2019-07-30 20_53_23-Geoffrey Berman, U

L’affaire Epstein, qu’on pensait enterrée, a resurgi ces dernières semaines avec une nouvelle mise en cause parce que sa première condamnation, absolument ridicule, était le fruit d’un accord illégal passé dans le dos des victimes.

Et puis le 9 août, Epstein est retrouvé mort dans sa cellule. Cette nouvelle séquence semblait viser principalement Donald Trump, un vieil ami de partouzes (y compris avec des mineures) d’Epstein. Nous verrons cela dans un dossier en deux parties, dont voilà la première.

 

Comme le dossier est très touffu, il est en deux parties. La première est un état des lieux de la procédure et réseau d'Epstein, la seconde permettra de voir ses connexions avec la finance, les renseignements, le monde du mannequinatn le business des fondations.

 

Qui était Jeffrey Epstein ?

Commençons au début : qui était Epstein ?

esptein années 80

Nous allons d’abord nous limiter à la version officielle. Né en 1953 à Brooklyn, est passé par la Cooper Union pendant deux ans, puis à la New York University de 1971 à 1974 et n’a jamais obtenu de diplôme. Il démarre tout de même, à 21 ans, comme prof dans une école huppée de Manhattan. C’est là qu’il rencontre le père d’une de ses élèves, patron d’une grande banque qui sera à deux doigts de la faillite en 2008 à force d’avoir spéculé sur des produits spéculatifs pourris : Bear Stearns [1]. Il rejoint la banque en 1976 comme gestionnaire de fortune (avec les plus gros clients).

En 1981, il est viré de la banque suite à une suspicion de fraude –déjà [2]- et décide de monter son propre fonds d’investissement, International Assets Group Inc., qui devient J. Epstein & CO et conseille ses clients très riches sur la gestion de l’ensemble de leur patrimoine. Un peu comme Madoff, il avait fixé une limite minimale de 1 million de dollars de patrimoine.

Il devient un VIP de la côte est, rencontre du gratin comme Leslie Wexner, le patron de la marque de sous-vêtements Victorias Secrets qui lui ouvre grand son carnet d’adresses plein de VIP, et gère assez rapidement plus d’un milliard de dollars d’actifs, ce qui est énorme à l’époque. Il prend des participations dans des entreprises, créé des boites dans divers paradis fiscaux.

maxwell trump

En 1992, Epstein rencontre celle qui deviendra sa compagne / rabatteuse / formatrice de recrues Ghislaine Maxwell, une anglaise fille d’un magnat de la presse tabloïd anglaise mort subitement en 1991 après avoir tenté de faire pression sur le Mossad, pour qui il avait toujours travaillé.

En 1998 il achète son île, Saint James, aux ïles Vierges. Il y a construit un petit temple dont il a récemment enlevé le dôme ainsi que les hiboux dorés qui l’ornaient. 

La première plainte pour agression sexuelle intervient en 1996 [3], elle est étouffée. Une autre est déposée l’année suivante, sans suite

En 2000 Epstein créé sa fondation, la Jeffrey Epstein VI Foundation, basée aux Iles Vierges, qui investit principalement dans les sciences (intelligence artificielle, neurosciences, transhumanisme…) et l’éducation.

Ses ennuis judiciaires commencent vraiment en 2005. A ce moment il est au faîte de sa carrière de financier VIP, adulé des médias bien que discret, et incontournable des soirées jet set aussi bien à New York qu’à Palm Beach.

Parmi ses nombreux contacts on peut citer un certain nombre de membres du gratin, notamment financier, comme Clinton, Al Gore, Trump, Edouard De Rothschild, David Rockefeller, Richard Branson le patron de Virgin, Henri Kravis (un des plus gros milliardaires US), Lawrence Summers, président d’Harvard et ex conseiller économique d’Obama, ou des acteurs comme Kevin Spacey, Alec Baldwin ou Chris Tucker.

Il se faisait bien voir de ce petit monde (particulièrement dans la communauté juive, mais pas uniquement) en donnant de l’argent à leurs œuvres de charité ainsi qu'aux campagnes électorales, et en organisant de nombreuses soirées.

 

1er round

maxwell andrew

Une enquête a été ouverte par la police de Palm Beach en 2005 suite à la plainte d’une mineure et de ses parents, pour des viols commis par Epstein à l’occasion d’un des fameux "massages" dont on va beaucoup parler.

