Ghislaine-Maxwell-Epstein Weinstein

L’affaire Epstein a connu des épisodes assez épiques : suicide suspect d’Epstein, cavale pendant 1 an de sa copine Ghislaine Maxwell, pendant que Jean-Luc Brunel, resté en France, coule des jours paisibles sur une péniche en bord de Seine.

Certains ont peut-être cru que la mort d’Epstein allait mettre un point final aux interrogations des victimes et des citoyens. C’est raté, parce que Ghislaine Maxwell vient enfin d’être arrêtée. Reste à ce que la France, qui désormais subit un Dupond-Moretti comme ministre de la "justice" et un Darmanin à l’Intérieur, commence enfin à enquêter sur l’important volet français de l’affaire.

 

Cette nouvelle procédure contre Epstein et ses complices a lieu parce que les victimes ont découvert un accord passé secrètement en 2008 entre les avocats d’Epstein et le procureur de Floride Alexander Acosta [1], réduisant les charges contre lui au strict minimum[2].

A l’époque, les complices d’Epstein avaient bénéficié de cet accord, et ne pouvaient pas être cités dans la procédure (sinon on était face à un réseau, pas à un simple tripoteur isolé comme le laissait penser sa condamnation très légère en 2008). Le prince Andrew a mené un lobbying en faveur d’Epstein auprès du gouvernement US afin que la justice passe cet accord.

On a aussi appris qu’en 2011, Epstein avait réussi à réduire a posteriori le niveau de gravité de son infraction, pour être classé dans la catégorie des "moins dangereux". Cela n’a pas empêché qu’il soit arrêté le 6 juillet 2019 à New York à sa descente de son jet privé, pour ne pas avoir respecté son statut de "registered sex offender" (délinquant sexuel enregistré) en prévenant de ses voyages à l’étranger. Il revenait de France où il avait passé plusieurs mois.

Epstein a été retrouvé mort le matin du 10 août 2019 dans sa cellule, après cinq semaines de prison. Officiellement, c’est bien-sûr un suicide. Mais :

  • Un expert mandaté par le frère d’Epstein a contesté cette version. Michael Braden, ex chef de l’institut médico-légal de New York, a expliqué que "les éléments témoignent davantage d’un homicide que d’un suicide", en raison notamment des "multiples fractures" de l’os thyroïde qui seraient typiques d’une strangulation.
  • Le jour où il est mort, alors qu’il était censé être en observation suite à une précédente tentative de suicide, les caméras de surveillance ne marchaient pas[3], les gardes étaient tous les deux occupés à dormir et à surfer sur le net et ont falsifié les comptes rendus[4]. De plus, Epstein n’avait plus de codétenu avec lui.
  • Par ailleurs un détenu qui l’avait agressé, un ex policier, a été transféré juste après la mort d’Epstein.
  • Il n’avait techniquement pas les moyens de se pendre, ses draps et vêtements devaient se déchirer. C’est une prison réputée pour que le suicide y soit impossible sans aide extérieure.

2020-08-07 13_11_51-Ghislaine Maxwell thinks Epstein was murdered, fears same fate_ report - Opera

Ghislaine Maxwell a été arrêtée le 2 juillet par le FBI, dans une maison en pleine campagne à Bradford sur la côte est des Etats-Unis[5], et a été inculpée pour six chefs d’accusation autour du trafic de mineures et des relations sexuelles avec des mineures dont une ado de 14 ans, ou du parjure[6]. Comme elle a trois passeports dont un français et 16 comptes en banque, la caution de 5 millions de dollars qu’elle proposait pour être remise en liberté a été refusée.

On notera que les charges la concernant ne portent que sur la période 1994-1997 pour trois victimes, ce qui est pour le moins restrictif puisque des témoignages connus évoquent des faits jusqu’en 2005 et qu’Epstein fréquentait toujours Maxwell (en fait ils étaient encore en contact en 2015, quand la procédure a été relancée contre Epstein bien qu’elle ait affirmé –comme tout le monde- n’avoir aucun contact avec lui depuis 10 ans).

Virginia Giuffre, par exemple, précise bien avoir rencontré le duo Maxwell-Epstein en 2000, quand elle avait 16 ans[7]. Et l’enquête a montré que Maxwell squattait encore régulièrement chez Epstein à Palm Beach en 2005, ce qu’elle a tenté de nier.

Ghislaine Maxwell est restée introuvable durant un an. Avec Brunel, ils ont été vus un peu partout dans le monde, certains ont localisé Brunel à Santa Catarina au Brésil vers le début du mois d’octobre. En fait, il serait juste resté en France, sur une péniche en région parisienne, et n’a toujours pas été entendu par la justice depuis l’été dernier. 

Il a pourtant dit qu’il se tenait "à la disposition de la justice", mais celle-ci n’a pas l’air pressée de l’entendre [8]. Les victimes déclarées de Brunel, elles, pensaient comme tout le monde qu’il était en fuite et ardemment recherché. Loin s’en faut, nous sommes en France n’est-ce-pas.

2020-01-31 22_38_23-VIDEO

Une douzaine de femmes auraient été entendues dans le cadre du dossier Brunel en france, mais ce ne sont pas toutes les victimes [9].

Rappelons aussi que la veille de son arrestation le 6 juillet, Epstein étaient encore à Paris et venait de passer plusieurs mois en France.

En tout cas l’affaire n‘est pas terminée. Fin décembre encore, une nouvelle victime d’Epstein a lancé une procédure pour des viols commis en 2003 à Palm Beach lorsqu’elle avait 14 ans.

Les Iles Vierges ont aussi lancé une procédure pour l’atteinte à l’image causée par le trafic d’Epstein, qui pourtant n’a semblé déranger personne jusqu’à présent. En tout cas cela n’a pas dérangé le gouverneur John de Jongh, qui était proche d’Epstein et dont la femme travaillait pour le trust d’Epstein, Financial Trust Co (y compris pendant que son mari était en fonction, de 2006 à 2015)[10].

 

Ghislaine Maxwell

Ghislaine Maxwell est la fille du magnat des médias Robert Maxwell qui a été député du Labour (les "socialistes") et a travaillé activement pour le Mossad, avant d’avoir la mauvaise idée d’essayer de les enfumer.

Elle a rencontré Brunel dès le milieu des années 80 alors qu’elle fréquentait souvent les défilés parisiens, et elle l’a présenté à Epstein au début des années 90.

 

Qui était Robert Maxwell ?

EWR60F

A ce stade de l’affaire, il est important de comprendre quel personnage était Robert Maxwell, le père de Ghislaine, qui est passé jusqu’à sa mort pour le parfait "self made man" aux affaires florissantes. Il n’en était rien.

En novembre 1991 son père est mort noyé lors, d’une balade sur son yacht le "lady Ghislaine"[11] au large des Canaries. Robert Maxwell était issu d’une famille juive orthodoxe de Tchécoslovaquie, et avait émigré en France pendant la guerre où a été actif dans la résistance, semble-t-il, avant d’être naturalisé anglais en 1946.

C’est en Grande Bretagne, après un passage dans l’armée, qu’il s’est lancé en politique au début des années 60 du côté des travaillistes, puis dans l’édition malgré une gestion financière lamentable signalée dès 1971 par les autorités dans un rapport au vitriol. Ce qui ne l’a pas empêché de racheter le groupe Daily Mirror (apparemment grâce à de l’argent du Mossad) dans les années 80 et même la chaine TF1 en 1987, la nouvelle chaîne de télé privée française, acquise avec Francis Bouygues.

