, et après sa prestation ridicule avec Laurel... pardon avec Trump, on peut se demander s'il touche encore terre, ou si nous l'avons définitivement perdu.

  • 5 mai : c'était la fête à micron, un peu partout en france. Assez calme à Lyon, mais pour une fois des gens d'horizons différents sont d'accord une chose: il faut que cet individu dégage, et vite. Après tout, il ne représente que 8,5 millions d'électeurs. D'après les échos à droite à gauche, il a beaucoup été question de s'organiser, de revendications à porter en commun.
  • 2018-05-30 19_39_11-#ZAD - Recherche sur Twitter25 mai : sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, l'opération militaire continue, les robocop persistent à défoncer tout ce qui bouge dans la zone de l'aéroport qui ne se fera jamais, et pas grâce au micron. Un jeune étudiant lillois a eu la main arrachée par une grenade offensive  GLI F4. Evidemment, la version officielle dit que la victime a relancé la grenade et que c'est pour cela qu'elle a explosé dans sa main. Apparemment, la grenade serait tombée à ses pieds et il aurait tenté de la lancer plus loin. A ce sujet, il faut aussi noter la militarisation progressive de l'équiêment des poulets. Les flashballs d'aujourd'hui sont plus puissants que ceux du début, les grenades sont elles aussi de plus en plus puissantes, occasionnant des blessures qu'on peut qualifier de "blessures de guerre". Petit à petit, "réforme" après "réforme", les moyens d'assurer l'ordre établi contre les foules en colères ressemblent toujours plus à ceux des militaires en goguette sur les zones de guerre. Quant à la vicitime, elle s'est retrouvée à l'hôptial dans une chambre gardée par deux flics qui ont pris des photos et relevé l'identité de tous les visiteurs. Aucune procédure n'est pourtant lancée contre lui. Et il paraît que nous sommes dans un "Etat de droit"!

  • 2018-05-30 21_05_06-Not Gorafi _ _Nous nous battons pour l'homme pauvre_, clame Benjamin Griveaux27 mai : une belle fake news gouvernementale ! Griveaux, en première ligne dans la micronie, affirme dans une tribune dans Le Parisien (propriété du groupe LVMH de l'ami Bernard Arnault, 1ère fortune de france): "Nous nous battons pour l'homme pauvre". A ce niveau de mensonge éhonté, on a en fait largement dépassé le stade de la fake news. On est, à mon avis, en plein foutage de gueule. La seule question est : ces contre vérités égrennées à longueur d'antenne et de pages de médias par Jupiter et ses amis ont-elles une efficacité, et si oui quel est son ampleur?

  • 28 mai : encore une promesse du micron qui ne sera pas tenue, comme la quasi totalité des promesses les moins stupides qu'il a pu nous faire. Le glyphosate continuera à empoisonner nos légumes, nos fruits, nos céréales et nos abeilles. Enocre une fois, c'est la moutonnerie des députés A Reculons ! qui a permis ce résultat désastreux. Quant au type qui nous fait office de ministre de l'environnement, on n'a toujours pas de nouvelles...
  • 29 mai : on apprend qu'une fois de plus, la loi qui est censée protéger le littoral va être rognée par un amendement paru dans un texte de loi qui n'a rien à voir. Evidemment, cela va dans le sens des bétonneurs, pas dans celui de la protection de l'environnement. Selon Les Inrocks, "Ce texte défendu par Jacques Mézard, le ministre de la Cohésion des territoires vise particulièrement les "dents creuses", ces espaces non construits entourés de bâtiments déjà existants. Ces zones restées à l'état naturel et protégées depuis 1986 par la loi littoral pourraient devenir constructibles afin de "répondre aux demandes relatives à la possibilité de densifier les formes urbaines intermédiaires entre le village et l'urbanisation diffuse" (...) L'amendement le plus contesté reste toutefois celui qui permet aux maires d'adapter la loi littoral et de définir eux-mêmes les zones constructibles de celles qui ne le sont pas. "Autant dire que les côtes sauvages en Bretagne, on peut les oublier.
  • 30 mai : revoilà les médias avec cette histoire de rabottage des aides sociales. Parce que évidemment, comme il ne reste plus grand chose à prendre dans la poche des pauvres, on attaque l'os, c'est-à-dire les aides sociales qui ne permettent déjà pas de vivre au-dessus du seuil de pauvreté. Selon un membre du fan club micronien, "il faut se demander : est-ce que les aides sociales ciblent les bonnes personnes ? Faut-il les simplifier ?". Aïe: jusqu'à présent, toutes les "simplifications" réglementaires se sont avérées désastreuses sur le plan social... Pour l'instant, la propagande est floue: un coup c'est oui, un coup c'est non, un autre coup c'est peut-être bien. Nous, on sait très bien comment cela finira.
  • fake-newsFake News: les députés A Reculons ! ont fait passer une définition complètement débile des "fake news" en commission. Elle sera présentée à l'Assemblée. Alors, une fausse information, ce sera : "Toute allégation ou imputation d’un fait dépourvue d’éléments vérifiables de nature à la rendre vraisemblable". Donc dans cette logique, toutes les révélations de scandales, à l'origine invérifiables, seraient des "fake news". Par ailleurs, le gouvernement en aurait un paquet à se reprocher, notamment quand il dit que sa loi sur la protection des mineurs renforce la protection des mineurs: il n'y a rien pour rendre cette affirmation "vraisemblable", et surtout pas le texte de loi! Les juges vont en tout cas s'amuser à mener des investigations approfondies pour vérifier le caractère "vraisemblable" de telle ou telle affirmation. Enfin, je dois ajouter que j'ai déjà entendu dire que des accusations portées par des enfants victimes, au sujet de réseaux pédophiles organisés, parfois satanistes, ont déjà été qualifiées d' "impensables" par un magistrat, d'"invraisemblables" par des journalistes et des avocats de la défense, et les affaires ont été classées. Pour autant, une investigation même basique permet de comprendre que les enfants ne mentaient pas. Dans ces cas là, on fait quoi?

