Une brève, pour revenir sur le 1er discours d'Herman Van Rompuy, le 1er président de l'Europe. On seperspective_europe_613215 rappelle qu'il a passé un "oral" devant une délégation du Bilderberg venue l'interroger à Bruxelles, moins d'une semaine avant sa nomination. Que les bilderbergers inquiets de sa nomination se rassurent: Van Rompuy a immédiatement tenu un langage apte à rassurer les plus sceptiques.


Son discours montre en effet qu'il a bien l'intention de se tenir dans la ligne du Bilderberg et des autres groupuscules mondialistes. C'est-à-dire avancer à pas forcés vers un super "gouvernement mondial" qui est tellement génial n'est-ce-pas.

Dans le texte, ça donne (après tout le baratin européaniste traditionnel): "2009 est aussi la première année de la gouvernance mondiale avec l’instauration du G20 en pleine crise financière. La conférence climat de Copenhague est une autre étape dans la gestion mondiale de notre planète. Notre mission est une mission d’espoir, soutenue par des actes et par l’action".

Plus loin, au cas où on aurait encore cru que l'avis des peuples avait un intérêt quelconque pour nos élites européennes et que le fait qu'on se soit assis sur le vote des peuples n'est pas une gloire, Van Rompuy précise que "Le débat institutionnel est clos pour une longue période. Je souhaite faire fonctionner ce cadre et ces règles librement choisies par tous nos gouvernements. Je le ferai en concertation permanente avec le Président de la Commission et du Parlement européen dans un souci constant d’équilibre entre les Institutions".

Et puis, il y a évidemment la question de l'élargissement ad vitam eternam de l'Europe. jusqu'à tous "les pays qui bien sûr remplissent les conditions". Van Rompuy explique ainsi que "Ce monde n’a d’avenir sans un grand nombre de nos valeurs. D’ailleurs, j’espère que notre Union s’élargira encore les prochains 2 ans et demi à des pays qui bien sûr remplissent les conditions".

Le pote de Van Rompuy, Etienne Davignon, qu'il a croisé notamment au Crown's Council qui réunit l'élite Belge, autour du Roi, est le pilier du Bilderberg depuis des dizaines d'années. Il en est en effet le directeur depuis au moins vingt ans, et a donc participé à l'audition de van Rompuy avant sa nomination.
Et Davignon, a innocemment expliqué au journal EU Observer, en mars 2009,  que le Bilderberg, qu'il met au même plan que le très officiel G20, "a aidé à créer l'euro dans les années 1990".

Encore une phrase qui semble anodine, mais qui de fait fait sortir du bois la réunion du Bilderberg, qui se voulait ultra secrète jusqu'à ce que le secret s'évente et que certains journalistes commencent à en parler. alors le Bilderberg contre attaque, en tentant d'apparaître comme légitime, puisque de fait, il existe depuis longtemps et a construit l'Europe. Reste que le Bilderberg n'a aucune légitimité, et ses décisions non plus.