51hDWfbPPAL

A cette période, Maxwell fréquentait tout le gratin du business londonien, new yorkais, israélien, et était bien vu partout ailleurs. A une soirée sur son yacht en mai 1989, où il y avait du caviar venu de Paris en concorde, les invités étaient triés sur le volet : Donald Trump qui faisait alors dans l’immobilier à New York, un presque ministre de la défense US, John Tower, l’ex ministre de la Marine John Lehman, le patron du New York Post Peter Kalikow, l’ambassadeur US en israël Thomas Pickering et aussi Ghislaine, notamment.

Mais, Maxwell était en réalité un escroc qui finançait aussi ses business via des dettes et une fondation basée au Liechtenstein qui a servi à faire disparaître l’argent. Il a détenu jusqu’à 430 entreprises, parfois en étant actionnaire majoritaire[12], achetées comme nous l’avons dit en s’endettant sans rembourser [13] et en détournant l’argent des sociétés et des caisses de retraites des salariés.

VZ2B3P3TKFDZBC2CA3YLH5MOLQ

L’activité principale de Maxwell était plutôt d’aider les affaires d’Israël, à travers une étroite collaboration avec divers services de renseignement. Il a notamment contribué à la diffusion sur le marché d’un logiciel "amélioré" équipé d'une trappe (backdoor) par les israéliens auprès des services de renseignements du monde entier. Ce logiciel appelé Promis a été vendu aussi à des pays "amis" [14]. Grâce à ce logiciel, les renseignements israéliens avaient accès à toutes les données des divers gouvernements qui avaient eu la mauvaise idée de l’acheter.

C’est Rafi Eitan, chef des renseignements israéliens, qui a sollicité Maxwell pour la commercialisation du logiciel version israélienne à travers des sociétés écran, avec la trappe conçue par les services locaux.

Maxwell l’a ainsi vendu aux agences de renseignement de Nouvelle Zélande, d’Australie, du Nicaragua, de Colombie, de Bulgarie, d’Allemagne de l’Est, de Chine, même au KGB et à la gendarmerie canadienne ou encore au Crédit Suisse, parmi d’autres. Et il aurait donné à la Chine avec l’accord d’Israël les clés de l’accès à la backdoor, la trappe.

Maxwell est aussi accusé par certains d’avoir participé à l’enlèvement d’un dissident israélien qui avait dénoncé à divers médias le programme nucléaire israélien qui était illégal.

Outre ses services rendus en tant qu’agent israélien rémunéré, Maxwell avait aussi des liens avec le KGB et avec les renseignements anglais même si officiellement il a refusé de collaborer avec le MI6 et a été classé comme "sioniste - loyal uniquement à Israël". 

thatcher maxwell

On peut se demander si ses entreprises ne servaient pas à des circuits financiers destinés à des opérations tordues, et selon certains, comme l’ex du Mossad Viktor Ostrovsky, une partie de l’argent détourné par Maxwell dans ses entreprises a servi à financer des opérations du Mossad et autres services israéliens. Et lorsqu’il a été acculé financièrement, Maxwell aurait demandé à être remboursé et c’est pour cette raison que certains dirigeants du Mossad auraient décidé de l’éliminer.

D’après plusieurs personnes dont l’auteur du livre "Epstein : Dead men tell no tales" (Epstein : les hommes morts ne racontent pas d’histoires), il aurait introduit Epstein auprès des renseignements israéliens peu avant sa mort[15].

Robert Maxwell est donc mort[16] ruiné ou presque, suite à la méga fraude sur les pensions de retraite des employés de ses journaux et à des dettes impossibles à rembourser, si bien que le train de vie de Ghislaine a été considérablement réduit[17], tout comme celui de ses huit frères et sœurs aînés.

De plus en plus de personnes disent que Maxwell a été assassiné. Un journaliste a écrit dans le livre "Robert Maxwell, Israel's Superspy'" que les autorités israéliennes lui avaient promis de le sauver sur le plan financier et qu’il avait rendez-vous en mer, mais que finalement une équipe est montée sur son yacht et lui a injecté une bulle d’air dans la jugulaire avant de le jeter à l’eau.

 

La "rencontre" avec Epstein

2020-08-03 14_42_27-Inside Ghislaine Maxwell’s Life on the Lam _ Vanity Fair - Opera

C’est après cela qu’elle a quitté Londres pour New York, fin 1992, pour y rejoindre Epstein qui était alors un spéculateur en vue dont on ignore toujours officiellement d’où vient toute la fortune, à qui elle a ouvert son impressionnant carnet d’adresses. A cette époque, Epstein vivait sur la fortune de son ami le millionnaire Leslie Wexner et déclarait à qui voulait l’entendre qu’il collaborait avec la CIA.

Wexner lui-même était en tous cas très proche des services israéliens. Avec d’autres milliardaires juifs comme les frères Charles et Edgar Bronfman, le pétrolier Max Fischer, Ronald Lauder[18] (des cosmétiques) ou le gérant de fonds spéculatif Michael Steinhardt, il a contribué à créer en 1991 une sorte de club privé qui se réunit deux fois par an, appelé le Mega Group. Les membres réfléchissent et ouvrent à développer la culture juive à travers la philanthropie. On peut imaginer qu’Epstein, qui était alors très proche de Wexner, a fréquenté cette petite bande dont certains membres sont très proches du crime organisé, comme les Bronfman[19].

La jeune femme de 30 ans, qui venait de rompre avec le comte Gianfranco Cicogna (décédé en 2012 dans un accident d’avion), serait très vite devenue la compagne officielle d’Epstein et ne serait pas tombée sur lui par hasard : après la mort de son père, elle serait tombée dans ses papiers sur une mention d’Epstein, comme étant un financier qui avait été particulièrement utile à Robert Maxwell pour placer de l’argent illégal dans les paradis fiscaux. Mais la manière exacte dont ils sont entrés en contact reste assez floue.

2020-08-02 20_55_27-Quand Ghislaine Maxwell était au côté de Jeffrey Epstein, le Français Jean-Luc B

A New York, elle organisait des soirées où le gratin se pressait. Il y avait là du Rockefeller, du Kennedy… Dans le Black Book d’Epstein, son carnet d’adresses, ce sont surtout des relations de Maxwell qu’on trouve. C’est elle, par exemple, qui a permis la rencontre entre le prince Andrew et Epstein.

Elle affiche comme principale activité d’être héritière et de trainer dans la jet set. En 1994, elle a commencé à recruter des filles, dont deux de 14 et 15 ans, pour Epstein et pour elle, du côté de New York et Palm Beach. C’est aussi à cette époque que Brunel tentait de s’implanter aux Etats-Unis avec l’aide de son frère Arnaud, après que des reportages aient dénoncé ses agressions à répétition sur les jeunes mannequins.

De 1999 à 2006, Maxwell affirme qu’elle travaillait pour Epstein en tant que gestionnaire de plusieurs de ses propriétés, mais elle ne gérait pas des propriétés comme on le sait aujourd’hui. C’est à cette période qu’il a fait construire son ranch au Nouveau-Mexique et acquis son île aux Iles Vierges. Elle gérait alors six propriétés pour Epstein aux Etats-Unis et à l’étranger, notamment à Paris, ainsi que le personnel qui allait avec. Selon certains témoignages, elle était aux petits soins pour Epstein, et cherchait à devancer tous ses caprices.

2020-08-07 13_28_43-max4-e1564173588500

Dans la maison de New York où elle s’est installée en 2000, Ghislaine organisait des soirées huppées auxquelles on pouvait croiser des Kennedy et des Rockefeller, parmi un tas de millionnaires. Il pouvait y avoir jusqu’à 80 invités. Entre 2005 et 2011 ou 2012, elle a fréquenté quelque temps un type beaucoup plus riche qu’Epstein, un certain Ted Waitt[20]. Mais il semble qu’Epstein a cherché à la faire revenir travailler pour lui et y serait parvenu.