  • La "croissance" sera plus basse que prévue: 0,2% au premier trimestre 2018. Ouah. Et cela, même en intégrant les revenus du trafic de drogue (estimés à 3 milliards par an). La micronie ne le crie pas sur les toits mais la consommation des ménages est plombée (comme leur pouvoir d'achat), et les entreprises n'investissent toujours pas malgré les milliards de cadeaux fiscaux comme le CICE de micron, la suppression de l'ISF, de l'exit tax et j'en passe. Encore une preuve que la "théorie du ruissèllement" est un mythe.

 

JUIN

  • 34473962_10204464614413618_7963702912561971200_n5 juin : le plan banlieues du micron ne sera pas. Aucune ambition, pas de budget, bref on repassera si on espérait une action d'envergure. Pire encore: dans cette loi, outre le fait qu'elle permettra de bétonner le littoral encore davantage, vise aussi à privatiser le logement social. Avec évidemment à la clé, comme toujours avec les privatisations, une réduction du service et une augmentation des prix. Quant aux vieux et aux handicapés, ils devront se battre pour accéder aux 10% de logements accessibles (contre 100% aujourd'hui).

Le système est simple: en baissant les APL de 5%, le bento micronien a pris ces 5 euros aux sociétés de logement social, en imposant une baisse des loyers de 5 euros. Cela fait autant en moins pour rénover, construire, investir dans les énergies renouvelables etc. La micronie va nous dire qu'il faut donc privatiser, et la loi "ELAN" le permettra. Bastamag résume:

"Après avoir fragilisé la situation de bailleurs sociaux, le gouvernement propose sa solution miracle : vendre 1% du parc chaque année, soit 40 000 logements par an basculés sur le marché privé. Les exemples de privatisation du logement social en Angleterre et en Allemagne laissent pourtant présager le pire : baisse du nombre des logements, dégradation des résidences, augmentation drastique des loyers, et explosion du mal-logement" [10].

Concrètement, le micron va encore gratter 1,5 milliard sur le dos des pauvres (10 millions de personnes bénéficient d'un logement social, souvent les plus pauvres excepté quelques politiciens et hauts fonctionnaires), en s'attaquant au logement social. on sait déjà que 40.000 logements sociaux ne pourront plus être construits chaque année, alors que la crise du logement est toujours plus forte.

 "1,5 milliard d’euros : c’est la brutale coupe budgétaire réalisée par le gouvernement à l’encontre du logement social. 800 millions en moins sur les allocations logement versées aux locataires du parc social, et 700 autres millions via une augmentation de la TVA sur les HLM, qui passera de 5,5 à 10 %". 

  • 14 juin : ce n'était pas le Gorafi, c'était une fausse vidéo volée, donc une vraie vidéo de communication, dans laquelle le micron partait dans un délure digne d'une Thatcher en plein orgasme ultra libéral, expliquant qu'on met "un pognon de dingue" dans des aides sociales et qu'elles ne servent à rien puisqu'il y a de plus en plus de pauvres. De l'art du syllogisme, en quelque sorte. Selon lui, il faut "responsabiliser" les chômeurs, et paf quelques jours plus tard, campagne de com' sur les deux ou trois départements qui ont expérimenté le travail forcé pour les RMIstes. Si ce raisonnement digne d'un enfant de moyenne section n'était pas en réalité l'alpha et l'oméga de la communication du lobby patronal et financier, on pourrait en rire. Hélas, ce délire se concrétise...

Macron met en scène sa philosophie sociale: "On met un pognon dingue et les pauvres restent pauvres"

  • 15 juin : la destruction des retraites est engagée, puisque les premières "rumeurs" destinées à préparer l'opinion publique sortent dans les médias. Dans le viseur, notamment : la fin des pensions de réversion, touchées par leurs veuves à 89%, quand leur pension était très inférieure à celle de leur mari. Les fonctionnaires, dont les salaires sont plus faibles mais qui cotisent davantage, le montant de leur retraite sera revu à la baisse, et calculé comme pour le privé (excepté les militaires, allez savoir pourquoi. Aurait-il peur d'une insurrection de militaires?). De toute manière, nous savons qu'il n'y a rien de constructif à attendre de ce nouveau rouleau compresseur législatif. Evidemment, la micronie promet que la "réforme" sera "plus juste", mais jusqu'à présent à chaque fois qu'ils nous ont dit cela, on s'est fait avoir.
  • 31952987_10155780065202981_8767515452281716736_n24 juin : le micron a encore chuté dans les sondages, mais a priori il s'en fiche, il n'a pas l'air de compter sur l'opinion publique pour être réélu. Ce qui est incroyable, c'est qu'il y aurait selon ce sondage sur presque 2.000 personnes, encore 40% d'individus ayant une "opinion favorable" de ce lui qui fait office de président.