Au total, 34 victimes d’Epstein ont été entendues dans le cadre de cette enquête. Aujourd’hui, un avocat qui défend certaines d’entre elles parle de plus d’une cinquantaine de victimes. De fait, selon ses employés de maison, il réclamait 2 à 3 massages par jour, et les filles très jeunes qui venaient pour cela changeaient presque à chaque fois.

Une perquisition est menée en octobre 2005 dans sa villa de Palm Beach, et de nombreuses photos de filles nues, y compris mineures, ainsi que deux caméras cachées et des fils d’un système de vidéosurveillance ont été trouvés. Mais, ses ordinateurs avaient disparu. En 2006 la justice décide de le poursuivre ainsi que deux de ses "assistantes" (d’anciennes victimes devenues rabatteuses [4]).

Et lors de la perquisition à son domicile New-Yorkais, les enquêteurs ont trouvé des dizaines de diamants et "des piles de cash", ainsi qu’un faux passeport : un passeport autrichien datant des années 80 indiquant une domiciliation en Arabie Saoudite, avec sa photo mais un autre nom, donnant comme adresse une résidence en Arabie saoudite. La justice US n’aurait toujours pas déterminé s’il s’agit d’un faux ou bien d’un document délivré par les autorités autrichiennes.

ClintonSpacey

Mais revenons à la procédure. Suite à des pressions de la police de Palm Beach, le FBI ouvre à son tour une enquête autour des faits probables de prostitution de mineures. Des victimes potentielles sont entendues au Nouveau Mexique, à New York et en Floride, trois lieux de domiciliation d’Epstein.

Alors qu’il était mal barré, bizarrement il ne s’est plus rien passé. Une énorme campagne de presse a été menée afin de discréditer les victimes, et en première ligne Virginia Roberts qui avait osé dénoncer publiquement Epstein, mais aussi le prince Andrew et Ghislaine Maxwell, notamment.

Et les avocats d’Epstein (à savoir Kenneth Starr celui qui a failli faire plonger Clinton pour l’affaire "Monica Lewinski", Alan Dershowitz, qui a aussi défendu Harvey Weinstein et dont on va reparler, et un dénommé Lefkowitz) ont négocié en secret un accord avec le procureur de Floride, Alexander Acosta, pour ne retenir que les charges les moins graves.

Alexander Acosa, nommé ministre du travail par Trump, a d’ailleurs dû démissionner fin juillet 2019 suite au 2e round de l’affaire. Suite à cet accord, Epstein n’a pris que 18 mois de prison (et en a fait 13) pour sollicitation de prostitution de mineures.

Le hic, c’est que les victimes n’étaient pas au courant de cet accord. Quand elles n’ont découvert en 2009, elles ont demandé l’annulation de la procédure via une plainte contre le gouvernement, qui s’est retourné contre la décision de justice, si bien que le deuxième round de l’affaire est survenu en juin 2019 : on recommence la procédure, avec de vraies charges.

 

Le 2e round

clinton wedding

Dans cette nouvelle procédure, Epstein n’est plus seul dans la ligne de mire. Les poursuites visent aussi d’autres personnes (non citées à l’heure actuelle) parmi le réseau de rabatteurs qu’il avait mis en place pour lui fournir des mineures où qu’il soit. Et ses pilotes ont été mis examen au sujet du trafic sexuel international auquel se livrait Epstein.

La première de ces rabatteurs était Ghilsaine Maxwell, une VIP anglaise bien insérée sur le côte est [5] (en 2010 elle était présente au mariage de Chelsea Clinton), qui lui a ouvert son carnet d’adresses, très fourni en gratin. Ils se sont rencontrés au plus tard en 1992, et plusieurs victimes la citent dès les années 90 comme étant celle qui les a contactées et introduites auprès d’Epstein, au prétexte de se faire un peu d’argent avec des "massages".

Un autre de ces rabatteurs était Jean-Luc Brunel, patron d’une agence de mannequins, dont on va parler plus bas, même s’il ne semble pas concerné par cette nouvelle procédure.

Epstein a été arrêté le 6 juillet et envoyé en prison. La procédure est partie pour durer environ deux ans.

Et puis, juste après qu’un tribunal ait décidé de publier au moins en partie les 2000 pages de la procédure concernant Maxwell, Epstein a été retrouvé à moitié conscient dans sa cellule fin juillet, probablement victime d’une agression, histoire de le prévenir qu’il vaut mieux ne pas citer ses copains de partouzes, et en premier lieu son ancien pote Donald [6].