Quand Epstein a eu des ennuis en 2007-2008, elle a commencé à prendre un peu de distance avec lui tout en continuant ses soirées jet set/charité jusqu’en 2017 : elle est par exemple présente en compagnie de Ted Waitt au mariage de la fille des Clinton en 2010, et on la voit à plusieurs soirées à New York notamment comme la soirée de la marque de café Illy en novembre 2013, chapeautée par Harvey Weintsein, à une inauguration chez Ralph Lauren en novembre 2015, à un soirée chez Christies à New York en octobre 2016… Pas mal pour quelqu’un qui bossait 60 h par semaine pour sa fondation.

Maxwell créé même son ONG en 2012 pour sauver les océans, The TerraMar Project, fermée en juillet 2019 moins d’une semaine après l’arrestation d’Epstein. Entre temps elle a investi pas mal d’argent, de même que d’autres donateurs comme la fondation Clinton, dans ce qui ressemble à une coquille vide sans personne au bout du fil[21]. De 2013 à 2017, cette organisation a reçu 196.000$ de dons publics et n’a fait aucun don de son côté, alors que c’était son objectif.

Maxwell a quand-même réalisé quelques interventions, comme une conférence TED, la participation à un événement du Council on Foreign Relations à Washington ou un speech à l’université de Dallas en 2014, et a même été invitée devant l’ONU. En 2013, son ONG est devenue partenaire de la Clinton Global Initiative in the Sustainable Oceans (Initiative globale des Clinton pour la durabilité des océans).

 

Le chat et la souris

maxwell spacey trone reine GB

Puis la situation s’est gâtée. Maxwell a revendu sa maison de Manhattan pour 15 millions de dollars en 2015, quand la nouvelle procédure contre Epstein est remontée au niveau fédéral. A partir de là, elle n’avait plus d’adresse connue. Mais c’est lui qui a payé ses frais de justice de 2015 à 2017, dans sa procédure contre Virginia Giuffre[22].

Et puis en 2016 quand l’étau a commencé à se serrer à nouveau autour d’Epstein, elle a commencé se faire beaucoup plus discrète. Elle venait aussi de perdre la procédure lancée contre elle par Virginia Roberts (Giuffre) pour l’avoir traitée de menteuse. Ce qui signifiait que Virginia Roberts disait très probablement la vérité. A cette période, elle a été hébergée chez un certain Scott Borgerson, qu’elle a rencontré en 2013. Le 6 juin 2019 elle était à Buckingham Palace, à une soirée de charité où il y avait même Paris Hilton.

Presque toutes les victimes d’Epstein la citent comme organisatrice du recrutement des filles et des rencontres avec Epstein, et certaines la citent comme auteur d’actes sexuels sur des filles, mineures et majeures.

I4MBMAWI7QI6TIP6ZJDORVLTYA

Aujourd’hui, Maxwell est en prison et plaide non-coupable des 6 chefs d’accusation à son encontre, si bien qu’elle risque 35 ans de prison. Pendant un an, on nous a dit que le FBI était à ses trousses pour avoir facilité les activités d’Epstein. Mais selon un ex agent du Mossad, c’est le FBI qui la planquait depuis l’arrestation d’Epstein. En décembre, une source anonyme a déclaré au journal Page Six que Maxwell était "planquée" et "protégée en raison des informations qu’elle possède sur les personnes les plus puissantes du monde". De fait, la "Madame", comme l’appellent désormais certains journaux, aurait déclaré à une copine de la jet set : "Epstein et moi on a tout le monde sur des enregistrements vidéos".

Cette source complète ce que l’on avait bien compris : "Elle et Jeffrey étaient des sortes d’agents pour plusieurs gouvernements étrangers. Ils vendaient des informations sur des gens puissants pris dans leurs filets". Des médias ont également affirmé en juin 2020 qu’elle se cachait à Paris dans un appartement luxueux, d’autres l’auraient vue au Brésil ou à Londres, elle a été prise en photo dans un snack à Los Angeles en août dernier… Les avocats des victimes l’ont activement cherchée pendant un an, en vain. En août 2019, elle était encore, semble-t-il, près de Boston chez Scott Borgerson qui a récupéré son chien.

maxwell andrew

Et puis le 2 juillet, le FBI et la police de New York (NYPD) ont lancé l’assaut sur la planque de campagne de Maxwell en Nouvelle Angleterre.

D’après cette source, elle voyagerait, un peu aux Etats-Unis, un peu en Angleterre, et le plus souvent dans d’autres pays comme Israël, où "ses contacts lui ont fourni des planques et une protection". Mais c’est finalement aux Etats-Unis qu’elle a été retrouvée.

On comprend qu’en gros personne n’a intérêt à ce que tout ce qu’elle sait ou même un petit bout soit mis sur la place publique. D’ailleurs, le FBI n’a jamais voulu confirmer avoir mis la main sur ce genre de vidéos de chantage lors des perquisitions chez Epstein.

En tout cas, beaucoup doivent se demander si elle a planqué quelque part de tels enregistrements, ou pensent qu’elle a planqué des copies des vidéos d’Epstein, qui avait installé des caméras cachées dans ses habitations.

Pendant sa cavale, Ghislaine s’est aussi mariée. Elle a refusé de donner le nom de son mari, qui serait Scott Borgerson le dirigeant d’une entreprise de nouvelles technologies. Cette entreprise a notamment reçu 10 millions de dollars d’investissements grâce à un tour de table lancé par l’ex PDG de Google Eric Schmidt, ami de Ghislaine Maxwell. Entre 2008 et 2019, elle fréquentait aussi d’autres patrons de "la tech" ou de la Silicon Valley, comme Jeff Bezos qu’elle a rencontré via Ted Waitt, et Marvin Minsky du MIT. Elle tenait salon chez elle à Manhattan

wl_14116_1747236

Concernant son rôle de maquerelle, une partie des victimes et témoins confirme. Selon l’ancien majordome d’Epstein (celui qui a fait fuiter son carnet d’adresses), c’était Maxwell "le boss" qui organisait le système de rabattage de filles.

Un intermédiaire, agent israélien et marchand d’armes devenu lobbyiste d’origine iranienne Ari Ben Menashe a expliqué en juin 2020 que Ghislaine avait des connections avec les renseignements militaires israéliens par le biais de son père, qui l’aurait ensuite mise en relation avec Epstein bien avant sa mort, dès les années 80, pour lui trouver un bon parti. Ben Menashe, lui-même un ex agent israélien, dit que Robert Maxwell voulait entraîner Epstein dans son business d’armes illégal dans le cadre de l’Iran Contra (le financement par la CIA d’une contre révolution au Nicaragua avec des armes vendues illégalement à l’Iran).

Ben Menashe, qui depuis la mort de Maxwell déclare partout qu’il travaillait et était rémunéré par les services israéliens, précise dans une autre interview que Robert Maxwell avait de nombreux contacts haut placés en Israël, comme Ariel Sharon qui était 1er ministre.

Ehud Barak devant chez Epstein en 2016

Selon Ali Ben Menasche, le binôme Maxwell-Epstein était une opération montée de toute pièces par les renseignements militaires israéliens pour attraper des personnalités politiques, des scientifiques et autres. Selon lui Ehud Barak, cet ex 1er ministre et chef des renseignements militaires israéliens dans les années 80 qu’on a vu plusieurs fois rendre visite à Epstein à New York ou à Paris, était parfaitement au courant. Quant au prince Andrew, c’était l’idiot utile qui ramenait dans leurs filets des proies intéressantes.

Ben Menashe parle beaucoup et ses propos sont difficiles à vérifier[23], mais comme on l’a vu dans la partie 2 de ce dossier, les connections d’Epstein avec les milieux du renseignement israélien sont nombreux, notamment via ses investissements dans les technologies et certaines sciences.