  • 25 juin: une enquête préliminaire est ouverte à Lyon pour détournement de fonds publics, financement irrégulier de campagne électorale, abus de biens sociaux et recel, au sujet des petits cadeaux de la mairie de Lyon et de la Métropole, pour la campagne présidentielle de jupiter. Salles municipales prêtées quasiment gratos, petits fours et personnel municipal au garde-à-vous... Une réception notamment, organisée le 12 juin 2016 à l'Hôtel de Ville de Lyon pour 2.000 personnes, aurait coûté la modique somme de 19.000 €. Petit plus: il y aurait aussi une affaire d'emploi fictif, un type payé à mi-temps par la Métropole de Lyon alors qu'il dirigeait à temps plein la campagne d'A Reculons!, selon la plainte.
  • 26 juin : les bénéfices du CAC 40, les 40 plus grosses entreprises côtées en bourse dont le siège est en france, ont augmenté de 22% en 2017, à 94 milliards d'euros au total (niveau d'avant la crise). Si on cherchait où allait notre % de "croissance", voilà une partie de la réponse. Par contre, les investissements, c'est-à-dire ce qui permet à une entreprise de rester "compétitive" comme ils disent, ont chuté de 15%... Sur ces 94 milliards de bénéfice, pas moins de 47 milliards ont été versés directement dans la poche des actionnaires.
  • 26 juin : Le micron ose traiter les Bretons de "mafia de la france"! Mais quelle blague. Ce mec révèle son ignorance crasse mais on le savait déjà qu'il n'alignait pas deux idées intelligentes. De toute manière la Bretagne n'a qu'une chose à faire: récupérer Nantes et quitter ce pays de jacobins ignares.
  • 27 juin: signature de la "réforme" de la SNCF, qui ouvre la voie à la privatisation en deux étapes. D'abord l'ouverture à la concurrence (avec la destruction du statut des cheminots au passage), ensuite l'ouverture du capital.
  • 2018-07-14 19_05_07-« L’ambition émancipatrice du programme présidentiel échappe à un nombre grandis28 juin: MDR. Deux semaines après la publication dans Le Monde d'une note confidentielle osant interroger la pertinence de la politique micronienne du "tout pour les super riches", Jean-Pisany Ferry, banquier fan du micron, a fait un magnifique rétropédalage dans une autre tribune, qui s'en prend cette fois au montant des dépenses publiques, notamment les "120" milliards par an consacrés à l'emploi. Dans cette très bonne analyse du délire de Pisany Ferry, il est rappelé que le très inefficace CICE, inventé et étendu par Jupiter, coutait en 2015 à lui seul près de 20 milliards par an (on en est à 27 milliards aujourd'hui, toujours sans aucun effet sur l'emploi). On peut rire de ce retour immédiat dans le rang de ce chantre de l'ultra libéralisme, mais il est révélateur d'une cour servile, un mal typique des roitelets qui ne souffrent aucune contradiction. Même quand ils nous emmènent droit dans le mur. Ca rappelle le conte du "roi est nu", et la question est de savoir quand cela va s'arrêter.

  • 29 juin : le grand "service national", ou "service militaire", "civique" ou autre tant annoncé durant la campagne se réduira finalement à 1 mois, à 16 ans! Ouah.
  • 30 juin : de l'inefficacité de la destruction du droit du travail et du CDI par les ordonnances micron. Selon un sondage CSA auprès auprès de l’Association nationale des DRH (ANDRH), ceux-ci "sont peu nombreux à considérer que les ordonnances permettent de recruter plus facilement, mais largement majoritaires pour dire qu’elles simplifient les procédures de licenciement ". En gros et comme nous le savions tous, on nous a encore menti.

 

 

JUILLET

  • 1er juillet: "réforme" de la fonction publique, le feuilleton continue. Ce machin appelé "Action Publique 2022" est dénoncé par tous ceux qui tiennent à un service public. On parle souvent des hôpitaux, des flics, des écoles, parce que ce sont les plus visibles. Mais les services publics sont omniprésents dans vos vies, et même s'ils sont à améliorer, ils accomplissent des tâches que le privé ne fera aussi bien pour le même tarif, et certainement pas avec la même indépendance. Il reste La Poste et ses salariés compressés, la sécurité sociale, l'audiovisuel, qui est encore capable de diffuser de vrais magazines d'investigation, les pompiers dont les budgets s'effritent de manière indécente... Les services publics ce sont aussi les mairies, l'inspection du travail, les douanes, c'est plein de maisons de retraites, de sociétés de logements sociaux et moyens, c'est la conception et le contrôles des routes et infrastructures, la préservation de la qualité de l'eau, de l'air, du littoral, de la biodiversité, c'est la réflexion sur l'aménagement de la ville, la qualité de vie, la gestion de l'espace public... Le secteur public, contrairement à ce que beaucoup pensent, c'est aussi l'innovation même si elle est de plus en plus transférée au privé qui se fait des bénéfices grâce à l'argent public. Une innovation que le privé est incapable de financer, en termes de moyens matériels et humains. 
  • 9 juillet: Darmanin convoque les chefs des douanes et du fisc, deux ministères qui devront se "réorganiser" pour faire mieux avec 20.000 postes en moins. Il ne faudra pas se plaindre de l'évasion fiscale, des patrons voyous, des produits importés illégalement et autres déboires. Le seul objectif de cette "réforme" étant de "faire des économies". Ben oui, les 4 à 6 milliards d'ISF supprimés doivent bien être financés avec de l'argent venu de quelque part.
  • 2018-07-11 21_54_32-Réforme de l'action publique_ les propositions seront dévoilées _au fur et à mes11 juillet : ah tiens, quelle surprise. La micronie "renonce à son objectif d'excédent budgétaire d'ici la fin du quinquennat". Donc, dans quatre longues années de "réformes" qui nous mènent dans le mur. Il est temps que cette clique d'illuminés revienne sur terre, comme semble le montrer cet aveu: prendre l'argent des pauvres et des classes moyennes pour le donner aux 2% les plus privilégiés n'a aucun sens, ne serait-ce que sur le plan économique. Cet aveu, fait par Darmanin et pas par Jupiter évidemment, signifie qu'ils ont conscience que leurs "réformes" ne permettront pas de sortir la tête de l'eau. Ce qui est dommage, c'est que des pays comme le Portugal y sont parvenus en quelques années, mais avec des réformes intelligentes. 