Une nouvelle perquisition à son domicile de Manhattan a permis au FBI de mettre la main sur des photos d’adolescentes nues, restées planquées jusque là.

Au vu de ses relations, de ses magouilles fiscales et de l’activité - notamment internationale- de son réseau de "massages", il est clair que beaucoup, à droite comme à gauche, aux Etats-Unis comme en Israël et même en Russie, devaient espérer qu’Epstein la ferme.

Le 12 juillet, 14 femmes supplémentaires accusaient Epstein de les avoir exploitées sexuellement, selon l’avocat Jack Scarole, dont certaines alors qu’elles étaient mineures.

2018-09-09 22_08_00-Jeffrey Epstein with Professor Alan Dershowitz Pictures _ Getty Images

Le 9 août, de nombreux documents liés à la procédure en diffamation entre Virginia Roberts et Ghislaine Maxwell ont été publiés par la justice US. Dedans, les noms de Maxwell et d’autres rabatteuses d’Epstein sont cités ainsi que ceux de plusieurs clients chez lesquels Epstein et Maxwell avaient envoyé l’adolescente pour des relations sexuelles.

Sont ainsi épinglés pour avoir bénéficié de la prostitution de mineures le député démocrate George Mitchell, le politicien démocrate Bill Richardson, ex sénateur du Nouveau Mexique qui avait bénéficié des largesses d’Epstein pour sa campagne, Glenn Dubin (patron d’un fonds d’investissement, dont la femme est une ex d’Epstein)[7], le scientifique et ami d’Epstein Marvin Minsky, le prince Andrew, Alan Dershowitz ou encore Jean-Luc Brunel (évidemment). Elle mentionne d’autres politiciens, notamment un président étranger, dont elle a oublié les noms.

Virginia Roberts est très claire : c’étaient Epstein et Maxwell qui l’envoyaient pour des "massages" chez les nombreux clients de leur réseau. Ensuite, elle devait leur dire quelles étaient leurs préférences sexuelles.

2019-08-11 15_26_20-Jeffrey Epstein has died_ Financier facing sex trafficking charges dies from app

Et le 9 août, le samedi matin, Epstein est retrouvé pendu dans sa cellule. Etonnant, alors qu’il avait été placé sous "surveillance suicide" depuis le précédent événement -mais venait d'en ressortir sans qu'on sache comment, et que la procédure ne faisait que démarrer et qu’il avait de quoi négocier. En outre, il a un profil de pervers et ces gens là ne se suicident pas. La version officielle est celle d’un "suicide apparent", qui en tout cas tombe vraiment à pic. Le procureur général des Etats-Unis, William Barr, a demandé au ministère de la justice d’ouvrir une enquête sur la mort d’Epstein.

En tout cas, le décès fait polémique. Et certains se demandent déjà "à qui profite le "suicide apparent" d'Epstein?  Des politiques demandent des enquêtes, et le FBI ainsi que le ministère de la justice en ont ouverte une. A moins que els complices d'Epstein et -on peut rêver- les clients soient poursuivis, la procédure s'éteint avec la mort d'Epstein. cela arrange en effet pas mal de monde, à gauche comme à droite de l'échiquier politique (on verra cela dans la deuxième partie). 

Mais c'est bien Trump qui était visé par les médias depuis plusieurs semaines, et on se rappelle de la démission d'Alexander Acosta en juillet. Bien que les deux étaient brouillés depuis 2005, leurs liens étaient nombreux et surtout sulfureux. Mais Epstein touchait aussi au monde de la finance off shore, des renseignements, du mannequinat, et finalement il était au centre de divers lieux de pouvoir.*

 

Le carnet d'adresses

A ce stade, il est intéressant d’examiner les connexions diverses d’Epstein. Dans son carnet d’adresses saisi lors de la procédure de 2006 on trouve, par exemple :

  • 2018-09-09 22_03_48-From left, American real estate developer Donald Trump and hisBill CLINTON