Virginia Giuffre déclare que c’est Maxwell qui l’a envoyée chez certains "clients". Dans une déposition de 2015 dans l’affaire liée à la plainte de Maxwell pour diffamation, elle évoque, Alan Dershowitz, des politiciens et dirigeants d’entreprises américains puissants. Il est aussi question d‘un "Premier ministre très connu" (Ehud Barak, qui venait si souvent ?) et d’un autre prince, qu’on lui a présenté dans le sud de la France pour des relations sexuelles, mais qui ne sont pas nommés pour des raisons de sécurité (du témoin).

EOXYOxSUwAESW7d

C’est Maxwell qui l’a envoyée en France pour des relations sexuelles avec le propriétaire d’une grande chaîne d’hôtels, au moment de la fête d’anniversaire de Naomi Campbell[24].C’est aussi elle qui l’a envoyée pour des relations sexuelles avec le scientifique du MIT Marvin Minsky (mort en 2016) alors qu’ils étaient sur l’île d’Epstein et aux Etats-Unis.

Idem pour Glenn Dubin, patron du fonds spéculatif Dubin & Co. LP (lui et sa femme ont invité Epstein pour Thanksgiving en 2009, il a investi à perte avec Epstein dans un fonds foireux, et Epstein qui connaissait Eva Dubin depuis des années a financé sa fondation contre le cancer), le prince Andrew[25], Brunel, le député et ex gouverneur du Nouveau Mexique Bill Richardson, le sénateur démocrate (de 1980 à 1995) du Maine George Mitchell, qui nie les faits [26], Alan Dershowitz ex avocat d‘Epstein qui lui a négocié son accord avec le procureur Alexander Acosta, devenu ministre du Travail de Trump avant d’être viré lors du scandale de 2019[27].

Maria Farmer a été la première à dénoncer Epstein et Maxwell en 1996 pour des faits commis sur elle et sur sa sœur chez Wexner notamment. Elle a directement prévenu le FBI, qui n’a pas donné suite. Pendant un an, elle a vécu avec le duo Epstein-Maxwell, avant qu’ils ne s’en prennent à sa sœur cadette, et a donc pu les observer.

abc_mariafarmer_le_200107_hpMain_16x9t_992

Maria Farmer, qui se bat aujourd’hui contre un cancer, a toujours dit que c’était bien Maxwell qui organisait le système de recrutement et d’exploitation des filles, en plus de souvent participer aux actes. Maxwell est beaucoup "plus dangereuse" qu’Epstein, selon elle, et quand elle a pris ses distances, c’est Maxwell qui l’a menacée et a pris des mesures de rétorsion. Au passage, elle explique qu’une fois elle a croisé Trump au bureau d’Epstein, et que quand celui-ci l’a regardée d’un œil salace, Epstein lui aurait répondu "elle n’est pas pour toi".

Lors d’une interview par la journaliste Whitney Webb en avril 2020, Maria Farmer a affirmé que Maxwell lui a dit un jour que les Rothschild étaient les plus grands protecteurs de sa famille, et que Trump, les Clinton et Alan Dershowitz étaient tous impliqués dans ce système. Elle explique qu’en fait, Ghislaine a côtoyé la famille royale anglaise et donc le prince Andrew[28] depuis son enfance (elle lui a montré les albums photos).

2020-08-07 13_51_54-The Sisters Who First Tried to Take Down Jeffrey Epstein - The New York Times -

Elle cite aussi Eilen Guggenheim comme parfaitement au courant du système, évoque une certaine Clare Hazell, vieille copine de Ghislaine qui dirigeait jusqu’à très récemment une ONG de prévention des maltraitances contre les enfants, comme étant aussi mouillée qu’elle[29] à la fin des années 90, alors qu’elle travaillait aussi pour Epstein et qu’il l’a alors présentée à Maria comme sa "girlfriend". Selon Maria Farmer, Hazell a procuré "au moins deux filles" à Epstein depuis l’Angleterre. Début juillet, on apprenait que les enquêteurs souhaitent l’interroger.

Maria Farmer rappelle qu’une autre des rabatteuses d’Epstein, Sarah Kellen, est mariée à un type richissime elle aussi, et que c’est une manière pour lui de leur assurer le confort afin qu'elles ne crachent pas dans la soupe. Elle revient aussi sur la New York Academy of Arts, tenue par Eileen Gugenheim, amie de Ghsilaine qui utilisait les étudiantes comme domestiques ou baby sitters ou les jetait dans les bras de types richissimes. Jusqu’en Allemagne, cette école était réputée pour abriter un réseau de prostitution.

2020-08-07 13_54_07-Affaire Epstein _ deux sœurs avaient donné l'alerte neuf ans avant l'enquête - L

Elle dit qu’elle a été menacée par Randy Bowie, cahrgé selon elle de la tuer. Il est aujourd’hui le garde du corps de Will Smith, qui protégeait alors Wexner et lui a dit être un ancien des Forces Spéciales. Elle atout raconté au FBI, et a bien insisté sur les filles très jeunes qui allaient et venaint à longueur de journée, mais le FBI qui n’a rien fait: "tout cela m’a rendue malade (…) je pense que c’est ce fait qui m’amène à dire que le FBI est dans tout cela. Honnêtement après cette expérience, je pense que le FBI a été créé pour protéger ces gens". Elle évoque toutefois une femme du FBI qui a tenté d’agir au sujet de ces enfants, mais a des ennuis depuis.

Elle dit qu’à partir du moment où elle a évoqué Leslie Wexner qui pour elle est au sommet de ce réseau de magouilles et de blanchiment d’argent, tout ce qu’elle a pu raconter dans le cadre de l’enquête a toujours été immédiatement transmis à Epstein et Maxwell, qui déclare ne pas connaitre du tout Maria Farmer ou sa sœur.

Elle revient aussi sur les caméras planquées dans les maisons de Wexner, notamment celle qu’il prêtait à Epstein dans les années 90. Elle explique qu’à cette époque, Ghislaine et sa copine Ivanka, la femme de Trump, passaient leur temps à se faire conduire à la recherche d’adolescentes de 12, 13, 14 ans dans les rues, pour Epstein ou pour devenir « modèle » pour la marque de sous-vêtements Victoria Secrets.

Elle dit que les employées de maison philippines ou thaïlandaises qui travaillaient chez Epstein lui ont expliqué avoir été enlevées dans leur pays.

Peut-être qu’on en apprendra un peu plus avec ses mails, puisque d’après ses avocats, ils ont été piratés, ce qui ne rassure pas vraiment le prince Andrew, par exemple. En 2015, les deux ont échangé par mail au sujet de Virginia Roberts qui accuse depuis des années Andrew de relations sexuelles quand elle était mineure.

2020-08-03 17_47_29-

Il serait aussi intéressant d’obtenir les carnets de vol de tous les pilotes, sur tous les avions d’Epstein[30], même si beaucoup de filles voyageaient simplement par des vols commerciaux pour procurer des "massages" à Epstein et ses copains aux Etats-Unis ou aux Iles Vierges. Il faudra qu’on nous explique comment Virginia Roberts, même mineure, a pu voyager en Europe, notamment à Londres et Paris, dans l’avion d’Epstein, en compagnie de Maxwell. Et toutes les autres...

Il serait intéressant d’entendre tous les protagonistes, comme le prince Andrew que les autorités US ont désormais en ligne de mire, ainsi que les autres personnes accusées et toutes les rabatteuses. Et de savoir ce que sont devenues les dizaines, voire centaines d’autres filles qui sont passées un jour ou l’autre chez Epstein et ses amis alors qu’elles étaient mineures (puisqu’il en recevait au moins 3 différentes par jour).

