outreau_le_mondeRevenons brièvement sur les derniers développements de l'affaire Outreau. L'affaire en question s'est conclue en 2005 à la cour d'appel de Paris, par la reconnaissance de 12 enfants comme victimes, et par la condamnation de quatre adultes, notamment pour proxénétisme. Rappelons que tous vivaient officiellement des allocations sociales. Bref, huit ans plus tard, les enfants ont grandi, certains sont majeurs. Et ils réclament toujours la vérité.

 

Chérif Delay, puisque les médias alignés ne se sont pas gênés pour donner son nom, est allé récemment déclarer à la police qu'il avait été obligé de commettre un meurtre, celui d'une fillette. C'est à Jacques Thomet, le seul journaliste à avoir eu le courage (ou la folie?) de se battre pour rétablir la vérité dans cette affaire, qu'on doit cette information, pillée ensuite par les médias nationaux.

Thomet explique: " L’un des douze enfants violés à Outreau, reconnus comme victimes par les Assises de 2004 et 2005 (Saint-Omer puis Paris) et indemnisés par l’Etat, a affirmé en septembre dernier, devant la gendarmerie de son ressort, avoir été obligé à l’époque, sous les menaces de mort de trois des adultes accusés par la suite de viol, de tuer une fillette à coups de bèche.

J’ai obtenu la confirmation de sa déposition, contenue dans un procès-verbal relayé au procureur local, auprès de hautes sources judiciaires.

Depuis sa confession, aucune information judiciaire n’a été ouverte pour relancer l’enquête sur Outreau, alors qu’il s’agit d’un fait nouveau : un crime de sang. C’est ce silence de plus de trois mois qui a motivé ma décision".

On a donc compris que suite à cette déclaration de Chérif, puisqu'il s'agit de lui, merci les médias alignés de l'avoir balancé, eh bien la justice n'a pas remué le petit doigt. C'est seulement suite à l'article publié par Jacques Thomet le 28 décembre que lentement, on s'est dit du côté des robes noires qu'il faudrait peut-être se remuer un peu. Ce crime n'avait jamais été révélé, et constituait donc un "fait nouveau" censé faire rouvrir l'enquête. A moins que dans "la-france-Etat-de-droit", les crimes contre les enfants ne restent impunis?

"Ils m'ont tenu les bras et les pieds, m'ont mis une bèche dans les mains, et m'ont ordonné de frapper. Je ne pouvais pas. Ils m'ont dit c'est elle ou c'est toi", aurait expliqué Chérif, selon une source proche de l'enquête. Voilà dans quelles circonstances ce gamin d'Outreau a été obligé de tuer une petite fille.

Dans ses propos, Chérif implique certains des acquittés.

phpThumb_generated_thumbnailOn sera donc ravis d'apprendre que début janvier, la "Justice" a décidé d'ouvrir une enquête sur ce meurtre. C'est donc qu'il y a dans ces déclarations des éléments suffisemment sérieux pour que l'on s'y intéresse. Si les médias alignés présentent encore Chérif comme un mythomane (alors que la justice l'a reconnu en tant que victime), ce n'est pas le cas des magistrats qui ont demandé ces vérifications.

Le même Chérif Delay a publié en 2011 son livre "Je suis debout", dans lequel il évoque plusieurs agresseurs qu'il a identifiés et qui ont été blanchis, ou même pas poursuivis.

Non, dans l'affaire Outreau, il n'y a pas que quatre coupables. Il n'y a pas que 12 victimes non plus.

 

Les autres meurtres de l'affaire Outreau

Ce meurtre n'est hélas pas le seul. On se souvient qu'un des acquittés, Daniel Legrand fils pour ne pas le nommer, a écrit au juge pour raconter le meurtre d'une petite fille belge, commis par Thierry Delay en présence de Badaoui, de l'homme qui avait amené la petite fille de Belgique, de Mourmand (autre acquitté), et de Daniel Legrand, donc. Il a ensuite tout répété de manière circonstanciée au juge Burgaud, puis à un psy qui l'examinait.

Ces propos ont été confirmés par Badaoui et par deux témoins. L'enchainement des faits est décrit de la même manière, en gros Delay a violé la fillette, qui pleurait, alors il l'a frappée jusqu'à la tuer. Tous les témoins de cette scène la racontent de la même manière alors qu'ils ne sont certainement pas concertés pour répéter.

Mais, une des enfants Lavier a aussi parlé d'un meurtre d'enfant.

Et il est aussi question du meurtre d'un bébé.

Jacques Thomet, lui, compte cinq meurtres qui ont été dénoncés dans l'affaire Ouutreau. Et il évoque six disparitions d'enfants à Outreau listées par Interpol au moment des partouzes de la tour du Renard, le quartier où vivaient les coupables et les acquittés.


On pourrait en dire bien plus et donner bien plus d'éléments, mais nous n'avons pas, comme Florence Aubenas qui a écrit un livre à charge contre les victimes avant le procès en appel, le privilège d'être exemptés de l'accusation de recel de documents. Mais elle n'a eu que les documents filés par les avocats des acquittés, et certainement les dizaines de PV d'enfants, qui racontent souvent les pires sévices, à Outreau et en Belgique.

Pour illustrer mon propos, on se rappelle qu'il y a un an, les Lavier comparaissaient pour avoir tourné des vidéos à caractère sexuel en présence d'enfants mineurs, et pour des maltraitances. Bizarrement, seules les maltraitances avaient été retenues, à l'issue d'un procès aberrant, un de plus dans cette affaire. Et des acuqittés ont eu d'autres démêlés avec la justice, concernant des histoires d'agressions sexuelles sur mineurs. Mais chut, c'est resté secret, faudrait surtout pas remettre en cause la vérité judiciaire.

Mais, le livre de Jacques Thomet sur 'laffaire, qui devra être édulcoré par rapport à ce qu'il aurait aimé dire, sera déjà une bombe. Mais hélas en france-Etat-de-droit, on n'a pas le droit de remettre en cause la vérité judiciaire. On n'a pas le droit de dire que les acquittés sont coupables, même si les acquittés, eux, ont le droit de dire que les enfants victimes sont des menteurs. Le curé Dominique Wiel fait même des tournées dans les écoles pour répéter ce qu'il avait aussi écrit dans son bouquin. Ben oui, les enfants qui l'accusent sont forcément des menteurs, n'est-ce-pas?

Affaire à suivre, je sens que ça va tanguer...

 

Les rares sources fiables sur Outreau:

Jacques Thomet

Caprouille

Marie-Christine Gryson

Valandre 78

Jacques Cuvillier