19511595_1528709027180270_2351769438013153055_n

Un peu en retard, je vous souhaite une bonne année 2018. Ceci dit, cette année sera une année de combat, et cela sur tous les fronts. Nous sommes aujourd'hui dirigés par une bande lobbyistes sans culture, qui croient dans les théories économies traditionnelles comme des enfants croient au Père Noël, et qui ne voient pas qu'en réalité, c'est vers le totalitarisme qu'ils nous mènent. Quant au micron, on l'a vu il n'est que l'instrument du Medef, des multinationales, des financiers. Il fera ce pour quoi il a été mis en place, financé, adulé dans des médias subventionnés.

 

Je vais tenter dans cet article qui sera mis à jour au fil de l'eau de suivre les régressions, sociales et économiques surtout, que micron1er et sa clique vont nous imposer. Histoire de garder une trace écrite, qu'on ne s'étonne pas quand, dans quatre ans, on se retrouvera dans un cloaque géant. Quand la précarité absolue sera la norme, et que nos élus assumeront sans complexe de n'être là que pour favoriser la caste des puissants.

Au titre de mes voeux pour 2018, je vous souhaite évidemment le meilleur, mais je vous souhaite surtout d'être combatifs et solidaire. 

De ne pas vous laisser influencer par la propagande, qui pousse à l'abrutissement, au manichéisme, à la paresse intellectuelle. Autant d'armes utilisées contre les peuples, depuis des siècles, et avec une terrible efficacité. 

Je l'ai déjà dit et je continuerai à le dire: il faut se réveiller, sortir de la léthargie dans laquelle on nous plonge depuis l'école maternelle, comprendre et enfin agir. Surtout ceux qui ont des enfants, d'ailleurs, car le monde qui les attend est pire que celui qu'on connait aujourd'hui, et cela absolument sur tous les plans. C'est donc à notre génération de se battre, maintenant.

Il ne devrait pas être bien compliqué de trouver un combat crucial à mener: vaccins obligatoires, appauvrissement des pauvres, enrichissement des riches, volonté de destruction de l'alternative à Notre-Dame-des-Landes, attaques contre la liberté d'expression, destruction de la protection sociale, destruction du syndicalisme (qui certes est moribond, parce que les leaders ont tout laissé passer), élections dignes d'une République bananière, politique environnementale nulle, GPA...

Depuis quelques années, nombreux sont ceux qui ouvrent les yeux. Qui cherchent à comprendre et qui comprennent, tant bien que mal, entre propagande médiatique et officielle, sites fachos et orientés, fake news (issues essentiellement de la droite US). Cela iqnuiète la micronie et les autres gouvernements aussi, qui ont comme priorité depuis un an environ de contrôler et restreindre la diffusion des informations qui ne leur conviennent pas. On aura l'occasion d'y revenir dans cette chronique.

Bref, pour 2018 restez vigilantes et  vigilants, parlez autour de vous, organisez vous.

 

"Le nazisme d’Hitler, et le fascisme en général, sont une manifestation du capitalisme - et le capitalisme pourrait très bien engendrer à nouveau des formes de fascisme"

   

                                                                                                                                    Jacques Pauwels, "Big business et Hitler".

 

Les chroniques de Micronie:

  • 118677038_o

    Le 1er janvier: ça y est, les bébés doivent recevoir 11 vaccins, avec les rappels, si les parents veulent les mettre à la crèche ou à l'école. Tous les médias commerciaux ne cessent de nous servir la propagande habituelle, comme quoi les vaccins sont sûrs ("aucune étude" ne montre de lien entre les maladies des victimes et les vaccins, évidemment [1]), qu'en fait il y a très peu d'effets secondaires, que ça sauve des vies, et que vraiment, les français sont trop rétifs et complotistes (cf. pseudo sondage du 08/01 comme quoi les français croient à n'importe quelle théorie du complot). Cette propagande ne fonctionne pas, les gens ne veulent pas des vaccins à l'aluminimum, et il ne veulent pas que l'Etat les oblige à vacciner au-delà du raisonnable.