Certaines victimes ont-elles été tuées, comme le pense Maria Farmer, qui a elle-même échappé de peu à la mort quand elle a été séquestrée pendant deux jours dans le ranch de Wexner et a failli se faire étriper par le dénommé Randy Bowie qui lui a dit "tu ne partiras jamais d’ici" et par deux dobermans. Quand elle a réussi à appeler les secours (le 911), ils lui ont raccroché au nez. Elle est persuadée que c’est arrivé à d’autres filles avant et après elle.

Maria Farmer souligne aussi que Ghislaine et Epstein, en tant que Juifs revendicatifs, se sentaient réellement supérieurs aux autres et même investis d’une sorte de rôle dans la société. Ils étaient racistes, explique Maria Farmer, et fréquentaient un Country Club réservé aux Juifs (ceci dit d’autres country clubs US les ont exclus jusqu’au milieu du XXe siècle). Eileen Guggenheim lui aurait dit une fois, au sujet d’une femme, "mais elle n’est pas Juive, elle n’est rien". Ce qui correspond à un courant bien réel mais particulièrement élitiste et extrémiste que Maria Farmer qualifie de "suprémacistes Juifs".

Cependant, même s’ils ont travaillé en faveur des intérêts israéliens, il est clair qu’ils n’auraient pas pu agir librement sans partager au moins une bonne partie de leurs informations avec les services US. Et comme on l’a vu dans la partie 2, Epstein pouvait collaborer avec beaucoup de monde.

Le procès de Maxwell aura ses limites, et on en connaît déjà certaines : elle est la seule mise en cause à l’heure actuelle, et la période d’infraction retenue est extrêmement limitée. Elle vient aussi de gagner une bataille en conservant sous scellés une série de documents au sujet de sa vie sexuelle, d’après le témoignage de Virginia Giuffre.

 

Jean-Luc Brunel

Depuis sa White Party au Country Club de Paris le 5 juillet, il serait introuvable mais n’est en fait pas recherché. Il se fait certes discret, et on ne l’a plus vu dans ses soirées jet set depuis ce 5 juillet 2019, veille de l’arrestation d’Epstein à New York.

Un pervers impuni depuis 40 ans

white party brunel

Aujourd’hui, une dizaine de femmes le mettraient en cause, dont une âgée d’une vingtaine d’années dénonce des faits non prescrits de hacèlement.

Il est aussi fortement soupçonné d’avoir fourni des filles à Epstein, qu’il fréquente depuis le début des années 1990 au moins. Une des plaignantes contre Brunel, la hollandaise Thysia Hyusman dénonce un viol commis par Brunel à Paris en 1991. Elle expliquait à Europe 1 à la mi-juillet 2020 que tous les soirs, c’était grande fiesta avec des vieux types et de jeunes mannequins : "C’était en 1991, j’avais 18 ans. Mon agence de mannequins en Belgique m’avait envoyé travailler chez Jean-Luc Brunel, et m’avait dit de loger chez lui, dans son appartement. J’avais bien sûr trouvé ça bizarre, mais mon agence m’avait encouragée en me disant qu’il pouvait faire beaucoup pour ma carrière. J’y suis restée une semaine. Tous les soirs, il y avait des soirées avec plein de riches messieurs et de très jeunes femmes qui venaient pour la plupart des pays d’Europe de l’Est. Elles me paraissaient super jeunes".

2020-01-31 22_45_18-VIDEO

A cette époque, Brunel n’était plus en pleine gloire, même s’il continuait à se vanter dans ses soirées jet set d’avoir découvert et lancé Sharon Stone, ou les mannequins célèbres à l’époque Estelle Lefébure, Monica Bellucci, Milla Jovocitch, ou encore Christy Turlington. Son aura avait pris un coup dans l’aile quelques années plus tôt, avec la diffusion en 1988 d’un documentaire sur CBS où des femmes l’accusaient de harcèlement, d’agressions sexuelles, et de viol sous drogues[31].

Il est ensuite allé aux Etats-Unis, à peu près en même temps que sa vieille amie Ghislaine. Là, il a tenté de faire des affaires avec l’agence Ford mais cela pas marché. Selon maria Farmer, Brunel était en tout cas très proche d’Eileen Ford et de sa fille Katie qui dirige aujourd’hui l’agence.  

Brunel message fille - Copie

Et puis en 1995 le livre "Model - The Ugly Business of Beautiful Women" est sorti, racontant les dérapages du mannequinat et visant notamment Brunel et son agence Karin. Un de ses concurrents patron de l’agence Glamour a résumé le personnage : "Il aime les drogues et le viol silencieux. Ça l’excite". Même John Casablancas, patron de l’agence Elite qui a aussi défrayé les chroniques pour les viols commis à répétition par Casablancas, disait que Brunel devait aller en prison…

La carrière de Brunel dans le mannequinat a commencé dans les années 70, quand il a rejoint l’agence détenue par le chanteur Claude François, grand amateur de mineures lui aussi. Il avait été recruté dans cette agence appelée Girls Models pour repérer des filles et en est parti au bout de 6 mois. Puis il a rejoint Karin Model dont il a pris possession en deux ans[32].

Il a aussi rencontré celui qui deviendra son bras-droit, Claude Haddad, alors chez l’agence Euro Planning, qui a admis avoir des "relations" avec des mineures de son agence dans le documentaire de 1988. Et plusieurs filles l’ont accusé de tentatives d’agressions sexuelles quand elles étaient hébergées chez lui, puis d’avoir vu leur carrière s’arrêter net après avoir refusé ses "avances". Dans le milieu Haddad était bien connu pour exiger des viols contre des contrats, par exemple. Brunel faisait pareil, d’après plusieurs femmes, dont l’ex mannequin Zoe Brock.

Après le documentaire de CBS contre lui, Brunel a tenté de se relancer à New York, où il a loué un appartement dans la Trump Tower. A ce moment, il a aussi fréquenté Trump qui voulait lancer sa propre agence de mannequins et fréquentait les concours de beauté[33].

Il est devenu partenaire de l’agence Next Models, et dirigeait officieusement l’antenne de Miami. En 1995, il a embarqué plusieurs mannequins de l’agence quand il a créé la filiale Karin Models USA à Miami et New York.

 

Echanges de bons procédés avec Epstein

Ghislaine Maxwell a permis à Brunel de rencontrer Epstein au milieu des années 90. Entre 2000 et 2005, Brunel a voyagé une trentaine de fois dans les jets d’Epstein. Par exemple, entre 2002 et 2004, et toujours avec le duo Maxwell-Epstein, on compte notamment ces voyages:

  • En juin 2002 vers les Bahamas en compagnie de Virginia Roberts,
  • En 2003 avec Andres Pastrana, le président de la République colombien de 1998 à 2002 quand les cartels et le gouvernement ne faisaient encore qu’un, toujours au Bahamas.
  • En avril 2003 avec Naomi Campbell, vers le Brésil,
  • En 2004 avec l’ex mannequin du calendrier Pirelli Christina Estrada, alors l’épouse d’un millionnaire saoudien qui a récupéré 95 millions de dollars lors du divorce en 2014 (il faut dire qu’il avait pris une deuxième femme).

2020-01-31 22_37_47-VIDEO

Au début des années 2000 Brunel et Epstein ont évoqué ensemble la création d’une agence commune avec Elite avec l’argent d’Epstein, mais cela n’a pas abouti. C’est à cette période qu’a lieu l’épisode des trois sœurs de 12 ans qu’Epstein s’est vanté durant plusieurs semaines d’avoir reçues comme "cadeau" d’anniversaire de la part de Brunel qui les a amenées en avion depuis Paris et ramenées le lendemain[34].

Finalement en 2006, Epstein a investi dans l’agence de Brunel, qui allait assez mal et a été rebaptisée MC2 l’année précédente[35] avec des implantations à Miami et Tel Aviv. L’agence, dont Brunel détient 85% des parts, recrute beaucoup à travers des concours de mannequins organisés un peu partout.