  • Henry KISSINGER : conseiller politique conservateur, derrière pas mal de coups d’Etat US en Amérique latine et au Moyen-Orient, aux tendances pédophiles selon Cathy O’Brien et d’autres victimes du programme MK Ultra.
  • Leslie WEXNER : patron de Limited Brand et de la marque de sous-vêtements Victoria Secret. Il a beaucoup investi dans les business d’Epstein. Wrexner a été associé de Charles Bronfman, dont le père Samuel s’était enrichi grâce à la Prohibition et dont les filles sont mêlées à l’histoire de la secte NXIVM.
  • Lawrence SUMMERS : président d’Harvard puis ministre du Budget et conseiller économique d’Obama.
  • Kevin SPACEY : l’a baladé dans son jet, notamment en Afrique lors d’une campagne sur le SIDA.
  • Chris TUCKER : l’a baladé dans son jet en même temps que Spacey.
  • Courtney LOVE, et surtout son copain Dana, certainement Dana GIACHETTO, mort en juin 2016. Il était conseiller financier et avec comme client DI CAPRIO, Cameron DIAZ, Ben AFFLECK. En 1998 il contrôlait 100 millions de dollars d’actifs.
  • Ron BURKLE : l’a baladé dans son jet. Proche de CLINTON même après sa carrière politique. Ont beaucoup trainé ensemble avec EPSTEIN puis se sont brouillés.
  • Mort ZUCKERMAN : Créateur du site Radar 2.0., présent aux soirées d’Epstein avec qui il est brouillé.
  • Glenn DUBIN : a voyagé dans l’avion d’EPSTEIN. Dirige sa société d’investissement, Dubin & Co LP, dans laquelle Epstein a investi.
  • Stephen HAWKING le scientifique, venu aussi sur son ile en mars 2006.
  • Henry KRAVIS : Cofondateur de Kohlberg Kravis Roberts & Co, société d’investissement capitalisée à 16,5 milliards de dollars en octobre 2017.
  • David ROCKEFELLER
  • Edouard DE ROTHSCHILD
  • Evelyn DE ROTHSCHILD
  • Richard BRONSON : patron de Virgin.
  • Peter MANDELSON: politicien travailliste anglais, cité dans plusieurs affaires de pédocriminalité en réseau et dénoncé comme sataniste, devenu commissaire européen et très proche des Rothschild.
  • Donald TRUMP (une dizaine de numéros)
  • Rupert MURDOCH, qui avait financé sa campagne pour les présidentielles en 2016.
  • Alistair MCALPINE : trésorier du parti conservateur anglais sous Thatcher, il a été accusé d’actes pédocriminels et même de meurtres d’enfants et a eu la bonne idée de mourir en décembre 2014, en plein pendant le scandale.
  • George SOROS
  • Paolo ZAMPOLLI, patron d’une agence de mannequins.
  • Geordie GREIG : éditeur du Daily Mail.
  • Prince Salman d’Arabie Saoudite

Zoom sur quelques témoignages de victimes

Il est intéressant de s’arrêter sur les témoignages de quelques-unes de victimes d’Epstein et sa bande, parce qu’ils permettent de bien saisir le fonctionnement de cette bande.

 

Alicia ARDEN

2019-08-11 13_00_00-Jeffrey Epstein prétendait travailler pour Victoria’s Secret afin d’approcher de

Elle est la deuxième, d’après ce qu’on en sait aujourd’hui, à avoir déposé plainte contre Epstein, en 1997. A l’époque elle cherchait à devenir mannequin pour la marque Victoria Secret.

Elle a rencontré Epstein cette année-là en Californie à Santa Monica, alors qu’il se faisait passer pour un recruteur d’agence de mannequin, Victoria Secrets. Il l’a invitée dans une chambre d’hôtel pour une "audition" et faire des photos, et il en a profité pour lui sauter dessus.

Elle a déposé plainte rapidement et n’en a plus jamais entendu parler.

 

Maria FARMER

C'est a priori la première victime à avoir porté plainte, en 1996. A cette époque elle avait 26 ans et sa sœur de 15 ans, et elle affirme que les deux ont été agressées sexuellement par Epstein. Elle a dénoncé les faits en 1996 à la police de New York et au FBI. A priori, elle est aussi la première à avoir parlé d’Epstein au FBI.

Elle a rencontré Epstein et Maxwell en 1995 à une exposition, à l’occasion de laquelle elle lui avait vendu une peinture pour 3.000 $, la moitié du prix parce qu’il lui avait promis de l’aider dans sa carrière. Il l’a rappelée en 1996 sous prétexte de lui proposer un job qu’elle a accepté. Mais il ne s’agissait pas d’art, plutôt d’officier en tant que gouvernante lors des soirées dans son immeuble à New York.

c4d3402c-08d9-4690-a4a5-b3984c182851-bestSizeAvailable

Elle a donc pu observer les allées et venues de mineures parfois en uniforme d’école : "les filles arrivaient dans la maison et étaient guidée au premier étage", explique-t-elle dans sa déposition à la police. Elle déclare qu’Alan Dershowitz est venu de nombreuses fois chez Epstein à New-York, où il était très à l’aise et se déplaçait comme chez lui pendant que des filles de moins de 18 ans attendaient à l’étage.