Il faut dire qu'une semaine plus tôt, le Canard enchaîné annonçait les grandes lignes des sanctions envisagées, suite à quoi un autre obscur député LREM a déclaré : "Il faut une pénalisation plus importante" des chômeurs, ajoutant que "Nous sommes dans une situation de profonde mutation économique. Nous avons été élus, et Emmanuel Macron a été élu, pour transformer économiquement aussi le pays. Et dans cette politique, nous avons toujours dit qu'il y aurait des efforts à faire pour l'ensemvble des Français, il y aurait des droits et des devoirs". Sauf que, comme on l'a vu, ce sont toujours les mêmes qui paient, c'est-à-dire les classes moyennes et populaires.

  • Le 5 janvier: micron veut aussi une loi sur les "fake news" en période électorale. Au sujet de la notion aberrante de "fake news", voir mon article "Les fake news, ou le procès en sorcellerie du XXIe siècle". Car micron ose se plaindre d'avoir été victime de fausses informations sur les réseaux sociaux pendant la campagne. Sans blague? Certes, les réseaux sociaux ne lui ont pas léché le c.. pendant des mois, oubliant, comme les médias commerciaux classiques, de parler des assistants parlementaires du Modem, de l'illégalité de sa candidature, de l'excès de buzz médiatique autour de ce pantin et j'en passe. Ca lui plait pas, ça, au micron.

118690285_o

Pourtant, la censure bat son plein en france: "Plus de 30.000 comptes français diffusant de fausses informations ont été supprimés durant la campagne pour les élections présidentielles et législatives, selon le géant internet", nous apprennent Les Echos [2]. Et cela, sans les "lois" de censure que prévoit le roitelet de l'Elysée. J'apprécierais de savoir QUI décide si une info est bidon ou pas, puisque cela ne pasee PAS par des décisions de justice. Reviendrait-on à la censure de l'Ancien Régime?

En 2015 la france était championne mondiale des contenus facebook supprimés, avec près de 38.000 pages supprimées à la demande du gouvernement. L'Inde (plus d'1 milliard d'habitants)  arrivait 2e avec 30.000 contenus supprimés. Turquie 3e avec 6.500 contenus supprimés. Et qui va donner des leçons de démocratie au monde entier?

En 2016, la france a demandé la suppression de 1.430 comptes Twitter (la france est 2e derrière la Turquie cette fois).

En 2017, les médias nous ont dit que facebook avait supprimé 30.000 "faux comptes", soi-disant liés à la Russie, mais qui avaient surtout une fâcheuse tendance à critiquer le futur roi soleil. En réalité, Facebook a admis avoir supprimé 70.000 comptes facebook pendant la campagne électorale. 

Avec sa nouvelle loi, micron veut donc aller plus loin. Mais il reste flou: "En cas de propagation d'une fausse nouvelle, cette législation permettrait, selon le président de la République, "de saisir le juge dans une action en référé, pour faire supprimer le contenu, déréférencer le site, fermer le compte utilisateur concerné, voire bloquer l'accès au site internet". Quel intérêt puisqu'ils le font déjà sans décision d'un juge? Même pour le déréférencement: tapez par exemple "donde vamos" sur Google, regardez les résultats, puis essayez "donde vamos" et "pédophilie" ou "pédocriminalité" ou "réseaux pédophiles". Eh bien vous ne verrez plus rien car on a déréférencé ces mots-clés. Je ne sais pas qui ni pourquoi, mais ça date d'il y a au moins 2 ou 3 ans.

On va quand-même avoir un problème parce qu'à un moment il faudra bien définir ce qu'est une "fake news", ce qui promet des débats animés. On ose espérer que ce ne seront pas micron et sa clique qui seront les seuls à décréter ce qu'est une vraie info et une fausse info. Question bête: quand l'Etat annonce aux citoyens que le nuage de Tchernobyl s'est arrêté à la frontière, c'est quoi? Parce que dans le délire actuel, toute info officielle est considérée d'emblée comme vrai, et toute contestation de cette parole officielle est considérée comme de la "fake news".

 

Micron veut que ce nouveau caprice soit applicable pour la campagne des européennes, en juin 2019.