Il est question d’1 million selon une employée de Brunel ou 2 million(s) de dollars. Apparemment, Epstein louait aussi des maisons et appartements pour Brunel et ses mannequins, pas très loin de sa maison à New York. Dans un immeuble, beaucoup d’appartements étaient loués pour les filles ramenées par Brunel.

Maritza Vasquez, qui gérait les comptes d’Epstein, a déclaré durant la procédure : "Je sais que Jean-Luc habitait dans un appartement qui appartenait à Jeffrey Epstein. […] Les mannequins vivaient à quatre dans des appartements de Jeffrey Epstein. Il ne faisait pas payer de loyer à Jean-Luc, mais Jean-Luc faisait payer 1 000 dollars par mois aux filles […] En dehors de ces deux appartements d’Epstein, nous louions deux appartements pour les filles. C’est Jean-Luc qui décidait dans lequel elles allaient. Si c’était des ‘gentilles filles’ qui pouvaient rapporter de l’argent, elles habitaient dans les appartements luxueux d’Epstein. Si c’était des filles banales, elles habitaient dans des endroits pourris".

cover

Comme la première procédure contre Epstein venait de démarrer à cette époque, certains des partenaires de l’agence de Brunel ont préféré partir. Mais lui a été voir son ami en prison : Brunel lui a rendu visite 67 fois tout de même. Puis selon Brunel, ils se seraient brouillés suite à la mauvaise pub qu’Epstein lui aurait faite avec ses histoires et Brunel a entamé une vague procédure en 2015 pour demander réparation à son ami.

Bien qu’âgé de 72 ans, Brunel poursuit ses activités dans la prostitution de mineures, pardon dans le mannequinat, notamment du côté du Brésil, où il se trouvait il y a 1 an. Apparemment, il a une collaboration avec l’agence Mega Partners.

Parmi ses accusatrices, Virginia Roberts, par exemple, l’accuse depuis 2005, et de nouveau en 2015, d’avoir eu des relations sexuelles avec elle "de nombreuses fois" alors qu’elle avait entre 16 et 19 ans (notamment lors d’orgies aux Iles Vierges ou dans le sud de la France), et d’avoir fourni à Epstein de nombreuses filles étrangères dont les plus jeunes n’avaient qu’une douzaine d’années[36]. Selon elle, la plupart venaient des pays d’Europe de l’est et ne parlaient pas anglais.

DGBEQHOUQAI6EYI

Brunel pouvait approvisionner Epstein et Maxwell en filles, qu’il pouvait amener depuis partout dans le monde, précise-t-elle lors d’une audition.

Elle a précisé dans une déposition de 2015 : "Brunel avait une sorte d’agence de mannequins et semblait avoir un arrangement avec le gouvernement Américain par lequel il pouvait obtenir des passeports et d’autres documents de voyage pour des filles jeunes. Il amenait ensuite ces filles jeunes (des filles dont l’âge allait de 12 à 24 ans) aux Etats-Unis pour des objectifs sexuels et les envoyait chez ses amis, parmi lesquels Jeffrey Epstein", pour de jobs de mannequins.

Elle a expliqué qu’Epstein s’est vanté devant elle d’avoir couché avec plus de 1.000 filles de chez Brunel, ce qui ne lui semble pas irréaliste du tout. Dans cette déposition, Virginia Giuffre (son nom mariée) parle aussi du rôle de Ghislaine Maxwell, qui était totalement impliquée dans le système d’Epstein.

On peut parler de système, puisqu’Epstein envoyait ses proies dans les lits de ses copains puissants. Par exemple, à ce sujet Virginia Giuffre dit : « Epstein m’a aussi exploitée pour des fins sexuelles avec beaucoup d’autres hommes puissants, dont des politiciens et de grands dirigeants d’entreprises. Il me demandait de lui décrire les actes sexuels que j’avais eus avec ces hommes, je suppose que c’était pour pouvoir potentiellement les faire chanter. J’ai toujours très peur de ces hommes aujourd’hui ». On imagine que ce petit monde a été soulagé de voir Epstein disparaître de la scène et n’apprécie pas de voir Ghislaine Maxwell derrière les barreaux aujourd’hui.

Une enquête a été ouverte en France par le parquet de Paris fin août 2019, afin d’étudier le volet français de cette affaire. C’est l'Office central de répression des violences faites aux personnes qui est chargé des investigations. Brunel a pris comme avocate Corinne Dreyfus-Schmidt et n’a toujours pas été entendu par la justice française.

Une ancienne mannequin française, qui a témoigné dans le cadre de l’affaire Brunel, estime que concernant Epstein et ses activités, "il y a beaucoup trop de gens de pouvoir haut-placés".

2018-09-09 22_08_00-Jeffrey Epstein with Professor Alan Dershowitz Pictures _ Getty Images

C’est peut-être pour cela que, les mois avant son arrestation, Epstein se sentait menacé, et d’après un de ses employés à Paris, avait acheté une voiture blindée et fait appel à un garde du corps. Ghislaine Maxwell a elle aussi reçu des menaces de mort avant son arrestation, elle a dit être persuadée qu’Epstein a été assassiné et pense qu’il lui arrivera la même chose. Son frère avait recruté des d’anciens militaires anglais pour la protéger au début de sa "cavale".

On notera aussi que la perquisition chez Epstein à Paris n’a eu lieu que le 24 septembre[37] 2019, c’est-à-dire des semaines après sa mort début juillet, et surtout après que son personnel ait vidé les lieux. Il serait donc très étonnant que les flics aient trouvé quoi que ce soit de probant. Mi-novembre, 12 personnes dont 8 victimes potentielles avaient été entendues et un appel à témoin a été lancé.

Aujourd’hui, les US s’interrogent sur sa disparition des radars et disent qu’on ignore ce qu’il advient de Brunel, comme s’il était recherché. Interrogée par Fox News, l‘avocate de plusieurs victimes de Brunel en France explique que l’objectif est de localiser d’autres victimes potentielles et pour cela une aide au niveau international est indispensable.

Thyssia Hyusman dit qu’elle connaît 11 autres femmes qui ont accusé officiellement Brunel d’agressions sexuelles, viols, harcèlement sexuel…

Le traçage du téléphone de Brunel confirme qu’il est toujours en France, et il aurait tort de quitter le pays puisque chez nous il risque au pire quelques mois de sursis. On ne sait pas s’il est recherché par les autorités US et le FBI comme la justice française ont refusé de répondre à ce sujet. Si c’est le cas, ou si la volonté est de faire juger Brunel aux Etats-Unis, on imagine les négociations qui doivent avoir lieu au plus haut niveau avec les autorités françaises pour éviter ou limiter le scandale. En tout cas le sujet est sensible.

 

Suicides et meurtres dans le cadre de l’affaire

On reconnaît une bonne affaire étouffée au nombre de meurtres et de suicides de protagonistes liés au dossier durant l’instruction. Dans l’affaire Epstein, on compte déjà quelques disparitions subites :

 

 ---------------------------

 

En conclusion, il faut souligner l’importance des connexions de cette histoire avec la France :

  • Brunel y vit tranquillement (il n’a pas vraiment intérêt à quitter le pays), y a fait son business et agressé des jeunes mannequins.
  • Epstein y avait plusieurs appartements dans une villa avenue Foch connue du tout Paris, puisque même Jack Lang y est allé[39] ainsi que d’autres anciens ministres ou des ministres en fonction, Bill et Melinda Gates, Steve Bannon ou encore Ehud Barak, ex 1er ministre israélien. Epstein revenait d’ailleurs de France quand il a été arrêté aux Etats-Unis en juillet [40]. En 2018 et 2019, il a fait 11 vols vers ou depuis Paris.
  • Les trois mineures de 12 ans fournies par Brunel (probablement des sœurs) à Epstein pour son anniversaire à Londres étaient françaises, vendues par leurs parents qui apparemment étaient pauvres. On s’interroge là encore sur la sortie de 3 mineures du territoire sans leurs parents. Virginia Giuffre dit les avoir vues de ses yeux à cette soirée.
  • De nombreux vols d’Epstein sont passés par la France, dont certains avec des mineures parmi les passagers, qui voyageaient sans leurs parents.
  • Beaucoup de français figurent dans le carnet d'adresses d'Epstein: galeriestes, paysagistes et décorateurs d'intérieur réputés, jet setteurs divers et variés, avocats, banquiers et financiers, quelques aristos...