La micronie, apparemment, ne sait toujours pas comment s'y prendre pour relancer la machine, car le budget 2019 reste totalement inconnu. On sait aussi qu'on n'aura jamais les 2% de croissance mirifiques sur lesquels comptait micron 1er, on sera au mieux à 1,7%.

  • 18 juillet : premier article de la "saga Benalla", du nom de ce sbire de la micronie, après avoir servi les socialistes, qui a défoncé un ou deux manifestants lors de la manif du 1er mai, violemment réprimée à Paris. Le problème, c'est que:

                        > Il était équipé d'un casque de CRS et d'un brassard de la police.

                        > Il travaille directement pour l'Elysée, qui a étouffé l'affaire et l'a vaguement puni de deux semaines de mise à pied, une sanction ridicule. 

La saga est partie pour durer, car presque toutes les heures une nouvelle info tombe pour montrer à quel point on se croit au-dessus des lois dans la clique au pouvoir. Le parquet s'est saisi de l'affaire le 19 juillet suite à l'article du Monde, Benalla a été collé en garde à vue le vendredi 20 juillet au matin et y est resté tout le samedi. Le 22 juillet, un juge a été nommé.

Benalla a été nommé à 26 ans au grade de Lieutenant Colonel, sans que personne ne comprenne ni comment, ni pourquoi. On apprend qu'il a bossé dans la sécurité privée au Maroc, pour une entreprise à la vie éphémère (octobre 2015 - 2017).

D'habitude, ce genre d'affaire ne sort pas dans la presse, et encore moins dans Le Monde. Benalla, qui allait être nommé à 27 ans chef de la sécurité de l'Elysée (plus spécifiquement de la "sécurité des déplacements privés" des micron), a du déranger des intérêts.

 


[1] La Cour de justice de l'Union européenne vient pourtant de reconnaître le lien entre sclérose en plaques et vaccin contre l'hépatite B (qui a été imposé dans les lycées dans les années 90, suite à une vaste campagne de propagande). Sur les effets secondaires des vaccins, moult études et documentaires permettent de se faire une idée, notamment celui-ci, Vaxxed, ou encore "Silence on vaccine". On a aussi trouvé la présence de nano et micro particules de métaux lourds dans 2/3 des vaccins (étude italienne universitaire).

[2] Par ailleurs, "Facebook applique des sanctions financières aux groupes et pages propageant des informations fausses, les privant alors de publicité et vient également d'embaucher 10.000 personnes supplémentaires pour accroître ce contrôle".

[3] C'est parce que l'immigration permet de faire baisser les salaires que le patronat a toujours été favorable à l'arrivée de ces travailleurs moins chers, qui en plus ne revendiquent pas. Le Medef a toujours été un militant  de l'immigration. On peut d'ailleurs s'interroger quand Gattaz dit que "les migrants sont un atout pour la france", alors que de l'autre côté il ne cesse de taper sur les travailleurs pas assez productifs, qu'il décrit en permanence comme des "coûts".

[4] Pisani Ferry, un fan de micron, s'est rendu en 2009 au Bilderberg, et a dirirgé ou été membre de divers groupuscules ultralibéraux et atlantistes.

[5] Micron a d'ailleurs répandu une "fake news" au sujet de la participation publique dans l'aéroport de Toulouse, affirmant qu'elle restait au-delà de 50,01 %. Médiapart a montré qu'en réalité, il a donné les pleins pouvoirs aux actionnaires privés: "Au passage, l’État donne aussi les pleins pouvoirs aux investisseurs chinois, sans le moindre garde-fou, pour qu’ils pratiquent la politique de rémunération qu’ils souhaitent au profit de ceux qui dirigeront la société". 

[6] D'ailleurs, ce sont principalement des députés français du FN et des "Républicains" qui ont voté en faveur de ce texte. 

[7] "Selon l'Insee, le pouvoir d'achat devrait ralentir au cours du premier trimestre en raison de la hausse de la fiscalité indirecte sur le tabac et les produits énergétiques. L'économiste de l'OFCE Pierre Madec explique que la politique fiscale du gouvernement pourrait freiner sérieusement le pouvoir d'achat de certaines catégories au cours de cette année", expliquait La Tribune du 28 mars 2018. Tout cela est d'une telle évidence qu'on peut se demander si Monsieur Rothschild a vraiment mené "réformes" sans connaître leurs conséquences. En gros, le pouvoir d'achat va être amputé de 5 milliards sur l'année (tiens, justement le cadeau aux riches de la suppression de l'ISF sur la spéculation). 