A regarder: comment l'austérité imposée en Grèce par l'Europe et le FMI ressemble aux "réformes" micron:

 

Comment la France va subir le même sort que la Grèce: Troïka inside

 

 JANVIER 2018

  • 11 janvier : où l'on apprend que finalement, la taxe d'habitation ne va pas disparaître, elle sera seulement transformée en un autre impôt. Mais, "plus juste" celui-là! Remarquez, c'était une évidence qu'il allait falloir compenser cette taxe, qui profitait aux collectivités, dont micron et ses amis réduisent les moyens. "« Il faut parler de réforme fiscale et d'impôt plus juste », a ainsi déclaré la ministre lors de l'émission Questions d'info LCP-Franceinfo-Le Monde-AFP. La disparition de la taxe d'habitation étant prévue sur trois ans, « il y aura bien évidemment besoin de ressources pour les collectivités locales ».
  • 118772320_o

    12 janvier : toujours occupé à contrôler au maximum les médias et la parole contracditoire, micron 1er planche aussi sur une nouvelle mouture du temps d'accès aux médias, dans le cadre des campagnes électorales. Il vise la durée des spots de campagne. Les européennes se profilent, et si le plan actuel est maintenu, le grand gagnant sera évidement le parti de micron, et les Insoumis seraient même quasiment effacés des ondes.  L'hebdo Marianne a fait le compte: " Selon nos calculs, LREM, allié au MoDem, passerait ainsi de 20 minutes à… 51 minutes de temps de propagande dans l’audiovisuel public. Soit une augmentation de temps de propagande de 155%, grâce à leurs 382 parlementaires. La bonne affaire ! Les Républicains passeraient eux de 20 à 32 minutes d’antenne. Jean-Luc Mélenchon devrait en revanche hurler : avec cette réforme, le temps d’antenne des Insoumis via ces spots passerait de 20 minutes… à 2 minutes. Maigre consolation, la future loi prévoit d’octroyer 2 minutes supplémentaires… pour toutes les listes".

Ledit budget contient "des mesures fiscales et budgétaires générant de multiples transferts au sein de l'économie. Ces transferts sont marqués par le choix de la réduction de la fiscalité du capital, de la poursuite de la baisse de la fiscalité des entreprises et de la hausse de la fiscalité indirecte". Je rappelle que la "fiscalité indirecte", c'est en premier lieu la TVA, mais aussi les taxes sur l'essence, le tabac, les véhicules polluants... En gros, la suppression de l'ISF pour les spéculateurs et la baisse accrue des taxtes sur les entreprises, avec en parallèle une baisse des cotisations sociales (salaires indirects) et une augmentation de la fiscalité indirecte, donc, revient à transférer de l'argent de la poche des classes moyennes et populaires, pour le mettre dans celle des plus riches, qui en outre ne produisent rien en spéculant. On sait même aujourd'hui que la spéculation nuit à l'économie.

Mieux encore: toujours selon l'OFCE, cette politique budgétaire amènera une baisse du PIB de 0,2 % en 2018 et 0,1 % en 2019, mais les mesures prises par flamby permettront de ne pas avoir de croissance négative, c'est-à-dire un début de récession.

118796644

 

 

 

Poursuivons la lecture de ce rapport, qui confirme ce que je disais dans l'article précédent sur l'impact des "réformes" de micron 1er: "En ce qui concerne l’impact redistributif des mesures nouvelles pour les ménages, celles-ci devraient être en 2018 largement au bénéfice des 2 % de ménages du haut de la distribution qui sont ceux qui détiennent le capital mobilier le plus important. A contrario, pour les ménages du bas de la distribution, les revalorisations en fin d’année des minimas sociaux ne compenseront pas le relèvement de la fiscalité indirecte pour les ménages qui le subissent.". 

Quant aux autres, "Pour les "classes moyennes", ces mesures devraient avoir un impact net nul. Enfin, Les ménages situés au-dessus des "classes moyennes" mais en-dessous des 2 % les plus aisés verraient eux leur niveau de vie se réduire sous l'effet des mesures nouvelles".

Bref, alors que depuis des siècles, on s'attache à redistribuer l'argent au bénéfice des plus pauvres, c'est-à-dire ceux qui en ont besoin, micron 1er n'hésite pas à faire l'inverse, et cela de manière ostensible (car le processus est en cours depuis les années 80, mais par petites touches).

Mais, micron ne s'arrête pas là : il réduit aussi les dépenses publiques, en baissant le nombre de fonctionnaires, mais aussi les budgets de la santé, de l'environnement, des collectivités locales... Et tout cela va plomber encore un peu plus le PIB (et sans "croissance", pas de création d'emplois) :  "les mesures structurelles visant à réduire les dépenses publiques (hors investissement public) seraient un frein à la croissance. En 2018, elles représenteraient -0,4 point de PIB, sous l’effet principalement de la contraction de la masse salariale non marchande (principalement la réduction du nombre des emplois aidés et le gel de l’indice de la fonction publique) et de la réduction de certains transferts sociaux en nature et des prestations sociales (politique du logement principalement)"

En gros, micron joue aux vases communicants, prenant par-ci pour mettre par-là afin d'équilibrer les comptes. Mais au final, les cadeaux sont pour les riches (notamment avec les 3 milliards liés à ka suppression de l'ISF chaque année) et les entreprises, au détriment des autres.