Enfin, il faut souligner que le système de chantage est une évidence, et que si Epstein et Maxwell ont travaillé pour divers services de renseignement, il n’y a pas que les cibles de leurs chantages qui veulent que cette affaire reste dans l’ombre le plus possible, il y a aussi ces services de renseignement. D’autant plus que si Epstein est mort, cela n’a certes pas mis fin au système de compromission en lui-même, vieux comme le monde.

En face, les victimes et l’opinion publique devront faire le poids.

Partie 1:

Affaire Epstein - Partie 1 : le système Epstein - donde vamos

L'affaire Epstein, qu'on pensait enterrée, a resurgi ces dernières semaines avec une nouvelle mise en cause parce que sa première condamnation, absolument ridicule, était le fruit d'un accord illégal passé dans le dos des victimes. Et puis le 9 août, Epstein est retrouvé mort dans sa cellule.

http://dondevamos.canalblog.com

Partie 2: 

Affaire Epstein - Partie 2 : Un pervers au cœur des réseaux de pouvoir - donde vamos

Epstein est mort alors qu'il aurait dû être surveillé, et aujourd'hui on ne sait pas si ses complices, ou les clients des filles mineures qu'il prostituait, seront un jour inculpés.

http://dondevamos.canalblog.com


[1] Pour se justifier d’une telle décision (illégale en plus), Acosta a dit qu’il avait subi d’importantes pressions de la part des avocats d’Epstein (dont Alan Dershowitz, accusé de viols par Virginia Roberts, et Kenneth Starr qui avait mené l’enquête du Monicagate contre Clinton), qui ont même payé des détectives privés pour attaquer sa réputation. En réalité, il y avait surtout du copinage et de la collusion, semble-t-il.

[2] Epstein a été condamné en juin 2008 (l’audience du jugement a eu lieu en l’absence des victimes) et a été libéré en juillet 2009 après 13 mois de "prison", où il ne dormait que la nuit et une journée par semaine. Pendant l’année de probation qui a suivi, il a pu voyager en jet jusqu’aux Iles Vierges à plusieurs reprises.

[3] Et la vidéo de sa première soi-disant tentative de suicide a été effacée. Précisons qu’il a dit à son avocat avoir été agressé par un codétenu, ancien flic.

[4] Les deux gardes ont été arrêtés le 19 novembre pour n’avoir pas fait leurs rondes, alors qu’Epstein était à 10 mètres à peine. On notera que ces faits ne leur sont reprochés que pour cette nuit-là.

[5] Maison qu’elle a achetée cash pour 1 million de dollars fin 2019.

[6] Pour avoir menti lors de ses déclarations en 2016 dans l’affaire où elle accusait Virginia Giuffre de diffamation pour l’avoir qualifiée de rabatteuse et complice d’Epstein.

[7] D’après une déposition fait le 3 mai 2016.

[8] Selon 20 Minutes du 2 juillet 2020, la justice attendrait le bon moment pour l’interroger en garde-à-vue : "Soucieux de se garder une bonne opportunité de pouvoir l’interroger sous le régime de la garde à vue si des accusations non prescrites apparaissent, les enquêteurs ne l’ont donc toujours pas convoqué. "Il le sera très probablement un jour, glisse l’un de ceux-ci sans préciser "quand exactement"".

[9] Elles ont été entendues par l’Office central pour la répression des violences aux personnes bien que la plupart des faits, qui remontent parfois aux années80 et 90 sont prescrits en France.

[10] Selon le Business Insider, Cecile de Jongh est entrée comme secrétaire du trust, puis en devenue membre du conseil de direction en 2003, où elle siégeait avec Maxwell et Epstein. En 2005 elle était identifiée comme trésorière du Trust et en 2006 comme vice-présidente. En 2007 quand Epstein a été accusé et condamné très légèrement, lui et Maxwell se sont retirés de la direction du trust mais de Jongh y est restée jusqu’en 2012. En 2015, l’ex gouverneur de Jongh a été arrêté pour fraude et détournement de fonds publics.

[11] Officiellement, Maxwell est mort d’une crise cardiaque et tombé à l’eau, mais Ghislaine est persuadée qu’il a été tué, ce qui est en effet probable. Il est possible qu’il se soit suicidé car le scandale de ses malversations allait éclater incessamment sous peu. Il est aussi possible qu’il ait été tué, peut-être par le Mossad qui n’avait pas envie de le voir se mettre à parler de ses coups tordus aux autorités anglaises.

[12] Maxwell utilisait des holdings familiales qu’il endettait pour faire grossir son empire : "Les emprunts souscrits par leur intermédiaire permettaient d'inscrire dans les livres de comptes de ces sociétés privées les pertes liées au paiement des dettes. En revanche, les profits des compagnies achetées grâce à ces prêts venaient grossir ceux du groupe coté, MCC. Dont les actions ainsi valorisées pouvaient servir de caution à de nouveaux emprunts", explique un article de L’Express du 9 janvier 1992. Il a ensuite renfloué son groupe avec l’argent des retraites pour payer ses actionnaires. Mais au final, des dizaines de millions de livres se sont évaporées.

[13] Sa banque principale était Goldman Sachs et spéculait pour lui sur les taux de change, un type de spéculation qui a beaucoup détruit les économies européennes. Mais il a réussi à obtenir 13 milliards de Francs auprès du Crédit Lyonnais et de la Société de banque suisse pour financer une OPA contre un groupe d’édition US. Il aurait laissé une ardoise de 5 milliards de Francs en France.

[14] PROMIS = Prosecutors Management Information Systems. Il a été créé à l’origine par une boite d’un ancien de la NSA, Inslaw, pour gérer l’information du ministère de la justice US dans les années 70. Puis la NSA et la CIA ont récupéré le logiciel et ajouté une trappe, de même que les Israéliens de leur côté. Promis a ensuite été installé par la Banque des Règlements Internationaux en Suisse. Puis plusieurs entreprises l’ont commercialisé auprès d’agences de renseignements étrangères, pour le compte des US d’un côté, et pour le compte d’Israël d’un autre côté.

[15] Celui qui tient cette affirmation est un certain Ari Ben-Menashe, marchand d’armes qui était l’agent traitant de Maxwell père. Les deux ont mis en place le circuit de financement dans l’affaire Iran Contra avec le trafic d’armes vers l’Iran. "Epstein trainait autour de Robert Maxwell, et Ghislaine traînait autour des deux", explique-t-il. Selon lui, c’est d’abord Epstein qui a été introduit auprès des renseignements militaires israéliens, puis Ghislaine, au début des années 90.

[16] En Israël, Maxwell a été autopsié une deuxième fois (la première a eu lieu en Espagne), et a donné des résultats qui ne correspondaient pas avec la théorie de l’accident ou du suicide : "la seconde autopsie révèle la présence de nombreux coups et blessures, notamment une fracture du nez et d'un doigt, un poumon rempli de sang ainsi que divers hématomes à l'épaule, dans le dos et sur une lèvre", relatait L’Humanité du 10 janvier 1992.