Heureusement que "Les importations à bas coûts ont amélioré le pouvoir d'achat de 1.000 euros par ménage", selon Les Echos du 17 avril. Il s'agit en fait du cercle vicieux qui mène à l'endettement des ménages, qui a mené aux Etats-Unis à la crise des subprime. En gros: les salaires sont très bas chez nous, donc on ne peut consommer que des produits pas chers fabriqués en Chine et en tout cas à l'étranger, donc nos usines ne tiennent pas le coup, donc le chômage augmente chez nous et les salaires baissent. Ca a l'air un peu bête mais c'est exactement le cycle dans lequel nous sommes entrés depuis le tournant libéral de Mitterrand en 83. Et aujourd'hui on peut dire qu'on tourne en vitesse essorrage.

[8] Sur les comptes de campagne, il y a un passage très intéressant de ce documentaire sur l'affaire Karachi (très bon docu), où des conseillers du conseil constitutionnel expliquent avoir validé les comptes de Chirac et de Balladur alors qu'ils étaient hors des clous. (Lien du docu, c'est vers 15 mn)

[9] Le fait de permettre aux accords d'entreprise d'avoir une force réglementaire, même quand ils sont moins avantageux que les accords passés au niveau national ou au niveau de la branche d'activité est une vieille réclamation du patronat. En effet, les travailleurs ont beaucoup moins de poids lorsqu'ils négocient au niveau de leur propre entreprise, directement avec la direction. Les accords d'entreprise sont presque toujours plus défavorables aux salariés que les accords nationaux et même les accords de branche.

[10] Selon Bastamag, "En Allemagne, l’important mouvement de privatisation du secteur du logement social à partir de 1990 s’est traduit par une diminution du nombre de logements disponibles. Les bailleurs communaux – équivalent de nos bailleurs sociaux – ont été massivement vendus à des entreprises et fonds d’investissements privés entre 1990 et le milieu des années 2000. Avec comme objectif affiché d’assainir les finances municipales. « Depuis 1990, le stock de logements sociaux en Allemagne a baissé d’environ 60 %», alertait l’Association nationale d’aides aux sans-abri (Bundesarbeitsgemeinschaft Wohnungslosenhilfe). À Berlin, 482 000 logements appartenaient aux bailleurs communaux en 1990. Il n’en restait plus que 273 000 en 2005, soit 209 000 en moins ". Le pire, c'est que dans ce pays, on a justifié cette privatisation du parc social au nom de l'accès des particuliers à la propriété. Cependant, "seuls 11 000 des 209 000 logements berlinois privatisés ont atterri entre les mains de particuliers (soit 5 %). 11 000 autres ont été cédés à des coopératives d’habitants – un modèle qui n’existe pas en France. La très grandes majorité, 120 000 logements, a été vendue à des fonds d’investissements". Et on peut parier que ce sera la même chose en france. Après cela, bonne chance pour faire marche arrière et reconstruire des logements sociaux.

11 juin 2018

De la propagande en matière de protection de l'enfance: le cas de l'affaire d'Outreau

2018-06-11 19_58_34-L'un des acquittés d'Outreau soupçonné du viol de sa fille

On n’avait pas reparlé de l’affaire d’Outreau depuis longtemps, parce que le procès de Legrand était passé et qu’on n’allait pas remuer le couteau des faits dans la plaie d’une justice inique. Mais comme, depuis le temps, les médias, certains juges et avocats, ne se privent pas de revenir sur cette affaire, il faut aujourd’hui remettre l’église au milieu du village.

 

Cette version médiatique de l'affaire Outreau est devenue une catastrophe pour les mineurs victimes d'abus sexuels. Depuis cette affaire, les enfants sont présumés menteurs quand ils disent avoir été victimes d'abus sexuels.

Depuis Outreau, on entend des magistrats en appeler à ce dossier pour demander aux jurés de ne pas trop tenir compte des accusations des enfants.

Alors quoi? La parole de l'accusé a davantage de poids que celle de la -présumée- victime, haute comme trois pommes?

Eh bien oui mesdames et messieurs, c'est ce qu'il se passe dans ce pays. Et l'élection du dernier mégalomane en costard n'arrange rien: la dernière loi du fan-club micron sur la protection des mineurs (appelée aussi "loi pédophile" par certains esprits critiques)  a fait du viol de mineur un simple délit. Et j'en passe. 

Bref, quelles stupidités peut-on lire sur l'affaire d'Outreau depuis la fin du procès Legrand, alors que la paix des meours voudrait que les vainqueurs arrêtent leur propagande?

 

Depuis fin 2016 (liste non exhaustive mais représentative), les articles de médias commerciaux ayant mentionné l'affaire d'Outreau: 

2018-06-11 19_59_08-Franck Lavier, relaxé d’Outreau, visé par une enquête pour agressions sexuelles

D’ailleurs on n’a aucune nouvelle de cette histoire. L’adolescente avait été placée. Après la procédure, en 2006, elle avait fui le domicile familial avec son petit frère pour se réfugier chez l’assistante maternelle qui les avait hébergés pendant que ses parents étaient en prison. En 2011 les enfants Lavier accusaient leurs parents de maltraitances, des vidéos relevant de la corruption de mineurs avaient été retrouvées, ils ont pris du sursis. En 2016 elle avait accusé son père de viols et d’attouchements sexuels (même si les médias n’ont généralement parlé que d’attouchements sexuels). Lavier avait donc fait 48 de garde-à-vue et avait été mis en examen, puis laissé libre. C’était donc il y a 2 ans.

