bildeVoici une affaire qui montre bien que la Justice est là pour préserver l’ordre établi, pas pour rendre la Justice. L’héritier d’une des familles les plus riches du monde, qui a pourtant avoué avoir violé deux de ses enfants,  n’ira pas en prison. Ainsi en a décidé un tribunal US.

 

Robert H. Richards IV est un héritier à la fois de la famille DuPont[1], qui possède un empire chimique[2]. Bon, l’héritier est au chômage, mais il réside dans une villa achetée 1,8 millions de dollars en 2005.

Il a pourtant reconnu avoir violé sa fille dès ses 3 ans entre 2005 et 2007, mais il n’ira pas en prison parce que la prison n’arrangerait rien, a dit un juge.

En 2008, il avait plaidé coupable de viol au 4 e degré, ce qui en principe entraîne jusqu’à 15 ans de prison (même s’il semble que la recommandation pour ces crimes est de zéro à 2 ans et demi de prison…). Il a pris 8 ans seulement et en plus sa peine a été suspendue. Il paraît qu’il devait plutôt se "faire soigner" et qu’en prison, il aurait été embêté par les autres détenus, comme tous les pédos. Il a donc été libéré sous conditions. Et il n’est pas retourné en taule, bien qu’il n’ait jamais versé un dollar de dommages et intérêts à ses deux enfants/victimes.

webdupontMais, l’ex de Robert H. Richards IV a porté plainte récemment pour le viol de ses deux enfants, y compris son fils de 19 mois, négligence et maltraitance, et elle demande des dommages et intérêts pour ses enfants.

En décembre 2007, un mandat était lancé contre lui, mais il est laissé libre contre une caution de 60.000$.

Mais aujourd’hui, le scandale sort enfin. Parce que les citoyens ont cette impression qu’il y a une justice spécialement laxiste pour les puissants, les riches, ceux qui réclament toujours plus de répression pour les autres… Du coup, des associations de protection de l’enfance ont décidé de dénoncer l’affaire dans la presse.

En effet, la décision de la juge de la cour supérieure Jan Jurden, laissant Richards en liberté est contestée par l’ensemble de l’opinion, mais elle est défendue par Beau Bidden, avocat général (dont le rôle est de poursuivre les criminels) dans le paradis fiscal du Delaware et fils du vice président Joe Bidden. Qui, pourtant, dit à qui veut l’entendre que la lutte contre les prédateurs d’enfants est une priorité.

On a aussi appris qu’au départ, la juge voulait bien le condamner à huit ans de prison, avant de décider de la suspension.

Et qu’en 2010, les flics ont "enquêté" sur cette accusation d’abus sur son fils, mais il n’y avait pas assez de preuves pour poursuivre.

Bref, il semble qu'il y ait eu quelques pressions pour pârvenir à cette impunité de fait.


[1] Il est l’arrière, arrière petit fils d’Irenee DuPont, chimiste franco US, fondateur de l’empire chimique du même nom et membre d’une vieille famille française, la famille Du pont de Nemours, très active dans la défense de Louis XVI pendant la révolution, et qui bizarrement n’ont pas été étripés pendant la Terreur.

[2] Selon certains, la famille DuPont serait l’une des grandes familles sataniques, dont la dynastie démarre avec Pierre Samuel du Pont de Nemours, né en 1739, mort en 1817, et qui fut dit-on l’un des rédacteurs du traité de Versailles mettant fin à la guerre d’indépendance des USA. Celui qui l’aurait aidé à s’installer aux Etats-Unis n’était autre que Thomas Jefferson. Depuis toujours, les DuPont se marient énormément entre eux et avec deux autres familles, les Balls et les Gardner.