Le groupe avait montré un intérêt pour sa sœur cadette âgée de 15 ans, Annie, à laquelle il a proposé de payer un apprentissage du massage en Thaïlande.

Elle explique qu’à l’été 1996 Epstein et Maxwell les ont amenées dans son ranch au Nouveau Mexique, et qu’ils ont agressé lors d’un "massage" pour lequel ils ont demandé à Annie de se déshabiller. Elle n’en avait parlé à sa sœur qu’une fois en Thaïlande.

Durant ce même été, Maria explique qu’elle a été violée par Epstein et Maxwell, alors qu’elle séjournait chez Leslie Wexner. Epstein lui avait proposé un job sur un projet artistique dans la propriété de Wexner.

Lors de l’agression, Maria Farmer a tenté de s’enfuir de la propriété de 47 millions de dollars mais les agents de sécurité de Wexner l’en ont empêchée. Elle a été retenue 12 h avant que son père ne puisse venir la chercher.

Après cela Maxwell et Epstein l’ont appelée de nombreuses fois, ils ont même contacté ses clients en tant qu’artiste et des gens du milieu artistique pour ruiner sa carrière. Elle ajoute qu’ils ont réussi, et qu’elle a été mise totalement hors-jeu : « Maxwell et Epstein ont travaillé de concert pour s’assurer que ma carrière et ma vie étaient ruinées ». Elle a dû déménager régulièrement pour tenter de leur échapper.

 

Virginia ROBERTS

Virgina Roberts 01 Epstein EKM

C’est la victime la plus connue, car c’est sa plainte qui a permis d’ouvrir l’enquête de 2005. Elle est victime à la fois d’Epstein, de Dershowitz, de Maxwell (qu’elle a cités dans la procédure) et de leurs « clients ».

Selon ses déclarations à la justice, elle a rencontré Maxwell en 1999 quand elle avait 15 ans. Elle lui a proposé d’aller chez Epstein pour lui montrer comment on fait les massages. Quand elle est arrivée son père a été bloqué à l’entrée et Epstein était nu sur une table de massage et les 2 l’ont forcée à avoir des relations sexuelles avec lui, contre 200 $.

Ils lui ont dit qu’elle voyagerait avec eux et rencontrerait des gens puissants qui pourraient lui trouver un métier bien payé.

Puis Maxwell et Epstein l’ont amenée à New York et lui ont appris les relations sexuelles et l’utilisation de sex toys pendant quelques semaines. "J’étais entrainée à faire tout ce qu’un homme voulait que je fasse" et à capter leurs désirs en un coup d’œil. " Ils m’ont dit de faire attention aux détails de ce que ces hommes voulaient, pour pouvoir leur rapporter ensuite".

Tout de suite, elle a du avoir des relations sexuelles avec Maxwell, et l’a aussi vue avoir des relations sexuelles avec "des douzaines de filles mineures", et qu’elle prenait des photos sexuellement explicites la plupart du temps: "Souvent, elle me faisait dormir avec d’autres filles, certaines très jeunes, pour prendre des photos sexuelles", explique-t-elle. Les photos étaient copiées et conservées dans les ordinateurs des différentes maisons.

Elle a très vite eu peur d’Epstein, sachant qu’il pouvait très bien la tuer ou la faire disparaître impunément. Il lui avait dit qu’il faisait ce qu’il voulait. Elle a pu quitter le réseau à l’été 2002 après qu’Epstein l’ait laissée partir en Thaïlande pour apprendre le massage. En 2014 elle est retournée aux USA et a pris contact avec le FBI.

Elle a été amenée dans ses différentes propriétés à New York, au Nouveau Mexique, en Floride, aux Iles Vierges et à Paris. A tous ces endroits elle a dû avoir des relations sexuelles avec Epstein et avec les types qui le demandaient (et pour lesquels Epstein payait la plupart du temps).

2019-07-09 20_54_27-What Allegedly Went on Inside Jeffrey Epstein's Jet - YouTube - Opera

"Quand j’étais avec lui, Epstein avait des relations sexuelles avec des mineurs quotidiennement", a-t-elle expliqué. Il s’était vanté aurpès d’elle d’avoir couché avec plus de 1.000 filles de chez Brunel.  Les types autour de lui avaient le même penchant. Selon elle, tous ceux qui passaient un peu de temps chez lui ne pouvaient pas ignorer ce qu’il se passait.