 

Duponpon sort un bouquin et en fait donc la promo. Ce coup là, il tape encore sur les experts, qui pourtant sont tous allés dans le même sens lors des deux procès d’Outreau.

 

On nous retrace l’affaire version Dupont Moretti, Berton & Co, de manière à ce qu’on considère que les victimes de l’affaire, ce sont les acquittés. Rappelons encore une fois que 12 enfants ont été reconnus victimes, et certains de proxénétisme. On parle vite fait de ses aveux répétés (en oubliant par exemple les aveux aux psy), qui concordaient avec ceux de Badaoui et de deux enfants témoins de la scène, et on répète la version qui semble avoir satisfait la justice, à savoir qu’il a « inventé ».

Nous on veut bien, mais ils étaient quand-même vachement circonstanciés et concordants, ces aveux, alors cette explication est un peu tirée par les cheveux.

En 2017, Legrand était sous cachetons et vivait de l’allocation adulte handicapé. Au motif, nous dit-on, qu’il a beaucoup souffert d’avoir été injustement accusé.

 

4784019_44a7277_1000x625

Evidemment, il revient une fois plus sur l’affaire d’Outreau, pour s’offusquer du fait qu’une promotion de l’école de magistrature ait choisi le nom de Fabrice Burgaud pour la promo. Selon duponpon, « C'est comme si des militaires souhaitaient baptiser leur caserne Waterloo. (…) Se propage aujourd'hui dans les couloirs du palais de justice l'idée que certains protagonistes de l'affaire d'Outreau seraient coupables. Que la justice n'aurait pas si mal fonctionné. Que tout ce chaos judiciaire serait à imputer aux avocats. (…) Voilà ce que génère le corporatisme des juges. Mais ce qu’il y a de plus intéressant encore dans ce dossier, c’est que seul le juge Burgaud a été légèrement sanctionné.Tous les autres intervenants ont été promus. Tous ! Sans aucune sanction. »

Alors il faut répondre à cela : même le juge Burgaud a été promu puisqu’il est rapidement devenu juge anti terroriste. Et puis si "personne" n’a été sanctionné, c’est parceque la procédure a été menée dans les règles, et que les charges étaient importantes contre les personnes envoyées en prison. Quant à sa phrase sur la culpabilité des acquittés, là nous ne pouvons pas répondre, c’est la loi. Enfin, ce n’est pas le corporatisme des juges qui rappelle les faits ayant mené à la reconnaissance par la justice de 12 enfants victimes, mais un dossier épais, connu intégralement par de nombreuses personnes, et la parole des victimes.

 

L’affaire, c’est celle du chef de cœur pédophile, défendu notamment par l’avocate Catherine Lison-Croze, qui donne interview dans le journal. En gros, elle explique que lors du premier procès du type, il s’en était bien tiré parce que « L’ombre de l’affaire Outreau et des dysfonctionnements de la justice hantent alors les salles d’audience. « La parole de l’enfant, sacralisée, a été décrédibilisée avec Outreau. On était à la retombée de cette affaire », se souvient l’avocate. Pas d’obligation de soins, pas de mise à l’épreuve, décidera le tribunal. Or, c’est souvent le cas dans ce type de dossier « quand il est pris au sérieux ». Jamais la parole des enfants n’a été sacralisée, bien au contraire. Mais il est clair que c’est encore pire depuis que l’affaire d’Outreau est utilisée dans les prétoires pour nier la parole des enfants au premier effet de manche. Lison Croze a réussi à le faire acquitter en appel. Et il a recommencé.

 

2018-06-11 20_04_18-Relaxe pour une agression sexuelle _ l'affaire d'Outreau dans tous les esprits -

Tribunal correctionnel : une gamine de 10 ans accuse un ami de la famille d’attouchements commis des dizaines de fois et d’une pénétration digitale au moins. Le type avoue puis se rétracte, son avocat dit que « on ne peut pas déclarer quelqu'un coupable juste sur la base de ses propres aveux ». D’ailleurs, le type utilise la même défense que Daniel Legrand pour justifier d’avoir avoué : « Le prévenu à «la personnalité fruste et limitée» [comme Legrand paraît-il] prétendra aussi qu'il a subi des pressions et qu'on lui aurait dit d'avouer pour être libéré. ».

C’est le procureur qui revient sur l’affaire Outreau. Le journaliste de La Dépêche écrit : « évidemment on nous ressasse les problèmes d'Outreau (NDRL : dans les années 2000, à la cour d'assises de Saint-Omer, des adultes, accusés par des enfants, avouent des abus sexuels. Ils seront condamnés puis acquittés après rétraction des enfants). Mais dans cette affaire il n'y a pas que la parole de l'enfant victime, il y a aussi celle de sa sœur qui dénonce les faits. Seraient-elles complices d'un complot fomenté par elles deux ?», s'interroge sans y croire le procureur Frédéric Cousin ». Rappelons qu’à Outreau, une trentaine d’enfants ont été auditionnés et ont confirmé les faits devant les policiers. Et que leur parole recoupait celle des adultes qui ont avoué, y compris sur les histoires de meurtres.