D’après la vidéo de l’autopsie, deux médecins interrogés par le journal Paris Match ont donné leur avis : "Pour Loïc Le Ribault, aucun doute: «Celui-ci (Maxwell), avant sa mort, a subi de nombreuses et profondes lésions, à notre avis totalement incompatibles avec l'hypothèse d'une simple chute accidentelle depuis le pont de son bateau.» Plus prudent, le professeur Louis Roche avance cette seule certitude: «Toutes ces lésions sont d'origine traumatique. Elles sont en elles-mêmes peu graves, mais prouvent qu'il y a eu un traumatisme avant le décès.»". Maxwell a ensuite quasiment eu des funérailles nationales en présence de politiciens nationaux en exercice ainsi que de dirigeants du Mossad, et a été enterré au mont de Oliviers. C’est seulement après sa mort que ses malversations ont défrayé les chroniques, et ses fils ont été poursuivis par la justice car certaines malversations ont continué après la mort de Robert, avant d’être acquittés.

[17] A ce moment, elle devait survivre avec 100.000 $ par an, selon les médias.

[18] Lauder a été nommé par Reagan comme ambassadeur en Autriche en 1986, certains se demandent si ce n’est pas lui qui a fourni son passeport autrichien avec un faux nom mais sa vraie photo à Epstein. Lauder est aussi présent dans de nombreuses organisations juives ou carrément sionistes, comme le Jewish National Fund, le Congrès Juif mondial dont il a été président en 2007 à la suite de son ami Edgar Bronfman, l’Anti Defamation League, et est très proche de Netanyahou qu’il a contribué à faire élire en 1996. Il a aussi créé la Lauder Business School à Vienne.

[19] Les Bronfman ont fait fortune pendant la Prohibition, d’abord au Canada qui a prohibé plus tôt, puis aux Etats-Unis.

[20] Waitt a lancé en 1985 Gateway, qui édite des logiciels et qu’il a revendue pour plus d’1 milliard de dollars en 2002. En 2003 la boîte a été dans la ligne de mire des autorités de régulation pour des malversations et une surévaluation des actifs. Waitt a été nommé en 2016 président du Salk Institute for Bilogical Studies, un institut privé créé en 1960 par le créateur du vaccin contre la polio, et qui travaille dans les champs de la génétique, des neurosciences et la biologie des plantes et mène des travaux sur le vieillissement ou les infections virales. Il a aussi sa propre fondation, la Waitt Foundation qui finance la protection des océans et a parmi ses principaux partenaires la Fondation Clinton.

[21] Au sujet de son ONG, Ghislaine Maxwell a déclaré : "Tous les citoyens du monde sont des citoyens de TerraMar, ou des citoyens de la haute mer, si vous voulez, qui font partie des biens communs mondiaux", et donc l’ONG allait distribuer des passeports numériques pour renforcer le "sentiment d’identité" avec les océans : "Vous obtiendrez un passeport numérique avec votre nom et votre numéro d’identité, et nous ferons - vous serez en mesure de suivre les progrès de la haute mer, tout ce qui se passe de manière significative en haute mer, maintenant, vous serez en mesure de trouver ce qui se passe". Les gens pouvaient devenir ambassadeurs et porte-paroles d’une espèce marine. En 2017, Maxwell a dû renflouer l’ONG à hauteur de 550.000$ et y a investi beaucoup de temps (autour de 60 h par semaine).

[22] Selon David Boies, l’avocat de plusieurs victimes, interviewé par Vanity Fair dans un article du 3 juillet 2020.

[23] Les journalistes et officiels israéliens disent en général qu’il n’est pas crédible. Ils disent qu’il a travaillé comme traducteur junior pour l’armée au début des années 80 et aurait été viré en 1987. Ben Menashe, qui a balancé quelques bombes, comme la fourniture de plus de 82 milliards de dollars d’armes pour l’Iran dans la guerre contre l’Irak en 1980 dit quant à lui que les israéliens cherchent à le décrédibiliser. Il a d’ailleurs fait 1 an de prison avant d’être relaxé dans l’affaire Iran Contra.

[24] Maxwell lui a dit d’aller voir ce type pour un « massage ».

[25] Virginia Giuffre dit qu’elle a acheté une voiture avec les 10.000 $ qu’Epstein lui a donnés pour une relation sexuelle avec Andrew.

[26] Mitchell a été envoyé spécial des Etats-Unis en Irlande du Nord puis au Moyen-Orient, et est membre du comité directeur du Bilderberg.

[27] Quand il a passé son entretien d’embauche auprès de l’administration Trump avant d’accéder au poste de secrétaire d’Etat au travail, Acosta a été questionné sur cet accord. Il avait alors expliqué qu’on lui avait demandé de le faire car Epstein appartenait aux renseignements.

[28] Ghislaine détestait d’ailleurs Diana, la princesse, qu’elle s’amusait à faire pleurer. Ambiance chez les "grands de ce monde"…

[29] Elle est aujourd’hui mariée à Edward Guinness, de la famille éponyme, et est comtesse d’Iveagh. Elle a été listée une trentaine de fois sur le carnet de bord d‘Epstein entre 1998 et 2000.

[30] Comme l’ont dit les victimes, Maxwell et Epstein avaient six pilotes régulièrement à leur service et plusieurs avions, mais seulement un des pilotes, David Rodgers, a donné ses carnets de bord.

[31] Suite à cela, l’agence Ford a cessé de travailler avec lui.

[32] Karin Models était détenue par Karin Mossberg, une ex mannequin, dont de nombreux mannequins avaient été débauchés par une agence concurrente. Brunel a redressé la situation contre la moitié de la boîte, qu’il a totalement récupérée.

[33] Ils trainaient avec Paolo Zampolli, qui avait aussi son agence de mannequins, et a fait rencontrer Trump et Melania Knauss, devenue sa femme.

[34] Selon Virginia Giuffre, Epstein n’a pas lésiné sur les détails, et a décrit par le menu toute la scène ainsi que le physique des fillettes.

[35] Brunel a nié tout financement de la part d’Epstein.

[36] Déclaration du 21 janvier 2015.

[37] Il est vrai que l’enquête côté français n’a été ouverte que le 23 août.

[38] Des investisseurs ont lancé une procédure contre la banque pour avoir contribué aux activités financières d’Epstein, à partir de 2013 et jusqu’en décembre 2018. Il avait une quarantaine de comptes actifs dans cette banque, alimentés notamment par des dépôts en cash et sur lesquels des allées et venues massives d’argent avaient lieu. Celle-ci a été condamnée à verser 150 millions de dollars de pénalités juste après l’arrestation de Maxwell début juillet, mais n’a pas donné les noms des cadres qui ont travaillé avec lui mais ils ont été identifiés par le New York Times, et il s’agit de très hauts responsables.

[39] Evidemment, Lang venu une seule fois "pour déjeuner", n’a rien vu d’anormal et selon lui Epstein était "charmant, courtois et agréable". Mais il a aussi dit ça de Polanski, et s’il avait connu Fourniret on se demande s’il n’aurait pas dit la même chose… Lang a dit avoir rencontré Epstein lors d’un dîner en l’honneur de Woody Allen à paris chez de princesse de Bourbon des Deux-Siciles.

[40] Ces dernières années, Epstein, ou du moins ses avions, sont venus de nombreuses fois en France, à Paris ou à Nice. Depuis la France, il faisait des sauts de puce à l’étranger (Maroc, Autriche, Angleterre…) parfois l’espace de quelques heures. Cela, jusqu’en juillet 2019. Même après son arrestation, l’avion a continué à voler plusieurs fois vers les Iles vierges, et même une fois… en Antarctique (fin juillet).