Epstein et Maxwell cherchaient des filles pour eux, mais aussi pour leurs amis : "Epstein m’a dit précisément que la raison pour laquelle il faisait cela pour qu’ils lui "soient redevables", qu’ils seraient "dans sa poche" et qu’il aurait "quelque chose d’eux"".

Pour elle, la relation entre Maxwell et Epstein était gagnant – gagnant : elle utilisait son argent et lui utilisait son nom et son carnet d’adresses.

Dershowitz, avocat d’Epstein, était souvent là, restait tranquillement parler avec Epstein quand elle lui faisait des fellations, et Virginia Roberts affirme qu’elle a dû avoir au moins 6 fois des relations sexuelles avec lui. Bref, il participait pleinement aux partouzes de son ami.

Epstein l’a aussi forcée à coucher avec le prince Andrew, trois fois dont l’une lors d’une orgie. Pour sa première relation avec lui en 2001 elle a eu 15.000$. Virginia Roberts évoque les nombreuses filles présentes aux soirées auxquelles elle a assisté, dont beaucoup étaient mineures, et ne parlaient pas anglais.

Quand elle a dénoncé les faits, elle a subi une campagne de dénigrement assez intensive dans la presse, et plusieurs protagonistes comme Maxwell ou Dershowitz l’ont même traitée publiquement de menteuse. Du coup, Elle a levé son anonymat pour se défendre et a entamé des poursuites, qu’elle a gagnées, contre Maxwell et Dershowitz [8]

Dans une déposition, elle évoque un trip de 6 semaines avec Epstein en 2001, où ils sont allés au Maroc, en Angleterre, en France notamment. Partout, il y avait des caméras cachées, comme le lui a expliqué le FBI.

Elle mentionne un séjour de Clinton et de Al Gore et sa femme sur l’ile d’Epstein. Elle dit que le sénateur George Mitchell venait souvent rendre visite à Epstein à son domicile de New York, et qu’ils étaient très proches.

Elle dit aussi qu’elle a rencontré Naomi Campbell lors d’une soirée sur un yacht dans le sud de la France: "C’est une amie de Ghislaine, mais pour moi c’était vraiment une prostituée".

 


Jane Doe 102

Jeffrey-Epsteins-Palm-Beach-mansion-in-Florida

Elle travaillait comme femme de chambre au Club de Mar A Lago, à l’été 1998 quand elle avait 15 ans. Elle a alors été recrutée par Ghislaine Maxwell qui lui a proposé d’apprendre les massages et de gagner de l’argent, et qui vivait et voyageait avec Epstein.

La première fois où elle est allée chez lui, elle a été violée par Epstein et Maxwell. Pendant deux semaines, ils la ramènent chez elle et la reprennent pour des "massages".

Très vite Epstein lui demande de le suivre dans ses voyages pour gagner beaucoup d’argent. Au bout de deux semaines d’abus, elle est emmenée dans son jet à Manhattan. Ils lui ont obtenu un passeport et des documents pour voyager tranquillement.

Elle a voyagé comme ça également à Santa Fe, Los Angeles, San Francisco, Saint Louis, en Europe, dans les Caraïbes, en Afrique. A chaque fois des soirées étaient organisées et des abus sexuels avaient lieu. Des mannequins, célébrités, actrices, et aussi des mineures venues de partout dans le monde étaient présentes.

Elle évoque les trois mineures de 12 ans amenées à Londres pour la partouze d’anniversaire d’Epstein.

 

Pseudonyme Jane Doe 43

2019-07-30 20_57_02-Bill Tompkins_Getty Images The townhouse where the financier Jeffrey

Cette jeune femme explique qu'elle a été recrutée en octobre 2006 par les rabatteurs d’Epstein, et qu'elle est restée sous leur coupe jusqu’en avril 2007, donc à une époque où Epstein était déjà mis en cause et sous le coup de poursuites.

Elle a été recrutée par Natalya Malyshev qui avec Sarah Kellen, Lesley Groff et Maxwell lui ont promis qu’Epstein la ferait entrer au Fashion Institute of Technology à New York. Maxwell a aussi pris soins de préciser qu’ils pouvaient aussi bien ruiner sa carrière si elle les dérangeait.

C’est Maxwell qui lui a expliqué comment procéder pour les "massages" avec Epstein, qui ont eu lieu d'abord à New York puis aux Iles Vierges. C’est Maxwell qui gérait le rôle de chaque fille et le scénario de chaque séance. L’équipe d'Epstein l’a aussi fait voyager par des vols commerciaux pour la prostituer dans différents pays.