Cet article est assez ignoble : "Oui l'histoire est malsaine, oui l'homme a entrepris une relation amoureuse avec une petite fille de 10 ans, oui c'est une relation toxique, oui de nombreux textos l'attestent, oui il y a des "je t'aime" à répétition". L’avocat de la petite parle d’emprise, tente de recadrer le débat, mais au final le type est quand-même relaxé. Là aussi, on a préféré ne pas prendre en compte la parole de l’enfant, et croire l’adulte dans la version où il nie les faits. En gros, le tribunal a considéré, au nom d’Outreau, qu’on ne pouvait pas la croire. Alors qu’à Outreau deux collèges d’experts ont estimés crédibles les propos des enfants et que 12 d’entre eux ont été reconnus comme victimes et indemnisés à ce titre.

 

2018-07-14 21_48_04-Loi sur les violences sexuelles_ deux avocats tirent la sonnette d’alarme - Le C

Et parmi les deux avocats, je vous le donne en mille: Hubert Delarue, qui avait défendu Marécaux puis Daniel Legrand, lors de son procès à Rennes. Il s'en prend à la dernière version de la loi sur la protection des mineurs qui, après une vive polémique, notamment autour de l'incroyable notion de "délit d'atteinte sexuelle avec pénétration", a été amendée par le Sénat. Celui-ci propose un âge à partir duquel il y aura présomption de non consentement, et bien-sûr Delarue père est contre. Selon lui, cela doit rester à la victime (en l'occurrence mineure) de prouver qu'elle n'était pas consentante. C'est aberrant, mais la suite est du même tonneau.

Delarue ne peut s'empêcher de revenir sur cette fable des "enfants menteurs" d'Outreau, alors que 12 d'entre eux ont été reconnus victimes à l'issue du procès en appel, dont certains de proxénétisme (même si l'histoire judiciaire ne dit pas qui étaient les clients). Que déclare cet individu, sans respect aucun pour ces gosses devenus grands, qui ont tout subi dans l'enfance?

Il affirme que "L’affaire d’Outreau a démontré que l’enfant peut mentir, que l’enfant peut être instrumentalisé, manipulé, que sa parole peut être déformée et qu’il peut même en devenir prisonnierPuisse la lumière d’Outreau éclairer et inspirer notre législateur !". On dirait une incantation en loge mais passons sur la forme, et pour le fond renvoyons à quelques-uns des articles de ce blog, rédigés d'après, entre autre, le dossier judiciaire: , , ou encore .

 

-----------------------------

A cause de toute cette propagande, les gens se croient autorisés à citer l’affaire d’Outreau comme l’exemple même du « fiasco judiciaire », des « fragilités des procédures judiciaires », voir même de l’inutilité des juges d’instruction, que sarkoléon voulait faire sauter, et on comprend mieux pourquoi aujourd’hui. On constate en tout cas que depuis 2016, AUCUN article de média commercial n'évoque l'affaire dite d'Outreau pour rappeler l'existence de ces 12 victimes. Et bien-sûr aucun ne se demande comment on obtient dans cette affaire 12 victimes, dont certaines reconnues victimes de proxénétisme, avec seulement deux couples dépendants des allocations au rang des "coupables".

Bref, la réécriture de l'histoire est manifeste, et le duponpon est en première ligne pour répandre sa version de l'affaire. Vision qui n'est autre, rappelons-le, que celle d'un avocat de la défense.

Posté par Ceri à 20:05 - - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

07 juin 2018

USA: un camp étrange soupçonné d'héberger des abus sexuels de mineurs

Entrée du bunker souterrain

Un groupe de vétérans US déclare avoir trouvé en Arizona un "camp de trafic sexuel d'enfants". Des films circulent sur le web, montrant ce qui est décrit comme le camp où des enfants seraient en transit et même abusés. En effet ledit "campement" semble très étrange, et on se demande vraiment si cette affaire "est du lard ou du cochon".

 

Une première vidéo a été mise en ligne il y a une semaine par le groupe "Veterans on Patrol" (vétérans en patrouille, qui viennent en aide aux sans-abri), dans laquelle on voit l'équipe de vétérans, de nuit, dans ce qui ressemble à un tunnel, puis montrer une sorte de cabane avec des jouets d'enfants à l'intérieur, et des objets appartenant à des enfants, trainant à terre au milieu des bois.

 

Du sceptiscisme à l'interrogation

Ils situent le lieu près d'une ancienne usine de ciment à Tucson, en Arizona. Une autre vidéo, prise de jour, montre ce camp qui à première vue ressemble à un camp de migrants qui ont pu rester là quelques jours et seraient partis précipitemment, laissant les jouets des enfants derrière eux. 

Il y a aussi un campement de personnes sans abri pas très loin, donc a priori on se dit qu'il est possible qu'une famille ait pu rester là quelque temps. Mais on voit dans les reportages sur le site qu'il y a bien des sortes de caches, un peu comme celle de dutroux mais pas en béton ou en pierre, de toute petite dimension, avec dedeans des objets qui ont forcément appartenu à des enfants. 

Plus loin, il y a une zone plus sordide avec des arbes qui, à la première impression, ont du servir à attacher des gens. Bref, si l'on est forcément sceptique en voyant cela, on est obligé de constater que l'endroit est des plus étranges. 

Depuis une semaine, plusieurs chaines de télé locales se sont rendues sur les lieux, et ont pu montrer le caractère particulièrement glauque de l'endroit. Les vétérans ont lancé leur page facebook le 29 mai pour dénoncer l'affaire. On y trouve quelques photos du site.