  • 118852233_o

    21 janvier : Micron et Merkel veulent "renforcer la coopération franco allemande". Comprendre: aligner le droit du travail français sur le droit du travail allemand, avec ses jobs à 1 euro de l'heure (et même à 80 centimes pour les réfugiés [3]). Officiellement, il s'agit de pousser vers une "Europe prospère" (sic.), en définissant des "des positions communes sur les questions européennes et internationales majeures". Aïe. 
  • 21 janvier : amusant, ce titre du Figaro, fan du micron: "Première baisse de popularité de macron depuis octobre". Deux choses: il baisse, donc. Mais c'est la "Première fois", mais seulement depuis octobre, donc. Et on oublie de rappeler qu'il est parti de tellement bas qu'il eut été difficile de baisser encore. Il a d'ailleurs été élu avec le moins d'électeurs de toute la 5e République, ce qui n'est pas rien. Il a même fait moins que flamby, avec 8,5 millions de voix au premier tour, soit 1,7 million de moins que son prédécesseur en 2012.

Toutefois, il est interpellant de lire que la moitié des français ont une opinion favorable de micron et son sbire Philippe : où sont-ils ? Qui sont ces gens ? Comment s'informent-ils ? Trouvent-il un intérêt personnel dans cette politique ?

  • 22 janvier: grand raout à huis-clos de micron 1er à ... Versailles, devant 140 PDG de multinationales. L'objectif était de vanter les mérites de ses réformes, qui feraient de la france un pays super compétitif dans lequel il faut investir. Devinez combien de créations d'emploi ont promis ces patrons, malgré une destruction quasi totale du code du travail et un pilonnage des acquis sociaux ? 2.200. Et 3 milliards d'investissements

 

FEVRIER 2018

  • 119013157_o

    2 février : nouvelle annonce de micron 1er avec la suppression de 120.000 postes de fonctionnaires, avec des incitations à quitter la fonction publique pour le privé. Ce truc ne peut pas marcher vu la situation du marché de l'emploi dans le privé: les fonctionnaires n'ont rien à y gagner. Sauf dans les métiers les plus tendus... et encore : Il fera comment, si 30.000 infirmières, 20.000 profs, 10.000 flics, ou même 1.000 greffiers ou magistrats épuisés décident de se tirer? 
  • 4 février: un article intéressant sur les réseaux de micron, dans Challenges. L'article évoque un petit comité, "Cap 22", qui planche sur les réductions de budget de la fonction publique et le dépeçage de la bête. Dans ce groupuscule, 34 "personnalités" aux profils de jeunes cadres dynamiques à l'ultralibéralisme décomplexé., généralement fans inconditionnels du roitelet de l'Elysée. L'un d'eux est l'increvable Jean Pisani-Ferry [4] ou Laurent Bigorgne qui dirige l'Institut Montaigne, un lobby ultra libéral financé par des banques et autres multinationales, et qui a hébergé le mouvement "En marche" à son domicile en 2016. Bref, n'attendons rien de nouveau avec ce comité, on peut même parier que plus de 80% des propositions auront déjà mentionnées par la "commission pour la libération de la croissance", mise en place sous sarkoléon, et dirigée par Attali qui avait été chercher le futur micron 1er pour l'assister à l'époque.
  • 6 février: la police privée est en route. Selon gérard Collomb, il faut donner à des sociétés privées le pouvoir d' "assurer la sécurité", et même d'être armées et d' "assurer la protection des français", comme nous l'a dit l'autre ab... de Anne Sophie Lapix, une fana des théories ultralibérales, considérées comme des évolutions. En Espagne, un pays au bord de la ruine, les sociétés privées peuvent aujourd'hui procéder à des interpellations. Cela, sans aucun diplome ni concours évidemment. Avec accès à tous les fichiers judiciaires et policiers. Quand l'Etat en est à privatiser un pouvoir régalien comme celui de faire la police, il y a clairement de quoi s'inquiéter. 