En janvier 2007, ils l’ont envoyée en Afrique du Sud d'où elle est originaire, pour recruter des candidates mannequins destinées à devenir assistantes personnelles d’Epstein, mais elle a refusé car elle savait ce qui les attendait réellement.

Epstein et sa bande lui ont alors dit qu’elle ne rentrerait pas aux USA tant qu’elle ne perdait pas 5 kilos. Elle est rentrée en février 2007 et Maxwell lui a immédiatement demandé d’avoir un rapport avec Epstein.

Elle savait que si elle n’obéissait pas ils s’arrangeraient pour ruiner sa vie, comme ils l’avaient déjà fait à d’autres. En mai 2007 elle a quitté les Etats-Unis et n’est plus revenue.

Les rabatteuses

Comme on l'a vu, Epstein avait mis en place un système de rabatteuses qui, comme Ghislaine Maxwell, attiraient des adolescentes dans ses filets. A l'heure actuelle, elles ne sont toujours pas inculpées par la justice et n'ont été entendues que comme témoins. 

 

Adriana ROSS

95024824

Née le 7 octobre 1983 en Pologne, elle s’appelait Adriana Mucinska et est arrivée fin 2002 aux USA. Elle s’est mariée en juillet 2003 et a pris le nom du mari.

Arrivée à la demande d’une agence de mannequins, Elite Models. C’est Duncan Ross, son "mari", qui travaillait et l’a mise en contact avec Elite alors qu’ils étaient en Europe et l’a fait venir. Elle était déjà mannequin, depuis ses 16 ans, vers 98 – 99.

Quand elle est arrivée fin 2002, elle ne se rappelle plus du mois. Elle a passé directement 2 semaines à Miami mais ne se rappelle pas, quand elle est entendue par la justice en 2010, ce qu’elle a fait pendant ces 2 semaines.

A aussi bossé pour ID Models et Michele Pommier.

Elle a poursuivi des études aux USA, obtenu un dipome en 2008 et quitté le mannequinat en 2006.

Elle a refusé de répondre sur quand elle a parlé à Epstein pour la dernière fois, sur ses liens avec lui, sur le fait qu’elle connaissait Maxwell, Keller, Dershowitz, Brunel et sur le fait que des mineures vivent souvent chez lui, sur les transports de filles mineures en avion pour l’agence MC Squared.

On lui demande aussi s’il est vrai qu’elle a assisté à des viols de filles de parfois 12 ans par Epstein, si Marcinkova a eu des rapports sexuels avec lui quand elle était mineure, si Espetin avait des relations sexuelles avec des mineures tous les jours…

 

Nadia MARCINKOVA

marcinkova

Née en 1986 en Slovaquie, elle était mannequin débutante en Yougoslavie quand Epstein l'a ramenée aux Etats-Unis, à l'âge de 14 ou 15 ans, en 2000. Puis, de victime elle est devenue complice d’Epstein. 

Elle a officié pendant plusieurs années en tant qu'"assistante personnelle" d'Epstein, vivait carrément chez lui (la même époque qu'une autre rabatteuse, Sarah Kellen) et a fait des centaines de voyages à bord de ses avions.

Du coup, elle a ramené de nombreuses filles chez lui, elle les formait et participait régulièrement aux faits avec les adolescentes, selon notamment le témoignage de Virginia Roberts. Quand Epstein était en prison elle venue des dizaines de fois lui rendre visite.

Après avoir étudié le design a New York, elle est aujourd'hui pilote d’avions et donne des cours de pilotage. Elle a changé de nom pour Nadia Marcinko.

Elle a été citée dans le dossier dès 2005 comme étant l'une des rabatteuses d'Epstein, mais  n'a jamais voulu répondre aux enquêteurs sur les rôles des uns et des autres, et n'a jamais été inculpée pour sa complicité avec Epstein. On a appris récemment qu'Epstein avait versé de fortes sommes à deux de ses ancien(ne)s complices, et il est probablement que Marcinkova soit l'une des deux.

 

Tiffany X

C'est la rabatteuse de Katie Johnson, cette femme qui a accusé Trump et Epstein de viols commis alors qu'elle avait 13 ans, en 1994 à Manhattan. Tiffany a également témoigné, et pu confirmer le témoignage de Katie Johnson. Mais l'affaire a été conclue par un accord.