 

Child Trafficking Camp Found in Arizona by Veterans on Patrol

Des flics de Tucson se sont rendus sur place et ont conclu qu'il n'y a pas de preuve que le "bunker" souterrain ait, comme l'affirment les vétérans, été un lieu où on retenait des enfants ni qu'il y ait eu un quelconque trafic dans ce camp. Pourtant, selon les vétérans il y avait des vêtements et des jouets d'enfants dedans, et il est clair que l'entrée ne laisse passer que des enfants ou des adultes assez fins. Selon les forces de l'ordre, ce campement est juste un campement de SDF. 

Des revues pornos et du lubrifiant, ainsi que quelques douilles, ont été retrouvés sur place également par les vétérans. Il y a aussi un poteau servant à la toiture d'une cabane, sur lequel le prénom "Maddie" est gravé en gros.

Les types des Veterans on Patrol disent qu'ils ont l'habitude des campements de gens sans-abris, mais que celui-là n'a rien à voir et que des enfants y sont bien restés : "Il y avait une prison improvisée et, à cause des objets qui s'y trouvaient, cela ressemblait à une prison improvisée pour les enfants. De tout ce que j'ai vu, je ne pouvais pas imaginer que ce site soit autre chose que ce que nous pensons être - c'est un camp de trafic sexuel d'enfants."

D'après le Daily Mail, l'équipe des vétérans a demande à un documentariste de venir sur place, et il a dit en être revenu choqué, qualifiant ce qu'il a vu d' "inhumain".

 

De la mesure dans l'appréciation des faits

4CF089E700000578-5808359-image-a-29_1528210952559

Ce qui est encore plus inquiétant, ce sont ces arbres sur lesquels sont installés des liens, des objets métalliques dont je ne vois pas bien l'utilité mais qui ne sont pas rassurants, bref, des "arbres de la torture", comme disent ceux qui ont filmé ce camp.

Bon, là on commence à s'éloigner du camp de transit de migrants mexicains, ou même du simple campement d'une famille à la rue. 

Là, on nous explique que les flics "ont collecté des preuves", donc on se dit qu'on finira par trouver de l'ADN, restera à savoir à qui il appartient. Mais les autorités pourront aussi nous dire qu'il n'y avait aucune trace de rien (les paris sont ouverts, je penche pour la 2e).

En tout cas on ne peut que l'espérer, parce que le camp a été démantelé le 2 juin, apparemment. Donc il ne reste quasiment plus de preuve. Alors qu'en fait, le temps de vérifier les choses, il aurait été plus logique d'installer un périmètre de sécurité sur la zone le temps de mener toutes les analyses. 

Déjà, un porte parole des flics explique aux médias que "Sur la base de l'enquête du département à ce stade, il n'y a aucune indication que ce camp est utilisé pour tout type d'activité criminelle, y compris la traite des êtres humains".

Les vétérans disent qu'ils ont retrouvé des brosses à cheveux avec des cheveux blonds dessus.

Le jeudi 7 juin, un travailleur de ranch a appelé la police après avoir retrouvé un crâne et un corps d'enfants dans la zone. Toutefois, beaucoup de migrants décèdent de la chaleur et de la soif dans ce désert, surtout en été, et les enfants n'y échappent pas. Ce crâne n'est donc pas forcément lié à un trafic sexuel d'enfants.

Le site en question se trouve à moins de 3 km de l'aéroport international de Tucson, à 500 mètres d'un cimetière et 1 km d'une église catholique. Il semble que le coin serait assez chaud, avec pas mal de trafic de drogue notamment. 

 

2018-06-06 22_38_44-Google Maps - Copie

 

Selon eux, la zone précise du campement est là:

4CF0714500000578-5808333-The_camp_is_located_near_an_abandoned_cement_factory_around_seve-a-3_1528214230870

Je prends beaucoup de pincettes avec cette affaire, parce que venant des US, on a une quantité impressionnante d'infos complètement bidons, dont des sites comme New youswire ou quelque chose comme ça sont devenus des spécialistes, en premier lieu sur les questions de réseaux pédophiles. 

Donc, je me méfie a priori. En l'occurrence, le site semble bien réel, les éléments retrouvés sur place auraient pu être déposés par les vétérans, mais cela m'étonnerait. Il y en a trop, le truc est trop bizarre, une mise en scène pareillle est possible et il faut l'envisager, mais cela serait assez énorme.

En tout cas, la fille Clinton et un certain nombre de médias crient déjà au "Pizzagate", ce qui signifie pour eux que c'est déjà une affaire bidon, et qu'on ne devrait pas en parler. La chasse aux pseudo "fake news" est donc réouverte accompagnée de ses traditionnels recadrages "pédagogiques" des masses, mais c'est à mon avis bien trop tôt pour être honnête.

Selon moi, il faudrait quand-même attendre au minimum deux ou trois semaines, histoire de faire mine qu'il y a eu une forme d'enquête, qu'on a fait deux ou trois relevés sur les lieux et interrogé quelques riverains, au cas où...

Mais de tout cela, il n'est apparemment pas question.

 

 -----------------------------

 

Encore une fois l'affaire est  à suivre. Vu la position a priori des autorités, il y a peu de chances qu'une enquête sérieuse sera menée, et je ne pense pas à des suites judiciaires non plus.

Certains relient cette histoire à d'autres, cela reste à voir. On entend du "pizzagate" à toutes les sauces et pour moi il est clair qu'on cherche à nous envoyer sur de mauvaises pistes, en réalité pas de pistes du tout.

 

D'autres vidéos du site:

AGAIN !!!!KOLD 13 News Report U S VETERANS ON PATROL NEWS FIND TUNNELS CH-LD TR-FF-CK-NG