On n'en est qu'au début du processus, mais l'Etat commence à préparer l'opinion à accepter l'inacceptable. Ce n'est pas que j'aime la police, loin, loin de là. Il y a trop de débiles dedans. Mais confier à des entreprises privées, qui ont comme seul objectif celui de la rentabilité à court terme, le pouvoir de contrôler la population, puis de la fliquer, de lui tirer dessus, de la réprimer en général (car c'est ce qu'il va se passer) nous garantit des dérives encore bien pires. 

Car évidemment, ce sera la politique du chiffre. Comment évaluer l'action de ces sociétés autrement? Avec du qualitatif? Certainement pas. De plus, le seul but de micron et sa clique est de faire des économies sur le dos des services publics, pour filer leurs 3 ou 4 milliards annuels à ses copains autrefois assujettis à l'ISF...

  • 20 février: on apprend que le micron veut privatiser le rail, suite à un rapport sur le démantèlement du service public du rail, qui préconise les vieilles recettes déjà appliquées à EDF, France Telecom, La Poste, et aujourd'hui la santé: privatisation du rail et du réseau (dont on se demande avec quel argent il pourra être entrenu), fin des lignes non rentables, fin du statut de cheminot... Même si on connaît le désastre de la privatisation du rail en Angleterre vers 1990, on applique les mêmes recettes thatchériennes. Aujourd'hui en Angleterre, les trains sont tellement en retard, le réseau mal entretenu, les salariés ont été tellement licenciés et les prix ont tellement augmenté que les usagers et les salariés restants cherchent à reprendre en main ce qui doit rester un service public, et réclament la renationalisation du rail. Car il faut savoir que même aux mains d'entreprises privées, les contribuables devront continuer à payer pour des trains rarement à l'heure.

Extrait de Bastamag, sur le cas consternant du pays de Thatcher: "Tout récemment, Virgin Trains et le groupe de transport Stagecoach, les deux entreprises privées qui ont obtenu la gestion de l’East coast main line – partie du réseau reliant Londres à Édimbourg en longeant la côte Est – ont annoncé qu’elles abandonneraient leur concession trois ans avant la fin du contrat. Et qu’elles ne payeront pas les redevances qu’elles devaient verser à l’État. Apparemment, la concession n’était pas aussi profitable que ces entreprises l’avaient espéré. Cet abandon représente un manque-à-gagner de plus de 2 milliards de livres (2,25 milliards d’euros) pour le trésor public britannique. Ironie de l’histoire : l’East coast main line a été gérée directement par le gouvernement de 2009 à 2014 suite à la défaillance successive de deux prestataires privés. Elle a été re-privatisée en 2015. Ces événements n’ont pas empêché le ministère britannique des Transports de confier – et sans mise en concurrence – le contrat de concession d’une autre ligne ferroviaire, InterCity west coast, aux deux mêmes entreprises, Virgin et Stagecoach".

 


[1] La Cour de justice de l'Union européenne vient pourtant de reconnaître le lien entre sclérose en plaques et vaccin contre l'hépatite B (qui a été imposé dans les lycées dans les années 90, suite à une vaste campagne de propagande). Sur les effets secondaires des vaccins, moult études et documentaires permettent de se faire une idée, notamment celui-ci, Vaxxed, ou encore "Silence on vaccine". On a aussi trouvé la présence de nano et micro particules de métaux lourds dans 2/3 des vaccins (étude italienne universitaire).

[2] Par ailleurs, "Facebook applique des sanctions financières aux groupes et pages propageant des informations fausses, les privant alors de publicité et vient également d'embaucher 10.000 personnes supplémentaires pour accroître ce contrôle".

[3] C'est parce que l'immigration permet de faire baisser les salaires que le patronat a toujours été favorable à l'arrivée de ces travailleurs moins chers, qui en plus ne revendiquent pas. Le Medef a toujours été un militant  de l'immigration. On peut d'ailleurs s'interroger quand Gattaz dit que "les migrants sont un atout pour la france", alors que de l'autre côté il ne cesse de taper sur les travailleurs pas assez productifs, qu'il décrit en permanence comme des "coûts".

[4] Pisani Ferry, un fan de micron, s'est rendu en 2009 au Bilderberg, et a dirirgé ou été membre de divers groupuscules ultralibéraux et atlantistes.