Entendue par la police en 2016, elle explique qu’elle a rencontré Epstein en 1990 quand elle avait 22 ans. Elle a participé à une série de soirées en 1990, et a été "payée pour divertir un certain nombre d’invités de Mr Epstein".

En 1991, elle a été "promue" au poste de "party planner", organisatrice de soirées. Elle explique que "sa mission était d’amener des adolescentes attirantes à ces soirées". Cela a duré de 1991 à 2000, pour des soirées organisées à la Wrexner Mansion à New York sur la 71 rue. C’est comme cela qu’en 1994 elle a rencontré Katie Johnson qu’elle a "persuadée" de venir chez Epstein en lui disant qu’elle pourrait y rencontrer des gens qui l’aideraient pour sa carrière.

"J’étais à ces soirées et j’ai personnellement été témoin quand la victime a été forée de pratiquer différents actes sexuels avec Mr Donald Trump et Mr Epstein. Les deux savaient qu’elle avait 13 ans". Elle a personnellement assisté à quatre relations sexuelles que la victime a été forcée d’avoir avec Trump.

Elle mentionne le viol commis avec la participation de la fillette de 12 ans appelée Maria. Trump a forcé Katie Johnson et Maria à lui faire des fellations et les a violées devant Tiffany X. Elle a aussi vu à deux reprises Epstein tenter de violer Katie Johnson.

Elle ajoute qu’elle a vu Epstein violer et agresser sexuellement des mineures plus jeunes que Katie Johnson. Elle a aussi assisté aux menaces de Trump et d‘Epstein contre Katie Johnson, y compris la menace de Trump de la faire disparaître comme Maria, la fille de 12 ans et de tuer sa famille. Son travail était de superviser personnellement les "rencontres" entre les mineures ramenées par Epstein et ses invités.

Quand elle a quitté son "travail" pour Epstein elle aussi a été menacée de la tuer elle et sa famille si elle parlait de quoi que ce soit.



[1] Bear Stearns, 5 e banque de placements des Etats-Unis, a été rachetée à très bas prix in extremis par JP Morgan.

[2] Les fraudes semblent être multiples, mais les Panama Papers ont par exemple révélé l’existence d’une société basée aux Bermudes appelée Liquid Funding Ltd, qu’il a présidée de 2000 à 2007, dont Bear Stearns détenait des parts.

[3] Elle est déposée par Maria Farmer, pour une agression sexuelle contre elle et le viol de sa sœur alors mineure, commis au ranch de Wexner.

[4] Certaines ont déjà été citées dans plusieurs plaintes, comme Sarah Kellen, Adriana Ross, Lesley Groff, et Nadia Marcinkova, qui sont parfois tombées entre les griffes d’Epstein quand elles étaient elles-mêmes mineures.

[5] Elle a quitté l’Angleterre en 1991, à la mort de son père Robert Maxwell, magnat des médias et député anglais qui aurait, selon certaines sources, été liquidé (son corps a été retrouvé flottant sur la côte des Canaries alors qu’il était parti faire un tour avec son yacht le Lady Ghislaine) après avoir eu la mauvaise idée de faire pression sur son vieil employeur, le Mossad. Quand un livre écrit par un spécialiste de la CIA sur le meurtre de Maxwell par le Mossad (« The Assassination of Robert Maxwell » de Gordon Thomas et Martin Dillon), Alan Dershowitz s’est fendu d’une tribune dans le Telegraph pour dire que c’était n’importe quoi. Bref. Maxwell a notamment vendu un logiciel espion appelé « Promis » aux services secrets de nombreux pays « amis » d’Israël.

[6] Les deux se sont brouillés suite à une histoire d’achat de terrain qu’Epstein convoitait, et que Trump a racheté avant de le revendre 3 fois le prix à un oligarque russe de ses amis (selon Epstein), le patron du Monaco AC Rybolobvlev.

[7] Un des anciens employés de Dubin a déclaré qu’il avait croisé une mineure suédoise à son domicile, qu’on lui avait pris son passeport et que celle-ci disait qu’on l’avait forcée à avoir des relations sexuelles sur l’ile privée d’Epstein, d’où elle venait sans savoir comment.

[8] La plainte contre Dershowitz a été déposée en avril de cette année, car il a menti à son sujet dans des déclarations. En effet, elle l’accuse d’avoir participé, et pas seulement à la marge, au réseau d’Epstein, dont il était l’avocat. Quant à celle contre Maxwell (pour diffamation également), elle a été déposée en 2015.